L'Union européenne fait pression pour un cessez-le-feu au Yémen et l'arrêt des attaques contre l'Arabie saoudite

Josep Borrell, responsable des affaires étrangères de l'UE, lors d'une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Riyad. (Photo AN/Meshaal Al-Qadeer)
Josep Borrell, responsable des affaires étrangères de l'UE, lors d'une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères à Riyad. (Photo AN/Meshaal Al-Qadeer)
Short Url
Publié le Lundi 04 octobre 2021

L'Union européenne fait pression pour un cessez-le-feu au Yémen et l'arrêt des attaques contre l'Arabie saoudite

  • Josep Borrell Fontelles a rencontré des ministres saoudiens et un haut responsable du Golfe
  • Le responsable européen a également rencontré le ministre d'État aux Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir. Ils ont passé en revue les relations entre le Royaume et l’Union et les moyens de les développer

RIYAD : L'Union européenne fait pression pour un cessez-le-feu au Yémen et pour l'arrêt des attaques contre l'Arabie saoudite, a déclaré dimanche un responsable européen, ajoutant que les agressions des Houthis contre le Royaume violaient le droit international.

« Les pays de l'UE sont le plus gros partenaire stratégique de l'Arabie saoudite », a affirmé Josep Borrell Fontelles, haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, lors d'une conférence de presse à Riyad avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan. « Nous soutenons pleinement un règlement pacifique au Yémen. L'Union européenne soutient les efforts de l'Arabie saoudite pour mettre fin à la crise au Yémen. »

Le prince Faisal a confirmé « la gravité » des pratiques de la milice Houthi au Yémen, affirmant que l'Arabie saoudite était en cours de discussion avec les États-Unis pour parvenir à une solution dans ce pays en guerre.

« Le danger est que la milice Houthi continue de miser sur des options militaires au Yémen », a indiqué le ministre saoudien, ajoutant que les Houthis continuaient de violer les initiatives de cessez-le-feu.

Les deux hommes ont également échangé sur l'accord nucléaire iranien.

« Nous sommes profondément préoccupés par les transgressions iraniennes, qui contredisent les déclarations de l'Iran sur la nature pacifique de son programme nucléaire », a déclaré le prince Faisal. Il a réitéré la position de l'Arabie saoudite en faveur des efforts visant à empêcher l'Iran d'acquérir des armes nucléaires.

Le ministre des Affaires étrangères a précisé que les pourparlers avec l'Iran en étaient encore à leur « phase préliminaire » et que l'Arabie saoudite espérait « jeter les bases d'un règlement des questions en suspens entre les deux parties ».

Le responsable européen a également rencontré le ministre d'État aux Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir. Ils ont passé en revue les relations entre le Royaume et l’Union et les moyens de les développer.

L'agence de presse saoudienne a rapporté que les deux parties ont échangé leurs points de vue sur les développements régionaux et internationaux d'intérêt commun.

Borrell a débuté sa visite en Arabie saoudite par une rencontre avec Nayef Falah Mubarak Al-Hajraf, secrétaire général du Conseil de coopération des États arabes du Golfe.

Il a indiqué sur Twitter que la réunion visait à rendre le partenariat entre l'UE et le Conseil de coopération du Golfe plus stratégique, et à travailler ensemble sur la stabilité dans la région et sur les questions de climat et de commerce.

« Notre partenariat s'étend sur plus de trois décennies et est fondé sur la confiance mutuelle et les intérêts communs », a déclaré Borrell.

Al-Hajraf a souligné l'importance de soutenir les efforts internationaux visant à mettre fin à la guerre au Yémen par la voie politique, selon un communiqué du Conseil.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Une semaine déterminante pour l’avenir des négociations sur le nucléaire iranien

Le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, et des membres de la délégation iranienne attendant le début d'une réunion de la commission mixte du PAGC à Vienne. (Fichier/Reuters)
Le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, et des membres de la délégation iranienne attendant le début d'une réunion de la commission mixte du PAGC à Vienne. (Fichier/Reuters)
Short Url
  • Des diplomates de l'E3 ont déclaré que cette semaine sera décisive pour déterminer si l'Iran est sérieux quant à la relance de l’accord
  • La question clé est de savoir si l'Iran accepterait de reprendre les pourparlers là où ils s'étaient arrêtés au mois de juin

VIENNE: L'Iran doit faire preuve de sérieux cette semaine quant à la relance de l’accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances, ont soutenu mardi des diplomates européens, affirmant qu'autrement cela leur posera un «problème» et qu'il n'était pas clair si Téhéran reprendrait les négociations là où elles s'étaient arrêtées au mois de juin. 

Après une interruption de cinq mois, les diplomates ont repris lundi les pourparlers sur la réactivation de l’accord que le président américain alors en fonction, Donald Trump, avait abandonné en 2018, imposant à nouveau de sévères sanctions économiques américaines. Les mesures de Trump avaient profondément irrité l'Iran et déconcerté les autres puissances impliquées – la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l'Allemagne et la Russie. 

De hauts diplomates britanniques, français et allemands, formant un groupe connu sous le nom d'E3, ont déclaré aux journalistes que cette semaine sera décisive pour déterminer si l'Iran est sérieux quant à la relance de l’accord, bien qu'ils ne veuillent pas imposer d’échéances arbitraires.    

En vertu de l'accord, l'Iran a limité son programme d'enrichissement d'uranium, un processus pouvant produire des matières fissiles pour les bombes, en échange d'un allégement des sanctions économiques de la part des États-Unis, de l'UE et de l'ONU. L'Iran affirme que son programme nucléaire est uniquement destiné à des fins pacifiques. 

Que l'Iran accepte de reprendre les pourparlers là où ils s'étaient arrêtés en juin, à la suite de l'élection à la présidence d'Ebrahim Raïssi, partisan de la ligne dure antioccidentale, est essentiel, car s'ils retournaient à la case départ, les pourparlers prendraient probablement plus de temps. 

«Nous attendons toujours une confirmation ferme de la volonté de l’Iran de commencer à travailler là où nous nous sommes arrêtés en juin», a déclaré un haut diplomate européen, estimant que 70 à 80% d'un projet d'accord avaient été accompli en juin. 

«Les prochaines quarante-huit heures seront déterminantes pour savoir si – nous l’espérons – nous allons reprendre les négociations là où elles s’étaient arrêtées et entrer dans une phase de travail très intensive», a-t-il ajouté. «S'ils ne font pas preuve de sérieux cette semaine, nous aurons alors un problème.» 

Le diplomate a mis l’accent sur le fait que certaines des questions les plus difficiles figuraient parmi les 20 à 30% qui restent en suspens, notamment ce qu'il faut faire au sujet des centrifugeuses avancées que l'Iran utilise pour enrichir de l'uranium au mépris de l'accord initial. 

Le principal négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, a adopté une position ambiguë, laissant entendre que tout ce qui avait été négocié au cours des six séries de pourparlers entre avril et juin était sujet à discussion. 

«Ce qui a été discuté lors des six précédentes séries de pourparlers à Vienne a abouti à un projet et non à un accord. Et un projet est soumis à des négociations», a déclaré Bagheri Kani aux journalistes. 

«Rien n'est approuvé tant que tout n'est pas approuvé. Ainsi, toutes les questions conclues lors des précédentes séries de pourparlers peuvent être négociées, cela ayant été convenu par toutes les parties à l'accord.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elections locales en Algérie: victoire étriquée du FLN, percée des indépendants

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, vote lors des élections municipales et provinciales, dans un bureau de vote de la capitale Alger. (AFP)
Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, vote lors des élections municipales et provinciales, dans un bureau de vote de la capitale Alger. (AFP)
Short Url
  • Le RND, qui a conquis 4 584 sièges, obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et la majorité relative dans 331 communes
  • Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites

ALGER: Le Front de libération nationale (FLN), première force politique au Parlement algérien, a obtenu une victoire étriquée aux élections locales de samedi, marquées par une nouvelle percée des candidats indépendants, selon les résultats préliminaires annoncés mardi.


Ces élections étaient présentées par le président Abdelmadjid Tebboune, qui a succédé en 2019 à Abdelaziz Bouteflika, comme la "dernière étape pour l'édification d'un Etat moderne" après la fin de règne mouvementée de son prédécesseur, contraint à la démission sous la pression des manifestations prodémocratie du Hirak, avant de mourir en septembre.


Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites.


L'ancien parti unique a obtenu 5.978 sièges au niveau national et la majorité absolue dans 124 communes sur les 1.541 que compte le pays, selon les résultats préliminaires divulgués mardi par le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.


Le FLN a ainsi perdu la majorité absolue dans 479 des 603 communes qu'il contrôlait lors du mandat précédent.


Il garde toutefois une confortable majorité relative dans 552 communes, qu'il ne pourra administrer qu'avec le soutien de ses alliés du courant nationaliste, notamment le Rassemblement national démocratique (RND).


Le RND, qui a conquis 4.584 sièges, obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et la majorité relative dans 331 communes.


Les candidats indépendants arrivent en troisième position avec 4.430 sièges et une majorité absolue dans 91 APC, confirmant ainsi la percée réalisée lors des législatives anticipées de juin où ils sont arrivés deuxième, derrière le FLN.


Le Front des forces socialistes, plus vieux parti d'opposition, s'est assuré la majorité absolue dans 47 communes, notamment en Kabylie, son fief, et la majorité relative dans 65 autres communes.


Aux Assemblées départementales, le FLN est arrivé en tête avec 471 sièges dans 25 des 58 wilayas (préfectures) que compte le pays, mais avec une majorité relative. Il est talonné de près par les candidats indépendants qui ont arraché 443 sièges dans 10 wilayas et le RND qui a obtenu 336 sièges dans 13 wilayas.


Le taux de participation à ces élections, lors desquelles quelque 24 millions d'Algériens étaient appelés à voter, a plafonné autour des 35%.


Il est néanmoins en nette hausse par rapport aux taux de participation enregistré lors des législatives anticipées de juin, quand seuls 23% des inscrits avaient voté.


Le ministère égyptien de la Santé dément la détection du variant Omicron dans le pays

Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Short Url
  • Ce commentaire fait suite à la présence de deux personnes contaminées par le nouveau variant du coronavirus sur un vol en provenance d'Éthiopie
  • Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini

LE CAIRE: Le ministère égyptien de la Santé a rejeté mardi des rumeurs selon lesquelles deux personnes contaminées par le variant du coronavirus Omicron, récemment découvert, étaient présentes sur un vol en provenance d'Éthiopie. 

Le porte-parole Hossam Abdel Ghaffar a déclaré: «Ce n'est pas vrai. L'Égypte n’a pas été touchée par le nouveau variant du coronavirus.» 

Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini. Tous les passagers testés positifs doivent retourner au pays de provenance sur les mêmes avions dans lesquels ils sont arrivés. Ceux dont le test est négatif doivent se mettre en quarantaine pendant sept jours et passer un test PCR à la fin de cette période. 

Abdel Ghaffar a souligné l'importance du respect des mesures de prévention mises en œuvre par les autorités égyptiennes pour empêcher la propagation du virus. Il a affirmé que ces mesures étaient conçues pour empêcher le variant Omicron d'entrer dans le pays, et a ajouté que bien qu'aucun cas de contamination par le nouveau variant n'ait été découvert, «si cela se produisait, il serait annoncé en toute transparence». 

Mohammed al-Nadi, membre du comité scientifique chargé de la lutte contre le coronavirus, a déclaré que bien que l'Égypte n’ait pas été jusqu'à présent touchée par le variant Omicron, ce n'est qu'une question de temps avant que des cas ne soient découverts dans le pays. Il a ajouté que même si de nombreux pays tentaient d'empêcher ou de ralentir l'arrivée du variant, celui-ci finirait probablement par arriver. 

Jusqu'à présent, les autorités égyptiennes ont fait du bon travail, selon Al-Nadi, en isolant les personnes en provenance de lieux où le variant a été détecté, afin de réduire les risques de propagation, tandis que les informations à son sujet – comme les symptômes spécifiques, son degré de contagion, et sa possible résistance aux vaccins ou aux traitements — sont encore incertaines. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com