Vingt projets de lycéens saoudiens approuvés pour usage commercial

L'Arabie saoudite mise sur sa jeunesse pour accélérer son développement (Sutterstock)
L'Arabie saoudite mise sur sa jeunesse pour accélérer son développement (Sutterstock)
Publié le Dimanche 12 juillet 2020

Vingt projets de lycéens saoudiens approuvés pour usage commercial

  • Les 20 projets scolaires ont été sélectionnés parmi 151 qualifiés en finale des Olympiades nationales de créativité scientifique (IBDAA 2020)
  • Ces projets concernent plusieurs domaines tels que le génie environnemental, la physique appliquée, la robotique et les appareils intelligents, l’énergie chimique, la biomédecine et la botanique.

DJEDDAH : Au total, 20 projets de recherche scientifique finalistes des Olympiades nationales de créativité scientifique (IBDAA 2020) seront préparés pour un usage commercial et introduits sur le marché saoudien dans le cadre d’une collaboration avec les meilleures entités entrepreneuriales et de développement des capacités.

Les propriétaires des projets sélectionnés par l’autorité générale des petites et moyennes entreprises (Monshaat), en partenariat avec la Fondation roi Abdul Aziz et ses Compagnons pour les talents et la créativité (Mawhiba), bénéficieront de consultations individuelles avec des experts de Monshaat, en préparation à leur introduction sur le marché en tant que petites entreprises.

Les 20 projets ont été sélectionnés parmi les 151 qualifiés pour le stade final des Olympiades nationales de créativité scientifique (IBDAA 2020) sur la base de critères de précision et d’innovation et de leur capacité à attirer les investissements. Ces projets s’inscrivent dans plusieurs domaines, tels que le génie environnemental, la physique appliquée, la robotique et les appareils intelligents, l’énergie chimique, la biomédecine et la botanique, entre autres.

Détection de roches fissurées dans les réservoirs de pétrole

Âgé de 17 ans, AlBaraa Merdad, élève au lycée Dar Jana à Djeddah, a fait part à Arab News de son intérêt pour les sciences informatiques, en particulier l’intelligence artificielle. Il affirme avoir éprouvé des difficultés à se lancer dans ce domaine, tant en théorie qu’en pratique.  Après s’être inscrit à l’Institut saoudien pour la Recherche scientifique à l’Université des Sciences et Technologies Roi Abdullah, Merdad a été assigné à un professeur spécialisé dans le génie pétrolier et tous deux sont parvenus à développer une idée qui pourrait servir à gagner du temps. Le projet se focalise sur l’automatisation, grâce à la technologie machine learning, du processus de détection des roches fissurées dans les réservoirs de pétrole. Merdad a réussi à trouver une solution au problème en 6 semaines : « Dans les réservoirs, nous trouvons des roches fissurées qui peuvent affecter le processus d’extraction de pétrole et qui doivent donc être identifiées d’une manière ou d’une autre. Les méthodes utilisées actuellement pour les détecter sont manuelles, ce qui rend le processus long et inefficace, surtout quand on est en présence de nombreuses fissures », a-t-il expliqué, ajoutant que « les machines d’extraction d’images utilisées dans les réservoirs peuvent fournir des données pour analyser le site dans un programme. Ceci permet l’identification des fissures en quelques secondes sans la nécessité faire appel à un spécialiste pour analyser les données lui-même ». Merdad, qui est très enthousiasmé par son projet, souhaite que le soutien des lycéens saoudiens dans le domaine des STEM encourage davantage de jeunes hommes et femmes à se lancer dans la recherche scientifique et à devenir pionniers dans leurs domaines.

Plasma et grains de café

Lena Samer Sharif, 18 ans, de Médine, a mis sur pied un projet utilisant les rayons plasma pour accélérer la croissance des grains de café. Travaillant avec une équipe de l'Université Taibah à Médine, elle a soumis à des rayons plasma un certain nombre de produits cultivés localement comme le basilic, la luzerne (une plante à fleurs utilisée pour le pâturage) et le fenugrec, mais elle a constaté que la germination des grains de café était la plus réussie et la plus efficace.

« L'un des principaux problèmes avec les grains de café est qu'il faut environ 3 à 4 ans pour que les caféiers nouvellement plantés portent des fruits. Nous autres, au Royaume, consommons beaucoup de café, en particulier du café produit localement dans les régions du sud », a indiqué la jeune femme, précisant que « L'utilisation du plasma est parfaitement sûre car il s’agit d’un des quatre états de la matière présents dans l'univers. Mon objectif était de faire germer plus rapidement les graines traitées au plasma. J'ai concentré le plasma sur 9 échantillons des 4 types de graines et sur différentes durées ». Son but est donc d’utiliser ces grains traités au plasma et de les vendre aux agriculteurs afin de répondre à la demande élevée.

Cuivre et zinc pour un blé plus résistant

Monshaat a également sélectionné le projet de Miqdad Alnajjad, 18 ans, qui utilise lui aussi les graines dans le cadre de son projet de botanique de terrain. Il se concentre sur le blé et l’utilisation efficace du nano cuivre et du nano zinc, extraits d’une source abondante dans sa région. « J’ai grandi dans la région d’Al-Ahsa, entouré de terres agricoles. Après des recherches approfondies, j’ai constaté que 80% du blé en Arabie Saoudite était importé, la culture du blé ayant été abandonnée dans le Royaume à cause des coûts élevés et de l’accès difficile à l’eau douce », dit Alnajjad.  « Ma recherche a pour but de promouvoir une production de blé résistante à la chaleur et à la sécheresse à travers l’extraction de nanoparticules de zinc et de cuivre des algues et leur utilisation en petites doses pour favoriser la synthèse verte des nanoparticules de métal ». Alnajjad a expliqué que grâce à cette méthode, un arrosage en faible quantité sur les feuilles des plantes serait suffisant et contribuerait à l’augmentation de la croissance et de la taille du blé. Alnajjad a mené l'étude avec le soutien des laboratoires de L'Université Roi Fahd du Pétrole et des Mines (KFUPM) et réalisé des expériences avec des résultats prometteurs. Cette étude contribuera donc à augmenter la production de blé dans un pays aride avec un approvisionnement très limité en eau douce. « L’efficacité de l’approche conduira à davantage de recherches », a affirmé Alnajjad.


HRW: Les autorités iraniennes usent de la violence et tirent sur les manifestants

Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Short Url
  • Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants
  • Le HRW exige une pression internationale pour mettre fin à la violence exercée par le régime

LONDRES: De nouvelles preuves suggèrent que les forces de sécurité iraniennes continuent d’avoir recours à une force meurtrière contre des manifestants pacifiques à travers le pays, a averti l’Observatoire des droits de l’homme (HRW).

Grâce à des vidéos filmées par des manifestants et des reporters, ainsi qu’à des entretiens avec des témoins et des responsables de la sécurité, le HRW a découvert des preuves de l’utilisation d’une force excessive et meurtrière dans plus d’une douzaine de villes en Iran.

Des armes, dont des fusils de chasse et d’autres d’assaut, ont été déployées contre les manifestants lors de la réponse sécuritaire aux manifestations qui ont débuté le mois dernier à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, tuée après avoir été arrêtée par la police des mœurs pour avoir porté le voile «de façon indécente», au lendemain du renforcement par le président Ebrahim Raïssi des lois relatives au hijab.

Selon Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran au HRW, «la réponse brutale des autorités iraniennes aux manifestations dans de nombreuses villes témoigne d’une action concertée du gouvernement pour écraser la dissidence avec un mépris cruel de la vie. Les tirs des forces de sécurité sur les manifestants ne font qu’alimenter la colère contre un gouvernement corrompu et autocratique.»

«Les Iraniens protestent parce qu’ils ne considèrent pas la mort de Mahsa Amini et la répression des autorités comme un événement isolé, mais plutôt comme le dernier exemple de la répression systématique du gouvernement contre son propre peuple.» 

«Nous nous étions rassemblés pour scander des slogans lorsque les forces de sécurité se sont approchées de nous, sur leurs motos», raconte au HRW une femme de 35 ans, originaire de la ville de Sanandaj.

«Nous avons couru en direction d’une ruelle, et les forces de sécurité nous suivaient. Elles se sont mises à lancer des gaz lacrymogènes et à tirer des balles. Un homme derrière nous a été touché à la jambe et est tombé. Les gens l’ont emmené dans une autre ruelle, puis à l’intérieur d’une maison. Il saignait sans cesse et sa blessure était très profonde.»

Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants.

«Les forces de sécurité se sont ruées sur un garçon de 13 ans qui se tenait au milieu de la foule», raconte un autre témoin.

«Il était si fragile et si petit qu’il n’a même pas résisté. Il était sur l’herbe, se protégeant la tête pendant qu’ils le battaient. J’ai crié «Laissez-le tranquille !» et j’ai marché dans leur direction. Elles ont ensuite tiré en l’air alors qu’elles traînaient le garçon dans la rue, et les gens se sont enfuis.»

«Pendant que je courais, je n’arrêtais pas de crier «C’est mon frère !», pensant que cela finirait par susciter leur pitié. J’ai vu un officier se retourner, s’asseoir, et pointer son arme sur moi. J’ai vu le feu de son arme. J’ai eu peur et je me suis enfui. En courant, j’éprouvais comme une sensation de brûlure. Quand je suis arrivé chez moi, je me suis rendu compte que j’avais été touché à la poitrine.»

Le HRW a dressé une liste de 47 personnes décédées lors des violences en raison du recours à la force meurtrière. Beaucoup d’entre elles ont été abattues.

Cependant, l’Observatoire a précisé que le nombre réel de morts était probablement beaucoup plus élevé que celui communiqué par les médias d’État iraniens. Fin septembre, la télévision d’État a indiqué que le nombre de morts s’élevait à environ 60.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Iran: la mère d'une adolescente accuse les autorités de l'avoir tuée lors d'une manifestation

Une femme regarde la photo de profil de l'adolescente iranienne Nika Shakrami, qui aurait été tuée récemment lors des manifestations en Iran suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini, 22 ans, jeudi. (AFP).
Une femme regarde la photo de profil de l'adolescente iranienne Nika Shakrami, qui aurait été tuée récemment lors des manifestations en Iran suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini, 22 ans, jeudi. (AFP).
Short Url
  • Nasrin Shahkarami a également accusé les autorités de l'avoir menacée via ses proches pour l'obliger à faire de faux aveux sur la mort de Nika, 16 ans, disparue le 20 septembre après s'être rendue à une manifestation à Téhéran
  • La répression des manifestations a causé la mort de dizaines de personnes, selon des groupes de défense des droits humains

PARIS : La mère d'une adolescente iranienne décédée après avoir participé aux manifestations contre la mort de Mahsa Amini a accusé les autorités de l'avoir tuée, dans une vidéo diffusée jeudi par des médias en persan basés à l'étranger.

Nasrin Shahkarami a également accusé les autorités de l'avoir menacée via ses proches pour l'obliger à faire de faux aveux sur la mort de Nika, 16 ans, disparue le 20 septembre après s'être rendue à une manifestation à Téhéran.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le strict code vestimentaire en vigueur.

La répression des manifestations a causé la mort de dizaines de personnes, selon des groupes de défense des droits humains.

Après avoir récupéré son corps, la famille de Nika avait prévu de l'enterrer dans sa ville de Korramabad (ouest) lundi au lendemain de son 17e anniversaire, a indiqué sa tante Atash Shahkarami sur les réseaux sociaux.

Mais selon des médias en langue persane basés à l'étranger, la famille n'a pas été autorisée à l'enterrer dans sa ville, et son oncle et sa tante ont été arrêtés.

Aveux forcés

Plus tard, dans une apparition télévisée, Atash Shahkarami a déclaré que sa nièce avait été "jetée" du haut d'un bâtiment de plusieurs étages.

Néanmoins, selon la mère de Nika qui s'est exprimée jeudi dans une vidéo publiée par Radio Farda, média en persan financé par les Etats-Unis et basé à Prague, "ils l'ont forcée à faire ces aveux et les ont diffusés".

"Nous nous attendions à ce qu'ils disent n'importe quoi pour se dédouaner... et ils se sont en fait incriminés", a déclaré Nasrin Shahkarami.

"Je n'ai pas besoin de me donner du mal pour prouver qu'ils mentent... ma fille a été tuée dans les manifestations le jour où elle a disparu."

"Le rapport de médecine légale indique la même chose, elle a été tuée ce jour-là, à cause d'un traumatisme crânien dû à des impacts contondants répétés", a encore dit la mère de Nika.

"J'ai vu le corps de ma fille moi-même... L'arrière de sa tête montrait qu'elle avait subi un coup très violent, son crâne était enfoncé. C'est comme ça qu'elle a été tuée."

L'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a tenu pour responsables les autorités iraniennes, appelant à une enquête indépendante sous l'égide des Nations unies.

"Les éléments convergent vers l'implication du gouvernement dans la mort de Nika Shahkarami, à moins que le contraire ne soit prouvé par une mission d'enquête indépendante", a affirmé le directeur de l'ONG Mahmood Amiry-Moghaddam.


Washington sanctionne sept hauts responsables iraniens après la répression des manifestations

Des ressortissants iraniens vivant en Équateur protestent contre la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans décédée en Iran alors qu'elle était détenue par la police, devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Quito, en Équateur, mercredi 5 octobre 2022. (AP)
Des ressortissants iraniens vivant en Équateur protestent contre la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans décédée en Iran alors qu'elle était détenue par la police, devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Quito, en Équateur, mercredi 5 octobre 2022. (AP)
Short Url
  • De hauts reponsables des services de sécurité sont visés par ces sanctions qui gèlent leurs avoirs aux Etats-Unis et compliquent leur accès au système financier international
  • Washington avait déjà annoncé le 22 septembre une salve de sanctions visant la police des mœurs iranienne et plusieurs responsables de la sécurité

WASHINGTON : Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des sanctions économiques contre sept hauts responsables iraniens pour leur rôle dans la répression meurtrière des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini.

Le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi, "instrument clé du régime dans la répression", et celui des Communications Issa Zarépour, "responsable de la tentative honteuse de bloquer l'internet" figurent parmi les personnes sanctionnées, selon un communiqué du département du Trésor.

De hauts reponsables des services de sécurité sont également visés par ces sanctions qui gèlent leurs avoirs aux Etats-Unis et compliquent leur accès au système financier international.

"Les Etats-Unis condamnent le blocage d'internet par le gouvernement iranien et sa répression violente des manifestations pacifiques et n'hésiteront pas à cibler ceux qui dirigent et soutiennent ces actions", a commenté le sous-secrétaire au Trésor, Brian Nelson, cité dans le communiqué.

Washington avait déjà annoncé le 22 septembre une salve de sanctions visant la police des mœurs iranienne et plusieurs responsables de la sécurité.

Lundi, le président américain Joe Biden avait fait savoir que de nouvelles sanctions seraient prises dans la semaine. Téhéran avait fustigé son "hypocrisie".

Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée le 16 septembre trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile.

Sa mort a déclenché une vague de manifestations en Iran et des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Au moins 92 personnes ont été tuées en Iran depuis le début des manifestations, selon l'ONG Iran Human Rights, basée à Oslo, tandis que les autorités avancent un bilan d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

Plus d'un millier de personnes ont été arrêtées et plus de 620 relâchées dans la seule province de Téhéran, selon les autorités.