Frontière avec Israël: le médiateur US discute avec les dirigeants libanais

Le président libanais, Michel Aoun, rencontre le haut conseiller américain pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein (au centre), en présence de l'ambassadrice américaine au Liban, Dorothy Shea, au palais présidentiel à Baabda. (Photo, AFP)
Le président libanais, Michel Aoun, rencontre le haut conseiller américain pour la sécurité énergétique, Amos Hochstein (au centre), en présence de l'ambassadrice américaine au Liban, Dorothy Shea, au palais présidentiel à Baabda. (Photo, AFP)
Le président libanais, Michel Aoun, et le ministre libanais des Finances, Youssef Khalil, rencontrent une délégation du cabinet de conseil Alvarez & Marsal (A&M) au palais présidentiel de Baabda, Liban, le 20 octobre 2021. (Photo, Reuters)
Le président libanais, Michel Aoun, et le ministre libanais des Finances, Youssef Khalil, rencontrent une délégation du cabinet de conseil Alvarez & Marsal (A&M) au palais présidentiel de Baabda, Liban, le 20 octobre 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 21 octobre 2021

Frontière avec Israël: le médiateur US discute avec les dirigeants libanais

  • Amos Hochstein a rencontré le président, Michel Aoun, le président du Parlement, Nabih Berri, le Premier ministre, Mikati, et d'autres ministres
  • Le Liban est prêt «à continuer de coopérer de façon constructive», a assuré Aoun

BEYROUTH: Amos Hochstein, l'envoyé américain désigné par l'administration Biden ce mois-ci pour arbitrer dans le différend frontalier maritime entre le Liban et Israël, s'est entretenu mercredi avec le président libanais Michel Aoun, le président du Parlement Nabih Berri et le Premier ministre Najib Mikati sur l'avenir des négociations.

Aoun a exprimé «la volonté du Liban de continuer de coopérer positivement» avec le processus de négociations. Cependant, les points de discorde demeurent encore.

«L'administration du président Joe Biden est prête à aider le Liban et Israël à trouver une solution mutuellement acceptable à leurs frontières maritimes communes», a affirmé le département d'État.

Hochstein, qui est également le haut conseiller du département d'État pour la sécurité énergétique, a également rencontré le ministre des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, le ministre de l'Énergie, Walid Fayyad, et le commandant de l'armée, le général Joseph Aoun.

Le bureau du président du Parlement a révélé que la discussion de Berri avec Hochstein a porté sur «plusieurs dossiers, notamment la démarcation des frontières maritime et terrestre entre le Liban et la Palestine occupée. L'accord-cadre annoncé en octobre de l'année dernière a été confirmé.»

L'accord-cadre de l'administration américaine pour les pourparlers, qui a été mis en œuvre il y a un an par le secrétaire d'État adjoint pour le Proche-Orient, David Schenker, prévoit deux zones de démarcation pour les frontières terrestres et maritimes. Conformément à l'accord, les États-Unis jouent le rôle de médiateur à la demande des deux parties.

Le Liban a été perçu comme ayant des difficultés avec la démarcation de ses frontières maritimes. Après avoir soumis une proposition de frontière à l'ONU en 2011, les responsables libanais ont décidé qu'elle se basait sur des estimations erronées et ont exigé 1 430 kilomètres carrés supplémentaires, une zone qui comprend une partie du champ gazier israélien de Karish. Les Israéliens s'y opposent.

Berri a déclaré à Hochstein: «Nous avons une nouvelle opportunité de reprendre les négociations dans la ville de Naqoura, au sud du Liban, grâce aux nouveaux efforts américains dans ce contexte.»

Il a de plus souligné «l'importance d'exclure le Liban des sanctions de la loi de César, surtout concernant l’acheminement du gaz et de l'électricité égyptiens de la Jordanie au Liban, en passant par la Syrie». Le Liban connait des pannes d'électricité généralisées en raison des pénuries de carburant au milieu d'une crise économique paralysante. La loi César est une loi américaine qui sanctionne le gouvernement syrien pour des crimes de guerre contre le peuple syrien.

«L'émissaire américain a fait part à Berri d'un point de vue optimiste sur les progrès positifs réalisés en ce qui concerne ces questions», a dévoilé le bureau du président du Parlement.

Diana al-Qaisi, experte en gouvernance de l'industrie pétrolière, a déclaré à Arab News: «Le médiateur américain a contacté le ministre égyptien de l'Électricité concernant la réorientation du gaz égyptien vers le Liban.»

Elle a ajouté que les entretiens de Hochstein au Liban se sont concentrés sur la diplomatie et sur la meilleure façon de faciliter les négociations entre le Liban et Israël sur leur frontière maritime afin de convenir d'une solution mutuellement acceptable, bien que le Liban continue de camper sur ses positions.

Les responsables libanais doivent encore se mettre d'accord sur une stratégie pour la prochaine phase des négociations et sur leur point de départ pour les pourparlers sur la frontière.

Les autorités libanaises se sont ensuite concentrées mercredi sur la crise financière du pays et sur l’audit juricomptable de la Banque du Liban, la banque centrale du pays. Le président Aoun a rencontré une délégation du cabinet de conseil Alvarez & Marsal (A&M), qui l'a informé que l’audit juricomptable des comptes de la banque devait débuter jeudi matin. Aoun les a exhortés à travailler rapidement en raison de l'urgence de la tâche.

Mardi, le Fonds monétaire international (FMI) a entamé des négociations avec le gouvernement libanais pour convenir d'une stratégie dans le but de commencer à remédier à l'insolvabilité du pays.

Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, a souligné la nécessité de remédier aux pertes subies par le secteur financier et de déterminer une image précise de la situation financière actuelle du Liban.

«La dernière fois que nous avions une mise à jour complète de la situation était en août 2020, avant la démission du gouvernement précédent. Beaucoup de choses se sont produites depuis, et nous devons donc actualiser les chiffres et avoir une nouvelle base de référence», a indiqué Azour.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Little Riyadh ouvre ses portes au public

Le célèbre bar à jus et café danois Joe & The Juice a ouvert dans la zone Little Riyadh. (Photo fournie)
Le célèbre bar à jus et café danois Joe & The Juice a ouvert dans la zone Little Riyadh. (Photo fournie)
Short Url
  • Little Riyadh propose aux visiteurs une gamme d’activités, notamment de la musique en direct, des séances de yoga et des ateliers artisanaux
  • La zone est ouverte tous les jours de 7h00 à 1h00

RIYAD: Une nouvelle zone de divertissement a été ajoutée au festival Riyadh Season samedi, avec l’ouverture de Little Riyadh, qui propose aux visiteurs une gamme d’activités, notamment de la musique en direct, des séances de yoga et des ateliers artisanaux.

Située à côté de The Groves dans le quartier diplomatique, la zone Little Riyadh abrite également un certain nombre d’options de restauration, dont Parker’s, qui se décrit comme un «restaurant français avec une touche américaine», ainsi que la première succursale de Riyad du célèbre bar à jus et café danois Joe & The Juice.

La zone Little Riyadh est ouverte tous les jours de 7h00 à 1h00.

La troisième édition du festival Riyadh Season comprend désormais quinze zones de divertissement: Boulevard World, Boulevard Riyadh City, Winter Wonderland, Al-Murabaa, Sky Riyadh, Via Riyadh, Riyadh Zoo, Little Riyadh, The Groves, Imagination Park, Al-Suwaidi Park, Souq al- Zel, Qariat Zaman, Fan Festival et Riyadh Front.

Tout au long de la saison, les différentes zones accueilleront des concerts, des expositions, des feux d’artifice, des représentations théâtrales dont le Cirque du Soleil, des événements sportifs comme la Riyadh Season Cup entre le Paris Saint-Germain et une équipe mixte formée des équipes Al-Hilal et Al-Nassr et les spectacles de la WWE.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Caire critique le rapport du Parlement européen sur les droits de l'homme

Des membres du Parlement égyptien assistent à une session générale au Caire (Photo, AFP/Archives).
Des membres du Parlement égyptien assistent à une session générale au Caire (Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • De nombreux députés et hommes politiques égyptiens ont exprimé leur rejet de l'appel du Parlement européen et ont affirmé qu'il s'agissait d'une ingérence flagrante dans les affaires de l'Égypte
  • Tamer Abdel Kader a également affirmé que la déclaration violait la charte de l'ONU, «car elle comportait de nombreux mensonges, faussetés et rumeurs»

LE CAIRE: Les députés et les politiciens égyptiens ont rejeté ce qu'ils appellent l'ingérence «flagrante» du Parlement européen dans les affaires intérieures de l'Égypte.

Dans une déclaration publiée vendredi, le Parlement européen a demandé la libération immédiate et inconditionnelle de dizaines de défenseurs des droits de l'homme, d'avocats, de journalistes, d'activistes, de politiciens et d'influenceurs des médias sociaux actuellement détenus dans les prisons égyptiennes, ainsi que l'annulation du recours excessif à la détention provisoire arbitraire en Égypte.

Le Parlement européen a également appelé les États membres de l'UE à «soutenir l'appel à la création d'un mécanisme international de surveillance et de signalisation des violations flagrantes des droits de l'homme en Égypte au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, ainsi qu'à un réexamen approfondi et complet des relations de l'UE avec l'Égypte à la lumière des progrès très limités enregistrés par ce pays en matière de droits de l'homme».

De nombreux députés et politiciens égyptiens ont exprimé leur rejet de l'appel du Parlement européen et ont affirmé qu'il s'agissait d'une ingérence flagrante dans les affaires de l'Égypte.

Hind Rachad, membre de la Chambre des représentants, a déclaré à Arab News: «Je rejette fermement tous les mensonges et les tentatives d'ingérence dans les affaires de l'État égyptien.»

Son commentaire est intervenu alors que le Parlement égyptien affirmait que la position de l'UE ne reflétait qu'une vision biaisée et subjective de la réalité dans le pays.

Tamer Abdel Kader, également membre de la Chambre des représentants, a déclaré à Arab News que la déclaration du Parlement européen sur les droits de l'homme en Égypte constitue une «ingérence flagrante» dans les affaires d'«un pays qui jouit de tous les droits souverains».

Il a également affirmé que la déclaration violait la charte de l'ONU, «car elle comportait de nombreux mensonges, faussetés et rumeurs».

Abdel Kader a ajouté: «Cette vieille école a vu ses politiques exposées plus d'une fois et tout le monde sait quelles sont les intentions des rédacteurs de ces politiques à l'égard de l'État égyptien, qui a récemment lancé la stratégie nationale pour les droits de l'homme et établi des cadres pour sa mise en œuvre devant tout le monde.»

«Parmi les inexactitudes de la déclaration figure l'affirmation selon laquelle l'Égypte exécute des enfants, sachant que les lois égyptiennes criminalisent le jugement ou l'exécution d'enfants. Les lois égyptiennes stipulent qu'ils doivent être placés dans des foyers de soins pour leur réhabilitation et leur intégration dans la société.»

L'expert politique Hazem El-Gendy, chef adjoint du parti égyptien Wafd, a déclaré à Arab News que la décision du Parlement européen confirmait sans aucun doute «qu'il existe un état d'hostilité et d'embuscade adopté par certaines institutions internationales contre l'Égypte» et que celles-ci ne sont «pas suffisamment au courant de l'évolution de la situation en Égypte».

El-Gendy a indiqué: «Les résolutions disent que l'Égypte vit sous l'état d'urgence depuis 2017, malgré l'annonce du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, de l'annuler en octobre 2021. La déclaration de l'état d'urgence est intervenue à la lumière de la guerre menée par l'État et les groupes terroristes dans le Sinaï.»

Mahmoud Bassiouni, membre du Conseil national des droits de l'homme, a également affirmé à Arab News que la déclaration du Parlement européen constitue une ingérence dans les affaires intérieures de l'Égypte et ignore les efforts de l'État égyptien menés afin d’améliorer les droits de l'homme.

Il a soutenu que la déclaration controversée reposait sur une seule source d'information.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Mystère et magie lors du premier festival consacré à l'histoire Antique de l'Arabie saoudite

Ce festival unique en son genre était entièrement axé sur les sites, qui étaient un carrefour culturel durant l'Antiquité, ainsi que des zones d'influence et de richesse (Photo, AN par Huda Bashatah).
Ce festival unique en son genre était entièrement axé sur les sites, qui étaient un carrefour culturel durant l'Antiquité, ainsi que des zones d'influence et de richesse (Photo, AN par Huda Bashatah).
Short Url
  • Le festival a redonné vie à des paysages anciens
  • «AlUla, Khaybar et Tayma ont beaucoup de récits historiques et beaucoup d'informations que nous devons montrer au monde», a soutenu Alanzi

KHAYBAR: Le passé, le présent et l'avenir se sont rejoints lors de la clôture du premier festival des anciens royaumes, avec une série d'événements dramatiques mettant en valeur trois oasis historiques du nord-ouest — AlUla, Khaybar et Tayma — pour un public moderne.

Le festival, lancé le 11 novembre, est le premier en son genre à se concentrer entièrement sur ces sites, qui étaient au carrefour de la culture dans l'Antiquité, mais aussi sur des centres d'influence et de richesse.

En mettant l'accent sur une série d'événements, notamment des spectacles culturels, des ateliers et des visites touristiques, le festival a donné un nouveau souffle à ces paysages anciens et de nombreuses activités devraient se poursuivre après la clôture du festival.

Un spectacle incroyable a illuminé le ciel nocturne alors que 1 450 drones formaient des formes pendant qu'un orchestre jouait la musique du compositeur britannique Matt Faddy. Le spectacle se poursuivra jusqu'au 15 décembre 2023.