La majorité des États veut inclure le nucléaire dans les investissements verts

Étape d'assemblage de la machine de fusion nucléaire "Tokamak" du réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER) à Saint-Paul-les-Durance, dans le sud-est de la France, le 28 juillet 2020. Trente-cinq nations collaborent au projet énergie ITER visant à maîtriser la production d'énergie à partir de la fusion d'hydrogène, comme au cœur du soleil, une nouvelle source potentielle d'énergie décarbonée et non polluante. (Clement Mahoudeau/AFP)
Étape d'assemblage de la machine de fusion nucléaire "Tokamak" du réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER) à Saint-Paul-les-Durance, dans le sud-est de la France, le 28 juillet 2020. Trente-cinq nations collaborent au projet énergie ITER visant à maîtriser la production d'énergie à partir de la fusion d'hydrogène, comme au cœur du soleil, une nouvelle source potentielle d'énergie décarbonée et non polluante. (Clement Mahoudeau/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 octobre 2021

La majorité des États veut inclure le nucléaire dans les investissements verts

  • La Commission européenne doit proposer avant la fin de l'année une liste des énergies considérées comme vertueuses à la fois pour le climat et l'environnement («taxonomie verte»)
  • «Une très grande majorité d'États membres» a souhaité inclure à la fois le gaz et le nucléaire dans cette liste d'investissements durables selon un diplomate européen

BRUXELLES : La majorité des 27 pays membres de l'UE s'est prononcée jeudi pour reconnaître le rôle du gaz et du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique, ce qui en facilitera le financement, a-t-on appris de sources concordantes.

La Commission européenne doit proposer avant la fin de l'année une liste des énergies considérées comme vertueuses à la fois pour le climat et l'environnement ("taxonomie verte"). Cette classification ouvrira l'accès à la finance verte et donnera un avantage compétitif aux filières reconnues.

Le sujet divise les Vingt-Sept. Mais au sommet des chefs d'État et de gouvernement jeudi à Bruxelles, "une très grande majorité d'États membres" a souhaité inclure à la fois le gaz et le nucléaire dans cette liste d'investissements durables, a déclaré un diplomate européen à l'AFP. Deux autres ont confirmé l'existence d'une "majorité" de pays favorables.

La crise des prix du gaz semble avoir créé un contexte favorable au nucléaire.  Malgré tout, la taxonomie ne devait pas être évoquée dans les conclusions du sommet, faute de consensus.

Mi-octobre, dix États de l'UE, dont la France, ont publié une tribune soutenant le nucléaire au motif qu'elle n'émet pas de CO2 et fait partie des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique, mais également qu'elle contribue à l'indépendance énergétique européenne.

Ce texte a aussi été signé par la Roumanie, la République tchèque, la Finlande, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la Hongrie. Les Pays-Bas se sont ralliés récemment à cette position.

D'autres pays comme l'Allemagne, l'Autriche ou le Luxembourg y sont farouchement opposés, à l'instar de plusieurs ONG qui épinglent le problème du stockage à très long terme des déchets radioactifs.

Les centrales à gaz émettent du CO2, mais beaucoup moins que le charbon et, comme le nucléaire elles représentent une source d'électricité stable et pilotable qui peut apporter un complément nécessaire aux sources renouvelables (solaire, éoliennes) quand soleil et vent sont absents.

La "taxonomie" doit être proposée prochainement par la Commission qui n'a encore fixé aucun délai précis. Cette proposition pourra être rejetée par les eurodéputés ou une majorité d'Etats membres.

Début octobre, le vice-président de l'exécutif européen Valdis Dombrovskis avait défendu le nucléaire lors d'une réunion des ministres des Finances. "Il est important que nous reconnaissions le rôle du nucléaire en tant qu'énergie bas carbone dans notre effort" de réduction des émissions de CO2, avait déclaré le responsable letton.

Dans un rapport rendu fin mars, le service scientifique de la Commission (JRC) a estimé qu'"aucune analyse ne fournit de preuves scientifiques que l'énergie nucléaire porte atteinte à la santé humaine ou à l'environnement davantage que les autres énergies" susceptibles d'intégrer la taxonomie.


Birmanie: la justice argentine va enquêter sur des crimes contre les Rohingyas

Des réfugiés rohingyas se rassemblent pour marquer le deuxième anniversaire de l'exode au camp de Kutupalong à Cox's Bazar, au Bangladesh. (Photo, Reuters/Archives)
Des réfugiés rohingyas se rassemblent pour marquer le deuxième anniversaire de l'exode au camp de Kutupalong à Cox's Bazar, au Bangladesh. (Photo, Reuters/Archives)
Short Url
  • L'Argentine « est habilitée à poursuivre les investigations même si les faits ont eu lieu en Birmanie en vertu de la réception du principe de compétence universelle qui a été consacrée constitutionnellement »
  • Cette décision va à l'encontre d'un jugement en première instance qui avait refusé l'ouverture d'une enquête après une plainte déposée

BUENOS AIRES : La justice argentine a annoncé l'ouverture d'une enquête sur des accusations de crimes commis par des militaires birmans sur la minorité musulmane rohingya, en vertu du principe de compétence universelle, selon une décision de la Cour d'appel fédérale. 

L'Argentine "est habilitée à poursuivre les investigations même si les faits ont eu lieu en Birmanie en vertu de la réception du principe de compétence universelle qui a été consacrée constitutionnellement", indique une décision vendredi de la Chambre criminelle et correctionnelle fédérale, dont l'AFP a eu copie lundi.

"On ne peut ignorer que les crimes signalés pourraient être de ceux envisagés dans diverses conventions internationales (...) dans lesquelles les crimes de génocide et contre l'humanité sont punissables", poursuit la Cour. "La gravité des faits imputés (...) autorisent qu'ils soient entendus dans notre pays".

Cette décision va à l'encontre d'un jugement en première instance qui avait refusé l'ouverture d'une enquête après une plainte déposée.

La justice argentine avait accepté d'examiner l'affaire fin 2019 après une requête de Maung Tun Khin, président de l'Organisation des Rohingyas birmans du Royaume-Uni (BROUK), basée au Royaume-Uni.

"C'est un jour d'espoir non seulement pour nous, les Rohingyas, mais aussi pour les personnes opprimées partout dans le monde. La décision en Argentine montre qu'il n'y a nulle part où se cacher pour ceux qui commettent un génocide. Le monde est fermement uni contre ces crimes odieux", a réagi dans un communiqué Maung Tun Khin.

Six femmes rohingya de Birmanie, réfugiées au Bangladesh, ont participé en août à une audience virtuelle devant la Cour d'appel fédérale qui avait accepté d'examiner leurs cas. 

Selon une des plaignantes, les six femmes "ont été agressées sexuellement et nombre de leurs proches sont morts comme conséquences de la répression" de l'armée birmane, le 27 août 2017, rappelle le tribunal. 

La justice argentine a déjà accepté d'examiner d'autres dossiers en vertu de sa compétence universelle, notamment des crimes commis sous le régime franquiste en Espagne. 

La compétence universelle permet de poursuivre les auteurs des crimes les plus graves quels que soient leur nationalité et l'endroit où les crimes ont été commis.

Environ 850.000 Rohingyas ayant fui leur pays sont entassés dans des camps le long de la frontière entre Bangladesh et Birmanie. La plupart ont fui en 2017 une sanglante répression de l'armée birmane qui, selon l'ONU, pourrait constituer un génocide. 

La Cour pénale internationale (CPI) a ouvert une enquête sur les atrocités commises à l'encontre des Rohingyas. La Birmanie fait également face à des accusations de "génocide" devant la Cour internationale de justice, plus haute instance judiciaire de l'ONU.


Washington veut renforcer sa posture militaire face à la Chine et la Russie

Mara Karlin, chargée de la stratégie au ministère américain de la Défense, annonce à la presse l’achèvement du rapport sur la nouvelle posture (Photo, AP).
Mara Karlin, chargée de la stratégie au ministère américain de la Défense, annonce à la presse l’achèvement du rapport sur la nouvelle posture (Photo, AP).
Short Url
  • Le Pentagone va notamment moderniser ses bases sur l'île de Guam, dans le Pacifique, en Australie
  • La nouvelle posture «recommande davantage de coopération avec les alliés et partenaires dans la région pour proposer des initiatives qui contribuent à la stabilité régionale»

WASHINGTON: Les Etats-Unis vont renforcer leur déploiement militaire face à la Chine et la Russie, tout en essayant de maintenir une dissuasion efficace face à l'Iran et aux groupes jihadistes au Moyen-Orient, a indiqué lundi une haute responsable du Pentagone.

Le Pentagone va notamment moderniser ses bases sur l'île de Guam, dans le Pacifique, en Australie, soulignant la priorité donnée à la Chine, dont Washington veut contrer les ambitions territoriales dans la région, a indiqué Mara Karlin, chargée de la stratégie au ministère américain de la Défense, en annonçant à la presse l'achèvement du rapport sur la nouvelle posture militaire des Etats-Unis dans le monde.

La nouvelle posture "recommande davantage de coopération avec les alliés et partenaires dans la région pour proposer des initiatives qui contribuent à la stabilité régionale et dissuadent la Chine d'une éventuelle agression militaire", a-t-elle précisé.

Une autre responsable du ministère américain de la Défense avait indiqué plus tôt, sous le couvert de l'anonymat, que les Etats-Unis étudiaient également "des initiatives avec nos alliés et partenaires pour renforcer notre dissuasion crédible à l'égard de la Russie", 

Ce rapport étant classé secret défense, le Pentagone n'a donné aucun détail sur la façon dont les Etats-Unis pourraient renforcer leur dispositif militaire visant à contrer les ambitions territoriales de Moscou ou Pékin.

Des ajustements du déploiement militaire américain en Europe et dans la région indo-pacifique sont en cours de discussion "mais en cette première année de l'administration, ce n'est pas le moment de développer des changements stratégiques majeurs de notre posture", a expliqué la responsable ayant requis l'anonymat.

"On fait un peu avancer les choses", a ajouté Mme Carlin. "Et ce que j'espère, c'est qu'au cours des prochaines années vous verrez les choses avancer de plus en plus".

Le Pentagone a par ailleurs déjà annoncé qu'il renforcerait sa présence en Australie, où quelque 2.500 soldats du corps des Marines étaient jusqu'ici déployés chaque année par rotation de quelques centaines pour des exercices.

En Europe, le président Joe Biden est revenu sur la décision de limiter à 2.500 les effectifs militaires américains déployés en Allemagne, et a réaffirmé l'engagement des Etats-Unis envers l'Otan, que son prédécesseur Donald Trump avait remis en cause.

Avec le retrait d'Afghanistan et le rappel aux Etats-Unis des batteries antimissiles Patriot qui avaient été déployées en Arabie saoudite après des tirs de missiles sur ses champs pétroliers attribués à des groupes pro-iraniens, la posture militaire américaine au Moyen-Orient apparaît réduite.

En Irak, Washington a conclu à l'été un accord avec le gouvernement irakien qui prévoit le départ d'ici la fin de l'année de toutes les "forces de combat" du pays, même si 2.500 militaires américains y resteront. "Notre engagement est de continuer à soutenir la coalition anti-Etat islamique", a souligné la responsable ayant requis l'anonymat.


La Banque mondiale envisage une aide humanitaire pour l'Afghanistan

La population afghane est confrontée à une grave crise économique, à des pénuries alimentaires et à une pauvreté croissante trois mois après le retour des talibans (Photo, AFP).
La population afghane est confrontée à une grave crise économique, à des pénuries alimentaires et à une pauvreté croissante trois mois après le retour des talibans (Photo, AFP).
Short Url
  • Fin août, la Banque mondiale avait annoncé la suspension des aides au pays tout en disant explorer «les moyens de rester engagés pour (...) continuer à soutenir le peuple afghan»
  • L'une des difficultés est la manière d'acheminer les fonds en Afghanistan sans exposer les institutions financières aux sanctions américaines

WASHINGTON: La Banque mondiale, qui a suspendu fin août ses aides à Kaboul après le retour au pouvoir des talibans, envisage désormais d'apporter une aide humanitaire à l'Afghanistan en redirigeant des financements émanant du fonds d'affectation spéciale pour la reconstruction du pays, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du dossier.

La direction de l'institution "va discuter demain (mardi) avec le conseil d'administration des options possibles pour rediriger des financements du Fonds d'affectation spéciale pour la reconstruction de l'Afghanistan (ARTF) afin de soutenir les efforts humanitaires via les Nations unies et les autres agences humanitaires", a indiqué cette source, ajoutant que la question des capacités logistiques serait également évoquée.

Elle a toutefois précisé que la réunion du conseil d'administration de mardi serait "informelle" et qu'il n'y aurait "donc pas de décision ni d'annonce". 

"Les décisions seront prises par tous les donateurs de l'ARTF lors des discussions de suivi", a-t-elle également indiqué.

L'ARTF est un fonds d'affectation spéciale multi-donateurs qui coordonne l'aide internationale pour améliorer la vie de millions d'Afghans. 

La Banque mondiale administre l'ARTF au nom des partenaires donateurs.

Selon le site internet de cet organisme, 34 donateurs ont à ce jour contribué au fonds. 

Jusqu'à la prise de pouvoir des talibans, l'ARTF était "la plus grande source de financement pour le développement de l'Afghanistan, finançant jusqu'à 30% du budget de l'Afghanistan et soutenant les fonctions essentielles du gouvernement", est-il indiqué. 

Depuis 2002, l'ARTF a fourni un soutien par le biais de programmes nationaux, permettant par exemple une réduction de la mortalité infantile et une meilleure scolarisation des enfants.

Fin août, la Banque mondiale avait annoncé la suspension des aides au pays tout en disant explorer "les moyens de rester engagés pour (...) continuer à soutenir le peuple afghan".

La population afghane est confrontée à une grave crise économique, à des pénuries alimentaires et à une pauvreté croissante trois mois après le retour des talibans.

L'une des difficultés est la manière d'acheminer les fonds en Afghanistan sans exposer les institutions financières aux sanctions américaines.