Angela Merkel supplie Israël de ne pas «perdre de vue» l’accord de paix avec les Palestiniens

La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré que les accords d’Abraham ne dispensaient pas Israël de conclure un accord de paix avec les Palestiniens. (Photo, Reuters)
La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré que les accords d’Abraham ne dispensaient pas Israël de conclure un accord de paix avec les Palestiniens. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Lundi 11 octobre 2021

Angela Merkel supplie Israël de ne pas «perdre de vue» l’accord de paix avec les Palestiniens

  • Depuis cinq décennies, l’Allemagne est devenue l’un des alliés internationaux et des partenaires commerciaux les plus proches et les plus importants d’Israël
  • Cependant, l’appui de Mme Merkel a une solution à deux États constitue l’un des principaux désaccords avec les dirigeants israéliens au cours de ses seize années de mandat

JÉRUSALEM: La chancelière allemande, Angela Merkel, a supplié Israël de ne pas «perdre de vue» la nécessité d’établir un État palestinien, à l’issue d’une tournée d’adieu qui a duré deux jours. L’appui de Mme Merkel a une solution à deux États a constitué l’un des principaux désaccords avec les dirigeants israéliens au cours de ses seize années de mandat, caractérisées par un soutien indéfectible à Israël.

Lors d’une allocution prononcée devant un groupe de réflexion israélien, Mme Merkel a salué les accords diplomatiques historiques conclus l’année dernière entre Israël et quatre pays arabes, notamment les Émirats arabes unis. Elle a toutefois déclaré que les accords d’Abraham ne dispensaient pas Israël de conclure un accord de paix avec les Palestiniens.

«Nous ne devons pas perdre de vue le droit des Palestiniens à avoir une chance de vivre», a-t-elle souligné. «C’est pourquoi il ne faut en aucun cas perdre de vue, même si cela devient de plus en plus difficile en raison des colonies, la question de la solution à deux États», a expliqué Mme Merkel lors d’un débat à l’Institut d'études de sécurité nationale de Tel Aviv.

Ceux qui soutiennent les accords d’Abraham, négociés par l’administration Trump, considèrent qu’ils mettent fin à une croyance longtemps ancrée selon laquelle Israël ne pourrait pas tisser de liens avec le monde arabe avant de conclure un accord avec les Palestiniens.

Le nouveau Premier ministre israélien, Naftali Bennett, un partisan de la ligne dure qui s’oppose à la création d’un État palestinien sur les terres occupées par Israël, a rejeté tout dialogue avec les Palestiniens. Il préconise plutôt une approche plus pragmatique consistant à améliorer les conditions de vie des Palestiniens afin d’apaiser les tensions. Son gouvernement, un ensemble disparate de partis pacifistes, nationalistes et arabes qui a pris ses fonctions en juin, n’a jusqu’à présent annoncé aucun changement majeur dans sa politique.

Angela Merkel a salué les intentions de M. Bennett, mais a affirmé qu’une telle approche ne serait pas suffisante. «Je pense qu’une question aussi ancienne (le conflit avec les Palestiniens) ne disparaîtra pas de l’agenda, même si les relations avec les États arabes voisins s’améliorent», a-t-elle indiqué. Tout au long de sa visite, la chancelière a été accueillie comme une «véritable amie» d’Israël. Son programme a inclus des rencontres avec des dirigeants israéliens et un arrêt au mémorial national de l’Holocauste, Yad Vashem.

La chancelière a réitéré l’engagement de l’Allemagne en faveur de la sécurité d’Israël, et s’est dite convaincue que le prochain gouvernement allemand, qui verra le jour à l’issue de de longues négociations de coalition à la suite de la tenue d’élections non concluantes le mois dernier, adoptera une position similaire.

L’une des principales questions à l’ordre du jour de la chancelière a été le programme nucléaire de l’Iran. L’Allemagne fait en effet partie des puissances mondiales qui ont négocié l’accord sur le nucléaire international de 2015 avec l’Iran. L’accord s’est effondré après que Donald Trump, avec le soutien d’Israël, s’en est retiré en 2018. L’administration Biden a essayé de relancer cet accord malgré les objections israéliennes.

Israël considère l’Iran comme son plus grand ennemi, citant la présence militaire du pays dans la Syrie voisine et son soutien à des groupes militants hostiles dans la région. Il accuse Téhéran de tenter de se doter de l’arme nucléaire, ce que l’Iran nie, et estime que l’accord international ne contient pas de garanties suffisantes. Pendant ce temps, la République islamique poursuit ses activités nucléaires, notamment l’enrichissement de l’uranium, une mesure qui peut le rapprocher de la fabrication d’une bombe.

Pour Mme Merkel, les désaccords entre les puissances mondiales qui ont négocié l’accord initial ont affaibli leur position, et permis à l’Iran de gagner du temps et d’étendre ses activités militaires dans la région. «L’Iran sait cela. Nous sommes donc confrontés à une situation très grave», a-t-elle expliqué. Elle a par ailleurs reconnu qu’elle n’avait pas de solution, mais a appelé les principaux acteurs, notamment la Russie et la Chine, à adopter une position publique plus ferme à l’égard de l’Iran. «Plus les pays feront savoir clairement qu’ils n'acceptent pas les ambitions et les agressions de l’Iran, mieux ce sera pour la région», a-t-elle ajouté.

Israël a été créé à la suite de l’Holocauste de la Seconde Guerre mondiale, et les deux pays n’ont établi des liens diplomatiques qu’en 1965. Mais au fil des décennies, ces liens se sont renforcés, et l’Allemagne est devenue l’un des alliés internationaux et des partenaires commerciaux les plus proches et les plus importants d’Israël.

Mme Merkel devait se rendre en Israël en août, mais le voyage a été reporté après la crise en Afghanistan, au cours de laquelle les talibans ont pris le pouvoir. Elle a ensuite repoussé sa visite après les élections allemandes du mois dernier. La chancelière continue donc à exercer ses fonctions à titre intérimaire jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement, un processus qui pourrait prendre des semaines, voire des mois.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie célèbre en grande pompe le 60e anniversaire de son indépendance

Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. Photo fournie.
Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. Photo fournie.
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet
  • Plusieurs hôtes étrangers, parmi lesquels les présidents palestinien Mahmoud Abbas, tunisien Kais Saied et nigérien Mohamed Bazoum, assistent à ce défilé militaire

ALGER: L'Algérie célèbre mardi en grande pompe, avec notamment une parade militaire d'ampleur inédite, le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Après avoir déposé une gerbe au Sanctuaire des Martyrs à Alger, le président Abdelmadjid Tebboune débout dans une voiture au toit ouvrant en compagnie du chef d'Etat major de l'armée, le général Saïd Chanegriha, a passé en revue des unités de plusieurs services de sécurité avant de donner le coup d'envoi du défilé militaire.

Soixante salves
En même temps, des canons ont tiré soixante salves pour marquer l'occasion.

Plusieurs hôtes étrangers, parmi lesquels les présidents palestinien Mahmoud Abbas, tunisien Kais Saied et nigérien Mohamed Bazoum, assistent à ce défilé militaire.

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.

Mais 60 ans après la fin de la colonisation, les plaies restent vives en Algérie alors que la

France exclut toute "repentance" ou "excuses", bien que le président français Emmanuel Macron s'efforce depuis son élection d'apaiser les mémoires avec une série de gestes symboliques.

En mars, M. Tebboune avait déclaré que le dossier mémoriel devrait être abordé d'une manière "équitable", ajoutant que les "crimes" de la colonisation française ne sauraient être frappés de prescription.

La relation bilatérale semblait avoir atteint son plus bas niveau en octobre lorsque M. Macron avait affirmé que l'Algérie s'était construite après son indépendance sur "une rente mémorielle", entretenue par "le système politico-militaire", suscitant l'ire d'Alger.

Mais les relations se sont progressivement réchauffées ces derniers mois et M. Macron et M. Tebboune ont exprimé leur volonté de les "approfondir" lors d'un entretien téléphonique le 18 juin.

«Amnistie»

Lundi soir, la présidence française a annoncé qu'Emmanuel Macron avait adressé une lettre à son homologue algérien à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance, dans laquelle il appelle au "renforcement des liens déjà forts" entre les deux pays.

"Il y réitère, en outre, son engagement à poursuivre sa démarche de reconnaissance de la vérité et de réconciliation des mémoires des peuples algérien et français", ajoute l'Elysée qui précise qu'une gerbe sera déposée mardi en son nom au Mémorial national de la guerre d'Algérie, à Paris, en hommage aux victimes du massacre d’Européens à Oran, le 5 juillet 1962.

Sur le plan intérieur, le pouvoir a mis à profit l'anniversaire pour tenter d'alléger les crispations, trois ans après avoir été ébranlé par les manifestations prodémocratie du Hirak.

M. Tebboune a en effet lancé en mai une initiative pour briser l'immobilisme politique en recevant à tour de rôle plusieurs dirigeants de partis politiques, y compris de l'opposition, et des responsables d'organisations syndicales et patronales.

Il a annoncé lundi à l'occasion de l’anniversaire de l'indépendance une amnistie aux termes de laquelle des milliers de prisonniers de droit commun ont bénéficié des remises de peines.

Une "loi spéciale" qui devrait permettre aux détenus du Hirak de bénéficier eux aussi d'une amnistie, est en cours de préparation, selon la présidence.


Tunisie: Saied défend son projet de constitution controversé

A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs. (AFP).
A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs. (AFP).
Short Url
  • Sadok Belaïd, chef de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution, avait remis son projet le 20 juin à M. Saied mais ce dernier a publié jeudi une version remaniée de fond en comble
  • A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs

TUNIS : Le président tunisien Kais Saied a défendu mardi son projet de constitution controversé face aux accusations de dérive autoritaire, après avoir été désavoué par le juriste à qui il en avait confié la rédaction.

Sadok Belaïd, chef de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution, avait remis son projet le 20 juin à M. Saied mais ce dernier a publié jeudi une version remaniée de fond en comble, instaurant un système présidentiel accordant de très larges pouvoirs au chef de l'Etat sans véritables garde-fous.

Dans une sortie tonitruante, M. Belaïd, juriste respecté, a affirmé dans une lettre publiée dimanche par la presse que la version de M. Saied n'avait rien à voir avec celle qu'il lui avait remise, avertissant que le projet qui sera soumis à référendum le 25 juillet pourrait "ouvrir la voie à un régime dictatorial".

Dans un message publié mardi par la présidence de la République, M. Saied s'en est défendu, affirmant que le projet de constitution publié reflétait "ce que le peuple tunisien a exprimé depuis la révolution (de 2011) jusqu'au 25 juillet 2021 lorsque elle a été remise sur le droit chemin".

A cette date, M. Saied, après des mois de blocages politiques, avait suspendu le Parlement et limogé le gouvernement pour s'arroger les pleins pouvoirs, faisant vaciller la jeune démocratie dans le pays d'où les révoltes du Printemps arabe étaient parties en 2011.

"La Constitution qui vous est proposée reflète l'esprit de la révolution et ne porte aucunement atteinte aux droits et aux libertés", a-t-il ajouté dans son message.

Il a rejeté les accusations selon lesquelles la constitution proposée ouvrait la voie à "un retour de la tyrannie", affirmant que "rien ne peut être plus loin de la réalité".

Il a enfin appelé les Tunisiens à approuver le texte lors du référendum du 25 juillet, qui coïncidera avec le 1er anniversaire de son coup de force.

"Dites 'oui' pour éviter la déchéance de l'Etat, pour que les objectifs de la révolution se réalisent et qu'on en finisse avec la misère, le terrorisme, la faim, l'injustice et la souffrance", a-t-il écrit.


Les drones du Hezbollah, risques superflus pour le Liban selon Najib Mikati et le ministre des AE

Sur cette photo prise le 3 juillet 2022, on voit la frontière entre Israël et le Liban à proximité du kibboutz de Shtula, en Israël. (AFP)
Sur cette photo prise le 3 juillet 2022, on voit la frontière entre Israël et le Liban à proximité du kibboutz de Shtula, en Israël. (AFP)
Short Url
  • «Le Liban s'oppose à toute action entreprise hors de la responsabilité de l'État et du cadre diplomatique des négociations»
  • Le Liban a été incapable de confirmer que la ligne 29 – qui comprend le champ gazier de Karish – constitue la frontière maritime du pays

BEYROUTH: Le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères du Liban ont reproché le lancement par le Hezbollah la semaine dernière de trois drones en direction d'un champ gazier israélien. Ils ont qualifié d'«inacceptable» toute ingérence dans les pourparlers menés sous l'égide des États-Unis en vue de démarquer la frontière maritime du Liban avec Israël.

Ces déclarations ont été faites après le lancement par le Hezbollah samedi dernier de drones non armés pour des missions de reconnaissance au-dessus du champ gazier contesté de Karish.

Le Liban a officiellement exprimé son «rejet de cette action entreprise hors de la responsabilité de l'État et du cadre diplomatique des négociations, à un moment où les négociations indirectes pour la démarcation des frontières maritimes sont engagées et où les efforts du médiateur américain Amos Hochstein parviennent à un stade avancé».