Une initiative dirigée par l'Arabie saoudite étudie l'impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire

Un berger éthiopien s'occupe de son troupeau. (Photo fournie/ILRI)
Un berger éthiopien s'occupe de son troupeau. (Photo fournie/ILRI)
Short Url
Publié le Dimanche 31 octobre 2021

Une initiative dirigée par l'Arabie saoudite étudie l'impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire

  • Pendant que les leaders mondiaux se préparent pour leur réunion à Glasgow pour la COP26, les données et la technologie sont utilisées pour se préparer aux chocs climatiques
  • En septembre, la Community Jameel a annoncé la création de l'Observatoire Jameel pour l'action précoce en matière de sécurité alimentaire

DUBAÏ : Une organisation basée en Arabie saoudite s'est associée à des chercheurs et à des agences humanitaires de premier plan pour exploiter la puissance des données et de la technologie dans l'espoir d'empêcher les chocs climatiques de provoquer la faim parmi les communautés d'éleveurs vulnérables. 

La Community Jameel a annoncé en septembre la création de l'Observatoire Jameel pour prendre des mesures précoces en matière de sécurité alimentaire de manière à lutter contre la menace croissante qui pèse sur ces communautés à cause des catastrophes climatiques qui sont de plus en plus graves et fréquentes.

Son lancement a coïncidé avec les préparatifs de la COP26, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui débute dimanche à Glasgow. Les leaders mondiaux se réuniront dans la ville écossaise pour discuter d'une action collective sur les émissions de carbone, les combustibles fossiles et d'autres initiatives visant à empêcher les températures mondiales d'augmenter de 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, un objectif fixé par l'Accord de Paris en 2015. 

Le nouveau projet combine l'expertise de cinq partenaires, dont l'Université d'Édimbourg, l'Institut international de recherche sur l'élevage, Save the Children, Abdel Latif Jameel Poverty Action Lab et Community Jameel.

La hausse des températures signifie que les sécheresses sont de plus en plus fréquentes, privant le bétail de sources d'eau bonnes et transformant des pâturages autrefois fertiles en désert. En enregistrant les changements au niveau local, l'observatoire vise à aider les communautés à s'adapter et à se préparer avant que la catastrophe ne frappe.

«Community Jameel s’est longtemps concentré sur la question de la sécurité alimentaire et, en particulier, sur la façon dont le changement climatique exerce une pression sur l’accès à une nourriture saine et abondante», a déclaré à Arab News George Richards, directeur de Community Jameel. «Mais nous avons progressivement constaté une augmentation des besoins et de la pression sur l'accès à la nourriture, à cause des pressions croissantes du changement climatique».

Community Jameel, une organisation non gouvernementale internationale, a été lancée pour s'attaquer à plusieurs problèmes les plus urgents au monde en utilisant une approche fondée sur les preuves, la science, les données et la technologie. En 2014, elle a créé un établissement au Massachusetts Institute of Technology, appelée Jameel Water and Food Systems Lab, qui se concentre sur le développement de nouvelles technologies et solutions pour l'eau potable et la sécurité alimentaire.

«Nous sommes revenus à nos racines et avons réfléchi à la manière dont nous pouvons soutenir les chercheurs et les scientifiques qui utilisent efficacement les données et la science pour surveiller, prévoir et donner des alertes précoces sur les épidémies de faim, de famine et d'autres facteurs de malnutrition, en particulier lorsque ceux-ci sont le résultat du changement climatique», a expliqué Richards.

img
Des bergers éthiopiens s'occupent de leur troupeau. (Photo fournie/ILRI)

Le partenariat de l'observatoire combine une technologie de pointe et une surveillance des données dans le but de détecter les signes précis d'événements météorologiques violents et de changement climatique systémique avec des applications et des interventions communautaires. 

L'Observatoire Jameel collabore avec des agences qui travaillent avec les agriculteurs afin de développer et appliquer des outils numériques et analytiques qui peuvent aider les agriculteurs à façonner leur propre sécurité alimentaire, leur nutrition et leurs moyens de subsistance.

Les chercheurs prévoient l’utilisation des données au niveau communautaire ainsi que des satellites, des drones, des données météorologiques et la télédétection pour comprendre, se préparer et atténuer les effets probables des chocs climatiques.

Le premier projet de l'observatoire vise à combler les lacunes en matière de preuves qui empêchent actuellement une action efficace basée sur des prévisions de manière à protéger les moyens de subsistance et la nutrition dans certaines parties de l'Afrique de l'Est.

Alors que le changement climatique occupe le devant de la scène à la COP26, l'accent a été mis sur la nécessité d'être tout à fait préparé aux vulnérabilités, aux chocs et aux stress provoqués par le changement climatique. 

Les terres arides représentant environ 40% de la masse terrestre mondiale, de nombreuses communautés sont menacées par la fluctuation des précipitations, la sécheresse, la hausse des températures et la dégradation des terres.

«Dans un monde de plus en plus touché par le changement climatique, il est urgent de prévoir l'impact des sécheresses et des phénomènes météorologiques violents sur la faim et la malnutrition, et d'agir tôt pour prévenir la perte de vies», a déclaré Joanne Grace, responsable de la faim et des moyens de subsistance à l'organisation humanitaire Save the Children, à Arab News.

«Bien faire les choses serait monumental pour la santé des enfants pour les décennies à venir. L'Observatoire Jameel vise à faire en sorte qu'agir tôt pour prévenir les crises alimentaires devienne la norme plutôt que l'exception».

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, les écosystèmes des zones arides abritent environ 25% de la population mondiale, contiennent la moitié du bétail du monde et 27% de ses forêts, tout en stockant 30% du carbone organique du sol et fournissent environ 60% de la production alimentaire.

Cependant, le changement climatique entraîne des périodes de sécheresse plus longues et une désertification accélérée dans les zones arides. Cela affecte la biodiversité et la couverture végétale, ce qui à son tour réduit la fertilité des sols et nuit à l'alimentation, à la nutrition et à la sécurité humaine.

«Le changement climatique peut donc pousser des écosystèmes déjà fragiles et des communautés locales au-delà de leur capacité d'adaptation, entraînant des déplacements forcés, une augmentation des migrations et des tensions liées à l'accès et à l'utilisation des ressources naturelles», a déclaré la FAO dans un document publié lors du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires à New York en septembre.

img 4
Un agriculteur récolte des légumes à feuilles dans un champ de la chaîne de montagnes de Jebel Jais, à Ras Al Khaimah, le 24 janvier 2021. (Photo, AFP/Archives)

L'Observatoire Jameel examine la relation entre le changement climatique et la santé pour tenter d'atténuer la menace de la hausse des températures en tant que élément moteur de la faim et de la famine. L'organisation s'est associée à Aeon, un groupe de réflexion basé à Riyad, pour coordonner leurs efforts et réunir des chercheurs en Arabie saoudite et à l'étranger afin d’examiner cette relation.

«Il y a beaucoup de recherches externes sur les risques que l'accélération du changement climatique imposera, en particulier dans les endroits qui ont des climats naturellement chauds et humides, notamment les pays du Golfe», a souligné Richards. 

«Ce qu'ils appellent l'augmentation de la «température humide», qui est la mesure combinée de la chaleur et de l'humidité, pourrait rendre certaines parties du golfe inhabitables dans quelques années. Mais il y a très peu de recherches qui sont réellement effectuées par ou avec des chercheurs dans les pays du Conseil de coopération du Golfe».

C'est pourquoi l'initiative a en outre réuni des chercheurs de l'Université des sciences et technologies Roi Abdallah, le Centre d'études et de recherche sur le pétrole du Roi Abdallah, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), Abdel Latif Jameel Poverty Action Lab, Jameel Water and Food Systems Lab et l'Imperial College de Londres pour éclaircir la relation entre la santé et le changement climatique dans la région du CCG. Leurs conclusions sont attendues en avril 2022.

En parallèle, Community Jameel co-organisera un événement dans le pavillon saoudien de la COP26 en partenariat avec Aeon, au cours duquel les chercheurs présenteront certaines de leurs conclusions intermédiaires. Outre l'Observatoire Jameel, il accueillera ainsi des représentants d'organisations de Nairobi, du Royaume-Uni et des États-Unis, en collaboration avec Cooking Sections, un duo artistique basé à Londres qui a été nominé pour le Turner Prize 2021.

«Leur pratique artistique est axée sur la question de l'alimentation et de la durabilité », a indiqué Richards. «Donc, la communauté Jameel, Cooking Sections et les chefs de Michelin Star se réunissent pour co-organiser une expérience gastronomique culinaire afin de souligner l'importance des systèmes alimentaires durables, qui est au cœur de ce que l'Observatoire Jameel essaie de faire en termes d'exploitation des données afin de rendre les systèmes alimentaires plus efficaces et atténuer les risques de recrudescence de famine et de faim.

img 6
La hausse des températures signifie que les sécheresses sont de plus en plus fréquentes, privant le bétail de sources d'eau bonnes et transformant des pâturages autrefois fertiles en désert. (AFP/Fichier Photo)

Richards a de plus souligné la saison d'ouverture de Hayy Jameel, la nouvelle plateforme d'Art Jameel à Djeddah qui doit ouvrir ses portes le 6 décembre, et qui mettra fortement l'accent sur les questions liées à la nourriture. 

«Il y a quelque chose de si fondamental dans la façon dont la société humaine a tendance à se construire autour de la nourriture, que même l'acte communautaire le plus élémentaire est centré sur la rupture du pain ou le repas ensemble », a soutenu Richards.

«Au moment où nous sommes confrontés à de plus grands défis, que ce soit à cause de la pandémie de la Covid-19 ou du changement climatique, il est de plus en plus nécessaire que l'humanité se serre les mains et travaille ensemble pour relever ces défis.

«Pour nous, c'est vraiment à notre nom. Nous sommes tous axés sur la communauté et nous pensons que la nourriture est au cœur de cette communauté. Donc, nous assurer que les gens partout dans le monde ont accès à une nourriture saine et abondante est vraiment au centre de nos démarches».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Pourquoi l’Irak ne peut subvenir aux besoins de ses jeunes en matière d’emploi

Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole
  • La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs

DUBAÏ: Lorsque des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans les rues de Bagdad et des villes du sud et du centre de l’Irak fin 2019, une revendication fondamentale a résonné plus fort que toutes les autres: les possibilités d’emploi. 

Le pays, qui venait tout juste de sortir de décennies de tyrannie, de blocus, de guerres et d’insurrections, n’a que très peu apporté à la génération de jeunes Irakiens ayant atteint l’âge adulte dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein en 2003. 

Deux ans après ces manifestations, qui se sont essoufflées avec l’apparition de la pandémie de Covid-19 au début de l’année 2020, et face à la répression infligée par les puissantes milices irakiennes, les jeunes Irakiens affirment que rien n’a changé. 

«En réalité, c’est même pire qu’avant», déclare Rachid Mansour, un coiffeur de l’ouest de Bagdad, à Arab News. «Mes cousins et moi ne pouvons nous permettre de rester ici. Nous travaillons tous à temps partiel. Tout comme le reste du pays, nous avons du mal à joindre les deux bouts», poursuit-il. 

Avec peu d’indicateurs de performance qui suggèrent le contraire, l’économie vacillante de l’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole. 

Même si le pays s’est ouvert à l'ensemble de la région et au monde, après avoir assoupli les restrictions de visas pour les visiteurs, il n’existe pas beaucoup de possibilités d’investissement au-delà du secteur pétrolier dans les nombreuses autres industries et entreprises longtemps défendues par ses dirigeants. 

Les appels à diversifier l’économie du pays sont restés sans réponse, tandis que les autorités continuent de faire la sourde oreille quant aux demandes de rationalisation du secteur public pléthorique. Les efforts d’efficacité sont ouvertement raillés par les citoyens, tout comme les obstacles que les investisseurs doivent franchir pour créer des entreprises privées. 

Près de deux décennies après que l’invasion menée par les États-Unis a renversé le régime baasiste, l’Irak continue d’avoir l’un des plus grands effectifs au sein du secteur public par habitant au monde. Sur le papier, le pays emploie quelque 7 millions de personnes sur une population estimée à 39,3 millions. 

La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs. Aucun n’a osé agir contre un district d’électeurs qui pourrait faire basculer le résultat d’une élection, ou contre un système qui a longtemps été au cœur de la manière dont le pays est dirigé. 

1
Un Irakien fume la chicha sous une peinture murale féministe qui porte le slogan arabe: «Ainsi sont nos femmes.» (Photo, AFP) 

«L’Irak se retrouve dans un cercle vicieux», confie à Arab News Ahmed Tabaqchali, stratège du fonds AFC pour l’Irak et chercheur principal à l’Institut de recherche sur les politiques Iris Mideast. «D’autres pays, à l’image de l’Arabie saoudite, prennent des initiatives comme le projet Vision 2030. C’est une bonne façon de mettre fin à la dépendance au pétrole. Mais en Irak, c’est différent. Il n’existe pas de gouvernement central puissant, mais plutôt de multiples sources de pouvoir.» 

«Les revenus pétroliers jouent un rôle primordial. Ils permettent de payer les retraites et les salaires du secteur public et ils offrent une sécurité sociale. C’est un défi d’en sortir. Il existe un accord tacite entre le gouvernement et le peuple. Les gens s’attendent à recevoir des services en échange de leur acceptation du gouvernement au pouvoir et un emploi dans le secteur public constitue l’un de ces services.» 

«Aucun parti ne veut se lancer seul dans les réformes car cela affaiblirait son pouvoir. L’Irak a besoin d’une classe politique engagée dans des plans à long terme, parce que c’est la seule façon de s’en sortir. Le secteur privé a besoin de temps pour se développer.» 


Début de l’entraînement naval entre l’Arabie saoudite et l’Égypte

Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Les exercices navals conjoints Morgan-17, entre les marines saoudienne et égyptienne, ont commencé en Arabie saoudite. (Porte-parole de l’armée égyptienne)
Short Url
  • Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays»
  • Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées

LE CAIRE: Un entraînement conjoint entre les marines saoudienne et égyptienne a commencé et durera plusieurs jours. 

Les exercices Morgan-17 comprennent «de nombreux séminaires et conférences de formation, et la mise en œuvre de plusieurs activités pratiques, telles que des exercices de tir tactique par les forces spéciales des marines des deux parties avec diverses armes légères, des exercices de tir d’artillerie sol-sol sur une cible, des exercices de tir sol-air sur une cible aérienne, et l’exécution de formations de navigation», précise le porte-parole de l’armée égyptienne, Gharib Abdel Hafez. 

Les exercices Morgan-17 «visent à renforcer la coopération entre les marines des deux pays, à unifier leurs concepts opérationnels dans les méthodes d’exécution des tâches navales contre diverses menaces, et à former les équipages aux tâches de diverses guerres navales et à celles des forces spéciales. Cela permet d’accroître l’efficacité au combat des marines des deux pays», ajoute-t-il. 

Les exercices Taboul-5 en cours dans le Royaume impliquent les forces spéciales saoudiennes et égyptiennes, l’infanterie, des véhicules blindés et diverses armes spécialisées. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le cabinet des ministres saoudien se réunit en personne pour la première fois en deux ans

Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite préside une réunion hebdomadaire du Conseil des ministres à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis
  • Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume

RIYAD: Le roi Salmane d'Arabie saoudite a présidé en personne aujourd’hui la réunion du Cabinet du Royaume pour la première fois en deux ans, en raison de la pandémie de coronavirus. 

Au cours de la réunion, le Cabinet a réaffirmé sa condamnation des attaques houthies contre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU). 

Le Cabinet a souligné l’urgence pour la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l'Organisation des nations unies (ONU), d'agir contre la milice houthie en mettant fin à ses agressions contre la paix et la sécurité mondiales. 

1

Il a également discuté des résultats de la récente visite du président sud-coréen dans le Royaume, de ses entretiens avec le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ainsi que des accords conclus dans divers domaines. 

Un protocole d'accord entre le Royaume et le Koweït pour une coopération visant à encourager les investissements directs a également été approuvé lors de la réunion. 

1

Un projet de mémorandum de coopération entre le Royaume et la Malaisie sur la reconnaissance mutuelle des certificats halal pour les produits locaux a également été discuté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com