Tunisie : les ministres technocrates se font de plus en plus rares

Une photo publiée par le service de presse de la présidence tunisienne montre la Première ministre Najla Bouden (à droite) présentant le nouveau gouvernement au président Kais Saied à Tunis le 11 octobre 2021. TUNISIAN PRESIDENCY / AFP
Une photo publiée par le service de presse de la présidence tunisienne montre la Première ministre Najla Bouden (à droite) présentant le nouveau gouvernement au président Kais Saied à Tunis le 11 octobre 2021. TUNISIAN PRESIDENCY / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 04 novembre 2021

Tunisie : les ministres technocrates se font de plus en plus rares

  • Les compétences du secteur privé sont presque totalement dessaisies des portefeuilles économiques, pour la première fois en dix ans
  • Cette tendance à la marginalisation des profils technocratiques ne semble pas, en tout cas, emporter l’adhésion des milieux d’affaires

TUNIS: Amorcée avec le gouvernement Hichem Mechichi, une nouvelle tendance se confirme dans l’équipe conduite depuis le 29 septembre dernier par Mme Najla Bouden: les compétences du secteur privé sont presque totalement dessaisies des portefeuilles économiques, pour la première fois en dix ans.

Peu présents en politique et quasiment interdits d’accès aux postes gouvernementaux avant le 14 janvier 2011, les compétences originaires du secteur privé ont fait irruption, et en nombre, dans la sphère gouvernementale après la chute du régime Ben Ali. Ils ont trusté entre le tiers et près de la moitié des portefeuilles et, souvent, la plupart des ministères économiques; mais cette tendance est en train de s’inverser.

Le gouvernement que dirige Mme Bouden depuis le 29 septembre dernier n’a, comme le précédent, piloté par Hichem Mechichi (du 2 septembre 2020 au 25 juillet 2021), réservé aux cadres issus du secteur privé que deux des onze portefeuilles économiques. Le premier est l’avocat Mohamed Rekik (ministre des Domaines de l’État et des Affaires foncières). Le second est Samir Saïed, ingénieur diplômé de l’École centrale de Paris, devenu banquier. PDG de Tunisie Télécom avant cette nomination, il hérite du ministère de l’Économie et de la Planification.

Les neuf autres portefeuilles économiques sont allés à quatre hauts fonctionnaires (Sihem Boughdiri Nemsia au ministère des Finances, Neila Nouira Ghonji à celui de l’Industrie, des Mines et de l'Énergie, Fadhila Rabhi ben Hamza à celui du Commerce et du Développement des exportations, Mohamed Moez Belhassine à celui du Tourisme et Rabii Majidi à celui du Transport), à quatre universitaires (Mahmoud Elyes Hamza est le nouveau ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Nizar ben Néji celui des Technologies de l'information et de la Communication et Leïla Chikhaoui celle de l’Environnement) ainsi qu’à un magistrat (Nassreddine Nsibi, ministre de l’Emploi).

Essebsi est allé plus loin

Jusqu’en 2010, les ministres et les secrétaires d’État étaient recrutés presque exclusivement dans le secteur public (administration, université, magistrature…). Les choses ont changé après le 14 janvier 2011. Dernier Premier ministre de Zine el-Abidine ben Ali, le président déchu ce jour-là, Mohamed Ghannouchi avait ouvert les portes de son nouveau gouvernement à quatre figures qui n’étaient pas issues du secteur public: un avocat (Ahmed Néjib Chebbi, ministre du Développement régional et local), une cinéaste (Moufida Tlatli, ministre de la Culture), un expert-comptable (Sami Zaoui, secrétaire d'État chargé des technologies de la communication) et un blogueur (Slim Amamou, secrétaire d'État auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports).

Béji Caïd Essebsi, qui fut élu président de la république en 2014, succédant à Ghannouchi le 27 février 2011, est allé plus loin. Il a confié près du quart – sept sur vingt-neuf – des portefeuilles à des compétences venues du privé.

Premier chef de gouvernement islamiste grâce à la victoire du mouvement Ennahdha aux élections de l’Assemblée nationale constituante (ANC) du 23 octobre 2011, Hamadi Jebali intègre au mois de décembre 2011 sept compétences non publiques à son gouvernement, qui compte trente-quatre ministres et secrétaires d’État, et il leur confie sept des dix ministères économiques.

Autre figure du parti islamiste, Ali Larayedh, ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Jebali, devient le chef du gouvernement le 13 mars 2013 et s’ouvre davantage encore aux experts du secteur privé. Il leur réserve onze des trente-sept portefeuilles et sept des dix ministères économiques, dont celui de l’Industrie, dirigé par Mehdi Jomaa, qui lui succèdera au mois de janvier 2014.

Nombre record de ministres «technocrates»

À ce jour seul chef de gouvernement de la Tunisie venu du privé après le 14 janvier 2011, Jomaa maintient cette orientation. Sur les vingt-huit membres de son équipe, six viennent du même monde que lui et cinq d’entre eux se sont vu attribuer cinq des onze portefeuilles économiques.

Les ministres «privés» sont un peu plus nombreux dans le gouvernement formé et dirigé au lendemain des élections législatives d’octobre 2014 par Habib Essid – huit sur trente-deux –, mais seule la moitié d’entre eux obtient des portefeuilles économiques.

Au mois d’août 2016, l’un d’entre eux, Youssef Chahed, alors ministre des Affaires locales, est chargé de former un nouveau gouvernement qui détient à ce jour le nombre record de ces ministres qu’on qualifie parfois de «technocrates» parce qu’ils n’appartiennent à aucun parti politique: seize sur trente-quatre, dont six sont à la tête de ministères économiques.

Ennahdha échoue à former le gouvernement

Au lendemain des élections de la fin de l’année 2019, le mouvement Ennahdha échoue à former le gouvernement. Le nouveau président, Kais Saïed, confie alors cette tâche à Elyes Fakkhfakh, un membre du Forum démocratique pour le travail et les libertés, qui, de décembre 2011 à janvier 2014, a déjà exercé le pouvoir avec le parti islamiste. L’ancien ministre des Finances, qui a fait sa carrière dans le secteur privé, y recrute douze de ses trente-quatre ministres et leur confie huit des douze portefeuilles économiques – un record à ce jour.

Hichem Mechichi, qui lui succède au mois de septembre de la même année, change totalement de cap. Pour constituer son équipe, il fait avant tout appel à des fonctionnaires, des universitaires et des magistrats. Sur un total de trente ministres et secrétaires d’État, seuls trois viennent du secteur privé; deux d’entre eux se sont vu attribuer des ministères économiques.

Cette tendance à la marginalisation des profils technocratiques est-elle une bonne ou une mauvaise chose? Elle ne semble pas, en tout cas, emporter l’adhésion des milieux d’affaires. Le patron d’un important fonds d’investissement, qui préfère garder l’anonymat, considère «qu’un mix de compétences qui viennent d’horizons différents et qui travaillent de manière cohérente autour d’un leadership éclairé est le bon compromis». «J’ai toujours composé mes équipes de cette manière», explique-t-il, estimant que «cela pourrait s’appliquer à l’équipe économique du gouvernement».

Une question de leadership et de vision

Pour sa part, Habib Karaouli, PDG de la banque d’affaires Cap Bank, très engagé dans le débat public sur les questions politiques et économiques, affirme que c’est là «surtout une question de leadership et de vision». Pour lui, «c’est le chef de l’État qui doit porter ce projet, indiquer l’horizon et les moyens d’y parvenir. À charge pour le gouvernement de traduire cette politique en plan d’action».

Selon Karaouli, la décennie écoulée a démontré le fait «que, à défaut de vision et de projet, même les plus brillants profils ne pourront pas être efficaces. Il faut d’abord tracer la voie, fixer les objectifs et choisir les profils adéquats en conséquence». Sénèque disait, rappelle le banquier, qu’«il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne connaît pas son port».


Le Conseil de sécurité de l'ONU appelle à la formation rapide d'un nouveau gouvernement au Liban

De jeunes manifestants libanais brandissent des drapeaux nationaux alors qu'ils prennent part à un rassemblement dans le quartier du centre-ville de la capitale, Beyrouth. Une partie de la nouvelle génération souhaite une approche progressiste de la politique. (AFP/archive)
De jeunes manifestants libanais brandissent des drapeaux nationaux alors qu'ils prennent part à un rassemblement dans le quartier du centre-ville de la capitale, Beyrouth. Une partie de la nouvelle génération souhaite une approche progressiste de la politique. (AFP/archive)
Short Url
  • Les membres ont également souligné la nécessité de mettre en œuvre de toute urgence des réformes économiques, et ont exhorté toutes les parties à se dissocier des conflits extérieurs
  • Ils ont réitéré la nécessité de conclure une enquête transparente sur l'explosion de Beyrouth en 2020, afin de répondre aux exigences libanaises de justice et de responsabilité

NEW YORK: Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué mercredi le fait que les élections législatives au Liban se soient déroulées comme prévu le 15 mai, «malgré des circonstances difficiles», mais a appelé à la formation rapide d'un nouveau gouvernement inclusif et à la «mise en œuvre urgente» des réformes économiques précédemment décrites.
Dans une déclaration commune, les membres du Conseil ont indiqué que les réformes devraient inclure l'adoption d'un budget national «approprié» pour 2022 qui permettra de mettre rapidement en place un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) «pour répondre aux exigences de la population libanaise».
L'économie du pays est embourbée depuis août 2019 dans une crise paralysante au cours de laquelle la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur et plus des trois quarts de la population ont sombré dans la pauvreté.
Le mois dernier, le Liban et le FMI étaient parvenus à un accord sur un plan qui pourrait débloquer environ 3 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) de financement international sur plusieurs années. Toutefois, l'accord est soumis à l'approbation de la direction et du conseil d'administration du FMI et dépend de la mise en œuvre par les autorités libanaises d'une série de réformes économiques, y compris la restructuration du secteur bancaire du pays, qui s’est effondré, l'amélioration de la transparence et l'unification des multiples taux de change qui s'appliquent à une monnaie nationale qui s’envole.
Le Conseil de sécurité a souligné le rôle que les institutions libanaises, dont le Parlement nouvellement élu, ont à jouer dans la mise en œuvre de ces réformes nécessaires et il a insisté sur l'importance de les mener à bien «pour garantir un soutien international efficace».
Les membres ont également demandé que des mesures soient prises pour renforcer «la participation et la représentation pleines, égales et significatives» des femmes dans les institutions libanaises, y compris dans le nouveau gouvernement.
«Ces élections étaient essentielles pour permettre au peuple libanais d'exercer ses droits civils et politiques», ont déclaré les membres du Conseil.
Ces derniers ont réaffirmé la nécessité de «conclure rapidement une enquête indépendante, impartiale, approfondie et transparente» sur l'explosion dévastatrice du port de Beyrouth, le 4 août 2020, qui a fait plus de deux cents morts, des milliers de blessés ainsi que de nombreux déplacés et a causé des milliards de dollars de dégâts matériels.
Le Conseil a déclaré que l'enquête était «essentielle pour répondre aux aspirations légitimes du peuple libanais à la responsabilité et à la justice».
Les membres ont également exhorté toutes les parties libanaises à mettre en œuvre une politique tangible de «distanciation de tout conflit extérieur, priorité importante, comme l'énoncent les déclarations précédentes, en particulier la déclaration de Baabda de 2012».
Le parti Hezbollah, soutenu par l'Iran, a envoyé des militants en Syrie pour combattre aux côtés des forces du régime Assad.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le gouvernement yéménite entame des pourparlers avec les Houthis

L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Hans Grundberg (Photo, AFP).
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Hans Grundberg (Photo, AFP).
Short Url
  • Les négociations s’inscrivent au sein d'une trêve de deux mois qui doit expirer le 2 juin
  • Dans le cadre de cette trêve, des progrès importants ont été réalisés dans les efforts visant à parvenir à convenir de la reprise des vols commerciaux à Sanaa

NEW YORK: Des négociations ont débuté mercredi à Amman entre le gouvernement du Yémen et les Houthis concernant la réouverture des routes à Taïz et celles de plusieurs autres gouvernorats.

Les pourparlers se déroulent sous les auspices de l'ONU. Hans Grundberg, envoyé spécial de l'organisation pour le Yémen, a affirmé qu'ils s'inscrivaient dans le cadre d'une trêve de deux mois, convenue en avril au début du ramadan. Il a ajouté que cette trêve devait expirer le 2 juin, mais qu'il travaillait avec toutes les parties pour la prolonger.

Grundberg a appelé à une négociation «de bonne foi» et à prendre des mesures urgentes pour parvenir à un accord sur le rétablissement de la liberté de mouvement et l'amélioration des conditions de vie du peuple yéménite.

«Les Yéménites souffrent depuis trop longtemps de l'impact des fermetures de routes», a-t-il affirmé. «L'ouverture des routes à Taïz et ailleurs est un élément crucial de la trêve qui permettra aux familles divisées par les lignes de front de se voir, aux enfants d'aller à l'école, aux civils d'aller travailler et d'atteindre les hôpitaux, et aux activités commerciales essentielles de reprendre.»

Il a ajouté que dans le cadre de la trêve, des progrès importants ont été réalisés dans les efforts visant à parvenir à convenir de la reprise des vols commerciaux à destination et en provenance de l'aéroport de Sanaa. Plus de 1 000 passagers ont pris l'avion jusqu'à présent et la fréquence des vols augmente. Des préparatifs sont en cours pour reprendre les vols entre Sanaa et Le Caire, en Égypte.

«Cela permettra à davantage de Yéménites de se rendre à l'étranger afin d’accéder à des soins médicaux, à des opportunités éducatives et commerciales, et pour rendre visite à leur famille», a souligné Grundberg, qui a remercié le gouvernement égyptien pour son aide concernant l'organisation des vols et son «soutien actif aux efforts de paix des Nations unies».

Bien que les combats se soient apaisés au Yémen depuis le début de la trêve, avec une réduction significative du nombre de victimes civiles, Grundberg s'est dit préoccupé par les informations faisant état de la poursuite des combats et des victimes civiles dans certaines parties du pays au cours des dernières semaines.

«J'appelle toutes les parties à faire preuve d'un maximum de retenue afin de préserver la trêve et à remplir leurs obligations en vertu du droit international pour protéger les civils», a insisté l'envoyé, qui a promis de continuer à travailler avec toutes les parties concernées dans le cadre de la trêve pour «prévenir, désamorcer et résoudre les incidents», a-t-il ajouté.

«Nous avons vu les avantages concrets que la trêve a apportés jusqu'à présent dans la vie quotidienne des Yéménites. Les parties concernées doivent renouveler la trêve pour étendre et consolider ces avantages pour le peuple yéménite, qui a souffert de plus de sept ans de guerre.»

«Cette trêve a offert une occasion de rompre avec les violences et les souffrances du passé et d’avancer vers un avenir pacifique au Yémen. Les parties doivent saisir cette opportunité en mettant en œuvre et en renouvelant la trêve et en négociant des solutions plus durables sur les questions sécuritaires, politiques et économiques, notamment les revenus et les salaires, afin de soutenir un règlement politique global du conflit.»

«Les parties concernées ont la responsabilité de maintenir et de concrétiser ce potentiel de paix au Yémen», a souligné Grundberg.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une délégation du Congrès américain salue les efforts de la Ligue Islamique Mondiale

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, rencontre une délégation du Congrès américain (Photo fournie).
Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, rencontre une délégation du Congrès américain (Photo fournie).
Short Url
  • Au cours de la réunion, les représentants des deux délégations ont abordé un certain nombre de questions d'intérêt commun
  • Al-Issa a affirmé que l'Arabie saoudite représente l'esprit unificateur du monde islamique

RIYAD: Une délégation du Congrès américain a fait l'éloge du travail de la Ligue islamique mondiale dans la promotion des valeurs humaines communes et du besoin urgent de paix dans le monde. Cette déclaration a été faite lors d'une réunion tenue mercredi à Riyad avec le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale.

Les représentants américains comprenaient Chris Stewart, représentant de l'Utah, Lisa McClain, représentante du Michigan, et Guy Reschenthaler, représentant de la Pennsylvanie, tous trois républicains. Ils étaient accompagnés de plusieurs responsables gouvernementaux.

La délégation américaine a également salué la Ligue islamique mondiale pour son rôle de premier plan dans la construction d'alliances efficaces au niveau national (Photo fournie).

Au cours de la réunion, les représentants des deux délégations ont abordé un certain nombre de questions d'intérêt commun. Al-Issa a affirmé que l'Arabie saoudite représente l'esprit unificateur du monde islamique.

La délégation américaine a également salué la Ligue islamique mondiale pour son rôle de premier plan dans la construction d'alliances efficaces au niveau national et entre les organisations internationales, afin de consolider les valeurs d'amitié et de coopération entre les nations et les peuples.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com