Climat et droits des femmes, priorités du nouveau chef de l'Assemblée générale de l'ONU

Dans sa première interview en tant que président de la 76e session de l'Assemblée, Abdallah Shahid raconte à Arab News sa vision pour son mandat de douze mois. Capture d'écran
Dans sa première interview en tant que président de la 76e session de l'Assemblée, Abdallah Shahid raconte à Arab News sa vision pour son mandat de douze mois. Capture d'écran
Short Url
Publié le Samedi 18 septembre 2021

Climat et droits des femmes, priorités du nouveau chef de l'Assemblée générale de l'ONU

  • Dans sa première interview en tant que président de la 76e session de l'Assemblée, Abdallah Shahid raconte à Arab News sa vision pour son mandat de douze mois
  • Il salue également les efforts saoudiens «exceptionnels» pour lutter contre le changement climatique et exhorte les autres pays à suivre l'exemple du Royaume

NEW YORK: Le diplomate maldivien Abdallah Shahid a prêté serment cette semaine en tant que président de la 76e session de l'Assemblée générale des nations unies. Pour sa première interview depuis son entrée en fonction, il s'est entretenu exclusivement avec Arab News et a partagé sa vision de ce qu'il entend être une «présidence de l'espoir».

Arab News a été le premier média à visiter son nouveau bureau, récemment libéré par le précédent occupant, Volkan Bozkir, à la fin de son mandat d'un an.

Nous avons été chaleureusement accueillis non seulement par M. Shahid, mais aussi par de nombreux membres de l'équipe de la mission des Nations unies aux Maldives. Son élection a été saluée comme une grande réussite pour sa petite nation insulaire et une autre étape vers une véritable représentation à l'Organisation des nations unies (ONU).

Abdallah Shahid, ministre des Affaires étrangères de son pays, assume son nouveau rôle à l'ONU à un moment où le monde est embourbé dans les désastres. La pandémie de Covid-19 continue de faire rage dans le monde entier alors que les pays riches accumulent des vaccins. La planète envoie quotidiennement des signaux d'alerte indiquant que nous ne pouvons plus nous permettre d'ignorer les effets dangereux du changement climatique. Les conflits prolongés continuent de chasser des millions de personnes de leurs foyers vers les camps de réfugiés.

À l'heure actuelle, on ne peut s'empêcher de se demander où réside exactement l'espoir et comment le retrouver?

Les Maldives, nation insulaire au cœur de l'océan Indien, sont le pays le plus bas du monde, avec une altitude moyenne de 1,5 mètre. Le point culminant naturel de son territoire n'est que de 5,1 mètres.

«Venant des Maldives, la question du changement climatique est une menace existentielle pour nous», déclare M. Shahid. «Nous vivons chaque jour, jour après jour, avec le risque de nous noyer. Le niveau de la mer monte. Les scientifiques prédisent que nous avons franchi la ligne rouge; 2040 est une date au-delà du point de basculement. Mais aux Maldives, nous survivons avec l'espoir, car nous devons croire au bien commun de l'humanité.»

Le bien commun n'a peut-être jamais été autant pris en compte et discuté que pendant la pandémie, qui a plongé les économies dans la dépression et fait des ravages dans la vie des gens avec la disparition d'êtres chers, la perte d'emplois et les confinements qui créent des difficultés mentales pour beaucoup.

«Mais il y avait une lueur d'espoir dans tout cela: le service désintéressé du personnel de santé, leur sacrifice malgré les dangers évidents pour eux-mêmes», souligne Abdallah Shahid.

«Nous ne devons donc pas perdre espoir en l'humanité. La bonté de l'humanité est là – nous devons nous assurer qu'elle prospère, nous devons la célébrer. Si nous perdons espoir, qu'y a-t-il pour nous? Il n'y a rien. La seule chose sur laquelle nous bâtissons, c'est l'espoir que la bonté de l'humanité survivra.»

Toutes les questions que M. Shahid considère comme prioritaires sont évidentes depuis un certain temps. Les scientifiques et les agences des Nations unies savent, par exemple, ce qui doit être fait pour atténuer le changement climatique, ralentir la propagation de la Covid-19 et inclure les personnes les plus vulnérables dans les efforts de reconstruction mondiale.

La seule chose qui manque, entend-on sans cesse dans les couloirs de l'ONU, c'est la volonté politique d'agir.

Depuis qu'il a été élu président de l'Assemblée générale en juin avec une large majorité, Abdallah Shahid a rencontré des représentants de chacun des 193 États membres de l'ONU. En conséquence, il a une perspective légèrement différente sur la question de la volonté.

«Je pense qu'il y a une grande volonté politique – elle doit être exploitée», précise-t-il. «Nous sommes 193 pays. La Charte des nations unies commence par ces trois mots: “Nous, les peuples.” Ainsi, les 193 pays ne sont pas 193 pays à eux seuls. Ils sont également “les peuples”».

À titre d'exemple, il déclare: «J'ai eu le privilège d'interagir avec le groupe de jeunes conseillers sur le changement climatique du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Ils sortent des sentiers battus. Ils sont déçus. Ils parlent d'action. Et ils représentent 1,8 milliard de jeunes dans le monde. Et ces 1,8 milliard de jeunes représentent 193 pays.

«Donc je vois la volonté. Je peux les entendre fort, clairement. Tout ce que nous devons faire, c'est commencer à écouter.»

De la même façon que pour les Maldives, le changement climatique est également une menace existentielle pour de nombreuses personnes dans les États du Golfe producteurs de pétrole. La région est depuis des années prise dans un cercle vicieux de hausse des températures qui conduit à une utilisation accrue des climatiseurs, ce qui nécessite plus de combustibles fossiles pour les alimenter, entraînant une augmentation des températures supplémentaire.

M. Shahid estime que les plans du Royaume pour une initiative verte saoudienne et une initiative verte au Moyen-Orient, annoncés cette année et officiellement lancés en octobre, pourraient complètement inverser cette tendance et mettre la région sur la voie de la transformation.

«Je salue le leadership saoudien pour leurs initiatives, telles que l'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient», indique-t-il. «La plantation de milliards d'arbres va totalement transformer le paysage du Moyen-Orient. Les dirigeants saoudiens mènent la lutte internationale dans le domaine du changement climatique, comme tant d'autres pays du Golfe notamment les Émirats arabes unis (EAU) et le Qatar.

«Étant des pays producteurs de pétrole, l'objectif qu'ils ont fixé est exceptionnel. Le leadership dont ils font preuve est remarquable. Et je souhaite que de nombreux autres pays dans de nombreuses autres régions du monde suivent le leadership saoudien sur cet aspect du changement climatique.»

Abdallah Shahid n'avait que 26 ans lorsqu'en tant que jeune diplomate, il assiste à sa première session de l'Assemblée générale. Cela le convainc immédiatement que la voie à suivre pour trouver des solutions aux problèmes du monde réside dans le système multilatéral.

«Les choses sont très interconnectées», souligne-t-il. «Ce qui se passe dans un pays a un effet d’entraînement sur beaucoup d'autres. Aucun pays ne peut survivre seul.»

La plus grande menace pour cette approche multilatérale est l’ultranationalisme qu’il qualifie de «complètement dépassé».

«L'unité est la seule solution», affirme M. Shahid. «Prenez la pandémie de Covid-19. La seule chose qu’elle nous a apprise est que personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité. C'est le travail des dirigeants ici à l'ONU, des pays respectés, de continuer à faire passer le message que l'unité fait la force.»

Cependant, comme le sait quiconque suit les travaux de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité, l'unité est une denrée rare. Les tensions sont légion dans le travail des organes de l'ONU.

Abdallah Shahid déclare que le rôle de l'Assemblée générale a évolué au cours des soixante-quinze années écoulées depuis la création de l'ONU, mais un examen plus approfondi de cette évolution soulève des questions quant à savoir si tout va dans la bonne direction. Par exemple, cette évolution oscille entre le fait de défendre fermement la Déclaration universelle des droits de l'homme, promulguée pour la première fois dans la salle des Assemblées, et d'être figé sur la question.

Par ailleurs, une source de tension entre les États membres concerne les relations entre les pays en développement, plus petits, qui veulent davantage avoir leur mot à dire dans les délibérations de l'ONU, et les nations riches qui sont les principaux donateurs de l'organisation.

Il n'en a pas toujours été ainsi. La résolution Uniting for Peace en 1950, initiée par les États-Unis, stipule que si le Conseil de sécurité «ne s'acquitte pas de sa responsabilité principale de maintenir la paix et la sécurité, l'Assemblée générale doit se saisir elle-même de la question et exhorter à une action collective».

Cette résolution a été mise en œuvre lors de la crise de Suez en 1956, lorsque l'intervention de l'ONU a conduit à un cessez-le-feu, au retrait des troupes et à la mise en place de la première force de maintien de la paix.

Près d'un demi-siècle plus tard, cependant, lorsque l'invasion américaine de l'Irak en 2003 a provoqué des appels de nombreuses organisations pour que l'Assemblée générale se saisisse de la question et sorte de l'impasse du Conseil de sécurité, elle a refusé de le faire.

Plus récemment, les efforts visant à revitaliser les travaux de l'Assemblée générale se sont concentrés sur l'augmentation de son pouvoir par rapport au Conseil de sécurité, la promotion d'une plus grande transparence et l'amélioration de la qualité des débats. Certains disent qu'il s'agit d'une institution importante qui n'a jamais tout à fait défini son rôle en tant qu'organe véritablement délibératif et fonctionnel.

L'Assemblée générale a le pouvoir de censurer les États qui violent les principes de la Charte des nations unies. Dans les années 1960, par exemple, elle a suspendu la délégation sud-africaine de l'ONU en raison de la pratique continue de l'apartheid, en violation des résolutions du Conseil de sécurité et du droit international. Le pays n'a été réadmis qu'en 1994 à la suite de sa transition démocratique.

En août 2012, l'Assemblée générale a voté par 133 voix contre 12 pour dénoncer le gouvernement syrien pour les atrocités commises lors du soulèvement. Et en décembre 2019, elle a adopté une résolution non contraignante condamnant les violations des droits humains contre les Rohingyas musulmans au Myanmar.

Selon M. Shahid, «le consensus de l'Assemblée générale reflète la conscience du monde. C'est le pouvoir de l'Assemblée générale.»

Une façon de renforcer ce pouvoir et de rendre les débats plus délibératifs, affirme-t-il, consiste à inviter «d'autres voix» à prendre la parole, notamment des représentants de la société civile, des universitaires, des scientifiques, des experts en matière de genre et des jeunes.

Avec la participation de telles voix, «l'Assemblée générale prospérera», ajoute Abdallah Shahid.

Le Conseil de sécurité, quant à lui, devrait «refléter les réalités actuelles du monde», souligne-t-il, et les réformes du Conseil devraient être accélérées car sa crédibilité même est en jeu.

Un élément au cœur du programme de M. Shahid, et vital pour que toute réforme puisse même commencer, est l'inclusion des femmes.

«Les femmes ont été exploitées, piétinées, supprimées pendant trop longtemps; nous ne devrions pas l'accepter», déclare-t-il en appelant tous ceux qui ne sont pas encore devenus des «défenseurs du genre» à rejoindre le combat.

Dans ce qui est peut-être l'une de ses positions les plus radicales, il s'est engagé dans son nouveau rôle à ne participer à aucun panel qui ne respecte pas la parité.

«Mes collaborateurs m'ont dit que ce serait difficile à imposer, mais je leur ai dit que c'était leur travail de s'assurer que les panels soient équilibrés», ajoute-t-il.

«Pour moi en tant que président, c'est très simple, je dirai: “Non, s'il n'y a pas de parité, je ne participerai pas”. Cette déclaration elle-même, venant du président de l'Assemblée générale, est un message fort qui sera respecté. Et j'espère que s'ils veulent que je participe à ces panels, ils veilleront à ce qu'il y ait un équilibre entre les sexes.»

«La prochaine fois que de telles organisations ou associations organiseront des panels, elles se souviendront que le président Shahid a insisté sur le fait que les panels doivent respecter la parité.»

Pour ceux qui continuent de douter de la nécessité ou de l'aptitude des femmes à occuper des postes de direction et des rôles décisionnels, le message de M. Shahid est on ne peut plus simple.

«Si la personne qui doute du rôle des femmes est un homme, je lui demanderais de s'asseoir et de réfléchir à son origine. Qui a porté cette personne pendant neuf mois? La mère», déclare-t-il. «C'est très simple: respecte ta mère. Donne à ta mère le respect qu'elle mérite.»

«Et quand vous avez une fille, regardez-la, voyez si vous voudriez que votre fille souffre. Respectez votre fille, c'est très personnel.»

Ne pas reconnaître l'importance et la valeur des femmes signifie que le monde gaspille l'une de ses grandes ressources humaines, souligne Abdallah Shahid.

«Le monde est composé d'hommes et de femmes. Si nous voulons enfermer la moitié de la population mondiale et ne pas en tirer profit, nous utilisons seulement 50 % de la population», précise-t-il. «Est-ce que cela a du sens au niveau économique? Au niveau humanitaire? Au niveau social?»

«Il ne faut pas être un génie pour dire simplement que la seule façon pour l'humanité de progresser est de respecter les femmes.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Italie: le braconnage des dattes de mer, grave menace pour la côte

Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers. (AFP)
Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers. (AFP)
Short Url
  • La croissance de la datte de mer est très lente, il lui faut trois décennies pour atteindre seulement cinq centimètres, ce qui signifie qu'une fois pêchée elle n'est pas vite remplacée
  • Il y a trente ans, le biologiste marin Stefano Piraino et ses collègues ont découvert que plus de 40% de la côte ouest des Pouilles était gravement endommagée par la récolte des dattes de mer

MONOPLI: Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers.

Ils ne cherchent aucun trésor enfoui mais des preuves de la chasse aux moules connues comme dattes de mer, un mollusque interdit devenu un symbole de statut social et dont le braconnage détruit de manière irréversible les côtes italiennes.

Juste sous la surface, la roche calcaire qui abrite d'innombrables organismes est éventrée par des centaines de trous artificiels, preuve que des braconniers sans scrupules ont brisé, écrasé, voire dynamité le récif pour en extraire les dattes de mer qui s'y trouvent.

"Ces hommes mettent leurs bouteilles d'oxygène et leurs masques, descendent... avec un marteau et un burin et commencent à casser la roche", explique Arcangelo Raffaele Gennari, commandant de la police financière à Monopoli, ville portuaire des Pouilles. "Il y a des cas où nous avons saisi des mini-marteaux-piqueurs", ajoute-t-il à l'AFP, assurant que "même des explosifs ont été utilisés".

Ce qui alimente ce trafic, c'est la flambée des prix atteints sur le marché noir pour la modeste "Lithophaga lithophaga" brune, qui peut coûter près de 200 euros (205 dollars) le kilo.

Les braconniers approvisionnent les marchés aux poissons ou les propriétaires de restaurants qui vendent au noir à tous ceux voulant exhiber leur richesse lors des déjeuners dominicaux avec un plateau de fruits de mer crus ou des spaghettis spéciaux.

"Si vous pensez qu'en une heure et demie ou deux, si vous trouvez le bon endroit, vous arrivez à sortir huit ou neuf kilos... vous avez gagné une somme d'argent exorbitante en une journée", indique M. Gennari.

Des récifs dénudés 

Il y a trente ans, le biologiste marin Stefano Piraino et ses collègues ont découvert que plus de 40% de la côte ouest des Pouilles était gravement endommagée par la récolte des dattes de mer.

Pour cette raison l'Italie a interdit en 1998 la collecte, la vente et la consommation de ces moules, suivie en 2006 d'une interdiction à l'échelle européenne.

Retournant cette année dans les mêmes zones, M. Piraino a jusqu'à présent trouvé moins de sites présentant des dommages récents, mais a peu d'espoir pour les récifs déjà détruits.

Le temps ne suffit pas à guérir la surface rocheuse "toute blanche, dénudée" et dépourvue de vie, a-t-il déclaré : "C'est un impact dévastateur".

La croissance de la datte de mer est très lente, il lui faut trois décennies pour atteindre seulement cinq centimètres, ce qui signifie qu'une fois pêchée elle n'est pas vite remplacée.

Mais l'impact sur le délicat écosystème marin, où non seulement le récif mais tous les organismes qui en dépendent sont détruits, est encore plus grave.

Une étude réalisée en 2019 par l'université Parthenope de Naples a révélé une moyenne de 1.500 trous artificiels par mètre carré dans les récifs du sud-ouest de la péninsule de Sorrente, des dommages qui finissent par provoquer l'effondrement de la roche et endommager les fonds marins.

Les chercheurs étudient les moyens d'aider les récifs à se reconstituer, notamment en éliminant les oursins, dont le broutage empêche la nouvelle végétation de pousser sur les rochers, ou en plantant des semis de minuscules organismes dans l'espoir qu'ils se propagent.

Mais le problème ne se limite pas à l'Italie, a averti M. Piraino, qui a appelé à mieux appliquer les règles dans toute la Méditerranée.

Une recherche sur TripAdvisor a permis de trouver des dattes de mer montrées sur des photos de l'année dernière dans des restaurants d'Albanie, de Slovénie et du Monténégro, où elles sont également illégales mais plus faciles à trouver.

Désastre environnemental 

En mars, des groupes de défense de l'environnement ont salué la condamnation à six ans de prison du chef d'un réseau criminel opérant dans des zones protégées près de Naples et de l'île de Capri - la toute première condamnation pour le crime de "désastre environnemental" lié aux dattes de mer, jugeant que ce braconnage "a un impact irréversible" sur l'écosystème.

Les autorités se montrent de plus en plus sévères à l'égard de chaque maillon de la chaîne, des pêcheurs aux consommateurs.

L'année dernière, les Pouilles ont saisi environ 97 tonnes de fruits de mer illégaux, dont des dattes de mer, soit les plus importantes saisies en Italie, selon le groupe environnemental Legambiente.

La plupart des infractions de pêche illégale se produisent en Sicile, dans les Pouilles et en Campanie.

Mais les autorités ne peuvent pas gagner la bataille tant qu'il existe un marché de consommateurs consentants.

"Nous devons faire comprendre que lorsque vous mangez une assiette de linguini avec des datte de mer, c'est un mètre carré entier d'écosystème qui a été détruit", conclut M. Piraino.


L'ancien président du Sri Lanka est arrivé en Thaïlande

Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie aérienne saoudienne à destination de Singapour et transportant le président en fuite du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa, sa femme et deux gardes du corps se prépare à décoller à l'aéroport international de Velana à Malé le 14 juillet 2022. (Photo par AFP)
Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie aérienne saoudienne à destination de Singapour et transportant le président en fuite du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa, sa femme et deux gardes du corps se prépare à décoller à l'aéroport international de Velana à Malé le 14 juillet 2022. (Photo par AFP)
Short Url
  • Le leader déchu a atterri en jet privé à l'aéroport international de Don Mueang vers 20h00 (1200 GMT), a indiqué un haut fonctionnaire thaïlandais
  • Il a quitté la section VIP de l'aéroport environ 40 minutes plus tard avec son épouse et est monté dans une berline noire, ont rapporté les médias locaux

BANGKOK: L'ancien président du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa est arrivé jeudi à Bangkok après l'expiration de son visa à Singapour, où il s'était réfugié après avoir fui son palais envahi par des manifestants.

Le leader déchu a atterri en jet privé à l'aéroport international de Don Mueang vers 20h00 (1200 GMT), a indiqué un haut fonctionnaire thaïlandais.

Il a quitté la section VIP de l'aéroport environ 40 minutes plus tard avec son épouse et est monté dans une berline noire, ont rapporté les médias locaux.

"En tant que détenteur d'un passeport diplomatique sri lankais, l'ancien président peut entrer en Thaïlande sans visa pour une période de 90 jours (...). Le séjour est temporaire avec l'intention d'effectuer un autre trajet (pour quitter la Thaïlande, ndlr). Aucun asile politique n'a été demandé", avait indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué transmis à la presse.

Gotabaya Rajapaksa a fui le Sri Lanka le 9 juillet après la prise d'assaut de sa résidence officielle par des dizaines de milliers de manifestants exaspérés par la grave crise économique que traverse le pays.

Après une escale aux Maldives, il est arrivé à Singapour le 14 juillet, d'où il a présenté sa démission. Son visa de quatorze jours a été prolongé une fois par les autorités locales, jusqu'au 11 août.

"Il a demandé une nouvelle extension, mais il n'a pas eu de réponse mercredi matin", a indiqué à l'AFP depuis Colombo un proche de l'ancien président.

Son plan serait désormais de retourner à Singapour après un séjour de courte durée en Thaïlande, selon cette source.

L'AFP n'a pas pu joindre l'ambassade srilankaise à Singapour, qui a soutenu le projet de Gotabaya Rajapaksa de prolonger son séjour dans la cité-État.

Le leader déchu, âgé de 73 ans, serait prêt à retourner au pays, alors que les protestions contre son pouvoir se sont atténuées, mais son successeur Ranil Wickremesinghe lui a déconseillé de retourner si tôt, a expliqué à l'AFP l'un de ses proches.


L'Ethiopie dit avoir terminé la 3e phase du remplissage de son mégabarrage

Dans ce dossier photo prise le 19 février 2022 Cette vue générale montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) à Guba, en Éthiopie. (AFP)
Dans ce dossier photo prise le 19 février 2022 Cette vue générale montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) à Guba, en Éthiopie. (AFP)
Short Url
  • L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu
  • La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier

ADDIS ABEBA: L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu, en dépit des protestations du Soudan et de l'Egypte, riverains du Nil en aval.

"Ce que vous voyez derrière moi, c'est le 3e remplissage terminé", a annoncé le Premier ministre Abiy Ahmed dans un discours télévisé depuis le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (Gerd), situé dans le nord-ouest du pays, et présenté comme le plus grand d'Afrique.

La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier, a-t-il précisé.

"Le Nil est un cadeau que Dieu nous a offert pour que les Ethiopiens l'utilisent", a poursuivi M. Abiy, répondant implicitement aux critiques du Soudan et de l'Egypte. "Ceux qui n'assument pas les responsabilités qui leur ont été confiées sont critiquables".

Soudan et Egypte ont plusieurs fois demandé à l'Ethiopie de cesser ses opérations de remplissage du Gerd, en attendant la conclusion d'un accord tripartite sur ce sujet et sur les modalités de fonctionnement du barrage.

Tributaires du Nil, les deux pays affirment que ce mégabarrage, d'une puissance annoncée de plus de 5 000 mégawatts (MW) à terme et une capacité de retenue de 74 milliards de m3, va nuire à leur approvisionnement en eau.

Fin juillet, l'Egypte avait protesté auprès du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'intention annoncée de l'Ethiopie de poursuivre "unilatéralement" durant la saison des pluies en cours le remplissage du réservoir entamé en juillet 2020, ce malgré l'absence d'accord entre les trois pays concernés par le sujet.

Jeudi, M. Abiy a démarré la deuxième turbine - sur les 13 prévues - de ce barrage qui doit permettre de doubler la production électrique actuelle de l'Ethiopie.