Les discours de haine en ligne « peu contrôlés dans le monde arabe »

Très peu de mesures ont été adoptées dans le monde arabe pour rendre Facebook et d'autres réseaux sociaux responsables de la diffusion d'idées extrémistes, d'opinions sectaires et de discours de haine. (AFP/File Photo)
Très peu de mesures ont été adoptées dans le monde arabe pour rendre Facebook et d'autres réseaux sociaux responsables de la diffusion d'idées extrémistes, d'opinions sectaires et de discours de haine. (AFP/File Photo)
Short Url
Publié le Samedi 09 octobre 2021

Les discours de haine en ligne « peu contrôlés dans le monde arabe »

  • Le témoignage de la lanceuse d'alerte, Frances Haugen, atteste d'une approche peu rigoureuse en matière de lutte contre l'extrémisme en ligne
  • Facebook soutient que sa technologie repère de manière proactive les discours de haine dans plus de 40 langues, dont l'arabe

LONDRES : Pour une plateforme qui compte plus de 2,91 milliards d’ « amis », Facebook s'est fait de nombreux ennemis ces derniers temps. Cette animosité s'est faufilée même parmi ses employés.

En effet, Frances Haugen, ancienne employée de Facebook et lanceuse d'alerte, vient de témoigner cette semaine devant les membres du Sénat. Elle a dressé un tableau cinglant de la manière dont le plus grand réseau social du monde fait primer les gains sur la sécurité publique.

La plate-forme a pourtant mené des recherches internes approfondies, qui ont été divulguées aux médias américains. Ils font apparaître les préjudices que Facebook et ses produits infligent aux communautés, aux institutions démocratiques et aux enfants dont l'image est fragile.

En revanche, peu de mesures ont été prises dans le monde arabe, par exemple, pour amener Facebook et d'autres plates-formes de réseaux sociaux à assumer la responsabilité des idées extrémistes, des opinions sectaires et des discours haineux qui continuent de se frayer un chemin jusqu'aux millions d'utilisateurs dans la région, même si ces plates-formes sont censées surveiller leur contenu.

« Une petite recherche en arabe a suffi pour que j'identifie 38 groupes ou pages existant actuellement sur Facebook avec plus de 100 adeptes ou « likes » qui font incontestablement référence dans leur titre aux Protocoles des Sages de Sion. Il s'agit de l'exemple le plus infâme de désinformation et de discours de haine anti-juifs de l'histoire », explique à Arab News David Weinberg, directeur du bureau de Washington pour les affaires internationales de l'Anti-Defamation League ("Ligue anti-diffamation").

« On peut dire que Facebook aurait pu aisément partir de telles pages s'il était intéressé, même de façon superficielle, par la détection proactive des discours de haine horrifiants qui violent de façon flagrante ses conditions d'utilisation et peuvent engendrer des violences létales ».

Certes, Facebook a supprimé des millions de publications comportant des discours de haine sur ses plateformes en 2020. Cependant, un long chemin reste à parcourir, notamment pour les langues autres que l'anglais.

« Facebook n'a pas répondu au vrai problème. Il s'est plutôt livré à des manœuvres promotionnelles. Les propos de Mme Haugen ont démasqué tous les méfaits de Facebook », confie à Arab News Mohammad Najem, directeur exécutif de SMEX, une organisation de Beyrouth spécialisée dans la défense des droits numériques qui se concentre sur la liberté d'expression, la confidentialité et la sécurité en ligne.

« Malheureusement, ces menaces sont de plus en plus nombreuses et les entreprises de technologie leur consacrent très peu d'efforts».

Frances Haugen, ancienne employée de Facebook et lanceuse d'alerte, lors de son témoignage devant la Commission du commerce, des sciences et des transports du Sénat dans une séance intitulée « Protéger les enfants sur le web : Témoignage d'une lanceuse d'alerte de Facebook » au Capitole, le 05 octobre 2021 à Washington, DC. (AFP)
Frances Haugen, ancienne employée de Facebook et lanceuse d'alerte, lors de son témoignage devant la Commission du commerce, des sciences et des transports du Sénat dans une séance intitulée « Protéger les enfants sur le web : Témoignage d'une lanceuse d'alerte de Facebook » au Capitole, le 05 octobre 2021 à Washington, DC. (AFP)

Réagissant à ces allégations, un porte-parole de Facebook a déclaré vendredi à Arab News que « les discours de haine ne sont pas tolérés sur nos plateformes, ce qui nous amène à continuer à investir massivement dans les personnes, les systèmes et la technologie pour repérer et supprimer ce contenu dans les plus brefs délais ».

« Facebook emploie désormais 40 000 personnes chargées de la sûreté et de la sécurité et a investi 13 milliards de dollars à cet effet depuis 2016. La technologie que nous employons permet d'identifier de manière anticipée les discours de haine et ce, dans plus de 40 langues dans le monde, dont l'arabe ».

« Nous sommes conscients qu'il nous reste du travail à faire, mais nous continuons à améliorer considérablement notre système de lutte contre les contenus néfastes ».

« Notre dernier rapport sur le respect des normes communautaires (Community Standards Enforcement Report) montre que Facebook repère et supprime dorénavant les discours haineux sur ses plateformes comme il ne l'a jamais fait auparavant : la prévalence des discours haineux –  soit la quantité de ce type de contenu que les gens observent réellement –  sur Facebook représente désormais 0,05 % du contenu visionné et a baissé de près de 50 % durant les trois derniers trimestres ».

Facebook a certes été soumis à une surveillance particulière ces derniers temps, mais il n'est pas le seul coupable. La modération jugée insuffisante sur la plate-forme de microblogging qu'est Twitter suscite, elle aussi, de vives inquiétudes.

La politique de Twitter en matière de discours haineux a été récemment mise à jour et stipule que les utilisateurs ne doivent pas « promouvoir la violence à l'encontre d'autres personnes, les attaquer ou les menacer directement en raison de leur race, de leur origine ethnique ou nationale ». Pourtant les comptes qui se livrent à ces pratiques restent actifs sur la plate-forme.

Les grandes plate-formes de médias sociaux, parmi lesquelles Facebook, Instagram et WhatsApp, ont subi une panne importante le 4 octobre 2021, comme l'ont montré les sites de suivi, ce qui a eu un impact sur plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs potentiels.  (AFP)
Les grandes plate-formes de médias sociaux, parmi lesquelles Facebook, Instagram et WhatsApp, ont subi une panne importante le 4 octobre 2021, comme l'ont montré les sites de suivi, ce qui a eu un impact sur plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs potentiels.  (AFP)

« Prenons l'exemple du chef suprême de l'Iran : il est autorisé à se servir de Twitter en recourant aux nombreux comptes qu’il possède sur cette plate-forme y compris des comptes réservés à la propagande –ceux-ci sont rédigés en persan, en arabe et en anglais, mais aussi en ourdou, en espagnol, en français, en allemand, en italien, en russe et en hindi –», explique M. Weinberg.

«Twitter compte également parmi ses utilisateurs de grands médias appartenant à des groupes extrémistes violents soutenus par l'Iran, tels que le Hamas, le Hezbollah et le Jihad islamique palestinien. Même Facebook n'a pas fait preuve d'une telle indulgence ».

Ainsi, le religieux égyptien exilé Youssouf Al-Qaradawi et Qaïs Al-Khazali, désigné comme terroriste, restent actifs et bien en vue (le premier compte 3,2 millions d'adeptes) ; tous deux ont fait l'objet de la série Deep Dive d'Arab News.

Dans l'un de ses messages de haine, Al-Qaradawi a écrit : « À travers l'histoire, Dieu les a assujettis (les Juifs) à des gens qui les ont punis pour leur corruption. La dernière punition leur a été infligée par Hitler. C'était une punition de Dieu. La prochaine fois, si Dieu le veut, ce sont les fidèles croyants qui les puniront».

En outre, les autres réseaux sociaux semblent tous être confrontés au même problème : ne pas pouvoir détecter de manière cohérente les discours haineux dans des langues autres que l'anglais.

Comme l'a souligné Mme Haugen dans son témoignage devant le Sénat, Facebook possède « des documents qui illustrent l'importance de l'investissement dans les opérations lancées dans différentes langues, et ces documents montrent qu'il y a toujours eu un sous-investissement dans les langues autres que l'anglais ».

Mme Haugen a quitté Facebook en mai et a transmis à des journalistes et à d'autres personnes des documents internes, alléguant que Facebook privilégie systématiquement les gains au détriment de la sécurité. (Getty via AFP)
Mme Haugen a quitté Facebook en mai et a transmis à des journalistes et à d'autres personnes des documents internes, alléguant que Facebook privilégie systématiquement les gains au détriment de la sécurité. (Getty via AFP)

De ce fait, les groupes extrémistes ont pu exploiter librement cette approche peu rigoureuse à l'égard du niveau de modération dans d'autres langues.

Les spécialistes s'accordent à dire que les plates-formes de réseaux sociaux, dans leur quête de gains, pourraient avoir exacerbé la division sociale, suscité des attaques racistes et compromis la confiance et ce, à l'échelle mondiale. Tout cela a débouché sur une confusion inédite entre réalité et fiction. « J'ai assisté à plusieurs reprises à des conflits opposant les profits de Facebook à notre sécurité », a expliqué Mme Haugen aux sénateurs lors du témoignage qu'elle a livré mardi.

« À chaque fois, Facebook favorisait ses profits dans la façon dont il réglait ces conflits. Cela a entraîné davantage de divisions, davantage de dommages, davantage de mensonges, davantage de menaces et davantage de conflits. Dans certains cas, ces discussions en ligne, menaçantes, ont provoqué une violence réelle qui a blessé, voire, tué des gens.

« Tant que Facebook opère dans l'ombre et soustrait ses recherches à l'examen du public, il n'a pas de comptes à rendre. Tant que les incitations ne changeront pas, Facebook ne changera pas. Si on le laisse faire, Facebook continuera à faire des choix qui nuisent au bien collectif. Notre bien à tous ».

Il ne faut pas sous-estimer l'influence des réseaux sociaux sur l'attitude et la confiance du public. Ainsi, en 2020, 79 % des jeunes arabes - chiffre impressionnant - obtenaient leurs informations des médias sociaux, contre 25 % en 2015, selon l'enquête Arab Youth Survey.

Des partisans du président américain Donald Trump, dont Jake Angeli, un partisan de QAnon connu pour son visage peint et son chapeau à cornes, manifestent au Capitole le 6 janvier 2021. (AFP/File Photo)
Des partisans du président américain Donald Trump, dont Jake Angeli, un partisan de QAnon connu pour son visage peint et son chapeau à cornes, manifestent au Capitole le 6 janvier 2021. (AFP/File Photo)

Facebook, ainsi que le reste de ses produits populaires, tels qu'Instagram et WhatsApp, qui ont été confrontés lundi à une panne qui a duré près de six heures à travers le monde, ont souvent été impliqués dans des épisodes de violence : de l'incitation à la haine ethnique contre les musulmans rohingyas en Birmanie à la prise d'assaut du Capitole à Washington par des partisans du président sortant Donald Trump en janvier dernier.

« Les recherches effectuées par Facebook montrent que la colère est plus facile à inspirer aux gens que toute autre émotion », a expliqué Mme Haugen dans une interview qu'elle a récemment accordée à l'émission « 60 Minutes » de CBS News.

Elle a également affirmé que « Facebook s’est rendu compte que, s’il modifie l'algorithme pour accroître sa sécurité, les utilisateurs passeront moins de temps à naviguer sur le site, ils cliqueront sur moins de publicités et généreront moins d'argent ».

Nombreux sont celles et ceux qui ont applaudi le courage de Mme Haugen qui s'est exprimée et a divulgué des milliers de documents internes qui mettent à nu les rouages de l'entreprise - des allégations jugées « tout bonnement infondées » par Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook.

Au cours des derniers mois, ce réseau social a mené des batailles juridiques sur plusieurs fronts.  En Australie, le gouvernement a intenté une action en justice contre Facebook pour trancher sur son statut d'éditeur, ce qui le ferait porter la responsabilité du contenu posté par des tiers en cas de diffamation.

De son côté, la Russie tente de soumettre le géant des médias sociaux à une amende draconienne représentant 5 à 10 % de son chiffre d'affaires annuel, en raison d'un grand nombre de violations de la loi.

Certes, Facebook a supprimé des millions de publications comportant des discours de haine sur ses plateformes en 2020. Cependant, un long chemin reste à parcourir. (AFP/File Photo)
Certes, Facebook a supprimé des millions de publications comportant des discours de haine sur ses plateformes en 2020. Cependant, un long chemin reste à parcourir. (AFP/File Photo)

Au début de cette année, les pays du Groupe des Sept (G7), qui regroupe le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis, se sont accordés sur un taux d'imposition mondial d'au moins 15 % auquel Facebook et d'autres géants du secteur des technologies, dont Amazon, doivent se soumettre.

À la décharge de Facebook, il faut reconnaître que ses modérateurs doivent accomplir une tâche exténuante : naviguer entre les règles et réglementations des différents gouvernements et la sophistication de plus en plus poussée des extrémistes qui sévissent sur la Toile.

Pour Jacob Berntsson, responsable de la politique et de la recherche au sein de Tech Against Terrorism (Technologie contre le terrorisme) -  une initiative visant à contrer l'extrémisme en ligne tout en préservant la liberté d'expression - les organisations terroristes sont désormais plus à même d'utiliser les plateformes de réseaux sociaux sans se laisser piéger par les modérateurs.

« Je pense que Facebook est sans aucun doute capable d'améliorer sa réponse à ce niveau, mais la tâche devient particulièrement difficile lorsque le statut juridique du groupe est peu clair, par exemple », confie M. Berntsson à Arab News.

« Tout cela montre, à mon avis, que la modération du contenu à cette échelle est pratiquement impossible.  Les erreurs sont inévitables et les lacunes aussi ».

------------------

 

Twitter: @Tarek_AliAhmad


L'ONU appelle Israël et Palestiniens à sortir de «l'illogisme de l'escalade»

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Volker Türk s'exprime lors d'une conférence de presse à l'aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia, dans l'État de La Guaira, au Venezuela, le 28 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Volker Türk s'exprime lors d'une conférence de presse à l'aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia, dans l'État de La Guaira, au Venezuela, le 28 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans un communiqué au ton cinglant, l'ambassade d'Israël auprès de l'ONU à Genève a fustigé M. Türk et l'a accusé de partialité
  • La hausse des violences meurtrières observée depuis le début de l'année jusqu'à atteindre un pic fin janvier fait craindre un nouvel engrenage entre Israéliens et Palestiniens

GENEVE: Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Volker Türk, a appelé vendredi Israéliens et Palestiniens à la désescalade, déplorant de récentes mesures israéliennes, sur le port d'armes notamment, susceptibles de mener à "davantage de violence et d'effusions de sang".

Dans un communiqué au ton cinglant, l'ambassade d'Israël auprès de l'ONU à Genève a fustigé M. Türk et l'a accusé de partialité et de "seulement condamner l'Etat d’Israël".

La hausse des violences meurtrières observée depuis le début de l'année jusqu'à atteindre un pic fin janvier fait craindre un nouvel engrenage entre Israéliens et Palestiniens et a suscité de nombreux appels internationaux au calme, notamment de la part du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui s'est rendu en visite à Jérusalem et Ramallah lundi et mardi.

"J'exhorte toute personne impliquée [dans le conflit] à sortir de l'illogisme de l'escalade, qui n'a produit que des cadavres, des vies brisées et le désespoir absolu", a déclaré M. Türk dans un communiqué.

Le responsable onusien s'est également alarmé de mesures prises par le gouvernement israélien samedi, entre autres pour faciliter l'obtention du permis de port d'armes, après la mort de six Israéliens et une Ukrainienne abattus le 27 janvier par un Palestinien à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte occupé et annexé par Israël.

Cela, "associé à une rhétorique haineuse, ne peut que mener à davantage de violence et d'effusions de sang", a-t-il averti. "Nous savons d'expérience que la prolifération d'armes à feu mènera à des risques accrus de meurtres et de blessures, côté israélien comme palestinien".

Le gouvernement israélien a également adopté samedi des mesures punitives visant des proches d'auteurs d'attentats. Pour M. Türk, ces dispositions s'apparentent à une "punition collective".

Le lendemain de l'attaque du 27 janvier, perpétrée près d'une synagogue, un Palestinien de treize ans a blessé par balles deux Israéliens, également à Jérusalem-Est.

Ces attaques sont survenues après le raid militaire israélien le plus meurtrier depuis des années en Cisjordanie, au cours duquel dix Palestiniens, parmi lesquels des combattants et une civile sexagénaire, ont été tués le 26 janvier à Jénine, dans le nord de ce territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Le communiqué de presse du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme "n'a même pas la décence de décrire les attaques de la semaine dernière pour ce qu'elles étaient, des actes de terrorisme palestinien visant le peuple juif. Il n'a même pas le courage de condamner la mort de fidèles innocents", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès des Nations unies à Genève, Meirav Eilon Shahar.

"Ses préjugés envers Israël l'amènent à fermer les yeux sur l'incitation quotidienne des enfants par l'Autorité palestinienne et son soutien au terrorisme. Cela doit cesser maintenant", a-t-elle écrit.

Depuis le début de l'année, le conflit israélo-palestinien a coûté la vie à 35 Palestiniens (parmi lesquels des combattants, et des civils, dont des mineurs), six civils israéliens (dont un mineur) et une Ukrainienne, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

Le conflit a fait 235 morts en 2022, à près de 90% palestiniens.


Coupe du monde des clubs de la Fifa: le Wydad Casablanca porte tout l'espoir d'une nation

Le onze de départ du Wydad Casablanca pose pour la photo de groupe avant le match aller du quart de finale de la Ligue des champions de la CAF entre le Wydad marocain et l'ESS (Etoile Sportive du Sahel) tunisien au Mohammed V de Casablanca le 29 février 2020. (Photo, AFP)
Le onze de départ du Wydad Casablanca pose pour la photo de groupe avant le match aller du quart de finale de la Ligue des champions de la CAF entre le Wydad marocain et l'ESS (Etoile Sportive du Sahel) tunisien au Mohammed V de Casablanca le 29 février 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc accueille la Coupe du monde des clubs moins de deux mois après les résultats sensationnels des Lions de l’Atlas au Mondial 2022
  • Le Wydad de Casablanca, vainqueur de la Ligue des Champions d’Afrique, fera son entrée en lice samedi contre la formation saoudienne d’Al-Hilal

TANGER: Al-Hilal, l'équipe la plus performante de l'histoire de l'Asie avec à son actif quatre championnats continentaux, aborde la Coupe du monde des clubs de la Fifa dans un esprit positif.

Le premier match, cependant, va être encore plus difficile que d'habitude.

Le Wydad AC n'est pas seulement champion d'Afrique, mais joue dans son pays d'origine, le Maroc, un pays actuellement au plus haut dans la hiérarchie du football international. L'espoir est également grand que des supporters locaux passionnés puissent aider le club de Casablanca à vaincre le «Real Madrid d'Asie» et à aller aussi loin dans cette compétition, voire plus loin, que dans d'autres récentes compétitions mondiales.

En juillet dernier, le Maroc a accueilli la Coupe d'Afrique des nations féminine et l'a remportée haut la main, aussi bien sur le terrain qu'à l'extérieur du stade. Aucune équipe arabe n'avait jamais dépassé la phase de groupes auparavant, et les Lionnes de l’Atlas se sont qualifiées pour la finale grâce à l'enthousiasme et au plaisir réels de ce pays nord-africain.

Les stades étaient pleins quand les joueuses marocaines ont dominé leur groupe, battu le Botswana en quart de finale, puis vaincu le Nigeria, qui avait remporté 11 des 13 tournois passés, 5-4 en demi-finale aux tirs au but. Avec des marges aussi serrées dans ce match, il n'est pas impossible que les supporters présents à l'intérieur du stade Prince Moulay Abdallah aient fait la différence.

Des messages ont été envoyés par le roi Mohammed VI et d'autres personnalités de premier plan, et même si l'Afrique du Sud a été trop forte en finale, le pays hôte et les fans ont été très fiers de leur équipe. Ils ne seront évidemment pas aussi nombreux à faire le long voyage en Nouvelle-Zélande et en Australie cet été lorsque que le Maroc deviendra le premier représentant arabe à la Coupe du monde féminine, mais les matches seront bien suivis à domicile.

Si cela se passe aussi bien que la Coupe du monde masculine, ce sera tout un spectacle. À l'approche de l’événement au Qatar en 2022, nombreux sont ceux qui s'attendaient à une répétition de 2018, lorsque le Maroc qui était dans un groupe difficile avait bien joué mais était rentré chez lui trop tôt.

Et ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé. Tout a commencé par un match nul contre la Croatie, finaliste de 2018. Une victoire bien méritée contre la Belgique, classée deuxième mondialement. Puis le Canada a permis aux Lions de l'Atlas d’accéder à la première place de leur groupe. Ensuite, l’équipe marocaine a remporté une victoire importante au deuxième tour contre l'Espagne, qui l’avait vaincu en 2010. Et par la suite, d'une victoire encore plus importante contre le Portugal. L’aventure marocaine s’est terminée par une défaite 2-0 en demi-finale contre la France, le Maroc ayant poussé les champions en titre jusqu'au bout.

Alors que Sofyan Amrabat, Yassine Bounou et Achraf Hakimi faisaient la une des journaux, les fans aussi étaient au rendez-vous. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans des stades au Qatar et ont créé une atmosphère incroyable qui a été ressentie dans le monde entier. Nombreux sont ceux qui ont estimé que les fans marocains étaient les meilleurs du championnat, et il est vrai que les matchs contre les géants européens que sont l'Espagne, le Portugal et la France ressemblaient à des matchs à domicile pour le Maroc.

C'est quelque chose que l'entraîneur du Wydad, Mehdi Nafti, espère pouvoir reproduire au cours des prochains jours, même si le match d'ouverture contre Al-Hilal ne se déroule pas à Casablanca, mais à Rabat.

«Nous ne serons pas moins bons que les autres équipes, même si nous savons que nous ne sommes pas des favoris, mais nous allons jouer à domicile devant nos supporters. C'est super pour nous, c’est une belle motivation. Nous aimerions reproduire la scénario de la Coupe du monde avec l'équipe nationale marocaine», a affirmé le joueur âgé de 44 ans.

«Je sais avec certitude que les autres équipes auront pour nous du respect, et c'est pour nous un grand défi. Il est très important que nous ayons dans l’équipe des joueurs chevronnés, et avec nos cœurs et nos fans, nous pouvons déplacer des montagnes», a-t-il ajouté. 

Nafti, ancien international tunisien, ne fait partie de l’équipe de Wydad que depuis un mois. Il a succédé à Hussein Ammouta, limogé en novembre après une défaite 3-0 face au FUS Rabat. Ammouta a remplacé Walid Regragui, l'homme qui a mené le Wydad au titre africain en mai avec une victoire sur les géants égyptiens d’Al-Ahly (qui participent également à la Coupe du monde des clubs et affrontent les Sounders de Seattle avec la possibilité d'affronter par la suite le Real Madrid).

Regragui, âgé de 47 ans, est ensuite parti en août pour reprendre en main l'équipe nationale marocaine et la mener au succès de la Coupe du monde.

Ce n'est donc pas une surprise que Nafti ait été en contact avec Regragui, un ancien coéquipier.

«Je savais que j'entraînerais les champions d'Afrique qui ont remporté le championnat local la saison dernière, et que l'entraîneur qui était ici est un de mes amis. Toutes ces choses m'ont donc fait accepter le poste, et non seulement parce que nous participons au Mondial des Clubs.»

«Je suis toujours en contact avec Regragui», a ajouté Nafti. «Nous avons joué ensemble en France à Toulouse et au Racing Santander. Il m'a beaucoup aidé, surtout au début, à m'adapter et à apprendre rapidement ce qu’il fallait sur le Wydad», a-t-il raconté. 

Cela semble avoir fonctionné. La forme de l’équipe est bonne. Le Wydad a remporté quatre matches et fait match nul dans deux des six dernières ligues. Il occupe la deuxième place du championnat.

Avec la présence de membres de l'équipe de la Coupe du monde – Ahmed Reda Tagnaouti, Yahya Jabrane et Yahia Attiyat Allah –, le milieu de terrain vedette Aymane Hassouni en bonne forme, et le nouvel attaquant camerounais Didier Lamkel qui a rejoint l’équipe, il y a de l'espoir.

Regragui estime que si Al-Hilal peut être vaincu, le Wydad peut aller loin.

«Je m'attends à un match équilibré car Al-Hilal est le Real Madrid d'Asie. Il a des joueurs et des supporters exceptionnels, mais jouer à domicile est un avantage pour le Wydad», a indiqué Regragui.

«Le Wydad compte des joueurs talentueux. Aymane Hassouni est un grand joueur et mérite de briller lors des rencontres. L’équipe s’est trouvée également renforcée par la venue de nouvelles recrues capables de faire la différence. Le match contre Hilal est un match difficile. Si le Wydad parvient à gagner, il peut facilement arriver en finale. Tout est possible.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Liban: le diplomate coordonnant le soutien international critique la «lenteur» des réformes

Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars
  • Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban

BEYROUTH: Le diplomate français chargé de la coordination du soutien international au Liban a déploré vendredi la "lenteur" dans la mise en place par les autorités des réformes préalables à une aide financière du Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en œuvre de réformes cruciales dans le pays en crise.

"C'est vraiment lent", a estimé Pierre Duquesne, tout en soulignant lors d'un entretien avec des journalistes à Beyrouth, dont l'AFP, "quelques petits ajustements qui vont dans le bon sens" de la part des autorités.

Parmi les réformes réclamées par le FMI figure l'approbation par le Parlement du budget 2022, adoptée de façon "tardive" selon M. Duquesne.

Le FMI exige également la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux, qui tardent à voir le jour.

"Il n'y a pas d'autre solution que le FMI pour apporter capitaux, crédibilité et confiance (...) et réduire les inégalités", a souligné le diplomate français.

Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban, qui l'a déjà conduit en Egypte et en Jordanie.

"Les deux pays ont fait part d'une extrême bonne volonté et se sont dits prêts techniquement à fournir gaz et électricité au Liban"", presque entièrement privé de courant, a dit le diplomate.

Mais le gaz devra passer par la Syrie, soumise à des sanctions américaines en vertu de la "loi César" sanctionnant les Etats commerçant avec ce pays.

M. Duquesne se rendra dans les dix prochains jours à Washington pour évoquer avec l'administration américaine "des exemptions", selon lui, afin de permettre la fourniture de gaz égyptien et d'électricité jordanienne au Liban, via la Syrie.

Il doit également rencontrer des responsables de la Banque mondiale, l'accord pour la fourniture de gaz et d'électricité au Liban étant également conditionné au financement de cette institution.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une crise socio-économique largement imputée à la corruption et l'incurie de la classe dirigeante.

En septembre 2022, le FMI avait déjà épinglé les autorités libanaises pour la "lenteur" des réformes et en octobre, la patronne du FMI les avait appelé à "faire passer d'abord la population", dont plus de 80% a basculé dans la pauvreté, selon l'ONU.