Marine Le Pen à la rencontre d'Orban, sur les pas de Zemmour

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'un événement à Budapest le 23 octobre, pour commémorer le 65e anniversaire du soulèvement hongrois contre l'occupation soviétique le 23 octobre 2021. (Attila Kisbenedek / AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'un événement à Budapest le 23 octobre, pour commémorer le 65e anniversaire du soulèvement hongrois contre l'occupation soviétique le 23 octobre 2021. (Attila Kisbenedek / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

Marine Le Pen à la rencontre d'Orban, sur les pas de Zemmour

  • Ce déplacement à l'étranger vise, pour Marine Le Pen, à tenter de reprendre du terrain sur le polémiste Zemmour, qui la talonne dans les sondages bien que toujours pas déclaré
  • Marine Le Pen veut «rappeler qu'elle existe, étant donné que ces deux figures de l'extrême droite sont déjà allées en Hongrie», note l'historien Nicolas Lebourg

PARIS : Un mois après son rival Éric Zemmour, Marine Le Pen rencontre mardi à Budapest le dirigeant ultraconservateur hongrois Viktor Orban, une manière de montrer qu'elle compte en Europe, et dans son camp, à six mois de la présidentielle.

«Être reçue par un chef de gouvernement en exercice donne un signe de respectabilité» à la candidate du Rassemblement national (RN), explique à l'AFP le politologue Jean-Yves Camus.

Ce déplacement à l'étranger vise, pour Marine Le Pen, à tenter de reprendre du terrain sur le polémiste Zemmour, qui la talonne dans les sondages bien que toujours pas déclaré.

Elle aura droit à une conférence de presse commune avec le dirigeant hongrois, quand son rival -et candidat non déclaré- s'était contenté d'un entretien privé le 24 septembre à Budapest, en marge d'une réunion de la droite conservatrice et identitaire, tout comme sa nièce Marion Maréchal.

- «Regonfler son image» -

Marine Le Pen veut «rappeler qu'elle existe, étant donné que ces deux figures de l'extrême droite sont déjà allées en Hongrie», note l'historien Nicolas Lebourg.

En s'affichant aux côtés de Viktor Orban, aux positions tranchées sur l'immigration et les personnes LGBT+, elle entend en outre donner des gages à la frange la plus radicale de ses électeurs, déboussolée par son discours «dédiabolisé».

Le candidate du RN a «besoin de regonfler son image à elle, de dire à cet électorat tenté par Eric Zemmour que question autoritarisme, elle a aussi quelques galons», commente M. Lebourg, auteur avec M. Camus d'un essai sur «Les droites extrêmes en Europe» (Seuil, 2015).

Dans la même optique, elle a rencontré vendredi à Bruxelles le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, en conflit avec Bruxelles sur l'indépendance de la justice et la primauté du droit européen. L'occasion pour elle de dénoncer «le chantage inacceptable» de la Commission européenne envers Varsovie.

La veille, Viktor Orban avait de même fustigé «une chasse aux sorcières».

Mme Le Pen et M. Orban partagent des conceptions proches de l'Europe.

La première défend «une Europe des nations» et des coopérations depuis qu'elle a renoncé, en 2017, à quitter l'UE (Frexit) et l'euro, tandis que le second, en dépit de ses conflits réguliers avec Bruxelles sur l'Etat de droit, exclut de sortir de l'Union.

 

Autre point commun, la lutte contre l'immigration. Marine Le Pen a récemment présenté un projet de référendum à ce sujet, sur la même ligne que ce que défend Viktor Orban, farouchement opposé à l'accueil de réfugiés musulmans au nom de «l'identité culturelle de l'Europe».

- Vers une alliance souverainiste? -

Pourtant, pendant longtemps, Viktor Orban ne voulait pas s'afficher avec la chef de l'extrême-droite française.

«Sa position a considérablement changé depuis que son parti, le Fidesz, a quitté le groupe PPE (droite) au Parlement européen» en mars 2021, et se retrouve plus isolé, souligne Eszter Petronella Soos, politologue hongroise spécialiste de la France.

«Avant, il ne pouvait pas se le permettre», car le RN fait partie du groupe Identité et Démocratie (ID) mais depuis ce divorce, «M. Orban est plus ouvert et essaie de bâtir une nouvelle alliance à droite de la droite».

Cette rencontre à Budapest a été convenue, selon Marine Le Pen, après la publication, en juillet, d'une «déclaration commune» entre la candidate du RN et une quinzaine d'alliés en Europe, dont M. Orban, en vue d'une alliance au Parlement européen pour «réformer l'Europe».

Si ce large groupe souverainiste voit le jour, «l'idée est qu'il puisse talonner le groupe PPE pour que le rapport de force entre les deux droites, classique et nationaliste-populiste, soit le plus favorable aux nationalistes», analyse Jean-Yves Camus.

Mais «ce serait étonnant que les choses se décoincent» rapidement en faveur d'un groupe commun au RN et au Fidesz, selon M. Lebourg, alors que des divergences demeurent sur le plan économique et les questions sociétales.


Joséphine Baker, une icône noire au Panthéon français

 Panthéon, grandiose édifice néo-classique au coeur de Paris dont le fronton proclame «Aux grands hommes, la patrie reconnaissante». (Photo, AFP)
Panthéon, grandiose édifice néo-classique au coeur de Paris dont le fronton proclame «Aux grands hommes, la patrie reconnaissante». (Photo, AFP)
Short Url
  • L'icône des années folles, née en 1906 aux Etats-Unis avant d'adopter la nationalité française, ne sera que la sixième femme sur 80 personnages illustres à recevoir l'honneur d'être accueillie au Panthéon
  • Sa panthéonisation intervient 46 ans après sa mort, le 12 avril 1975 à l'âge de 68 ans, trois jours après avoir fêté ses noces d'or sur la scène

PARIS : Première artiste noire célébrée en France, héroïne de la Résistance et militante anti-raciste, Joséphine Baker doit faire mardi son entrée au Panthéon français, lors d'une cérémonie présidée par Emmanuel Macron qui célébrera une vie "placée sous le signe de la quête de liberté et de justice".

L'icône des années folles, née en 1906 aux Etats-Unis avant d'adopter la nationalité française, ne sera que la sixième femme sur 80 personnages illustres à recevoir l'honneur d'être accueillie au Panthéon, grandiose édifice néo-classique au coeur de Paris dont le fronton proclame "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante".

Sa panthéonisation intervient 46 ans après sa mort, le 12 avril 1975 à l'âge de 68 ans, trois jours après avoir fêté ses noces d'or sur la scène.

 

img 4
Dans cette photo d'archive prise le 27 novembre 1973, Joséphine Baker, se produit lors de son spectacle pour le gala franco-américain au château de Versailles, près de Paris. (Photo, AFP)

 

"Artiste de music-hall de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste, elle fut de tous les combats qui rassemblent les citoyens de bonne volonté, en France comme de par le monde (...). Elle est l'incarnation de l'esprit français", a souligné le chef de l'Etat français pour justifier sa décision.

Ce mardi à 16H30 GMT, le cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps) de Joséphine Baker sera porté par des aviateurs jusqu'au Panthéon, au son des airs de la diva, avant d'être installé dans un des caveaux de la crypte. La dépouille de l'artiste, elle, demeurera au cimetière marin de Monaco, non loin de la tombe de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.

Avec l'atypique vedette, Emmanuel Macron casse les codes en élargissant le profil un peu figé des "panthéonisés" français, pour la plupart hommes d'Etat, héros de guerre ou écrivains: Victor Hugo, Emile Zola, le résistant Jean Moulin, Marie Curie... Un choix inattendu qui a finalement réussi à emporter le consensus de toute la classe politique.

 


Le WNE, grand salon du nucléaire civil, ouvre ses portes

 Le thème du WNE sera d'ailleurs cette année : «l'industrie du nucléaire, un acteur clé pour une société bas carbone et un avenir responsable». (Photo, AFP)
Le thème du WNE sera d'ailleurs cette année : «l'industrie du nucléaire, un acteur clé pour une société bas carbone et un avenir responsable». (Photo, AFP)
Short Url
  • Le «World nuclear exhibition» (WNE) se tient jusqu'à jeudi à Villepinte, au nord de la capitale française, pour la première fois depuis trois ans, l'édition 2020 ayant été reportée en raison de la pandémie de Covid-19
  • Les organisateurs attendent 18 000 participants et plus de 600 exposants venant de 65 pays (Corée du Sud, États-Unis, Royaume-Uni, Russie, etc.) pour ce salon du nucléaire civil

VILLEPINTE : Le WNE, plus grand salon au monde consacré au nucléaire civil, ouvre ses portes mardi matin près de Paris, l'occasion pour les industriels de mettre en avant les avantages climatiques de cette énergie controversée.

Le "World nuclear exhibition" (WNE) se tient jusqu'à jeudi à Villepinte, au nord de la capitale française, pour la première fois depuis trois ans, l'édition 2020 ayant été reportée en raison de la pandémie de Covid-19.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, doit s'y rendre dans la matinée, alors que la France s'apprête à lancer un programme de construction de nouveaux réacteurs.

Les organisateurs attendent 18 000 participants et plus de 600 exposants venant de 65 pays (Corée du Sud, États-Unis, Royaume-Uni, Russie, etc.) pour ce salon du nucléaire civil, un secteur qui revient sur le devant de la scène dix ans après l'accident de Fukushima qui lui avait porté un coup d'arrêt.

Les industriels mettent aujourd'hui en avant l'avantage climatique de cette énergie qui n'émet pas de CO2 lors de son fonctionnement. Le thème du WNE sera d'ailleurs cette année : "l'industrie du nucléaire, un acteur clé pour une société bas carbone et un avenir responsable".

"Le contexte est beaucoup plus porteur sur le nucléaire", selon Sylvie Bermann, la présidente du WNE.

L'ancienne ambassadrice de France à Moscou, Pékin et Londres se félicite d'un "bon alignement des planètes" après la COP26 de Glasgow et les annonces d'une relance du nucléaire en France, sans compter l'intérêt marqué d'autres pays européens comme la Pologne.

La France, l'un des pays les plus nucléarisés au monde, s'apprête en effet à construire de nouveau réacteurs sur son sol, une vingtaine d'années après la mise en service des derniers, a annoncé Emmanuel Macron le 9 novembre.

Le président – qui n'est pas annoncé au WNE – s'est ainsi emparé d'un thème porteur de la précampagne présidentielle pour 2022. La relance du nucléaire est soutenue à droite et à l'extrême-droite mais aussi au PCF ou chez l'ex-ministre socialiste Arnaud Montebourg, tandis qu'écologistes ou Insoumis prônent une sortie de cette énergie.


Omicron: un cas positif identifié sur l'île française de La Réunion

Dimanche, le ministre de la Santé, Olivier Véran avait annoncé que huit cas «possibles» de porteurs du variant Omicron avaient été détectés en France. (Photo, AFP)
Dimanche, le ministre de la Santé, Olivier Véran avait annoncé que huit cas «possibles» de porteurs du variant Omicron avaient été détectés en France. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il s'agirait du premier cas positif identifié en France
  • Le patient testé positif est «un homme de 53 ans» qui a voyagé au Mozambique et «a fait escale en Afrique du Sud» avant de venir à La Réunion, dans l'océan indien

SAINT-DENIS : Un cas positif au variant Omicron du coronavirus, qui se répand à travers le monde, a été identifié sur l'île française de La Réunion, a annoncé mardi un chercheur de l'Unité mixte de recherche processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT).

Il s'agirait du premier cas positif identifié en France. Cette nouvelle souche se propage désormais de l'Afrique au Pacifique, du Canada à l'Italie, en passant par l'Allemagne et le Royaume-Uni, où six nouveaux cas ont été confirmés en Ecosse.

Le patient testé positif est "un homme de 53 ans" qui a voyagé au Mozambique et "a fait escale en Afrique du Sud" avant de venir à La Réunion, dans l'océan indien, a précisé le microbiologiste Patrick Mavingui sur les ondes de Réunion la 1ere (Groupe France Télévision).

Placé à l'isolement ainsi que son entourage, "l'homme souffre de douleurs musculaires et de fatigue", a déclaré le scientifique.

La PIMIT a été mobilisée "en urgence" dimanche soir, "pour le séquençage de six tests", a précisé le microbiologiste. "Les résultats sont arrivés il y a quelques heures (…) il y a un cas positif", a ajouté le scientifique.

Les cinq autres prélèvements sont négatifs.

Les autorités sanitaires aux niveaux local et national ont immédiatement été averties, a précisé Patrick Mavingui.

Cette information intervient alors que le ministère de la Santé a indiqué dimanche dans un communiqué qu'il "surveille avec une attention particulière les territoires ultramarins de La Réunion et Mayotte qui sont en lien direct ou indirect avec (les sept) pays" d'Afrique Australe avec lesquels les liaisons aériennes ont été suspendues depuis vendredi.

Dimanche, le ministre de la Santé, Olivier Véran avait annoncé que huit cas "possibles" de porteurs du variant Omicron avaient été détectés en France.