Le chef de la défense américain s'engage à contrer l'Iran lors d'une visite à Bahreïn

Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, prend la parole lors d'une audience du Comité sénatorial des forces armées sur la conclusion des opérations militaires en Afghanistan et les plans de futures opérations antiterroristes, le mardi 28 septembre 2021, à Capitol Hill à Washington. (AP)
Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, prend la parole lors d'une audience du Comité sénatorial des forces armées sur la conclusion des opérations militaires en Afghanistan et les plans de futures opérations antiterroristes, le mardi 28 septembre 2021, à Capitol Hill à Washington. (AP)
Short Url
Publié le Samedi 20 novembre 2021

Le chef de la défense américain s'engage à contrer l'Iran lors d'une visite à Bahreïn

  • Les commentaires du secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, à Bahreïn lors du Dialogue annuel de Manama semblaient viser à rassurer les arabes du Golfe alliés de l'Amérique
  • « Les États-Unis restent déterminés à empêcher l'Iran de se doter d’une arme nucléaire. Et nous restons attachés à une issue diplomatique de la question nucléaire », a déclaré Austin

DUBAI: Le plus haut responsable américain de la défense s’est engagé samedi à empêcher l'Iran d'obtenir une arme nucléaire et de contrer son "utilisation dangereuse" de drones suicides au Moyen-Orient, un engagement qui survient alors que les négociations restent au point mort sur l'accord atomique en lambeaux de Téhéran avec les puissances mondiales.

Les commentaires du secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, à Bahreïn lors du Dialogue annuel de Manama semblaient viser à rassurer les arabes du Golfe alliés de l'Amérique alors que l'administration Biden tente de relancer l'accord nucléaire, limitant l'enrichissement en uranium de l'Iran, en échange de la levée des sanctions économiques.

Ses remarques interviennent également après que les cheikhs du Golfe ont vu le retrait chaotique des États-Unis d'Afghanistan, soulevant des inquiétudes quant à l'engagement de l'Amérique dans la région alors que les responsables de la défense disent vouloir faire pivoter leurs forces pour contrer les défis perçus du côté de la Chine et de la Russie.

« Les États-Unis restent déterminés à empêcher l'Iran de se doter d’une arme nucléaire. Et nous restons attachés à une issue diplomatique de la question nucléaire », a déclaré Austin lors d'un événement organisé par l'Institut international d'études stratégiques. "Mais si l'Iran n'est pas disposé à s'engager sérieusement, alors nous examinerons toutes les options nécessaires pour assurer la sécurité des États-Unis."

L'Iran maintient depuis longtemps que son programme nucléaire est pacifique, bien que les agences de renseignement américaines et l'Agence internationale de l'énergie atomique affirment que Téhéran avait un programme d'armement organisé jusqu'en 2003. La mission iranienne auprès des Nations Unies n'a pas immédiatement répondu à une demande sollicitant pour samedi une réponse.

Depuis que le président de l'époque, Donald Trump, a unilatéralement retiré l'Amérique de l'accord sur le nucléaire iranien en 2018, une série d'incidents de plus en plus graves ont frappé le Moyen-Orient. Cela inclut les attaques de drones et de mines ciblant les navires en mer, ainsi que les agressions imputées à l'Iran et à ses mandataires en Irak et en Syrie. Les États-Unis ont également tué un haut général iranien à Bagdad au début de 2020, ce qui a vu l'Iran cibler les troupes américaines en Irak avec des missiles balistiques.

Sous Biden, les responsables militaires américains envisagent une redistribution plus large des forces du Moyen-Orient vers d'autres régions, bien qu'ils maintiennent toujours une forte présence dans les bases de la région. Austin a fait allusion à cela dans ses remarques, en disant : « Notre coup de poing potentiel comprend ce à quoi nos amis peuvent contribuer et ce que nous avons déjà mis en place et ce que nous pouvons rapidement acheminer. »

"Nos amis et ennemis savent tous deux que les États-Unis peuvent déployer une force écrasante au moment et à l'endroit de notre choix", a déclaré Austin.

Les commentaires d'Austin ont également touché à la guerre en cours au Yémen, pour laquelle l'administration Biden a interrompu son soutien peu de temps après son entrée en fonction.

L'Arabie saoudite mène une campagne militaire depuis 2015 contre les rebelles houthis soutenus par l'Iran qui détiennent la capitale du Yémen, Sanaa. Les Houthis ont lancé des attaques de drones et de missiles balistiques sur le royaume en représailles à une campagne punitive de bombardements aériens qui a également tué des civils.

Mais alors que le royaume se réfère constamment à chaque drone et missile tiré par les Houthis comme ils sont interceptés avec succès par ses défenses, Austin a plutôt évalué le taux à « près de 90 pour cent ». Les États-Unis ont également retiré leurs défenses aériennes THAAD et leurs batteries de missiles Patriot de la base aérienne Prince Sultan depuis plusieurs mois.

"Nous les aiderons jusqu’à atteindre un taux de 100 pour cent", a déclaré Austin.

Le Dialogue de Manama a lieu chaque année à Bahreïn, un petit royaume insulaire au large des côtes de l'Arabie saoudite qui abrite la 5e  flotte de l'US Navy. Bahreïn s'est également engagé dans une campagne de plusieurs années pour écraser la dissidence. Des militants ont écrit à Austin avant son voyage, l'exhortant à lever la détention de prisonniers sur l'île et l'implication de Bahreïn dans la guerre au Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

«Toutes les options sont sur la table»

Toutes les options sont sur la table, notamment si la diplomatie échoue à encadrer le programme nucléaire iranien, a assuré le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, lors du Dialogue de Manama à Bahreïn, réfutant l'idée selon laquelle son pays était devenu réticent au recours à la force.

Le chef du Pentagone était interrogé sur la raison pour laquelle Washington n'avait pas répondu à l'attaque de drones et d'artillerie en octobre contre une base utilisée par la coalition combattant le groupe Etat islamique en Syrie.

"Les Etats-Unis d'Amérique conservent le droit de se défendre. Et nous nous défendrons ainsi que nos intérêts, quoi qu'il arrive, au moment et au lieu de notre choix", a déclaré M. Austin.

"Qu'aucun pays, qu'aucun individu ne se trompe à ce sujet. Nous sommes engagés dans notre défense, celle de nos intérêts, et cela inclut également nos partenaires. Et nous sommes également déterminés à ne pas laisser l'Iran se doter de l'arme nucléaire", a-t-il ajouté. 


Rapprochement Turquie-Israël, un nouvel ambassadeur nommé

Dans les prochains mois, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, devrait également rendre la pareille à son homologue israélien, Isaac Herzog, qui s'est rendu en mars à Ankara (Photo, AFP).
Dans les prochains mois, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, devrait également rendre la pareille à son homologue israélien, Isaac Herzog, qui s'est rendu en mars à Ankara (Photo, AFP).
Short Url
  • Ankara nomme un nouvel ambassadeur, quatre ans après l'expulsion du précédent
  • L'ambassadeur connaît la région et a de l'expérience, selon un analyste

ANKARA: La Turquie a nommé un nouvel ambassadeur en Israël, les deux pays s'apprêtant à mettre fin à quatre années de vide diplomatique.

Sakir Ozkan Torunlar a été nommé pour occuper le rôle laissé vacant après l’expulsion des ambassadeurs respectifs des deux puissances en 2018. La mort de 60 Palestiniens tués par les forces israéliennes lors de manifestations près de Gaza avait provoqué la rupture entre Ankara et l’Etat hébreux.

Sa nomination intervient quelques semaines de son homologue israélien en Turquie. Le président Recep Tayyip Erdogan devrait également, dans les mois à venir, se rendre en Israël.

Contrairement aux attentes, Torunlar n’a pas bénéficié d’une nomination politique. C’est un diplomate de carrière expérimenté qui fut consul général à Jérusalem puis ambassadeur en Palestine entre 2010 et 2014. Il a été décoré de l'ordre de l'étoile de Jérusalem par le président palestinien, Mahmoud Abbas.

Selin Nasi, chercheuse non-résidente du programme Turquie d'Eliamep, a indiqué que le choix d'Ankara était vu d’un bon œil par Israël, qui devrait approuver la nomination de Torunlar.

«Auparavant, le ministère des Affaires étrangères prévoyait de nommer Ufuk Ulutas, directeur de la politique étrangère de la Fondation Seta, un organisme pro-gouvernemental turc», a-t-elle signalé, ajoutant que ce dernier était considéré en Israël comme une «personnalité controversée» à cause de ses «opinions anti-israéliennes» et de son manque d'expérience diplomatique.

«Compte tenu des élections parlementaires à venir en novembre, la partie israélienne a, d'une certaine manière, essayé de consolider le processus en nommant son ambassadeur à l'avance, empêchant ainsi toute interférence possible de la politique intérieure», a déclaré Nasi à Arab News.

«La Turquie a également entamé sa saison électorale. Le gouvernement essaye de trouver un équilibre entre les préoccupations intérieures et son engagement à rétablir les liens avec Israël», a-t-elle ajouté.

Selon les experts, Ankara et Tel-Aviv souhaitent approfondir leur coopération dans les domaines du tourisme, de l'énergie, de l'agriculture, des technologies de l'eau, du commerce et de la défense.

Nasi a révélé que la coopération en matière de défense s'était arrêtée après l'incident du Mavi Marmara en 2010, lorsque des commandos israéliens ont pris d'assaut un navire d'aide turc se dirigeant vers Gaza dans le cadre d'une «flottille de la liberté». Neuf membres d'équipage ont péri dans cette attaque.

«L'accostage de la frégate turque Kemalreis au port de Haïfa en marge d'un exercice militaire de   l'Otan, pour la première fois depuis le Mavi Marmara, indique un possible dégel dans ce domaine aussi. Il faudra du temps pour réparer la confiance brisée», a-t-elle ajouté.

L'opposition des deux pays au régime iranien devrait également rapprocher la Turquie et Israël, a-t-elle précisé.

«Plus important encore, en tant que deux acteurs militairement forts dans la région, ces deux pays ont le pouvoir de modifier les équilibres sur le terrain lorsqu'ils coopèrent.»

Toutefois, Nasi a prévenu que les liens de la Turquie avec le Hamas seraient étroitement surveillés par Israël et que la politique intérieure «pourrait encore interférer dans le processus de normalisation».

Selon un sondage d'opinion annuel réalisé par l'Institut Mitvim, un groupe de réflexion israélien sur la politique étrangère, 72% des personnes interrogées souhaitent un renforcement des relations avec la Turquie. Ce chiffre est en hausse de 12 points de pourcentage par rapport au sondage de l'année dernière.

Gallia Lindenstrauss, chargée de recherche à l'Institut d'études de sécurité nationale en Israël, a spécifié que le choix de diplomates de carrière par les deux parties était un bon début pour de meilleures relations, car une diplomatie prudente et habile était nécessaire.

«Il y a quelques défis à relever: Les élections en Israël, les tensions croissantes en Cisjordanie, les élections en Turquie.»

Cependant, elle a affirmé que la décision prise au début de l'année de discuter d'une mise à jour de l'accord de libre-échange de 1996 était «une bonne occasion de voir où développer les relations commerciales déjà florissantes entre les pays».

La reprise par la Turquie de relations diplomatiques complètes avec Israël pourrait également améliorer l'image d'Ankara à Washington, qui a été ternie par ses ventes d'armes à la Russie et ses querelles au sein de l'Otan.

Le rapprochement devrait également stimuler l'industrie touristique turque, a expliqué Lindenstrauss. «Les touristes israéliens affluent à nouveau en Turquie et nous verrons bientôt le retour des compagnies aériennes israéliennes en Turquie», a-t-elle soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La 100e porte de la Grande Mosquée portera le nom du roi Abdallah ben Abdelaziz

La 100e de la Grande Mosquée de La Mecque (sur la photo ci-dessus) portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite (Capture d’écran).
La 100e de la Grande Mosquée de La Mecque (sur la photo ci-dessus) portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite (Capture d’écran).
Short Url
  • Les rois saoudiens ont toujours veillé au bon entretien des deux Saintes Mosquées
  • La Grande Mosquée de La Mecque compte 210 portes

DJEDDAH: La 100e porte de la Grande Mosquée de La Mecque portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite, a annoncé mercredi la Présidence générale des deux Saintes Mosquées.

Le chef de la Présidence, le cheikh Abdulrahman al-Sudais, a déclaré que cette désignation s’inscrivait dans le cadre des efforts déployés par le Royaume afin d’élargir les deux Saintes Mosquées et de fournir un service de qualité permettant aux pèlerins d’accomplir leurs rituels en toute simplicité.

Il a ensuite rappelé que les rois saoudiens avaient toujours veillé au bon entretien des deux Saintes Mosquées.

La Grande Mosquée de La Mecque compte 210 portes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


HRW: Les autorités iraniennes usent de la violence et tirent sur les manifestants

Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Short Url
  • Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants
  • Le HRW exige une pression internationale pour mettre fin à la violence exercée par le régime

LONDRES: De nouvelles preuves suggèrent que les forces de sécurité iraniennes continuent d’avoir recours à une force meurtrière contre des manifestants pacifiques à travers le pays, a averti l’Observatoire des droits de l’homme (HRW).

Grâce à des vidéos filmées par des manifestants et des reporters, ainsi qu’à des entretiens avec des témoins et des responsables de la sécurité, le HRW a découvert des preuves de l’utilisation d’une force excessive et meurtrière dans plus d’une douzaine de villes en Iran.

Des armes, dont des fusils de chasse et d’autres d’assaut, ont été déployées contre les manifestants lors de la réponse sécuritaire aux manifestations qui ont débuté le mois dernier à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, tuée après avoir été arrêtée par la police des mœurs pour avoir porté le voile «de façon indécente», au lendemain du renforcement par le président Ebrahim Raïssi des lois relatives au hijab.

Selon Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran au HRW, «la réponse brutale des autorités iraniennes aux manifestations dans de nombreuses villes témoigne d’une action concertée du gouvernement pour écraser la dissidence avec un mépris cruel de la vie. Les tirs des forces de sécurité sur les manifestants ne font qu’alimenter la colère contre un gouvernement corrompu et autocratique.»

«Les Iraniens protestent parce qu’ils ne considèrent pas la mort de Mahsa Amini et la répression des autorités comme un événement isolé, mais plutôt comme le dernier exemple de la répression systématique du gouvernement contre son propre peuple.» 

«Nous nous étions rassemblés pour scander des slogans lorsque les forces de sécurité se sont approchées de nous, sur leurs motos», raconte au HRW une femme de 35 ans, originaire de la ville de Sanandaj.

«Nous avons couru en direction d’une ruelle, et les forces de sécurité nous suivaient. Elles se sont mises à lancer des gaz lacrymogènes et à tirer des balles. Un homme derrière nous a été touché à la jambe et est tombé. Les gens l’ont emmené dans une autre ruelle, puis à l’intérieur d’une maison. Il saignait sans cesse et sa blessure était très profonde.»

Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants.

«Les forces de sécurité se sont ruées sur un garçon de 13 ans qui se tenait au milieu de la foule», raconte un autre témoin.

«Il était si fragile et si petit qu’il n’a même pas résisté. Il était sur l’herbe, se protégeant la tête pendant qu’ils le battaient. J’ai crié «Laissez-le tranquille !» et j’ai marché dans leur direction. Elles ont ensuite tiré en l’air alors qu’elles traînaient le garçon dans la rue, et les gens se sont enfuis.»

«Pendant que je courais, je n’arrêtais pas de crier «C’est mon frère !», pensant que cela finirait par susciter leur pitié. J’ai vu un officier se retourner, s’asseoir, et pointer son arme sur moi. J’ai vu le feu de son arme. J’ai eu peur et je me suis enfui. En courant, j’éprouvais comme une sensation de brûlure. Quand je suis arrivé chez moi, je me suis rendu compte que j’avais été touché à la poitrine.»

Le HRW a dressé une liste de 47 personnes décédées lors des violences en raison du recours à la force meurtrière. Beaucoup d’entre elles ont été abattues.

Cependant, l’Observatoire a précisé que le nombre réel de morts était probablement beaucoup plus élevé que celui communiqué par les médias d’État iraniens. Fin septembre, la télévision d’État a indiqué que le nombre de morts s’élevait à environ 60.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com