Chaleur, gloire et vitesse: à Ingall, une des principales courses de chameaux du Sahara

Des hommes chevauchent leurs chameaux lors de la course de chameaux de la Cure Salee, la fête annuelle des peuples nomades, à Ingall, dans le nord du Niger, le samedi 18 2021. (Photo, AFP)
Des hommes chevauchent leurs chameaux lors de la course de chameaux de la Cure Salee, la fête annuelle des peuples nomades, à Ingall, dans le nord du Niger, le samedi 18 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 20 septembre 2021

Chaleur, gloire et vitesse: à Ingall, une des principales courses de chameaux du Sahara

  • Des dizaines de pick-ups ont été garés stratégiquement pour que, debout sur le toit, on voit le plus loin possible
  • D'autres ont amené leur chameau pour regarder d'en haut

 INGALL: Le petit Moussa, dix ans, se souviendra longtemps de ce samedi de septembre 2021, à Ingall. Malgré son mètre de haut, il a survolé le désert le temps de la principale course de chameaux du Niger, l'une des plus grandes au Sahara. 

Alors que des bêtes de course sont arrivées de tout le pays et du proche voisin algérien, c'est lui, le fils de la brousse de Tchin Tabaraden qui écoule d'habitude les longues journées chaudes à mener dans le désert le bétail de son père, qui s'est hissé à la première place.

Lui, Moussa, qui ne va pas à l'école mais qui monte l'animal au rugissement de dinosaure depuis ses trois ans. Il ne fait les courses que depuis qu'il a sept ans: "avant, j'avais peur de monter seul sur les chameaux". Lui, enfin, qui se prend désormais à rêver d'un avenir doré, dans lequel il aura "plein de chameaux" et surtout, "gagnera d'autres courses!"

Celle d'Ingall, dans le nord du Niger, est l'évènement du festival de la Cure salée, grande fête d'un pastoralisme saharien pris au piège du conflit jihadiste dans la région.

Mais ici, nulle référence à cela, il est temps de s'amuser! "Il y a le football en Europe, ici on a les courses de chameaux", résume Khamid Ekwel,  propriétaire réputé de chameaux de course.

Alors samedi matin, dès l'aube, des centaines d'éleveurs se sont pressés contre les barrières du stade --une piste de cinq kilomètres dans le désert délimitée par des pierres peintes en blanc-- pour assister à la course.

Pick-ups et chèches blancs

Des dizaines de pick-ups ont été garés stratégiquement pour que, debout sur le toit, on voit le plus loin possible. D'autres ont amené leur chameau pour regarder d'en haut. Tous attendent sous le soleil montant dans le ciel bleu, en pariant sur lequel des 25 animaux en course arrivera le premier.

Ceux-là arrivent bientôt et se placent derrière une corde verte tendue sur la ligne de départ. Sur chacun, les jockeys, à peine adolescents: plus légers ils sont, plus vite ira la bête. On attend le départ.

Lahsanne Abdallah Najim, membre du jury et lui même propriétaire d'un des chameaux favoris, est stressé: il doit veiller à la bonne organisation, mais surtout, il veut que sa bête gagne!

Le moment fatidique approche, il se place dans son pick-up, accorde d'un signe à une quinzaine de personnes de monter à l'arrière, réajuste son chèche sur le nez, puis ronge son frein en attendant que le drapeau blanc s'envole enfin.

D'un coup, ça y est. Les chameaux partent au galop, les spectateurs crient. Le véhicule de Lahsanne Abdallah Najim démarre en trombe avec une dizaine d'autres. Le sable s'envole comme les chameaux et bientôt, on ne voit plus grand chose, les bêtes sont déjà loin.

«Sprint terrible»

Dans la voiture, M. Najim sourit: "il y a certains qui choisissent la vitesse maintenant, mais en fin de compte ils seront les derniers, c'est au deuxième tour qu'il faut accélérer."

Deux tours de cinq kilomètres: la course est longue. Après le premier tour, quatre chameaux sont au coude à coude. Celui de Lahsanne Abdallah Najim est parmi ceux-là; sous son chèche il récite des sourates du Coran.

Sur la piste, les motos et les pick-ups filent et leurs conducteurs crient mais les jockeys n'en ont cure. Eux ne font que frapper leurs bêtes pour accélérer: c'est le sprint final!

Bientôt les quatre arrivent devant la tribune où est installé le président nigérien Mohamed Bazoum, et le petit Moussa arbore un grand sourire: sur Mahokat ("le fou"), il finit d'un chouia devant.

"Ca a été un sprint final terrible, et encore plus terrible pour moi car je suis quatrième", dit M. Najim.

L'entraineur de Mahokat, Mohamed Ali, est heureux mais pas surpris. Avant la course, il l'avait prédit: "ce chameau, c'est un chameau qui gagne! Aujourd'hui même, inch'Allah!"

C'est lui qui, au quotidien, monte le chameau, fait des courses d'entrainement. Il explique le nourrir au mil, nourriture à laquelle nombre d'éleveurs de brousse n'ont plus accès faute d'argent.

Ces chameaux de luxe, s'ils vivent au fond du désert, sont connus dans la région: ce sont les mêmes qui gagnent de course en course. Leurs propriétaires sont riches, ils ne recherchent pas l'argent mais la gloire saharienne.

"Il y a des prix certes, mais ce ne sont pas eux qui nous intéressent, c'est de gagner", confirme Hassan Mohamed, grand propriétaire. "On cherche le plaisir et la gloire seulement", ajoute-il en souriant.  


L'Orchestre symphonique d'Asti à AlUla pour jouer avec Andrea Bocelli

Le chanteur d'opéra italien Andrea Bocelli lors d'un concert sur le site du patrimoine mondial Hégra, à AlUla, le 8 avril 2021. (Commission royale pour AlUla/AFP)
Le chanteur d'opéra italien Andrea Bocelli lors d'un concert sur le site du patrimoine mondial Hégra, à AlUla, le 8 avril 2021. (Commission royale pour AlUla/AFP)
Short Url
  • Les cent trente musiciens qui accompagneront Andrea Bocelli à AlUla ont quitté mercredi dernier la ville italienne de Turin
  • Fondé en 2014, l'Orchestre symphonique d’Asti est établi à Meta, une petite ville de la région italienne du Piémont

ROME: Les musiciens de l'Orchestre symphonique d'Asti se disent honorés de jouer vendredi prochain avec Andrea Bocelli, le ténor le plus populaire du monde, au Maraya Concert Hall d'AlUla.
Le concert affiche complet depuis longtemps. Il s’agit de la quatrième représentation du ténor italien à AlUla, ce site prestigieux qui appartient au patrimoine mondial de l'Unesco. L’événement sera diffusé sur la chaîne YouTube du ténor.
Les cent trente musiciens qui accompagneront Andrea Bocelli à AlUla ont quitté mercredi dernier la ville italienne de Turin.
«Nous avons souvent été appelés à accompagner le grand Andrea Bocelli», déclare Enrico Bellati, président de l'Orchestre symphonique d'Asti, au quotidien italien La Stampa. «Jouer à AlUla est pour nous un honneur. C’est une nouvelle expérience inoubliable en perspective.»
Le concert mêlera l’opéra et la musique pop et les spectateurs retrouveront les plus grands succès de Bocelli tels que le célèbre air de Puccini Nessun Dorma.
Fondé en 2014, l'Orchestre symphonique d’Asti est établi à Meta, une petite ville de la région italienne du Piémont.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«Yellowstone», la série qui réconcilie l'Amérique

Photo d'archive prise le 14 janvier 2018, durant laquelle l'acteur Kevin Costner, le producteur/scénariste Taylor Sheridan et les acteurs Kelly Reilly, Luke Grimes, Cole Hauser, Kelsey Asbille et Gil Birmingham de 'Yellowstone' parlent sur scène pendant le Paramount Network partie de la tournée de presse de l'Association des critiques de télévision d'hiver 2018 au Langham Huntington, Pasadena. (Photo, AFP)
Photo d'archive prise le 14 janvier 2018, durant laquelle l'acteur Kevin Costner, le producteur/scénariste Taylor Sheridan et les acteurs Kelly Reilly, Luke Grimes, Cole Hauser, Kelsey Asbille et Gil Birmingham de 'Yellowstone' parlent sur scène pendant le Paramount Network partie de la tournée de presse de l'Association des critiques de télévision d'hiver 2018 au Langham Huntington, Pasadena. (Photo, AFP)
Short Url
  • La série, où les intrigues familiales alternent avec des scènes d'action souvent violentes, met en scène la dynastie Dutton et son patriarche joué par Kevin Costner
  • Preuve d'un succès qui transcende les opinions politiques, «Yellowstone» vient d'être reconnue par Hollywood en décrochant sa première nomination pour les SAG Awards

LOS ANGELES : Avec ses héros à la gâchette facile, sa célébration des rodéos et ses moqueries sur les Californiens bien-pensants, la série télé "Yellowstone" paraît taillée sur mesure pour flatter l'Amérique conservatrice et son électorat républicain.

Mais ce western moderne, mâtiné de soap-opéra, a fini par séduire toutes les sensibilités, devenant un rare terrain d'entente culturel dans un pays profondément divisé sur le plan politique.

La série, où les intrigues familiales alternent avec des scènes d'action souvent violentes, met en scène la dynastie Dutton et son patriarche joué par Kevin Costner.

La famille possède un ranch aussi vaste que magnifique dans l'Etat sauvage du Montana (nord-ouest), près du parc national de Yellowstone, et tente par tous les moyens de le protéger contre les visées de promoteurs immobiliers malfaisants, de politiciens cupides et d'Amérindiens réclamant leurs terres ancestrales.

Lorsque "Yellowstone" a commencé à être diffusée en 2018, elle s'est constituée une fidèle audience dans les zones rurales et les petites villes américaines, où la télévision a encore l'ascendant sur les plateformes de streaming. La série avait notamment bénéficié d'une stratégie marketing couplée avec les retransmissions des matchs de football américain.

Mais le lancement de la quatrième saison en novembre dernier par le réseau Paramount avait attiré 11 millions de spectateurs, une performance supérieure à celle de la quatrième saison de "Game of Thrones".

"Juste parce que ça se passe dans le Montana et qu'il y a des éleveurs, les gens disent que c'est une série pour la droite républicaine", réagit auprès de l'AFP le président de Paramount Network, Keith Cox.

"Mais maintenant, on s'aperçoit que c'est une série pour tout le monde", se réjouit-il.

Preuve d'un succès qui transcende les opinions politiques, "Yellowstone" vient d'être reconnue par Hollywood en décrochant sa première nomination pour les SAG Awards, prix remis par le Syndicat des acteurs américains, une organisation peu suspecte de sympathies conservatrices.

Une authenticité rassurante

Comment la série a-t-elle tapé dans l’œil des élites?

La présence d'une star de cinéma comme Kevin Costner a joué un grand rôle.

Au fur et à mesure qu'elle gagnait en popularité, "Yellowstone" a aussi été beaucoup comparée à une version western de la série HBO "Succession", succès critique mettant là encore en scène une famille riche qui se déchire, mais avec cette fois-ci pour décor le milieu des affaires de New York.

Si les deux séries affichent des patriarches dominateurs, des magouilles politiques et des hélicoptères privés, les valeurs qu'elles véhiculent sont diamétralement opposées.

Les héritiers cyniques et égoïstes qui redoublent d'efforts pour trahir leur père dans "Succession" rebutent de nombreux Américains, relève Mary Murphy, spécialiste de l'industrie du divertissement et de la pop culture à l'université de Californie du Sud.

Malgré une énorme couverture médiatique, "Succession" n'a pas attiré plus de 1,7 million de téléspectateurs pour son épisode final.

Par comparaison, "Yellowstone" peut se résumer à l'histoire toute bête d'un homme "qui utilise ses liens avec les gens pour préserver la terre", analyse Mme Murphy.

"Ceux qui regardent ça, se sentent confortés dans leur mode de vie simple", estime-t-elle, notant l'importance que cette dimension a pu avoir pour lutter contre le sentiment "d'insécurité" provoqué par la pandémie.

Pour l'enseignante, "Yellowstone" porte un regard sur les valeurs américaines et la façon dont "le pays s'est construit", des thèmes qui font écho partout dans le pays.

La série joue aussi à fond la carte de l'authenticité avec ses éleveurs de bétail et ses rodéos, même si elle force souvent le trait sur la violence et les scandales pour faire avancer l'intrigue.

Le créateur de "Yellowstone", Taylor Sheridan ("Sicario") sait de quoi il parle: ce Texan féru de cheval et qui possède lui-même un ranch a écrit chaque épisode. "C'est son monde", tranche Keith Cox.

Certains ont bien essayé de faire de la série un porte-étendard des idées de la droite conservatrice, citant en exemple certains passages censés critiquer le mouvement "woke" et l'hypocrisie des défenseurs du climat.

Mais le patron de Paramount assure que la série "ne prend jamais parti". "Je n'ai pas l'impression qu'elle brandisse le drapeau d'un camp ou d'un autre. Anti-woke? Je pense qu'elle est juste réelle".

Keith Cox cite en exemple ses collègues d'Hollywood. "C'est très amusant. Beaucoup de mes homologues en disaient pis que pendre et ne voulaient pas en entendre parler. Et d'un seul coup, ils sont conquis".


Instagram teste les abonnements payants pour ses précieux influenceurs

Pour commencer, Instagram va tester cette approche auprès d'une poignée d'influenceurs aux Etats-Unis. (Photo, AFP)
Pour commencer, Instagram va tester cette approche auprès d'une poignée d'influenceurs aux Etats-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les créateurs «ont besoin de revenus prévisibles», a expliqué mercredi dans une vidéo Adam Mosseri, le patron de la plateforme
  • Leurs abonnés payants auront accès à des «stories» (les publications éphémères) et des «lives» (vidéos en direct) exclusifs

SAN FRANCISCO : Instagram va donner la possibilité à des influenceurs de proposer des abonnements payants à leurs fans, un nouvel outil pour le réseau social qui a besoin d'attirer et de conserver des créateurs de contenu pour ne pas perdre de terrain face à YouTube et TikTok.

Les créateurs "ont besoin de revenus prévisibles", a expliqué mercredi dans une vidéo Adam Mosseri, le patron de la plateforme qui appartient à Meta (Facebook).

"Et les abonnements sont l'un des meilleurs moyens d'avoir des revenus prévisibles, qui ne dépendent pas de l'audience qui varie d'une publication à une autre, inévitablement", a-t-il continué.

Pour commencer, Instagram va tester cette approche auprès d'une poignée d'influenceurs aux Etats-Unis.

Leurs abonnés payants auront accès à des "stories" (les publications éphémères) et des "lives" (vidéos en direct) exclusifs, et se distingueront des autres fans par un symbole violet à côté de leur nom, pour que les créateurs les identifient facilement dans les commentaires ou messages privés.

Les réseaux sociaux initialement gratuits - puisque leur modèle économique repose sur les recettes publicitaires - ont déployé ces dernières années différentes techniques de rémunération.

Elles permettent aux professionnels des plateformes de diversifier leurs sources de revenus, au-delà du pourcentage publicitaire, des produits dérivés, contrats avec des marques et ventes de programmes éducatifs ou sportifs.

Sur TikTok, par exemple, les spectateurs peuvent faire des dons. Sur Twitch (plateforme de jeux vidéo) aussi, et ils peuvent en plus s'abonner à leurs joueurs favoris. 

Twitter leur a emboîté le pas avec des initiatives comme les abonnements payants à certains comptes ou la "Tip Jar" ou "boîte à pourboires".

"Nous voulons aider les créateurs à transformer leur public en fans, et leurs fans en revenus", avait résumé en septembre dernier Esther Crawford, directrice des produits de monétisation chez Twitter. "Nous voulons que Twitter soit le meilleur endroit pour les conversations des influenceurs avec leur audience".

Adam Mosseri a par ailleurs précisé que ses équipes cherchent un moyen pour les créateurs "de pouvoir emmener leurs abonnés sur d'autres applications éditées par d'autres entreprises".

Les autorités européennes et américaines de la concurrence appellent régulièrement les plateformes à faciliter la portabilité des données, c'est-à-dire la possibilité pour les utilisateurs d'emmener avec eux leurs contacts sur une autre application s'ils le désirent.

Meta, comme les autres géants des technologies, fait face à diverses enquêtes et plaintes pour abus de position dominante.