Ethiopie: les diplomates veulent profiter d'une «fenêtre» pour arrêter la guerre

Des civils assistent à un rassemblement pro-gouvernemental pour dénoncer ce que les organisateurs disent être le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) et l'ingérence des pays occidentaux dans les affaires intérieures du pays, à Addis-Abeba, en Éthiopie. (Photo, Reuters)
Des civils assistent à un rassemblement pro-gouvernemental pour dénoncer ce que les organisateurs disent être le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) et l'ingérence des pays occidentaux dans les affaires intérieures du pays, à Addis-Abeba, en Éthiopie. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Mardi 09 novembre 2021

Ethiopie: les diplomates veulent profiter d'une «fenêtre» pour arrêter la guerre

  • Marqué par les atrocités et la famine, le conflit opposant depuis novembre 2020 l'armée fédérale aux rebelles tigréens a fait plusieurs milliers de morts et déplacé plus de deux millions de personnes
  • Arrivé en Ethiopie jeudi, l'émissaire des Etats-Unis pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, a rencontré lundi soir l'envoyé de l'UA, l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, qui s'est rendu dimanche dans la capitale tigréenne Mekele

ADDIS ABEBA : Les efforts diplomatiques s'intensifiaient mardi pour tenter d'arrêter la guerre qui dure depuis un an dans le nord de l'Ethiopie, avec l'espoir que l'Union africaine (UA) parvienne à obtenir un cessez-le-feu avant une possible marche rebelle sur la capitale.

Marqué par les atrocités et la famine, le conflit opposant depuis novembre 2020 l'armée fédérale aux rebelles tigréens a fait plusieurs milliers de morts et déplacé plus de deux millions de personnes. 

Arrivé en Ethiopie jeudi, l'émissaire des Etats-Unis pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, a rencontré lundi soir l'envoyé de l'UA, l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, qui s'est rendu dimanche dans la capitale tigréenne Mekele. 

"Nous pensons qu'il y a une petite fenêtre d'ouverture pour travailler avec (Obasanjo)", a déclaré lundi à des journalistes le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price. 

"Nous sommes en contact avec les parties pour tenter de les mettre sur le chemin d'une cessation des hostilités", a ajouté M. Price, précisant que les Etats-Unis sont également en contact avec les rebelles tigréens.

M. Feltman a aussi rencontré des dirigeants éthiopiens, puis s'est rendu au Kenya pour s'entretenir avec le président Uhuru Kenyatta, impliqué dans les efforts de médiation à l'échelle régionale, avant de revenir à Addis Abeba.

Soutien de l'ONU

Par la voix de son secrétaire général adjoint pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths, l'ONU a également soutenu mardi l'initiative de M. Obasanjo.

"J'implore toutes les parties d'écouter l'appel du secrétaire général de l'ONU à immédiatement arrêter les hostilités sans conditions préalables, et je réitère le soutien total (de l'ONU)" aux efforts de M. Obasanjo, a déclaré M. Griffiths, qui était présent avec lui à Mekele. 

Lundi, l'ancien président du Nigeria a exprimé son optimisme devant le conseil de sécurité de l'UA.

"Tous les leaders ici à Addis Abeba et dans le nord sont individuellement d'accord sur le fait que les différences qui les opposent sont politiques et requièrent des solutions politiques à travers le dialogue", a-t-il dit, selon une copie de sa déclaration consultée par l'AFP.

"Ceci, donc, constitue une fenêtre d'opportunité que nous pouvons collectivement exploiter", a-t-il estimé.

« Abandonner les Ethiopiens »

Lundi, l'ONG Human Rights Watch a pressé l'UA et l'ONU d'"aller au-delà des discussions et d'agir pour éviter de nouvelles atrocités en Ethiopie".

"Il est crucial que les leaders africains et le conseil de sécurité de l'ONU travaillent ensemble pour prendre des mesures immédiates pour éviter de nouvelles atrocités, sinon ils auront abandonné le peuple éthiopien", a écrit dans un communiqué Kenneth Roth, directeur exécutif de HRW.

Le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée en novembre 2020 au Tigré pour destituer les autorités régionales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Le prix Nobel de la paix 2019 a déclaré la victoire le 28 novembre, mais les combattants du TPLF ont repris en juin l'essentiel du Tigré puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara.

Le TPLF a ensuite revendiqué s'être emparés de villes clés en Amhara et avoir avancé jusqu'à environ 300 km d'Addis Abeba, sans exclure de marcher sur la capitale.

Le gouvernement affirme que les rebelles exagèrent leur progression, mais il a déclaré début novembre l'état d'urgence à travers le pays. Les autorités d'Addis Abeba ont demandé aux habitants de s'organiser pour défendre la ville.

L'Armée de libération oromo (OLA), un allié du TPLF, a promis dimanche que la guerre se terminerait "très prochainement", avec la défaite d'Abiy.

Les communications sont coupées dans les zones de combats et l'accès des journalistes y est restreint, rendant difficile toute vérification indépendante.

Plusieurs pays ont appelé leurs citoyens à quitter l'Ethiopie.

Mardi, l'ambassade britannique a appelé ses ressortissants à quitter le territoire, comme l'avaient fait les Etats-Unis vendredi. Ces derniers ont ordonné le lendemain le départ de leur personnel gouvernemental non-essentiel.

L'ONU a également suspendu les missions non-essentielles. 

 


Droits de l'Homme: Xi Jinping s'entretient avec Michelle Bachelet

Le président Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec la Haute-commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet (Photo, AFP).
Le président Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec la Haute-commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet (Photo, AFP).
Short Url
  • Un consortium de 14 médias étrangers a publié mardi des documents qu'il dit provenir du piratage d'ordinateurs de la police du Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine
  • Les documents écrits accréditent l'idée d'une répression ordonnée depuis le sommet de l'Etat chinois

PEKIN: Le président Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec la Haute-commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet, après de nouvelles révélations de presse sur la répression au Xinjiang, a rapporté la télévision publique CCTV.

La Chine est accusée par Washington de cautionner "au plus haut niveau" des exactions contre la minorité musulmane des Ouïghours, au moment où Mme Bachelet entame une visite au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une répression.

Cette visite s'annonce ardue pour l'ex-présidente chilienne, qui pourrait ne pas bénéficier d'un accès libre et risque d'être utilisée par les autorités chinoises pour se dédouaner, soulignent des observateurs.

"Les questions liées aux droits de l'Homme ne doivent pas être politisées, instrumentalisées ou avoir deux poids deux mesures", a indiqué à son hôte au cours d'une visioconférence le président Xi, selon des propos rapportés par CCTV.

"Chaque pays a une situation différente" et par conséquent, "a une voie de développement pour les droits de l'Homme qui doit convenir à ses conditions nationales", a dit l'homme fort de Pékin.

"Il n'existe pas de +pays parfait+ en matière de droits de l'Homme", a estimé le président chinois.

Un consortium de 14 médias étrangers a publié mardi des documents qu'il dit provenir du piratage d'ordinateurs de la police du Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine. 

Ceux-ci jettent une lumière crue sur la situation des musulmans ouïghours. Parmi eux figurent des milliers de photographies présentées comme ayant été prises dans des "camps de détention" et montrant les visages de nombreux "détenus", dont des femmes, des mineurs et des personnes âgées.

Les documents écrits accréditent l'idée d'une répression ordonnée depuis le sommet de l'Etat chinois.


Ukraine: l'armée russe entend «tout détruire dans le Donbass», affirme Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse avec des médias internationaux dans une station de métro souterraine à Kiev le 23 avril 2022 (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse avec des médias internationaux dans une station de métro souterraine à Kiev le 23 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Moscou a décidé d'intensifier son offensive dans le Donbass, formé des régions de Lougansk et de Donetsk, que les Ukrainiens peinent à défendre
  • Selon l'Etat-major ukrainien des armées, Moscou a davantage recours à son aviation pour appuyer ses troupes au sol

KIEV: L'armée russe tente coûte que coûte de resserrer son étau sur la région de Lougansk, dans le Donbass (est), où elle a intensifié son offensive dans l'objectif de "tout détruire", selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Dans la région de Lougansk, les Russes avancent dans toutes les directions à la fois", a affirmé mercredi le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï, sur Telegram.

"La situation dans le Donbass est extrêmement difficile", a reconnu de son côté mardi soir le président Zelensky. "Toutes les forces que l'armée russe a encore ont été jetées là pour l'offensive" car ils "veulent tout détruire", a-t-il affirmé.

Moscou a décidé d'intensifier son offensive dans le Donbass, formé des régions de Lougansk et de Donetsk, que les Ukrainiens peinent à défendre, après avoir éloigné les forces russes des deux plus grandes villes du pays, Kiev et Kharkiv (nord-est).

C'est notamment pour défendre le Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses, d'un prétendu "génocide", que le président russe Vladimir Poutine a déclenché le 24 février l'invasion de l'Ukraine.

"Nous continuerons l'opération militaire spéciale jusqu'à la réalisation de tous les objectifs", a insisté mardi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. 

Il a également souligné que Moscou s'apprêtait à mener une longue offensive en Ukraine.

Selon l'Etat-major ukrainien des armées, Moscou a davantage recours à son aviation pour appuyer ses troupes au sol. 

"En raison d'un manque de missiles de haute précision, l'ennemi cherche à détruire les infrastructures essentielles et militaires en Ukraine par d'autres moyens", a-t-il indiqué.

Dans le Donbass, le gouverneur général a fait état de "bombardements de plus en plus intenses" et affirmé que "l'armée russe a pour objectif de détruire complètement Severodonetsk", ville stratégique au nord-ouest de Lougansk.

"Nous sommes un avant-poste qui retient l'assaut et qui le fera. Malgré la supériorité de l'armée ennemie, NOUS gagnerons, car nous nous battons pour notre terre", a lancé Serguiï Gaïdaï, comparant la situation dans la région de Lougansk à celle de province de Marioupol.

«Accélérer les livraisons d'armes»

Cette grande cité portuaire du Sud-Est a été pratiquement rasée après plusieurs semaines de siège et de bombardements.  

Les Russes encerclent Severodonetsk et Lyssytchansk, deux localités séparées par une rivière et qui constituent la dernière poche de résistance ukrainienne.

Des combats sont également en cours pour le contrôle de la ville de Lyman, un important noeud ferroviaire dont la prise constituerait un progrès important dans ces tentatives d'encerclement, a affirmé le chef des séparatistes prorusses de Donetsk, Denis Pouchiline.

"Des unités russes et de la milice populaire (l'armée séparatiste prorusse) sont entrées dans la ville", a-t-il affirmé lors d'une émission pro-Kremlin diffusée sur Youtube, ces informations étant impossibles à vérifier dans l'immédiat.

Le ministère ukrainien de la Défense a aussi évoqué d'intenses combats dans les environs des localités de Popasna et de Bakhmout, dont la chute donnerait aux Russes le contrôle d'un carrefour important pour l'effort de guerre ukrainien.

Dans ce contexte, Kiev a appelé instamment les Occidentaux à lui livrer davantage d'armements.

"L'offensive russe dans le Donbass est une bataille impitoyable, la plus vaste sur le sol européen depuis la Seconde guerre mondiale. J'exhorte nos partenaires à accélérer les livraisons d'armes et de munitions", a ainsi lancé mardi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba.

Le président Zelensky lui-même a réclamé des "armes lourdes: grenades propulsées par des fusées, chars, armes antinavires et autres armes".

La situation sur le front méridional demeure stable, bien que les Ukrainiens y revendiquent des gains territoriaux. 

«Préserver notre civilisation»

Par ailleurs, à Kharkiv (nord-est), la vie a commencé à reprendre son cours normal, le métro, qui a servi d'abri contre les bombes, circulait à nouveau depuis mardi. 

Accentuant leur pression sur la Russie, les États-Unis ont eux décidé de mettre fin, à partir de mercredi 04H01 GMT, à une exemption permettant à Moscou de payer ses dettes en dollars, a annoncé mardi le Trésor américain. Cette décision pourrait précipiter la Russie, qui a une douzaine de paiements à honorer d'ici la fin de l'année, dans le défaut de paiement.

Au Forum de Davos, le président suisse Ignazio Cassis a annoncé que son pays organiserait, les 4 et 5 juillet, une "conférence de reconstruction de l'Ukraine", qui devrait aborder notamment la question des contributions annoncées et à venir de la Banque mondiale, de l'OCDE et de l'Union européenne (UE).

De son côté, le milliardaire américain George Soros s'est voulu alarmiste en marge de la réunion du Forum économique mondial.

"L'invasion (de l'Ukraine par la Russie) a peut-être été le début de la Troisième guerre mondiale et notre civilisation peut ne pas y survivre", a-t-il déclaré dans un discours.

Pour lui, "la meilleure et seule façon de préserver notre civilisation, c'est de battre (le président russe Vladimir) Poutine aussi tôt que possible", a-t-il insisté.

L'UE discutait toujours mardi d'un embargo sur le pétrole russe, qui requiert l'unanimité des pays membres. L'Allemagne et la France ont jugé possible d'y parvenir dans les prochains jours, mais le Premier ministre hongrois Viktor Orban, dont le pays est très dépendant du pétrole russe, a jugé cette perspective "très improbable" dans l'immédiat.

En trois mois de conflit armé, 234 enfants ont été tués et 433 blessés, a dénoncé mardi le bureau de la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

Au total, des milliers de civils et de militaires ont péri, sans qu'il existe un bilan chiffré. Pour la seule ville de Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20 000 morts.

Plus de huit millions d'Ukrainiens ont été déplacés à l'intérieur de leur pays, selon l'ONU. S'y ajoutent 6,5 millions qui ont fui à l'étranger, dont plus de la moitié - 3,4 millions - en Pologne.


Femmes: Le Conseil de sécurité de l'ONU demande aux talibans d' «inverser rapidement» leur politique restrictive

Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie
  • Le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves

NATIONS UNIES, États-Unis: Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mardi les talibans "à inverser rapidement les politiques et pratiques qui restreignent actuellement les droits humains et les libertés fondamentales des femmes et des filles afghanes" dans une déclaration adoptée à l'unanimité.

Dans ce texte rédigé par la Norvège et négocié depuis près de deux semaines, les 15 membres du Conseil se déclarent "profondément préoccupés par l'érosion croissante du respect des droits humains et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan par les talibans".

Ils citent à cet égard "l'imposition de restrictions qui limitent l'accès à l'éducation, à l'emploi, à la liberté de mouvement et à la participation pleine, égale et significative des femmes à la vie publique".

En particulier, le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves sans plus tarder et exprime sa "profonde préoccupation" face à l'obligation faite aux femmes de se couvrir le visage dans les espaces publics et dans les émissions des médias.

Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie qui ne voulaient pas d'un texte focalisé sur les droits humains. En conséquence, ce dernier comprend plusieurs paragraphes exprimant aussi une "profonde préoccupation" face à "la situation instable" en Afghanistan, dans les domaines humanitaires, politiques, économiques, sociaux et sécuritaires.

La déclaration cite notamment le trafic de drogue et la poursuite d'attaques terroristes visant des civils, ainsi que la nécessité de restaurer les systèmes financiers et bancaires du pays.

A la mi-mars, le Conseil de sécurité de l'ONU avait approuvé une résolution renouvelant pour un an la mission politique de l'Organisation en Afghanistan en tablant sur une approche plus modérée des talibans, en fonctions depuis la mi-août, par rapport à leur précédent exercice du pouvoir, entre 1996 et 2001.

Ces derniers mois, les talibans ont cependant imposé une série de restrictions à la société civile, dont une grande partie vise à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam.