Calédonie: face à la Covid, les indépendantistes appellent au report de l'ultime referendum

L’archipel océanien était devenu une possession française le 24 septembre 1853 sur ordre de Napoléon III (Photo, AFP).
L’archipel océanien était devenu une possession française le 24 septembre 1853 sur ordre de Napoléon III (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 21 octobre 2021

Calédonie: face à la Covid, les indépendantistes appellent au report de l'ultime referendum

  • Les leaders indépendantistes ont demandé le report du vote au ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, au regard de la virulente épidémie de Covid-19
  • Le sol de la Nouvelle-Calédonie est particulièrement riche, abritant la deuxième réserve de nickel au monde

PARIS: En Nouvelle-Calédonie, le FLNKS a appelé jeudi à la "non participation" au référendum sur l'indépendance du 12 décembre, demandant son report en 2022 à cause de l'épidémie de Covid-19. Les loyalistes ont riposté en annonçant une reprise de leur campagne.

Cette prise de position intervient au lendemain de la visite en Nouvelle-Calédonie du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, au cours de laquelle les leaders indépendantistes avaient demandé le report du vote, au regard de la virulente épidémie de Covid-19, qui a fait 245 morts depuis début septembre et nécessite des mesures de confinement.

Dans un communiqué, les indépendantistes kanak ont reproché à l'Etat de vouloir "maintenir coûte que coûte la troisième et ultime consultation référendaire" de l'Accord de Nouméa (1998), qui organise la décolonisation par étapes de l'île.

Le traité signé sous l’ère Jacques Chirac fut le premier document de cette ampleur sur le sol kanak, signe de l’émancipation progressive du territoire.

Deux précédents référendums ont lieu les 4 novembre 2018 et 4 octobre 2020 et ont été remportés par les partisans du maintien dans la France avec 56,7% puis 53,3%.

"Le gouvernement s'entête à vouloir faire primer la campagne présidentielle dans le seul but de solder l'Accord de Nouméa sous son quinquennat", a affirmé le Bureau Politique de la coalition indépendantiste. 

"La campagne ne sera pas équitable. Les débats se focalisent sur le soutien de la France dans cette crise Covid et nous on ne pourra pas faire campagne parce que nos populations sont en deuil", a justifié auprès de l'AFP Jean Creugnet, porte-parle du FLNKS.

Le mouvement historique de la lutte kanak s'inquiète en outre "des lendemains d'une consultation qui, si elle est contestée, n'apportera pas la sérénité nécessaire pour la poursuite de discussions consensuelles sur l'avenir institutionnel du pays". Elle prône un report "après les échéances électorales nationales de 2022".          

Favorable au maintien de la date du 12 décembre, "pour libérer l'horizon des Calédoniens", le groupe "Les voix du NON", qui agrége les principaux partis loyalistes, a accusé le FLNKS "d'instrumentaliser la situation (sanitaire)".        

"La seule réaction qu'on a, c'est qu'on reprend la campagne. (La décision des indépendantistes) traduit une crainte de leur part du résultat du référendum", a fustigé sur Nouvelle-Calédonie la 1ére, Christopher Gygès, directeur de campagne.        

Il a précisé que son mouvement "allait accélérer la campagne digitale" et organiser des réunions "d'ultra-proximité dans le respect des gestes barrière", tout en soulignant "l'amélioration des indicateurs sanitaires".

De son côté, le parti de centre droit Calédonie Ensemble, dirigé par les députés (UDI) Philippe Gomés et Philippe Dunoyer, a qualifié la décision du FLNKS de "mensongère, inacceptable et irresponsable".      

Un "boycott passif" est la pire des situations pour clore le cycle de ces trente dernières années. (...) L'après accord de Nouméa doit commencer, il ne saurait étre congelé pour des raisons davantage politiques que sanitaires", a indiqué CE dans un communiqué

Statut de la Nouvelle-Calédonie : les dates majeures

Les remous politiques qui secouent l'archipel n'ont rien de nouveau pour un territoire déchiré depuis des décennies entre deux positions : rester dans le giron de la France ou accéder à une autonomie que la Nouvelle-Calédonie n'a pas connue depuis son annexion par l'Héxagone en 1853.

1946 : Fin de l'indigénat

La Nouvelle-Calédonie devient un territoire d'Outre-mer. Les kanaks obtiennent la nationalité française puis le droit de vote.

1985-1987 : Révoltes kanaks

Des incidents sanglants éclatent, et donnent lieu au premier scrutin d'auto-détermination. Le "non" à l'indépendance obtient une très forte majorité (98%), un score à relativiser du fait de la forte absention, observée chez la population kanak notamment.

1988 : signature des accords de Matignon

Suite aux affrontements meurtriers dans l'archipel, le gouvernement Rocard lache du lest. Le texte prévoit un scrutin sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie dans la décennie.

1998 : signature de l'accord de Nouméa

Dix ans plus tard, un nouveau traité est signé, sur le sol calédonien cette fois-ci. L'émancipation progressive est plus que jamais possible. Le texte prévoir trois referendums successifs, autant de chances pour les indépendantistes d'accéder à l'autonomie du territoire.

Novembre 2018 : Premier référendum

Les Calédoniens sont appellés aux urnes pour statuer sur le futur de l'archipel. Les partisans du "non" à l'indépendance l'emportent avec 56,7% des votes.

Octobre 2020 : Second referendum

Une fois de plus, le non l'emporte. L'écart ce ressere cependant puisque ses partisans ne comptabilisent plus que 53,3% des voix.

«Internationalisation»

Lors de son déplacement, M. Lecornu avait estimé que la situation sanitaire "est tendue mais tenue" alors que l'épidémie de coronavirus est en recul et que la tension a baissé dans les services hospitaliers.             

Il avait déclaré que "seule une épidémie hors de contrôle" pourrait conduire à un report du troisième et dernier référendum de l'accord de Nouméa (1998), processus de décolonisation progressif.     

Mercredi devant le Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation de l'ONU, l'ambassadeur de Papouasie Nouvelle-Guinée aux Nations-Unies avait, au nom du groupe du Fer de Lance Mélanésien (GFLM), lui aussi préconisé un décalage dans le temps du référendum.

Max Hufanen Rai avait jugé que les circonstances actuelles en Nouvelle-Calédonie "ne présentent pas un environnement propice à un déroulement équitable, juste, crédible, transparent et pacifique" du scrutin dont "l'intégrité et la crédibilité sont sérieusement en jeu".

"Cette intervention vise à internationaliser la position du Front. C'est important car nous faisons partie des 17 territoires non-autonomes du monde, qui bénéficient du soutien de l'ONU pour leur accession à la pleine souveraineté", a indiqué sur radio Djiido Victor Tutugoro, signataire de l'accord de Nouméa, au rang des ténors indépendantistes.       

La Nouvelle-Calédonie est inscrite depuis 1986 sur la liste des pays et territoires à décoloniser des Nations-Unies dont des experts étaient présents lors du déroulement des deux premières consultations sur l'accession à la pleine souveraineté.

L’archipel océanien était devenu une possession française le 24 septembre 1853 sur ordre de Napoléon III, en quête de lieu où établir une colonie pénitentiaire. Le sol de la Nouvelle-Calédonie est particulièrement riche, abritant la deuxième réserve de nickel au monde. Ce métal rare est un composant précieux dans la construction de circuits électroniques de pointe, parmi lesquels les composants des smartphones.

« La France doit réussir sa première décolonisation sans violence » espérait le chercheur Alban Bensa, spécialiste de l’archipel disparu le 10 octobre dernier. Le processus d’auto-détermination en cours rassemble bien des enjeux et les tractations politiques des prochaines semaines pourraient être déterminantes pour le futur de la Nouvelle-Calédonie.

(Avec AFP).


«J'ai le bac!»: les candidats au précieux sésame découvrent leurs résultats

Des élèves vérifient leurs résultats au baccalauréat (examen de fin d'études secondaires) au lycée Edouard Herriot de Lyon, le 5 juillet 2022. (AFP).
Des élèves vérifient leurs résultats au baccalauréat (examen de fin d'études secondaires) au lycée Edouard Herriot de Lyon, le 5 juillet 2022. (AFP).
Short Url
  • «Les premières tendances indiquent une baisse par rapport aux années précédentes, car c'est la première année réelle de la réforme du bac qui n'est pas entravée par la crise sanitaire»
  • Depuis sa réforme en 2019, la note du baccalauréat repose à 40% sur du contrôle continu et à 60% sur des épreuves terminales

PARIS : "J'ai le bac! Je suis trop contente!", s'exclame Naba, 17 ans, dans la cour du lycée Voltaire à Paris. Admis, au rattrapage ou recalés, les quelque 710 000 candidats au baccalauréat nouvelle formule ont découvert mardi leurs résultats, dénouement d'une session qui s'est enfin déroulée en intégralité, après deux années perturbées par le Covid.

"J'ai les jambes qui tremblent. J'étais stressée, car la philo notamment ne s'est pas bien passée. Là, c'est un énorme soulagement", confie Naba, devant les listes affichées à 10H00 dans la cour de ce lycée de l'est parisien.

D'autres ont moins de chance. Nouchka, 18 ans, est au rattrapage. "Je m'y attendais, car mes résultats sur l'année n'étaient pas très bons", dit-elle. "Là, dès cet après-midi, je vais aller au charbon pour décrocher le bac. Ce serait trop dommage de pas l'avoir", ajoute cette lycéenne, inscrite l'an prochain dans une école de comédie musicale.

Geoffrey, 17 ans, lui, a "cherché son nom partout". "Mais non, je n'ai pas le bac. Je m'y attendais un peu, car je n'ai pas beaucoup travaillé. Mais je suis quand même déçu", dit-il.

Au lycée Clemenceau de Nantes, où les résultats ont été affichés de bon matin, une petite grappe d'élèves s'est formée devant les listes des lauréats, avec une émotion palpable chez certains.

Maÿlis, 18 ans, saute de joie avant de prendre son amie dans les bras. "Je suis contente d'avoir mon bac car j'avais raté deux épreuves", raconte la jeune fille. "Je vais pouvoir aller dans mon école de cinéma pour devenir réalisatrice!".

"Avoir le bac n’est pas une surprise mais cela reste stressant. Sans lui, on ne peut pas aller à l'université!", relève son amie Léane, 17 ans, qui a eu la mention bien.

Dans le centre de Marseille, au lycée Thiers, une dizaine de lycéens ont patienté à 8h30, mais après avoir déjà vu leurs résultats sur internet. "On est soulagés, mais on veut rester pour fêter ça ensemble", dit joyeusement Lola, 18 ans.

«Baisse» des résultats

Pour les lycéens de Terminale des filières générale, technologique et professionnelle, les résultats ont été publiés en ligne ou dans la cour des établissements à partir de 08H00 dans certaines académies, et surtout à partir de 10H00.

Les chiffres officiels du taux de réussite au baccalauréat sur l'ensemble du territoire seront, eux, publiés mardi soir. Le taux de réussite au baccalauréat dépasse depuis 2012 les 80%. L'an dernier, près de 94% des candidats avaient décroché l'examen (après 95% en 2020).

Le ministre de l'Education Pap Ndiaye, en déplacement mardi matin dans un lycée de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), a cependant prévenu: "Les premières tendances indiquent une baisse par rapport aux années précédentes, car c'est la première année réelle de la réforme du bac qui n'est pas entravée par la crise sanitaire".

"Ca déjoue ceux qui disaient que le contrôle continu allait donner des résultats extraordinaires. Le nouveau bac reste un examen important", a-t-il ajouté.

Depuis sa réforme en 2019, la note du baccalauréat repose à 40% sur du contrôle continu et à 60% sur des épreuves terminales.

Cette année, les épreuves du nouveau bac général se sont déroulées en intégralité, pour la première fois après deux années perturbées par le Covid. Les deux épreuves de spécialité passées par chaque candidat ont cependant dû être décalées de mars à mai et des aménagements décidés en raison de la crise sanitaire.

Même si le baccalauréat a perdu de sa charge symbolique avec la réforme, la proclamation des résultats reste un moment important pour les lycéens.

"On y reste attaché car il a 200 ans d'histoire", explique Pascale Rey du Boissieu, professeure de mathématiques au lycée Clemenceau de Nantes. "Pour les élèves, cela reste une clé pour partir et quitter son cocon".

Sur les 709 399 candidats cette année, plus de la moitié (53,7%) ont présenté le bac général, qui se compose désormais d'un tronc commun de matières, complété par deux enseignements de spécialité choisis à la carte par les élèves. Ils sont 26,2% à avoir passé le bac professionnel et 20% le bac technologique.


Mort d'Amadou Koumé en 2015: Du sursis requis contre trois policiers

La facade du tribunal de Paris, situé dans le XVIIème arrondissement de la capitale (Photo, AFP).
La facade du tribunal de Paris, situé dans le XVIIème arrondissement de la capitale (Photo, AFP).
Short Url
  • À l'issue de trois jours d'audience, la décision a été mise en délibéré au 20 septembre à 10H00
  • Pour la procureure, l'usage de la force a été ce soir-là «nécessaire» et «proportionné»

PARIS: Estimant qu'ils ont commis une "négligence coupable", l'accusation a requis lundi à Paris un an de prison avec sursis contre trois policiers jugés après la mort en 2015 d'un homme de 33 ans, Amadou Koumé, lors de son interpellation dans un bar à Paris.

Ce père de famille, en proie à des troubles psychiques qui avaient poussé le barman à appeler la police, est décédé quelques minutes après son arrestation la nuit du 5 au 6 mars 2015, dans le Xe arrondissement de la capitale.

À l'issue de trois jours d'audience, la décision a été mise en délibéré au 20 septembre à 10H00.

"Personne n'aurait souhaité se trouver devant ce tribunal aujourd'hui", a déclaré la procureure en débutant son réquisitoire en milieu d'après-midi, "pas la famille, dont il nous a été rappelé le chagrin, ni les policiers dont la vocation est de protéger le citoyen".

Parlant d'une "tragédie" et d'une affaire "particulièrement difficile à juger", elle a rappelé que les fonctionnaires, jugés pour homicide involontaire, encourent 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende.

Pour elle, l'usage de la force a été ce soir-là "nécessaire" et "proportionné": Amadou Koumé n'est "pas violent", mais "imprévisible", il "résiste", a-t-elle soutenu.

"Ce qui peut être reproché (aux trois policiers) est cette faute pénale unique: la négligence coupable, consistant à avoir laissé Amadou Koumé en décubitus ventral, menotté, sans qu'on s'enquière de son état et malgré la force mobilisée pour l'interpeller", a-t-elle affirmé.

"Personne ne s'est préoccupé de (son) état de santé", alors que sa "détresse respiratoire" a duré "plusieurs minutes", a insisté la procureure.

«Personne vulnérable»

Selon l'expertise médicale menée pendant l'instruction, "le traumatisme cervical et laryngé" provoqué par deux clés d'étranglement a "participé à la survenue" d'une asphyxie, également "favorisée" par la position au sol, sur le ventre, les mains menottées dans le dos, pendant plus de six minutes.

Si une "intoxication à la cocaïne" a aussi été relevée, l'expertise soulignait que le décès "aurait pu avoir lieu sans imprégnation de cocaïne et du seul fait d'une asphyxie mécanique lente".

La procureure a requis la même peine, sans interdiction d'exercer, contre Anthony B., qui a fait les clés d'étranglement, Sébastien P., alors brigadier, qui a appuyé un genou sur les lombaires puis sur le bras d'Amadou Koumé, et contre Didier M., à l'époque major, "au contact" du trentenaire "du début à la fin".

Elle a cependant écarté la "maladresse", retenue par la juge d'instruction contre le premier pour ses "gestes techniques mal maîtrisés". Controversée, la clé d'étranglement est proscrite dans la gendarmerie et a été remplacée officiellement depuis juillet 2021 dans la police.

"Je sais que cette réponse judiciaire n'est pas satisfaisante à l'endroit des victimes, mais je sais qu'elles sont surtout en quête de vérité", a conclu la procureure, alors que certains membres du public quittaient la salle en signe de protestation.

Après un classement sans suite, les proches avaient porté plainte avec constitution de partie civile, relançant les investigations.

"La famille d'Amadou frappe à la porte de la justice, cela fait sept ans. Et pourtant, on entend encore les slogans, toujours les mêmes: +justice pour+", a lancé Me Eddy Arneton, leur avocat, faisant référence à d'autres décès, depuis, lors d'interpellations policières. "La famille demande justice pour Amadou".

"Quelle que soit la difficulté, la justice prévaut sur les passions", a tonné en réponse Me Thibault de Montbrial, demandant pour Sébastien P. la relaxe, comme l'ensemble de la défense.

L'avocat de Didier M., aujourd'hui retraité, a soutenu que le major n'était au départ pas informé des problèmes psychiatriques d'Amadou Koumé qui, avec 1,90m et plus de 100kg, "impressionne". Me Frédéric Gabet a aussi fait valoir qu'aucun des 16 policiers présents n'avait vu de "signe" de "malaise".

Me Jérôme Andrei, pour Anthony B., a décrit une "scène de lutte intense", "extrêmement rapide". "Aujourd'hui, la clé d'étranglement est prohibée, on sait que la position en décubitus ventral est dangereuse. Mais il y a sept ans, ça n'était pas le cas".


«L'extrême droite n'a pas progressé grâce à CNews», selon son PDG

Le patron de CNews, chaîne qui vient de signer sa meilleure saison en cinq ans, s’est confié au Parisien (Photo, Twitter).
Le patron de CNews, chaîne qui vient de signer sa meilleure saison en cinq ans, s’est confié au Parisien (Photo, Twitter).
Short Url
  • Alors que la station vient de signer sa meilleure saison en termes d'audience, le patron s’est confié dimanche au Parisien
  • En mars, le CSA a infligé à CNews une amende de 200 000 euros pour «incitation à la haine» et «à la violence», après des propos de son polémiste vedette, Éric Zemmour

PARIS: «L'extrême droite n'a pas progressé grâce à CNews». C’est ce qu’a assuré dimanche le PDG de la chaîne d'information, Serge Nedjar, dans les colonnes du Parisien pour répondre aux critiques récurrentes sur la chaîne, accusée de favoriser le développement de l'extrême droite en France.

«Il faut remettre les choses en perspective», confie ce dernier dans l'interview. «Nous réalisons 2,1 % d'audience alors que France 2 et TF1 en font entre 14 et 20 %. On nous porte une puissance que nous n’avons pas. Nous sommes une station d'information qui fait un travail honnête et objectif.»

Qualifier CNews d'extrême droite, affirme-t-il, est une tactique pour «l'isoler». «Nous ne sommes pas une chaîne d'extrême droite», assure Serge Nedjar. «Il suffit de se promener dans nos couloirs, de voir les journalistes qui sont à l’antenne ou dans la salle de rédaction. Nous ne nous sommes jamais posé la question des opinions de nos collaborateurs. Et parmi nos invités, nous avons toutes les couleurs politiques.» 

Alors que CNews vient de signer sa meilleure saison en termes d'audience, le patron s’est confié sur la croissance de chaîne. «Jamais nous n’aurions imaginé une telle progression en cinq ans», affirme-il. «Notre succès dérange car nous bousculons des hégémonies.»

Des accusations préoccupantes ont visé CNews en juin 2021, lors des élections régionales. Dans une décision publiée samedi au journal officiel, le CSA a relevé que la chaîne avait invité «à neuf reprises» du 10 au 28 mai la tête de liste du Rassemblement national à Paris pour les régionales.

La chaîne avait déclaré n'avoir accordé que sept minutes de temps de parole à ce candidat, alors qu'il a parlé pendant une heure au total. Et «contrairement à ce que soutient» la chaîne, le CSA estime que le candidat RN s'est exprimé «sur des thématiques majeures de la campagne électorale en vue du scrutin à venir en région d'Île-de-France, comme la sécurité publique», y compris durant les séquences non comptabilisées par CNews.

En mars, le CSA a infligé à la chaîne en continu une amende de 200 000 euros pour «incitation à la haine» et «à la violence» après des propos de son polémiste vedette, Éric Zemmour, sur les migrants mineurs isolés.