Le Capitole sous haute sécurité avant une manifestation en soutien des pro-Trump

Vue du Capitole américain le 17 septembre 2021 alors que la sécurité est renforcée un jour avant un rassemblement prévu par les partisans des personnes arrêtées à la suite de l'assaut du 6 janvier, à Washington, DC (Photo, AFP)
Vue du Capitole américain le 17 septembre 2021 alors que la sécurité est renforcée un jour avant un rassemblement prévu par les partisans des personnes arrêtées à la suite de l'assaut du 6 janvier, à Washington, DC (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 18 septembre 2021

Le Capitole sous haute sécurité avant une manifestation en soutien des pro-Trump

  • Le Pentagone tient prêts 100 membres de la Garde nationale pour les déployer si les forces de police ne suffisent pas
  • «Concrètement, le +scénario le plus probable de violence+ réside dans la possibilité de heurts entre les manifestants et des contre-manifestants»

WASHINGTON : Le Capitole était l'objet vendredi à Washington de fortes mesures de sécurité, à la veille d'une manifestation en soutien des partisans de Donald Trump arrêtés pour avoir participé au violent assaut du siège du Congrès américain le 6 janvier.


"Il y a eu certaines menaces de violences liées aux événements de demain", a expliqué Tom Manger, le chef de la police du Capitole, lors d'une conférence de presse où les autorités ont toutefois insisté sur le fait qu'elles s'attendaient à un rassemblement pacifique.


A la différence du 6 janvier, le Congrès ne sera pas en séance et les parlementaires ne seront donc pas à l’intérieur lorsque les manifestants se retrouveront samedi à midi près de cette enceinte, sous le mot d'ordre "Justice for J6" (Justice pour le 6 janvier).


Une haute barrière a été érigée sur la place autour de l'imposant bâtiment surmonté d'un dôme blanc et la police a prévu de fermer les routes alentour dès vendredi soir. Le Pentagone tient prêts 100 membres de la Garde nationale pour les déployer si les forces de police ne suffisent pas. 


"Nos policiers sont prêts", a affirmé Sean Gallagher, un autre responsable de la police du Capitole. "Nous espérons et nous attendons à des événements pacifiques ce week-end mais (...) nous pourrons répondre à toute éventualité." 


Concrètement, le "scénario le plus probable de violence" réside dans la possibilité de heurts entre les manifestants et des contre-manifestants, a expliqué Tom Manger.


L'organisation "Look Ahead America" a demandé l'autorisation de rassembler jusqu'à 700 manifestants près du Capitole pour dénoncer "le traitement tyrannique et inhumain des prisonniers politiques du 6 janvier". 


Elle a demandé aux participants de ne pas porter de signes politiques et de rester pacifiques. 


"Nous condamnons toutes les violences", a martelé le directeur de "Look Ahead America" Matt Braynard, sur la chaîne CSPAN vendredi. 

«Un de moins»

Le 6 janvier, des milliers de partisans de Donald Trump s'étaient rassemblés aux abords de la Maison Blanche pour écouter celui qui était encore président.


Puis plusieurs centaines d'entre eux, criant à la fraude lors de la présidentielle de novembre, remportée par Joe Biden, avaient forcé l'entrée du Capitole pendant que les parlementaires, en présence du vice-président Mike Pence, certifiaient la victoire du démocrate.¨


Plus de 600 personnes ont été arrêtées pour leur participation à l'attaque et la majorité ont été inculpées, pour des chefs plus ou moins lourds. Plus de 50 ont plaidé coupable et d'autre part, six ont été condamnées par des tribunaux fédéraux.


L'une des manifestantes, Ashli Babbitt, avait été tuée par balle par un policier alors qu'elle tentait par la force de rejoindre l'hémicycle de la Chambre des représentants. Les organisateurs veulent aussi réclamer "justice" pour cette ancienne militaire, samedi. 


Acquitté en février après un procès en destitution pour incitation à la violence, mené au Congrès après l'insurrection, Donald Trump affirme encore, sans aucune preuve, que l'élection a été "truquée" et défend les manifestants arrêtés. Des individus "persécutés (...) injustement", a-t-il affirmé jeudi.


Encore très influent au sein du parti républicain, Donald Trump a juré tout faire pour que les rares parlementaires de son camp --dix sur 211-- qui avaient voté pour sa mise en accusation à la Chambre ne soient pas réélus en 2022. 


L'un d'eux, Anthony Gonzalez, a été le premier jeudi à annoncer qu'il ne se représenterait pas. 


"Un de moins, plus que neuf", a commenté le milliardaire vendredi, dans un communiqué. 


Allemagne : verdict crucial pour la reconnaissance du «génocide» des Yazidis

Dans cette photo d'archive prise le 24 avril 2020, l’accusé irakien Taha Al-Jumailly cache son visage avant  le début de son procès pour génocide et meurtre d'une jeune fille yézidie qu'il détenait comme esclave, devant le tribunal régional supérieur (OLG) de Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne. Un tribunal de Francfort doit rendre son verdict lors du procès le 30 novembre 2021. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 24 avril 2020, l’accusé irakien Taha Al-Jumailly cache son visage avant le début de son procès pour génocide et meurtre d'une jeune fille yézidie qu'il détenait comme esclave, devant le tribunal régional supérieur (OLG) de Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne. Un tribunal de Francfort doit rendre son verdict lors du procès le 30 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «C'est la première fois dans l'histoire des Yazidis qu'un auteur (de crimes) se retrouve devant un tribunal pour des accusations de génocide»
  • L'Irakien Taha Al-Jumailly, qui a rejoint les rangs de l'EI en 2013, répond depuis avril 2020 de génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre et trafic d'êtres humains, notamment

BERLIN : La justice allemande doit décider mardi si un jihadiste irakien s'est rendu coupable de génocide de la minorité yazidie, un verdict crucial pour la reconnaissance des exactions commises contre cette communauté kurdophone par l'organisation Etat islamique (EI). 

Le jugement, qui sera prononcé par la Haute Cour régionale de Francfort, est très attendu car en cas de condamnation de l'accusé, ce serait la première fois au monde qu'une instance judiciaire juge que les exactions commises contre les Yazidis relèvent du "génocide", déjà reconnu comme tel par des enquêteurs de l'ONU.

«Moment historique»

"C'est un moment historique pour la communauté", souligne auprès de l'AFP Natia Navrouzov, avocate et membre de l’ONG Yazda, qui rassemble les preuves des crimes commis par l’EI envers les Yazidis. 

"C'est la première fois dans l'histoire des Yazidis qu'un auteur (de crimes) se retrouve devant un tribunal pour des accusations de génocide", dit-elle.

L'Irakien Taha Al-Jumailly, qui a rejoint les rangs de l'EI en 2013, répond depuis avril 2020 de génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre et trafic d'êtres humains, notamment. 

Il risque la perpétuité sans possibilité de demander une libération au bout de 15 ans.

La justice allemande lui reproche d'avoir durant l'été 2015 à Falloujah, en Irak, laissé mourir de soif une fillette yazidie de 5 ans qu'il avait avec sa mère "achetée comme esclave", selon l'accusation.

Pour ce forfait, son ex-épouse Jennifer Wenisch, 30 ans, a déjà été condamnée à dix ans de réclusion le mois dernier pour "crime contre l'humanité ayant entraîné la mort" de l'enfant. 

La mère de la petite fille, Nora B., a raconté à la barre le calvaire enduré par son enfant, "attachée à une fenêtre" à l'extérieur de la maison par des températures "pouvant aller jusqu'à 50°", selon le parquet.

L'accusé, aujourd'hui âgé de 29 ans, entendait punir la fillette, à qui il infligeait des maltraitances, pour avoir uriné sur un matelas.

Multiples viols

La mère, analphabète et qui s'exprime parfois avec confusion en kurmandji, l'une des langues kurdes, a témoigné avoir été violée à de multiples reprises par des jihadistes de l'EI après qu'ils eurent envahi son village des monts Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, en août 2014.

La minorité ethno-religieuse yazidie a été particulièrement persécutée par l'EI qui a réduit ses femmes à l'esclavage sexuel et tué des hommes par centaines.

La mère est représentée par trois avocats, dont la Libano-britannique Amal Clooney. Celle-ci est à la tête - avec le Prix Nobel de la Paix 2018, Nadia Murad, ancienne esclave sexuelle de l'EI et originaire du même village que la victime - d'une campagne pour faire reconnaître ces crimes comme un génocide. 

Pour juger cet Irakien, arrêté en Grèce en 2019 sur mandat d'arrêt international, l'Allemagne applique le principe de la "compétence universelle" qui permet à un Etat de poursuivre les auteurs d'infractions les plus graves même quand elles ont été commises hors du territoire national.

Ce procès envoie donc "un message clair : peu importe où les crimes ont été commis et peu importe où se trouvent les auteurs, grâce à la compétence universelle, ils ne peuvent pas se cacher", insiste Natia Navrouzov.

L'Allemagne, où vit une importante diaspora yazidie, est l'un des rares pays à s'être saisi judiciairement des exactions commises par l'Etat islamique contre cette minorité. 

La justice a déjà prononcé cinq condamnations pour crimes contre l'humanité de femmes, qui s'étaient rendues dans les territoires conquis par l'EI, pour des crimes en lien avec cette communauté aujourd'hui décimée. 

En mai, une équipe d'enquête spéciale de l'ONU avait annoncé avoir recueilli la "preuve claire et convaincante" qu'un génocide a été commis par les jihadistes contre les Yazidis.

Nadia Murad avait alors réclamé au Conseil de sécurité de l'ONU de saisir la Cour pénale internationale ou de créer un tribunal spécifique pour le "génocide" commis contre sa communauté.


La Barbade a proclamé la république et dit adieu à Elizabeth II

Le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley, arrive pour assister à la cérémonie d'investiture présidentielle à Heroes Square le 29 novembre 2021 à Bridgetown, à la Barbade. (Photo, AFP)
Le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley, arrive pour assister à la cérémonie d'investiture présidentielle à Heroes Square le 29 novembre 2021 à Bridgetown, à la Barbade. (Photo, AFP)
Short Url
  • Déjà indépendante du Royaume-Uni depuis 1966, la Barbade a célébré sa transition de la monarchie vers un régime républicain après quelque quatre siècles de sujétion au souverain britannique
  • L'île connue pour ses plages paradisiaques, son rhum et pour être le lieu de naissance de la superstar mondiale Rihanna a désormais pour cheffe d'Etat une autre femme, Sandra Mason

BRIDGETOWN, BARBADE : La Barbade s'est officiellement proclamée république mardi, ne reconnaissant ainsi plus la reine Elizabeth II comme cheffe d'Etat.

Déjà indépendante du Royaume-Uni depuis 1966, la Barbade a célébré sa transition de la monarchie vers un régime républicain après quelque quatre siècles de sujétion au souverain britannique.

L'île connue pour ses plages paradisiaques, son rhum et pour être le lieu de naissance de la superstar mondiale Rihanna a désormais pour cheffe d'Etat une autre femme, Sandra Mason, jusque-là gouverneure générale du pays, après son élection en octobre au suffrage universel indirect.

Mme Mason a prêté serment à minuit lundi soir dans la capitale, Bridgetown, lors d'une cérémonie officielle marquée également par le remplacement de l'étendard de la reine par le drapeau présidentiel.

"Moi, Sandra Prunella Mason, jure d'être fidèle et de porter une véritable allégeance à la Barbade conformément à la loi, avec l'aide de Dieu", a déclaré la nouvelle présidente en prêtant serment.

« Lien spécial du Commonwealth »

Cette cérémonie, en présence du prince Charles, fils d'Elizabeth II, et de Rihanna, n'était toutefois pas ouverte au public mais le couvre-feu dû à la pandémie a été suspendu pour que les habitants puissent profiter des festivités, dont des projections et des feux d'artifice à travers l'île.

"Je ne suis pas emballé outre mesure à l'idée que la Barbade devienne une république, tout simplement parce que le fait que nous le devenions n'est pas vraiment connu de la population", affirme Ian Trotman, un fabricant de textile de 58 ans qui estime qu'une campagne d'information à l'intention des habitants aurait dû avoir lieu.

La Barbade reste membre de l'organisation du Commonwealth, ainsi que l'a relevé le Premier ministre britannique Boris Johnson dans un communiqué lundi.

"Nous resterons des amis et alliés loyaux, en nous appuyant sur les affinités et connexions durables entre nos peuples et sur le lien spécial du Commonwealth", a écrit M. Johnson.

A la Barbade, le prince de Galles a été rattrapé par une polémique qui a éclos au cours du week-end sur des remarques qu'il aurait faites il y a quelques années à propos de la couleur de peau des futurs enfants du couple formé par son fils Harry et Meghan Markle.

Le prince Charles, prince de Galles, regarde le drapeau britannique Royal Standard être plié après avoir été abaissé lors de la cérémonie d'investiture présidentielle à Heroes Square le 29 novembre 2021 à Bridgetown, à la Barbade
Le prince Charles, prince de Galles, regarde le drapeau britannique Royal Standard être plié après avoir été abaissé lors de la cérémonie d'investiture présidentielle à Heroes Square le 29 novembre 2021 à Bridgetown, à la Barbade. (Photo, AFP)

Ces remarques, rapportées dans un livre à paraître mardi, ont été démenties par les services du prince Charles: "Il s'agit de fiction et ne mérite pas d'autre commentaire", a déclaré un porte-parole de Clarence House.

Les questions de l'influence britannique et du racisme ont été déterminantes dans la décision de la Barbade de devenir une république, l'île étant encore marquée par l'héritage de plusieurs siècles d'esclavage.

« Préjudices passés »

Des critiques visaient déjà l'invitation du prince Charles par la Première ministre barbadienne Mia Mottley, qui doit lui remettre la plus haute distinction de l'île, l'Ordre de la Liberté ("Order of Freedom"). 

"La famille royale britannique est coupable d'exploitation dans cette zone et pourtant, elle n'a présenté aucune excuse officielle ou forme de dédommagement pour les préjudices passés", estime Kristina Hinds, professeure de relations internationales à l'université des Indes occidentales à la Barbade.

Pour certains militants, comme Firhaana Bulbulia, fondatrice de l'Association musulmane de la Barbade, la colonisation britannique et l'esclavage sont ainsi directement responsables des inégalités sur l'île.

"Les écarts de richesse, la capacité à être propriétaire, même l'accès aux prêts bancaires, tout cela est lié aux structures créées sous le pouvoir britannique", soutient la jeune femme de 26 ans. 

"Les chaînes physiques (de l'esclavage) ont été brisées et nous ne les portons plus, mais les chaînes mentales persistent dans nos esprits", lance-t-elle.

Mais certains habitants pointent l'existence de problèmes plus urgents, notamment la crise économique causée par la pandémie de Covid-19, qui n'a fait que souligner la dépendance du pays envers le tourisme, en particulier issu du Royaume-Uni. 

Avant l'émergence du virus, l'île aux eaux cristallines était visitée chaque année par plus d'un million de personnes. 

Le calme des rues habituellement animées de Bridgetown, le nombre dérisoire de visiteurs et une vie nocturne moribonde témoignent aujourd'hui des difficultés de cette perle des petites Antilles, qui compte environ 287.000 habitants.  

Le chômage atteint près de 16%, en hausse de 9% par rapport aux années précédentes, en dépit de l'augmentation des emprunts gouvernementaux pour financer des travaux du secteur public et créer des emplois.

 


Birmanie: la justice argentine va enquêter sur des crimes contre les Rohingyas

Des réfugiés rohingyas se rassemblent pour marquer le deuxième anniversaire de l'exode au camp de Kutupalong à Cox's Bazar, au Bangladesh. (Photo, Reuters/Archives)
Des réfugiés rohingyas se rassemblent pour marquer le deuxième anniversaire de l'exode au camp de Kutupalong à Cox's Bazar, au Bangladesh. (Photo, Reuters/Archives)
Short Url
  • L'Argentine « est habilitée à poursuivre les investigations même si les faits ont eu lieu en Birmanie en vertu de la réception du principe de compétence universelle qui a été consacrée constitutionnellement »
  • Cette décision va à l'encontre d'un jugement en première instance qui avait refusé l'ouverture d'une enquête après une plainte déposée

BUENOS AIRES : La justice argentine a annoncé l'ouverture d'une enquête sur des accusations de crimes commis par des militaires birmans sur la minorité musulmane rohingya, en vertu du principe de compétence universelle, selon une décision de la Cour d'appel fédérale. 

L'Argentine "est habilitée à poursuivre les investigations même si les faits ont eu lieu en Birmanie en vertu de la réception du principe de compétence universelle qui a été consacrée constitutionnellement", indique une décision vendredi de la Chambre criminelle et correctionnelle fédérale, dont l'AFP a eu copie lundi.

"On ne peut ignorer que les crimes signalés pourraient être de ceux envisagés dans diverses conventions internationales (...) dans lesquelles les crimes de génocide et contre l'humanité sont punissables", poursuit la Cour. "La gravité des faits imputés (...) autorisent qu'ils soient entendus dans notre pays".

Cette décision va à l'encontre d'un jugement en première instance qui avait refusé l'ouverture d'une enquête après une plainte déposée.

La justice argentine avait accepté d'examiner l'affaire fin 2019 après une requête de Maung Tun Khin, président de l'Organisation des Rohingyas birmans du Royaume-Uni (BROUK), basée au Royaume-Uni.

"C'est un jour d'espoir non seulement pour nous, les Rohingyas, mais aussi pour les personnes opprimées partout dans le monde. La décision en Argentine montre qu'il n'y a nulle part où se cacher pour ceux qui commettent un génocide. Le monde est fermement uni contre ces crimes odieux", a réagi dans un communiqué Maung Tun Khin.

Six femmes rohingya de Birmanie, réfugiées au Bangladesh, ont participé en août à une audience virtuelle devant la Cour d'appel fédérale qui avait accepté d'examiner leurs cas. 

Selon une des plaignantes, les six femmes "ont été agressées sexuellement et nombre de leurs proches sont morts comme conséquences de la répression" de l'armée birmane, le 27 août 2017, rappelle le tribunal. 

La justice argentine a déjà accepté d'examiner d'autres dossiers en vertu de sa compétence universelle, notamment des crimes commis sous le régime franquiste en Espagne. 

La compétence universelle permet de poursuivre les auteurs des crimes les plus graves quels que soient leur nationalité et l'endroit où les crimes ont été commis.

Environ 850.000 Rohingyas ayant fui leur pays sont entassés dans des camps le long de la frontière entre Bangladesh et Birmanie. La plupart ont fui en 2017 une sanglante répression de l'armée birmane qui, selon l'ONU, pourrait constituer un génocide. 

La Cour pénale internationale (CPI) a ouvert une enquête sur les atrocités commises à l'encontre des Rohingyas. La Birmanie fait également face à des accusations de "génocide" devant la Cour internationale de justice, plus haute instance judiciaire de l'ONU.