Syrie: l'ONU évoque des crimes de guerre dans les zones sous contrôle turc

Le Haut-Commissariat de l'ONU décrit une situation des droits de l'Homme « sombre » dans certaines parties du nord, du nord-ouest et du nord-est de la Syrie qui sont sous le contrôle des forces turques et des groupes armés qui leur sont affiliés, avec une violence et une criminalité répandues. (AFP)
Le Haut-Commissariat de l'ONU décrit une situation des droits de l'Homme « sombre » dans certaines parties du nord, du nord-ouest et du nord-est de la Syrie qui sont sous le contrôle des forces turques et des groupes armés qui leur sont affiliés, avec une violence et une criminalité répandues. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 18 septembre 2020

Syrie: l'ONU évoque des crimes de guerre dans les zones sous contrôle turc

  • L'ONU indique avoir constaté de graves violations, notamment à Afrin, Ras al-Ain et Tel Abyad, majoritairement kurdes, avec une augmentation des meurtres, des enlèvements, des transferts illégaux de personnes et des confiscations de terres et de biens
  • Michelle Bachelet a « exhorté la Turquie à lancer immédiatement une enquête impartiale, transparente et indépendante sur les incidents que nous avons observés »

GENEVE: Des crimes de guerre pourraient avoir été commis dans les zones syriennes sous contrôle de la Turquie ou des groupes armés qu'elle soutient, a alerté vendredi la Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet.

Dans un communiqué, le Haut-Commissariat de l'ONU décrit une situation des droits de l'Homme « sombre » dans certaines parties du nord, du nord-ouest et du nord-est de la Syrie qui sont sous le contrôle des forces turques et des groupes armés qui leur sont affiliés, avec une violence et une criminalité répandues.

« Les personnes vivant dans ces régions dont les droits ont été violés ont droit à une protection et à un dédommagement », a affirmé Michelle Bachelet.

Elle a « exhorté la Turquie à lancer immédiatement une enquête impartiale, transparente et indépendante sur les incidents que nous avons observés, à rendre compte du sort des personnes détenues et enlevées par les groupes armés affiliés et à poursuivre les auteurs de ce qui pourrait, dans certains cas, constituer des crimes au regard du droit international, notamment des crimes de guerre ».

« Ceci est d'autant plus important, a-t-elle ajouté, que nous avons reçu des rapports inquiétants selon lesquels certains détenus et personnes enlevées auraient été transférés en Turquie suite à leur détention en Syrie par des groupes armés affiliés » à Ankara.

La Turquie contrôle par le biais de groupes armés syriens qu'elle soutient de vastes territoires en Syrie à la faveur de plusieurs offensives menées pour en chasser des miliciens kurdes et des jihadistes.

L'ONU indique avoir constaté ces derniers mois la répétition d'un schéma alarmant de graves violations dans ces régions, notamment à Afrin, Ras al-Ain et Tel Abyad, majoritairement kurdes, où une augmentation des meurtres, des enlèvements, des transferts illégaux de personnes, des confiscations de terres et de biens, et des expulsions forcées ont été documentées.

Du 1er janvier au 14 septembre, le Haut-Commissariat a confirmé la mort d'au moins 116 civils due notamment à des engins explosifs improvisés (EEI). Environ 463 civils ont été blessés.

« Les groupes armés affiliés à la Turquie ont également confisqué et pillé des maisons, des terres et d'autres biens privés et commerciaux sans nécessité militaire apparente, et ont occupé nombre d'entre eux avec leurs propres familles », a détaillé le Haut-Commissariat.

Parmi d'autres violations graves des droits de l'homme, l'ONU a également documenté l'enlèvement et la disparition de civils, y compris femmes et enfants, dont le sort reste pour certains inconnu.


Pourquoi Israël mène une guerre de l'ombre avec le CGRI iranien en Syrie

Les frappes aériennes d'Israël en Syrie interviennent alors que Tel Aviv soupçonne Téhéran d’utiliser le pays pour déplacer des missiles guidés de haute précision. (Photo, AFP/Archives)
Les frappes aériennes d'Israël en Syrie interviennent alors que Tel Aviv soupçonne Téhéran d’utiliser le pays pour déplacer des missiles guidés de haute précision. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Les experts pensent qu'Israël essaie d’affaiblir la capacité de représailles du Hezbollah au cas où il devrait attaquer les sites nucléaires iraniens
  • Israël a lancé des frappes aériennes à travers la Syrie au milieu des soupçons que l'Iran utilise le pays pour déplacer des missiles guidés de haute précision

WASHINGTON D.C.: Les frappes aériennes israéliennes contre des cibles iraniennes et du Hezbollah en Syrie ont gagné en ampleur et en fréquence ces derniers mois, alors que Téhéran cherche à consolider son emprise sur les ports maritimes, les aéroports et les routes de contrebande terrestres de la Syrie.

Du point de vue israélien, la capacité de l’Iran à livrer des technologies de missiles guidés de haute précision sur le territoire syrien via ces routes constitue une menace stratégique sérieuse, permettant à l’Iran et à ses mandataires du Hezbollah d’attaquer à courte portée dans un bref délai en cas de guerre régionale.

Israël ne revendique pas toujours la responsabilité de ses frappes sur des installations syriennes sensibles contrôlées par le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, ce qui lui donne une mesure de déni plausible afin d’éviter un conflit ouvert ou une riposte syrienne.

On pense néanmoins que le pays est à l'origine d’un grand nombre de frappes récentes dans les territoires du régime syrien, de la capitale Damas et de la province côtière de Lattaquié, au nord-ouest, à Deir el-Zour, à l'est.

Lattaquié a été frappée à deux reprises en décembre, parce qu'on soupçonnait que le CGRI d’utiliser le port pour transporter des armes guidées de haute précision. La boule de feu qui a suivi l’une de ces frappes a révélé la quantité de matériel dangereux que Téhéran tentait de transférer à son réseau terroriste régional.

Benny Gantz, le ministre israélien de la Défense, a lancé un avertissement sévère à l'Iran à la suite des frappes de Lattaquié, affirmant que les armes «qui changent la donne» constituent une ligne rouge et qu'Israël ne permettrait pas leur propagation.

Cependant, les frappes ne semblent pas avoir dissuadé l'Iran.

«Empêcher l'enracinement iranien en Syrie est probablement impossible. La question est le rythme et la quantité de l'enracinement iranien et la qualité de cet enracinement», a déclaré Tal Beeri, chef du département de recherche au Centre de recherche et d'éducation d'Alma en Israël, à Arab News.

«Israël y parvient sans plonger la région dans la guerre en n'attaquant que les armements et en s'abstenant presque complètement d'attaquer les commandants. Les attaques sont menées de manière ciblée sur la base de renseignements précis et uniquement contre des objectifs qui n'auront certainement pas de dommages collatéraux ou, à défaut, seulement des dommages collatéraux mineurs.»

Selon Beeri, Israël cible principalement les livraisons de composants destinés aux systèmes de défense aérienne, aux missiles de croisière, aux missiles à longue portée, aux drones et aux systèmes de combat électronique.

photo
Une photo prise le 9 septembre 2016 depuis les hauteurs du Golan annexées par Israël montre de la fumée s'élevant du village syrien de Jubata al-Khachab après qu'un incendie aurait frappé la zone contrôlée par Israël. (Photo, AFP/Archives)

«On estime qu'environ 70% du temps, les routes de contrebande d'armes aériennes, maritimes et terrestres sont fermées à cause de l'activité israélienne», a-t-il indiqué.

«Toutefois, bien que la contrebande d'armes ait diminué par rapport à 2020, nous ne savons pas ce qui a réussi à échapper aux services de renseignement israéliens et à atteint la Syrie et le Liban.»

Une pression constante sur le CGRI et ses itinéraires de contrebande est considérée par les responsables israéliens comme le meilleur moyen d'empêcher, ou du moins de ralentir, un renforcement militaire iranien à ses portes.

«À la lumière de cela, nous assistons depuis longtemps à un volume croissant de frappes aériennes sur le sol syrien. C'est le seul moyen que la stratégie de ‘la tondeuse à gazon’ puisse réussir», a expliqué Beeri.

«Ce n'est pas seulement dans l'intérêt d'Israël. C'est dans l'intérêt de tous les acteurs concernés au Moyen-Orient qui sont menacés par l'Iran et dans l’intérêt de la communauté internationale, notamment les États-Unis, la Russie et l'Europe.»

photo
Des Syriens tiennent des photos du président syrien, Bachar Assad, lors d'une manifestation devant le bureau de l'ONU à Damas, le 30 juillet 2006, condamnant une frappe aérienne israélienne sur le village de Cana, au sud du Liban. (Photo, AFP/Archives)

Beeri a averti que les missiles balistiques présents sur les sols syrien et libanais pourraient être facilement dirigés vers l'Europe.

«Aujourd'hui, les Saoudiens le comprennent bien compte tenu des combats au Yémen et de la menace physique que représente pour eux un front géographique direct sous les auspices de l’Iran», a-t-il signalé.

En effet, dans son discours le plus récent, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a longuement parlé des intentions de son groupe de prendre pour cible l'Arabie saoudite et les intérêts arabes plus larges non alignés sur les objectifs hégémoniques régionaux de l'Iran.

Jason Brodsky, directeur des politiques chez United Against Nuclear Iran (Unis contre un Iran nucléaire), a témoigné que les frappes israéliennes sur des cibles en Syrie ont déjà un impact.

photo
Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) à bord d'un char dans le cadre d'exercices militaires de cinq jours dans trois provinces. (Photo, AFP)

«Israël a obtenu des résultats impressionnants dans sa campagne en Syrie pour empêcher les armes de pointe d'atteindre les mandataires et les partenaires de l'Iran», a affirmé Brodsky à Arab News.

«Selon de récentes estimations israéliennes, Téhéran n'a pas été en mesure d'effectuer de tels déplacements d’armes dans la région, par voie aérienne, terrestre et maritime, environ 70% du temps. Israël vise à augmenter le coût pour Bachar Assad de permettre une telle activité iranienne illicite sur le sol syrien.»

Cependant, Brodsky soupçonne que ce n'est qu'une question de temps avant que l'Iran ne trouve d’autres voies et méthodes pour transporter ses armes.

«En ce qui concerne les calculs de l'Iran, je ne vois pas Téhéran renoncer à son projet d'utiliser le Liban et la Syrie comme rampe de lancement pour mener des attaques contre Israël à l'avenir. Mais de telles frappes israéliennes amèneront les Iraniens à improviser leurs itinéraires de contrebande», a-t-il clarifié.

«Selon des rapports publics citant des sources syriennes, l'Iran a intensifié les transferts d'armes par voie maritime pour tenter d'éviter les frappes israéliennes dans l'est de la Syrie. Cela explique la recrudescence des frappes israéliennes visant le port de Lattaquié, avec deux frappes en décembre seulement.»

L'approche rapide d'Israël pour contenir l'activité iranienne coïncide avec des négociations internationales dans la capitale autrichienne Vienne visant à relancer le Plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, ou accord sur le nucléaire iranien.

Donald Trump, l'ancien président américain, s'est retiré de l'accord en 2018, sous prétexte que l'accord conclu par l'administration de Barack Obama n'allait pas assez loin pour réduire le programme de missiles balistiques de l'Iran ou de sa politique d'armement et de financement de milices mandataires dans tout le Moyen-Orient.

Les responsables israéliens de la défense craignent que l'histoire ne se répète si l'équipe du président américain, Joe Biden, signe un nouvel accord nucléaire qui ne résout pas les problèmes soulevés par Trump. Ces divergences stratégiques croissantes entre les États-Unis et Israël pourraient conduire à une action israélienne plus unilatérale.

photo
Des soldats israéliens patrouillent près d'un système de défense Iron Dome (Dôme de fer), conçu pour intercepter et détruire les roquettes à courte portée et les obus d'artillerie, dans les hauteurs du Golan annexées par Israël, le 20 janvier 2015, deux jours après qu'une frappe aérienne israélienne a tué six membres du Hezbollah dans la partie sous contrôle syrien de la zone. (Photo, AFP/Archives)

Brodsky estime que les frappes israéliennes contre des cibles du CGRI en Syrie peuvent également être destinées à montrer à l'Iran qu'Israël ne plaisante pas, quelle que soit la décision des États-Unis à Vienne.

«Bien que le moment de ces frappes soit déterminé par les besoins opérationnels du moment, elles ont un avantage secondaire pour Israël, qui cherche à démontrer à Téhéran qu'il est prêt à le tenir militairement responsable, alors que les pourparlers nucléaires se déroulent à Vienne», a-t-il précisé.

Farhad Rezaei, chercheur principal au projet Philos, pense également que Tel Aviv envoie un message sans ambiguïté à Téhéran, montrant qu'elle est prête à tout scénario, surtout si elle conclut que le programme nucléaire iranien ne peut être arrêté que par des moyens militaires.

photo
Un hôtel endommagé près du port syrien de Lattaquié après qu'une frappe aérienne israélienne a ciblé le port tôt le 28 décembre 2021. (Photo, AFP)

«Je crois comprendre qu'Israël essaie de minimiser une attaque de missiles du Hezbollah au cas où il devrait bombarder les installations nucléaires iraniennes, donc il bombarde les convois qui amènent des missiles à guidage de précision au Liban via la Syrie, ainsi que les ateliers en Syrie et les installations de stockage où des missiles et des roquettes guidés de haute précision sont construits et stockés», a déclaré Rezaei à Arab News.

«Les journaux israéliens parlent d'une opération multi-domaines pour se préparer à une frappe, comme la formation de pilotes, l'obtention d'avions de ravitaillement aériens, et la tentative de limiter les dommages potentiels d'un tir de barrage du Hezbollah une fois l'opération lancée.»

Pour l'instant, selon la plupart des experts, ni Israël ni l'Iran ne semblent intéressés par le déclenchement d’un conflit ouvert. Mais avec une technologie de missiles iraniens de plus en plus avancée qui se retrouve entre les mains du Hezbollah et un régime syrien isolé et de plus en plus dépendant de l'Iran, les enjeux sont toujours élevés.

Si un nouvel accord nucléaire est signé à Vienne, sans restrictions supplémentaires sur l'activité du CGRI et la prolifération des missiles iraniens, les risques d'une escalade militaire augmenteront de façon spectaculaire.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Biden envisage de réintégrer les Houthis dans la liste des organisations terroristes

Biden s'est concentré sur ses efforts domestiques et la lutte contre la Covid-19, mais il a également abordé des questions de politique étrangère. (Photo, AFP)
Biden s'est concentré sur ses efforts domestiques et la lutte contre la Covid-19, mais il a également abordé des questions de politique étrangère. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président américain fait face à des critiques pour son incapacité à lutter contre la violence terroriste, disant que ce n'est «pas le moment d'abandonner» les pourparlers nucléaires avec l'Iran
  • Lenderking abordera «le besoin urgent d'atténuer les graves crises humanitaires et économiques auxquelles les Yéménites sont confrontés»

CHICAGO: Le président américain Joe Biden a déclaré mercredi qu'il envisageait de redésigner la milice houthie du Yémen comme organisation terroriste internationale, quelques jours après que le groupe soutenu par l'Iran a tué trois personnes lors d'une frappe de drone aux Émirats arabes unis.

Marquant sa première année complète au pouvoir avec une conférence de presse de deux heures, Biden s'est concentré sur ses efforts nationaux et sur la lutte contre la Covid-19, mais a également abordé des questions de politique étrangère, notamment la menace d’une invasion russe de l'Ukraine, et a aussi répondu à des questions sur l'Iran et le Yémen.

Quelques semaines après son entrée en fonction en 2021, Biden a officiellement retiré la milice houthie de la liste américaine des «organisations terroristes étrangères», une désignation mise en place par son prédécesseur, Donald Trump.

Le dirigeant américain a de plus œuvré pour ramener l'Iran à la table des négociations sur son programme d'armes nucléaires.

Lorsqu'on lui a demandé s'il désignera de nouveau les Houthis comme un groupe terroriste, Biden a répondu: «C'est à l'étude».

Les rebelles houthis ont revendiqué une frappe transfrontalière de drones lundi qui a tué trois travailleurs migrants aux Émirats arabes unis.

L'envoyé spécial de Biden au Yémen, Tim Lenderking, a été envoyé mercredi dans le Golfe et à Londres «dans le but de redynamiser les efforts de paix en coordination avec l'ONU, les hauts responsables des gouvernements régionaux et d'autres partenaires internationaux», selon un communiqué du porte-parole du département d'État américain, Ned Price.

«L'envoyé spécial et son équipe feront pression sur les parties pour qu’elles désamorcent le conflit militairement et participeront pleinement à un processus de paix inclusif dirigé par l'ONU», a révélé Price.

Lenderking abordera en outre «le besoin urgent d'atténuer les graves crises humanitaires et économiques auxquelles les Yéménites sont confrontés».

Price a mentionné des données de l'ONU publiées la semaine dernière qui montrent que 16 millions de personnes au Yémen ont besoin d'une aide d'un montant total d'environ 3,9 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,88 euro).

«Il est impératif que les donateurs, en particulier les donateurs régionaux, fournissent des fonds supplémentaires, et que toutes les parties au conflit prennent des mesures pour améliorer l'accès humanitaire et résoudre la crise du carburant au Yémen», a avisé l'ONU.

Biden a également été interrogé s'il faisait des progrès avec l'Iran dans ses efforts pour forcer le régime à adhérer au plan d'action global conjoint (JCPOA) de 2015, ou accord nucléaire.

«Ce n'est pas le moment de baisser les bras. Il y a des progrès à faire», a-t-il répondu.

Cependant, la longue conférence de presse visait clairement à mettre en évidence les réalisations de Biden depuis qu'il a prêté serment en tant que président il y a un an, le 20 janvier 2021.

L'analyste politique Dalia al-Aqidi a déclaré que la conférence de presse de Biden ressemblait davantage à un discours de campagne et semblait avoir été orchestrée pour lui permettre d'aborder ses points de discussion politiques, alors que les démocrates et les républicains se préparent à une bataille électorale de mi-mandat pour le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat cette année.

«Fondamentalement, nous venons de voir la première ébauche de son discours de campagne présidentielle, et je m'attends à ce que l'Amérique entende le même discours encore et encore, alors que le pays souffre d'une économie au point mort et d'une inflation colossale», a déclaré Al-Aqidi, chargée de recherche au Center for Security Policy (Centre de politique de sécurité).

Elle a critiqué l'incapacité de Biden à lutter contre la violence terroriste qui a refait surface à Colleyville, au Texas, cette semaine, lorsque quatre membres d'une synagogue ont été pris en otage jusqu'à ce que le tireur soit tué par la police.

Le président américain a confirmé qu'il comptait se représenter aux élections et qu’il gardera Kamala Harris comme colistière à la vice-présidence. Il a également défendu son rôle dans le retrait soudain des États-Unis d'Afghanistan.

Biden a d'abord répondu aux questions de 11 journalistes, inscrits sur une liste qu'il tenait sur le podium. Les questions portaient sur l'économie, la montée des tensions avec la Russie au sujet de l'Ukraine et la polarisation croissante aux États-Unis. Il a reconnu la nécessité de sortir de la Maison Blanche et de «parler directement» au peuple américain.

À mi-chemin de la conférence de presse, Biden a accepté les questions d'autres journalistes qui ont parfois ouvertement critiqué sa performance.

Biden a insisté sur le fait qu'il avait fait des progrès considérables afin d’alléger le fardeau économique causé par la pandémie mondiale, notamment en créant 6 millions d'emplois, en réduisant le chômage à 3,9% et en faisant vacciner 210 millions d'Américains.

Le président américain a encore affirmé qu'il s'efforçait de rassembler le pays en imputant l'échec à combler le fossé croissant de la nation sur Trump, évoquant des discussions privées qu'il a eues avec plusieurs sénateurs républicains qui montrent leur crainte que Trump ne compromette leur réélection s'ils soutiennent le programme de Biden.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Afghanistan: l'UE rétablit «une présence minimale» à Kaboul

Des membres des talibans surplombent la ville de Kaboul sur la colline de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 20 janvier 2022. (AFP)
Des membres des talibans surplombent la ville de Kaboul sur la colline de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 20 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • «Notre présence minimale à Kaboul ne doit en aucun cas être considérée comme une reconnaissance» du régime au pouvoir, selon un diplomate européen
  • Un peu plus tôt le ministère afghan des AE avait évoqué la réouverture d'«une ambassade» de l'UE

BRUXELLES: L'Union européenne a annoncé jeudi rétablir "une présence minimale" de son personnel à Kaboul afin de faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire en Afghanistan, pays ravagé par la guerre qui a été reconquis l'été dernier par les talibans.


"Notre présence minimale à Kaboul ne doit en aucun cas être considérée comme une reconnaissance" du régime au pouvoir, écrit dans un communiqué Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell. "Cela a été clairement signifié aux autorités" du régime taliban, ajoute-t-il.


Un peu plus tôt le ministère afghan des Affaires étrangères avait évoqué, par la voix d'un porte-parole s'exprimant sur Twitter, la réouverture d'"une ambassade" de l'UE, avec "une présence permanente à Kaboul" pour la première fois depuis cinq mois.


Un diplomate européen, joint par l'AFP dans la capitale afghane, avait nuancé en parlant d'une présence diplomatique ayant pris le nom de Délégation de l'Union européenne, installée depuis le début de la semaine.


Selon Peter Stano, "l'UE a commencé à rétablir une présence minimale du personnel international de sa Délégation".


L'objectif, précise-t-il, est de "faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire et surveiller la situation humanitaire".


Aucun pays n'a pour l'instant reconnu le gouvernement des talibans. La communauté internationale attend de voir comment ces fondamentalistes islamistes comptent gouverner l'Afghanistan, après avoir largement piétiné les droits humains lors de leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001.


Si les talibans assurent s'être modernisés, les femmes restent largement exclues des emplois publics et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.


Plusieurs pays, dont le Pakistan, la Russie, la Chine, la Turquie, les Emirats arabes unis et l'Iran, ont gardé leurs ambassades ouvertes à Kaboul après la victoire des talibans mi-août, sans toutefois reconnaître leur gouvernement.


Les diplomaties occidentales avaient elles commencé à évacuer leurs personnels dès le premier semestre 2021, lorsque les troupes américaines ont entamé leurs opérations pour se retirer définitivement d'Afghanistan. Un retrait qui s'est terminé fin août par l'évacuation chaotique de 120 000 personnes après la conquête éclair du pays par les talibans.