La justice israélienne condamne une humanitaire espagnole pour «financement du FPLP»

L'avocat de Juana Rashmawi affirme que sa cliente "n'était pas impliquée dans un transfert d'argent vers le FPLP. Elle travaillait pour une organisation de santé, elle apportait de l'argent à l'organisation de santé et elle ne savait pas que cet argent était transféré au FPLP". (Photo, AFP)
L'avocat de Juana Rashmawi affirme que sa cliente "n'était pas impliquée dans un transfert d'argent vers le FPLP. Elle travaillait pour une organisation de santé, elle apportait de l'argent à l'organisation de santé et elle ne savait pas que cet argent était transféré au FPLP". (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

La justice israélienne condamne une humanitaire espagnole pour «financement du FPLP»

  • Un tribunal militaire décide d’une sentence de 13 mois de prison pour détournement de fonds qui ont servi au Front de libération de la Palestine considéré comme «terroriste» par Israël
  • Née à Madrid et mariée à un Palestinien, Juana Rashmawi travaillait pour une ONG palestinienne, la «Union of Health Work Committees»

TERRITOIRES PALESTINIENS : Un tribunal militaire israélien en Cisjordanie occupée a condamné mercredi une humanitaire espagnole à 13 mois de prison pour détournement de fonds au profit d'un groupe palestinien, mais celle-ci pourrait être libérée prochainement après avoir en partie purgé sa peine selon son avocat.

En détention depuis avril, Juana Rashmawi a admis, selon les autorités israéliennes, avoir levé des fonds pour l'ONG palestinienne pour laquelle elle travaillait, "Health work committees", qui ont servi au Front de libération de la Palestine (FPLP), mouvement armé considéré comme "terroriste" par Israël.

Mme Rashmawi, 63 ans, a été condamnée par le tribunal militaire d'Ofer près de la ville de Ramallah, à "13 mois de prison et 50000 shekels d'amende (environ 14300 euros)", a indiqué à l'AFP son avocat, Avigdor Feldman.

La sentence avait été proposée la semaine dernière par Juana Rashmawi elle-même dans le cadre d'un accord de négociation de peine, une procédure courante dans les tribunaux militaires israéliens en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

Devant les journalistes M. Feldman a assuré que sa cliente "n'était pas impliquée dans un transfert d'argent vers le FPLP. Elle travaillait pour une organisation de santé, elle apportait de l'argent à l'organisation de santé et elle ne savait pas que cet argent était transféré au FPLP".

De nombreux militants palestiniens optent pour les accords de négociation de peine afin d'éviter des peines plus longues au terme de procédures qu'ils jugent illégitimes et biaisées à leur égard.

Détenue depuis avril, il y a des chances que l'Espagnole soit libérée d'ici deux semaines si les autorités pénitentiaires réduisent sa peine d'un tiers, pour bonne conduite ou en raison de l'absence de condamnations passées notamment, a expliqué Me Feldman.

La fille de Juana Rashmawi, Maria, a déclaré après l'audience qu'elle attendait depuis des mois qu'un jugement soit prononcé "car l'incertitude était angoissante et difficile à supporter".

Mi-octobre, le gouvernement israélien a placé six ONG palestiniennes sur sa liste des "groupes terroristes" en raison de liens supposés avec le FPLP, une désignation fustigée par Amnesty International, Human Rights Watch et des organisations israéliennes. Les téléphones portables de six membres de ces ONG avaient été auparavant infiltrés par le logiciel espion Pegasus de la société israélienne NSO, d'après des groupes de défense des droits humains.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.