Le 17 octobre 1961, une «sanglante répression» contre des Algériens à Paris

Short Url
Publié le Mercredi 13 octobre 2021

Le 17 octobre 1961, une «sanglante répression» contre des Algériens à Paris

  • Nous sommes six mois avant que les accords d'Evian ne scellent l'indépendance de l'Algérie, encore française
  • Des manifestants algériens vont subir la répression la plus meurtrière en Europe de l'Ouest depuis 1945

PARIS: Il y a 60 ans, le 17 octobre 1961, 30.000 Algériens, venus manifester pacifiquement à Paris subissent une violente répression. Bilan officiel: trois morts et une soixantaine de blessés, très loin de la réalité selon les historiens.

Nous sommes six mois avant que les accords d'Evian ne scellent l'indépendance de l'Algérie, encore française. Les "Français musulmans d'Algérie" affluent depuis leurs bidonvilles en banlieue ou les quartiers populaires parisiens où ils vivent.

A l'appel de la branche du Front de libération nationale (FLN) installée en France, les manifestants ont bravé l'interdiction décrétée par le préfet de police, Maurice Papon (qui sera plus tard condamné pour complicité de crimes contre l'humanité, dans les années 1990, pour son rôle dans la déportation des Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale). 

Ces manifestants vont subir la répression la plus meurtrière en Europe de l'Ouest depuis 1945, selon l'historien Emmanuel Blanchard.

Quelque 12.000 manifestants sont raflés ce jour-là par la police. Des cadavres criblés de balles ou marqués par les coups seront repêchés dans la Seine les jours suivants. Bien plus que le bilan officiel.

En 1988, Constantin Melnik, conseiller au cabinet du Premier ministre Michel Debré pendant la guerre d'Algérie, estimera que les "exactions" de la police ont fait une centaine de morts, tandis qu'un rapport au gouvernement en 1998 en comptabilisera 48. 

Difficiles à établir précisément, les bilans avancés au fil des ans par les historiens vont d'une trentaine à plus de 200 morts. Aujourd'hui, ils s'accordent sur "au moins plusieurs dizaines de morts" du fait de la police le 17 octobre, selon M. Blanchard.

Une gigantesque rafle planifiée

En 1961, la Guerre d'Algérie dure depuis sept ans et les "Français musulmans d'Algérie", qui vivent depuis des mois les rafles et contrôles intempestifs de la police ou les "ratonnades" meurtrières d'escadrons clandestins favorables à l'Algérie française, sont soumis depuis le 5 octobre à un couvre-feu à Paris.

Le 17 octobre, les manifestants veulent à la fois protester massivement contre ce couvre-feu et témoigner en nombre leur solidarité aux Algériens qui se battent au pays pour l'indépendance.

Depuis le début de l'année, plusieurs policiers ont de leur côté trouvé la mort dans des attentats isolés attribués au FLN en région parisienne, "au moins cinq au cours du mois de septembre et début octobre", selon M. Blanchard.

Pour le Premier ministre Michel Debré, le couvre-feu vient opportunément empêcher le FLN de collecter le soir des fonds destinés à son combat.  

Dès le matin du 17, la préfecture de police a réquisitionné le Parc des expositions de Paris, ce qui montre qu'elle ne se plaçait pas dans une logique de "maintien de l'ordre", mais qu'elle "préparait une rafle gigantesque", explique M. Blanchard.

En quelques heures, des milliers d'Algériens sont brutalement entassés dans des cars de police ou des bus réquisitionnés et rassemblés dans plusieurs lieux de Paris ou de la proche banlieue où leur identité va être vérifiée.

Mais avant, les coups pleuvront.

hidalgo
La maire de Paris Anne Hidalgo inaugurant une plaque commémorative en l’honneur des victime de la répression de la manifestation, le 17 octobre 2019 (Photo, AFP).

 

Jacques Simonnet, alors étudiant, a raconté en 1999 devant la justice ce qu'il avait lui-même vu au Palais des sports: "Les Algériens étaient sortis à coups de poing des cars, ils se ramassaient par terre et là, passaient entre une haie de policiers qui les recevaient à coups de pieds, de poings, de bâtons, de bottes. La violence est arrivée à un point que je n'arrivais pas à imaginer".

La majorité des blessés ne sont pas dirigés vers des hôpitaux. Une fois identifiés, certains sont expulsés vers l'Algérie, d'autres internés dans des camps et les derniers, renvoyés chez eux.

«Répression coloniale»

Dès les premiers manifestants engagés sur le pont de Neuilly, à l'ouest de Paris, des coups de feu mortels sont tirés par des membres de la Force de police auxiliaire (FPA), mais aussi par des gardiens de la paix, sur une foule calme, endimanchée et parfois venue en famille, et surtout non armée, rappelle M. Blanchard. 

La violence des policiers se déchaîne à l'écoute de messages radio mensongers de la police annonçant à tort la mort par balles de collègues. 

Tirs et charges ont lieu aussi dans plusieurs lieux de la capitale, comme sur les Grands boulevards, où un badaud aura les cervicales brisées par des coups de matraques.

"De nombreuses victimes sont mortes sous les coups de bidules (matraques, NDLR) portés par les agents, des dizaines d'autres furent jetés dans la Seine, plusieurs périrent par étouffement après avoir été jetés à terre et recouverts par des amas de corps", détaille le Musée de l'Histoire de l'immigration sur son site internet.

"Ce que les historiens montrent aujourd'hui, c'est que la violence de la répression le 17 octobre dépasse les techniques de maintien de l'ordre classique et qu'elle est à mettre en regard avec les techniques de répression coloniale qui ont cours dans l'Empire", explique-t-il.

Il faudra attendre 2012 pour qu'un président, François Hollande, rende "hommage aux victimes" d'une "sanglante répression" qui s'abattit sur ces hommes manifestant pour "le droit à l'indépendance".


L'équipe Macron a «trahi» Bayrou en 2017 et tenté de l'acheter, selon deux journalistes

Emmanuel Macron (g) et François Bayrou, à Pau, en janvier 2020. (Photo, POOL NEW / REUTERS)
Emmanuel Macron (g) et François Bayrou, à Pau, en janvier 2020. (Photo, POOL NEW / REUTERS)
Short Url
  • «Si vous n'avez le nombre de députés on peut vous garantir des ressources»
  • «Mais ce sont des pratiques que nous n'avalisons pas», a ajouté François Bayrou, précisant que pour lui, Emmanuel Macron «n'est pas dans les petites manoeuvres»

PARIS : Complété avec une citation de François Bayrou au JDD, selon laquelle son parti a "repoussé toute compensation financière" de LREM dans les négociations sur les circonscriptions en 2017


"Trahi" par l'équipe d'Emmanuel Macron sur la place du Modem à l'Assemblée en 2017, son allié François Bayrou s'est vu proposer un dédommagement financier qu'il a refusé, affirment les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans leur livre "Le traître et le néant".


Les auteurs, qui précisent avoir prévenu la centaine d'interlocuteurs qu'ils enregistraient leurs entretiens, citent François Bayrou expliquant qu'il a passé un accord avec Emmanuel Macron peu de temps après son élection en mai 2017 pour se répartir les 577 circonscriptions, dont 144 pour le Modem.


Mais le lendemain le secrétaire général du parti LREM Richard Ferrand n'annonce que 16 circonscriptions pour le Modem. François Bayrou voit rouge mais Emmanuel Macron reste silencieux. François Bayrou "est revenu à la charge et puis finalement il a grappillé" des circonscriptions et obtenu une cinquantaine de sièges de députés, résument les auteurs auprès de l'AFP.


Surtout, certains macronistes ont "sous-entendu qu'ils pouvaient payer, nous donner de l'argent pour compenser", écrivent Gérard Davet et Fabrice Lhomme en citant François Bayrou qui calcule, selon eux, la somme de "quatre millions d'euros".


Interrogé par l'AFP, l'entourage de Richard Ferrand, devenu depuis président de l'Assemblée nationale, dit qu'il n'est "pas au courant" qu'un tel marché ait pu être proposé.


"Il y a eu ce moment de tension autour du nombre de députés que nous allions avoir et en effet des mots malheureux ont été prononcés en disant +si vous n'avez le nombre de députés on peut vous garantir des ressources+", a de son côté expliqué mercredi François Bayrou, interrogé sur Europe 1.


"Mais ce sont des pratiques que nous n'avalisons pas", a-t-il ajouté, précisant que pour lui, Emmanuel Macron "n'est pas dans les petites manoeuvres" et qu'il revotera "évidemment" pour lui s'il se présente en 2022.


"Toute proposition de compensation financière, bien que commune et légale entre partis politiques, a été repoussée par nous sans discussion", a complété dimanche François Bayrou dans une interview au Journal du Dimanche.


Au-delà de cet épisode, les auteurs ont rencontré de nombreux interlocuteurs qui se sont sentis "trahis" par le chef de l'Etat, dont en premier lieu l'ex-président socialiste François Hollande, mais ils n'ont pas eu accès à Emmanuel Macron ni à sa garde rapprochée.


Dans leur enquête, ils soulignent les procédures judiciaires qui semblent "enterrées" sur la vente contestée d'Astom à General Electric quand Emmanuel Macron était ministre de l'Economie (2014-2016). Ils s'interrogent sur la nomination d'Eric Dupond-Moretti à la tête du ministère de la Justice sur fond d'"intérêts conjoints" de l'ex-président Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron.


Ils retiennent de leur enquête sur Emmanuel Macron "un opportuniste habité par son destin, comme dit Alain Minc" avec "une conception du pouvoir qui décrédibilise les contre-pouvoirs" et qui "atomise les oppositions".


Une conception qui accentue le phénomène "d'un pays déboussolé" qui n'a "plus qu'un choix qui sera entre l'extrême droite et un homme raisonnable", résument pour l'AFP les deux journalistes.


Selon eux, il y a les pro-Macron, comme Benjamin Griveaux qui "sont convaincus que cette stratégie est "brillantissime" car les électeurs "choisiront toujours le raisonnable". "Et puis vous avez tous les autres qui sont nombreux, qui nous disent: mais c'est hyper dangereux" parce que "si les gens en ont marre de toi, c'est le chaos".


Des milliers de manifestants contre les mesures anti-Covid

À Lausanne, entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi pour dire «non» au pass sanitaire. (Photo, AFP)
À Lausanne, entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi pour dire «non» au pass sanitaire. (Photo, AFP)
Short Url
  • Intitulée «Homo pandemicus, quo vadis», la manifestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19, qui est soumise au vote populaire le 28 novembre
  • Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes qui ont défilé sous le slogan «Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite»

BERNE : Des milliers de manifestants ont défilé une nouvelle fois samedi dans plusieurs villes suisses pour protester contre les mesures anti-Covid mais Berne, la capitale, a accueilli une contre-manifestation.


Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.


Le principal défilé a rassemblé quelque 3.000 personnes à Rapperswil-Jona dans le canton de Saint-Gall, à l'est de la Suisse rapporte l'agence ATS-Keystone, citant les chiffres de la police.


Des défilés se sont aussi déroulés à Lausanne en Suisse romande, à Lugano en suisse italophone ou encore à Baden, dans le canton d'Argovie en suisse alémanique.


"Berset (Alain Berset, le ministre fédéral de la santé Ndlr), ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets à Lausanne au bord du Léman.


A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", les opposants étaient environ 400.


Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la manifestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19, qui est soumise au vote populaire le 28 novembre.


Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes qui ont défilé sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". 


Ce groupe de gauche se voulait aussi un signal lancé aux manifestants -dont un certain nombre d'extrême droite- qui tentent de manifester tous les jeudi non loin du parlement fédéral, mobilisant semaine après semaine d'importantes forces de l'ordre.


Début septembre, face à une situation sanitaire difficile à cause du variant delta et d'un taux de vaccination insuffisant, le conseil fédéral avait décidé d'étendre largement l'obligation de pass sanitaire.


Il faut montrer son certificat Covid -que l'on obtient soit en se faisant vacciner soit en réalisant des tests peu avant d'en avoir l'usage- pour entrer au restaurant ou dans un bar, mais aussi pour aller voir une exposition, un film ou un événement sportif en intérieur. 


Mercredi, Alain Berset a annoncé une offensive vaccinale pour tenter de convaincre les indécis, car le vaccin est "notre porte de sortie de la crise". 


Un million de personnes doivent toutefois encore être vaccinées avant que toutes les mesures puissent être levées, a estimé M. Berset.


Actuellement, la Suisse fait figure de mauvais élève en Europe. Le taux de vaccination complète était de seulement 61,52% le 15 octobre.


Robert Ménard implore Zemmour et Le Pen de s'unir pour la présidentielle

L'essayiste phare des médias d'extrême droite français Eric Zemmour (g) est accueilli à son arrivée à Béziers par le maire Robert Ménard lors d'une visite dans le cadre de sa tournée promotionnelle pour son livre "La France n'a pas dit son dernier mot" le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
L'essayiste phare des médias d'extrême droite français Eric Zemmour (g) est accueilli à son arrivée à Béziers par le maire Robert Ménard lors d'une visite dans le cadre de sa tournée promotionnelle pour son livre "La France n'a pas dit son dernier mot" le 16 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Faire l’union des droites, c'est être capable de faire passer la France avant l’ego des uns et des autres», a plaidé M. Ménard devant 1.200 personnes réunies dans une salle de Béziers pour voir Éric Zemmour»
  • Après son intervention, Éric Zemmour, dont la candidature à l'élection présidentielle est toujours hypothétique, a remercié Robert Ménard de ses «sages conseils»

BEZIERS : Le maire d'extrême droite de Béziers (Hérault) Robert Ménard, qui avait invité le polémiste Eric Zemmour samedi, l'a imploré, ainsi que Marine Le Pen (RN), à "se retrouver en février prochain" pour s'unir avant la présidentielle.


"Faire l’union des droites, c'est être capable de faire passer la France avant l’ego des uns et des autres", a plaidé M. Ménard devant 1.200 personnes réunies dans une salle de Béziers pour voir Éric Zemmour.


"Je demanderai, je souhaiterai, j’implorerai, que vous deux, toi et Marine, Marine et toi, de se retrouver en février prochain, chacun sait que c'est à ce moment-là que les choses se cristallisent", a-t-il demandé.


Robert Ménard, qui avait déjà promis de soutenir Mme Le Pen en 2022, a demandé qu'à cette échéance de février "celui qui à ce moment-là sera derrière l’autre accepte de se retirer".


Après son intervention, Éric Zemmour, dont la candidature à l'élection présidentielle est toujours hypothétique, a remercié Robert Ménard de ses "sages conseils".


"Mais nous sommes en octobre, nous ne sommes pas encore en février", a-t-il ajouté. "J’ai un peu de mal à me retirer alors que je ne me suis pas encore présenté".


"Ce n'est pas mon sujet. Mon sujet, c'est défendre mes idées et être entendu par un maximum de gens. Je ne suis pas dans une logique partisane. L'élection présidentielle au suffrage universel ce n'est pas une élection pour être Premier ministre", a-t-il ensuite développé devant un groupe de journalistes qui l'interrogeaient sur l'appel que lui a lancé Robert Ménard.


"Quand je dis Marine Le Pen ne gagnera jamais, je dis ce que tout le monde sait (...) Avant que je ne sois pris en compte par les sondages, on avait une Marine Le Pen très haut mais incapable de gagner le second tour et on avait un candidat de droite incapable d'atteindre le second tour car Marine Le Pen était trop haute. Et M. Macron attendait tranquillement son second tour (...) et il allait gagner. C'est ça que ma présence a bouleversé", a-t-il ajouté, sans vouloir dire s'il sera ou non candidat.


Eric Zemmour talonne Marine Le Pen dans le sondage Ifop Fiducial pour le Figaro publié vendredi, derrière Emmanuel Macron, toujours en tête dans les intentions de vote.


Lundi, plusieurs personnalités du Rassemblement national (RN) avaient appelé Éric Zemmour à "ne pas diviser le camp national" face au "fossoyeur" Emmanuel Macron.


Fréquemment poursuivi en justice pour des déclarations controversées, Éric Zemmour a été plusieurs fois relaxé mais aussi condamné pour provocation à la discrimination raciale en 2011 et pour provocation à la haine envers les musulmans en 2018.