Biden défend son chef d'état-major, accusé d'avoir agi sans la permission de Trump

Le chef d'état-major américain Mark Milley avec son homologue chinois, le général Li Zuocheng, lors d'une visite officielle à Pékin en août 2016. (Photo, AFP)
Le chef d'état-major américain Mark Milley avec son homologue chinois, le général Li Zuocheng, lors d'une visite officielle à Pékin en août 2016. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 16 septembre 2021

Biden défend son chef d'état-major, accusé d'avoir agi sans la permission de Trump

  • Le général Mark Milley est accusé d'avoir outrepassé ses fonctions en téléphonant à son homologue chinois fin 2020 en raison de ses inquiétudes sur la santé mentale de l’ex-président
  • Le plus haut gradé de l’armée US aurait déclaré «on vit un moment comme celui du Reichstag», en référence à la mise en place par les nazis d’un régime totalitaire en 1933

WASHINGTON : Joe Biden a réaffirmé mercredi sa confiance dans son chef d'état-major, le général Mark Milley, accusé d'avoir outrepassé ses fonctions en téléphonant à son homologue chinois fin 2020 en raison de ses inquiétudes sur la santé mentale de Donald Trump.

"J'ai une grande confiance dans le général Milley", a déclaré le président Biden, alors que des élus républicains ont appelé à ce que le chef d'état-major soit démis de ses fonctions.

tur-
Le général Milley a pris ses distances avec le bouillant président républicain après avoir été photographié en juin 2020 au côté de Donald Trump suite à la dispersion de manifestations antiracistes à Washington. Les images le montrant en tenue de camouflage avec Trump près de la Maison Blanche l'avaient consterné et quelques jours plus tard, il s'était publiquement excusé. "Je n'aurais pas dû être là", avait-il dit. "Nous devons respecter scrupuleusement le principe d'une armée apolitique, qui est profondément enraciné dans la quintessence de notre république." (Photo, AFP)

 

Le plus haut gradé de l'armée américaine est au centre d'une polémique après les révélations de deux journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Robert Costa, sur ses contacts avec son homologue chinois avant et après la dernière élection présidentielle pour éviter une guerre avec la Chine.

Dans leur ouvrage "Péril", à paraître dans les prochains jours, ils affirment que le général Milley a téléphoné secrètement deux fois à son homologue chinois, le général Li Zuocheng, pour l'assurer que les Etats-Unis n'attaqueraient pas la Chine soudainement et le rassurer sur la stabilité de l'Etat américain.

Ces appels ont eu lieu selon eux le 30 octobre 2020, un peu avant le scrutin présidentiel américain, et le 8 janvier 2021, deux jours après l'assaut des partisans de Donald Trump contre le Capitole.

Le porte-parole de l'état-major, le colonel Dave Butler, a confirmé ces appels, mais a démenti qu'ils aient été menés en secret.

"Ses appels aux Chinois et à d'autres en octobre et en janvier étaient conformes à(ses) devoirs et responsabilités consistant à transmettre des assurances pour maintenir la stabilité stratégique", a-t-il indiqué dans un communiqué.

"Tous les appels du chef d'état-major, y compris ceux dont il est fait état, sont écoutés, coordonnés et communiqués au ministère de la Défense et au reste du gouvernement", a-t-il souligné.

Il a aussi confirmé que le général Milley avait réuni l'état-major après l'attaque de partisans de Donald Trump contre le Congrès le 6 janvier 2021 pour souligner que, si le président sortant ordonnait une frappe nucléaire, il devait en être informé d'abord.

Ce n'est pas la première fois que le rôle du général Milley dans les dernières semaines de la présidence Trump est souligné.

Deux autres journalistes du Washington Post, Carol Leonnig et Philip Rucker, avaient révélé en juillet dans leur livre "I Alone Can Fix It: Donald J. Trump's Catastrophic Final Year", que le chef d'état-major avait comparé l'ex-président à Adolf Hitler.

"On vit un moment comme celui du Reichstag", aurait-il déclaré à ses collaborateurs dans les derniers jours de la présidence Trump, en référence à l'incendie du parlement allemand en 1933, exploité par les nazis pour éliminer les forces d'opposition politiques et mettre en place un régime totalitaire.

Diplômé de l'université de Princeton, le général Milley, 63 ans, a combattu en Irak et en Afghanistan avant de devenir chef d'état-major de l'armée de terre. C'est Donald Trump qui l'avait choisi pour succéder en septembre 2019 au général Joe Dunford comme chef d'état-major, principal conseiller militaire de l'exécutif.

Mais le général à la carrure de rugbyman et aux sourcils broussailleux, qui émaille ses discours d'humour et de références historiques, a pris ses distances avec le bouillant président républicain après avoir été photographié en juin 2020 au côté de Donald Trump suite à la dispersion de manifestations antiracistes à Washington.

Les images le montrant en tenue de camouflage avec M. Trump près de la Maison Blanche l'avaient consterné et quelques jours plus tard, il s'était publiquement excusé. "Je n'aurais pas dû être là", avait-il dit. "Nous devons respecter scrupuleusement le principe d'une armée apolitique, qui est profondément enraciné dans la quintessence de notre république."

Volontiers bavard avec les journalistes, il est aussi connu pour son franc-parler. En juin dernier, il avait vivement recadré des élus républicains qui critiquaient le débat sur le racisme au sein de l'armée américaine.

"Je pense véritablement qu'il est important pour ceux d'entre nous qui portons l'uniforme d'être ouverts d'esprit et profondément instruits", avait-il déclaré.


Une vague de témoignages d'étudiantes droguées à leur insu inquiète au Royaume-Uni

Des gens assis à des tables à l'extérieur pour manger et boire dans des bars et restaurants rouverts, dans la rue du quartier de Soho à Londres, le 16 avril 2021, à la suite de la deuxième étape de la feuille de route du gouvernement sur le troisième verrouillage national de l'Angleterre.  (Niklas Halle'n/AFP)
Des gens assis à des tables à l'extérieur pour manger et boire dans des bars et restaurants rouverts, dans la rue du quartier de Soho à Londres, le 16 avril 2021, à la suite de la deuxième étape de la feuille de route du gouvernement sur le troisième verrouillage national de l'Angleterre. (Niklas Halle'n/AFP)
Short Url
  • Une vague de témoignages d'étudiantes droguées à leur insu inquiète au Royaume-Uni
  • Zara Owen, étudiante en première année, avait expliqué s'être réveillée après une soirée avec des souvenirs flous et une douleur aiguë dans la jambe, où elle avait repéré une piqûre

LONDRES : Après du GHB dans les boissons, les piqûres: une vague de témoignages d'étudiantes droguées à leur insu par des injections en boîte de nuit inquiète au Royaume-Uni, où la police a été saisie de plus de 100 cas et a procédé à de premières arrestations.

Cela fait des années qu'est connue la pratique qui consiste à introduire des drogues dans la boisson d'une victime. Mais ces derniers jours, de nombreuses jeunes femmes et quelques jeunes hommes ont dénoncé des agressions dans des bars ou boîtes de nuit à l'aide d'aiguilles hypodermiques, provoquant l'effroi au Royaume-Uni.

Les témoignages se sont multipliés après que deux étudiantes de l'Université de Nottingham ont pris la parole dans les médias britanniques, affichant leurs marques d'aiguilles et leurs ecchymoses sur la peau.

Zara Owen, étudiante en première année, avait expliqué s'être réveillée après une soirée avec des souvenirs flous et une douleur aiguë dans la jambe, où elle avait repéré une piqûre.

Sarah Buckle, en deuxième année, avait elle été emmenée à l'hôpital par ses amis après s'être brusquement effondrée lors d'une sortie nocturne. Elle a ensuite découvert sur sa main une ecchymose avec une marque sombre au centre, qu'elle a montrée à la chaîne télévisée Channel 4 News.

Depuis septembre, la police britannique a déclaré avoir reçu 140 rapports sur des incidents impliquant des boissons droguées et 24 impliquant des piqûres.

"Il est clair que ces rapports sont très préoccupants", a déclaré le chef de police adjoint Jason Harwin, responsable de la branche drogue au sein de la fédération (NPCC) qui coordonne les différents organismes policiers.

-Trois arrestations-

Selon lui, le NPCC travaille "à un rythme soutenu" pour "comprendre l'ampleur de cette délinquance", établir tout lien entre ces allégations et traduire les responsables en justice.

Vendredi, la police de Nottinghamshire, dans le nord de l'Angleterre, a annoncé avoir arrêté deux hommes dans le cadre de son enquête sur des incidents de "piqûres" survenus dans la ville.

Les jeunes gens, âgés de 18 et 19 ans, sont soupçonnés d'avoir planifié de droguer des personnes "avec l'intention de leur nuire, de les importuner ou de les blesser", ont indiqué les forces de l'ordre.

Dans la région voisine du Lincolnshire, la police a arrêté tôt dans la matinée un homme de 35 ans, soupçonné de posséder des drogues avec l'intention de les administrer, après avoir reçu l'aide du personnel d'une boîte de nuit. Mais sans que cela n'implique une aiguille.

Depuis le début du mois, la police du Nottinghamshire a reçu 15 signalements de "piqûre présumée par un objet pointu" de la part de 14 femmes et d'un homme, et 32 signalements en tout d'administration de drogues depuis début septembre.

Et cela concerne d'autres régions d'Angleterre. La police du Devon et des Cornouailles affirme enquêter sur "un incident au cours duquel une femme a été agressée avec une aiguille" dans une boîte de nuit d'Exeter. Un cas a aussi été rapporté dans les West Midlands.

-Boycott des bars-

Cette vague de dénonciations intervient quelques mois seulement après la mort très médiatisée de deux jeunes femmes dans les rues de la capitale, qui avait créé une émotion considérable au Royaume-Uni et relancé le débat sur la sécurité des femmes dans l'espace public.

Sarah Everard, une Londonienne de 33 ans, avait été attaquée en pleine rue puis tuée début mars par un policier tandis qu'elle rentrait chez elle. Sabina Nessa, enseignante de 28 ans, avait disparu le 17 septembre alors qu'elle sortait de chez elle pour se rendre à un bar situé à cinq minutes à pied. Son corps avait été retrouvé le lendemain dans un parc, caché sous un tas de feuilles.

Pour protester face à cette nouvelle atteinte à leur sécurité, les étudiantes et leurs camarades masculins préparent une série de boycotts des discothèques et bars, refusant de sortir un soir déterminé à l'avance dans chaque ville pour réclamer une meilleure protection.

Plus de 163.000 personnes ont ainsi signé une pétition demandant au gouvernement de rendre obligatoire la fouille minutieuse des clients à l'entrée des boîtes de nuit.

La commission parlementaire en charge des affaires intérieures a examiné mercredi les témoignages des victimes, sa présidente Yvette Cooper qualifiant ces attaques à l'aiguille de "crimes ignobles".


Avec Scholz au pouvoir, Merkel «dormira tranquille»

Le ministre allemand des Finances, vice-chancelier et candidat des sociaux-démocrates (SPD) à la chancelière Olaf Scholz prononce un communiqué de presse au siège du parti à Berlin le 27 septembre 2021, un jour après les élections générales. (Odd Andersen/AFP)
Le ministre allemand des Finances, vice-chancelier et candidat des sociaux-démocrates (SPD) à la chancelière Olaf Scholz prononce un communiqué de presse au siège du parti à Berlin le 27 septembre 2021, un jour après les élections générales. (Odd Andersen/AFP)
Short Url
  • «Il y aura des différences politiques, ça va de soi», a expliqué la chancelière dans une interview au journal Süddeutsche Zeitung. «Mais je peux dormir tranquille», a assuré Angela Merkel
  • En passant le relais à son actuel ministre des Finances, la dirigeante conservatrice n'attend pas de changement radical dans la politique budgétaire allemande, marquée par la rigueur et l'aversion pour la dette

FRANCFORT, Allemagne : Angela Merkel a assuré vendredi être sereine à l'idée de passer le relais au social-démocrate (SPD) Olaf Scholz et pouvoir «dormir tranquille» avec l'arrivée probable à la chancellerie de ce centriste, vainqueur des législatives de septembre.

«Il y aura des différences politiques, ça va de soi», a expliqué la chancelière dans une interview au journal Süddeutsche Zeitung. «Mais je peux dormir tranquille», a-t-elle assuré.

Angela Merkel devrait quitter ses fonctions avant la fin de l'année, après 16 ans au pouvoir, si les pourparlers aboutissent pour former une coalition entre SPD, Verts et libéraux du FDP.

Les trois partis veulent finaliser leurs discussions d'ici fin novembre et installer Olaf Scholz aux commandes début décembre.

En passant le relais à son actuel ministre des Finances, la dirigeante conservatrice n'attend pas de changement radical dans la politique budgétaire allemande, marquée par la rigueur et l'aversion pour la dette.

«Je n'ai jamais eu l'impression que M. Scholz dépense facilement», a-t-elle déclaré.

Son successeur prendra la tête d'un pays où «le climat politique est devenu plus rude», selon Mme Merkel.

«Quand je suis devenue chancelière, les smartphones n'existaient pas. Facebook avait un an, Twitter a été inventé seulement un an plus tard. Nous vivons dans un monde médiatique complètement transformé, et ça y contribue», explique-t-elle au «SZ».

Réputée pour son aptitude au dialogue et son sens du compromis, la dirigeante a dit craindre de voir «de plus en plus de problèmes pour parvenir à l'élaboration de compromis, indispensables en démocratie».

Celle qui est devenue en 2005 la première chancelière du pays estime qu'en Allemagne, «nous n'avons pas encore réussi à passionner assez de femmes pour la politique», appelant à «continuer le travail pour que les femmes aient davantage confiance en elles».

«Je ne peux qu'encourager les femmes à s'engager», a-t-elle ajouté. «Seulement des hommes, cela ne correspond plus à notre époque.»


La Nasa vise février pour Artémis 1, la première des missions de retour sur la Lune

Le véhicule de lancement (LVSA) pour la mission Artemis-1 est déchargé d'une barge à la base aérienne de Cape Canaveral en Floride avant le lever du soleil le 30 juillet 2020. (Gregg Newton/AFP)
Le véhicule de lancement (LVSA) pour la mission Artemis-1 est déchargé d'une barge à la base aérienne de Cape Canaveral en Floride avant le lever du soleil le 30 juillet 2020. (Gregg Newton/AFP)
Short Url
  • Cette mission, qui était initialement prévue avant la fin de l'année, signera le réel lancement du programme Artémis, qui doit permettre aux États-Unis de renvoyer des humains sur la Lune, dont la première femme
  • Artémis 1 a plusieurs objectifs: montrer la capacité d'Orion à revenir depuis la Lune, à opérer dans l'espace lointain où il fait « bien plus froid que dans l'orbite terrestre basse », ainsi que récupérer avec succès le vaisseau

WASHINGTON, États-Unis : Après des années d'attente, le calendrier se précise: la Nasa a annoncé vendredi viser février pour le décollage de sa mission Artémis 1, la première du programme américain de retour sur la Lune.

Cette mission, qui était initialement prévue avant la fin de l'année, signera le réel lancement du programme Artémis, qui doit permettre aux États-Unis de renvoyer des humains sur la Lune, dont la première femme.

Ce premier vol test se fera sans astronaute à bord: la nouvelle fusée géante de la Nasa, nommée SLS, devra propulser vers la Lune la capsule Orion, avant que celle-ci ne revienne sur Terre.

"La fenêtre de lancement en février s'ouvre le 12 et notre dernière opportunité en février est le 27", a déclaré lors d'une conférence de presse Mike Sarafin, chargé de la mission.

En cas de besoin, notamment si l'engin n'est pas prêt à temps, d'autres fenêtres de lancement sont prévues en mars (du 12 au 27) et en avril (du 8 au 23).

La fusée a été entièrement assemblée mercredi, avec Orion à son sommet, au Centre spatial Kennedy, à Cap Canaveral en Floride. Elle est haute de quasiment 100 mètres.

"C'est une étape très importante. Cela montre que nous sommes dans la dernière ligne droite de la mission", a commenté Mike Sarafin.

Début janvier, le lanceur sera amené sur le pas de tir pour une répétition générale. Les réservoirs du véhicule seront remplis de carburant, et un faux compte à rebours sera effectué.

Après ce test, la date exacte du décollage sera annoncée.

S'il a lieu durant la première moitié de la fenêtre de lancement en février, alors la mission durera environ six semaines. Mais si c'est la deuxième moitié, le vaisseau ne passera qu'environ quatre semaines dans l'espace, a précisé M. Sarafin.

- Selfies avec la Lune -

En mars, SLS avait effectué avec succès un test statique de ses moteurs (appelé "hot fire") dans le Mississippi, avant que l'engin ne soit transporté vers la Floride.

Orion a quant à elle déjà volé dans l'espace une première fois, en 2014, lancée à l'époque par une fusée Delta IV. Elle avait effectué deux tours de la Terre, notamment pour tester son bouclier thermique lors du retour dans l'atmosphère.

Mais cette fois, "quand nous reviendrons de la Lune, ce sera bien plus vite et la température sera bien plus élevée", a souligné Mike Sarafin.

Artémis 1 a plusieurs objectifs, a-t-il détaillé: montrer la capacité d'Orion à revenir depuis la Lune, à opérer dans l'espace lointain où il fait "bien plus froid que dans l'orbite terrestre basse", ainsi que récupérer avec succès le vaisseau.

Des objectifs "bonus" sont aussi prévus, comme étudier les radiations pour les prochains astronautes qui se rendront si loin, ou encore... prendre un selfie de la capsule avec la Lune en arrière-plan.

Les responsables de la Nasa n'ont pas voulu dire vendredi si le calendrier de la mission Artémis 2 serait revu.

Pour le moment, cette deuxième mission doit avoir lieu en 2023, et comportera cette fois des astronautes à bord. Mais ils n'aluniront pas.

Ce n'est que lors d'Artémis 3 que des astronautes mettront de nouveau le pied sur le sol lunaire. La date prévue était initialement 2024, une échéance qui semble désormais quasi impossible à tenir.