Nouvelles manifestations contre les pénuries d’eau en Iran

La manifestation de vendredi dernier, qui rassemblait des agriculteurs et d’autres personnes de toute la province d’Ispahan, est la plus importante depuis le début des soulèvements contre la crise de l’eau, le 9 novembre. (Photo, AFP)
La manifestation de vendredi dernier, qui rassemblait des agriculteurs et d’autres personnes de toute la province d’Ispahan, est la plus importante depuis le début des soulèvements contre la crise de l’eau, le 9 novembre. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 novembre 2021

Nouvelles manifestations contre les pénuries d’eau en Iran

  • L’Iran a été victime de sécheresses répétées au cours de la dernière décennie, notamment dans la partie sud du pays
  • La semaine dernière, des centaines d’agriculteurs se sont mobilisés contre l’assèchement de la rivière Zayandeh Roud, dépourvue d’eau depuis 2000

TÉHÉRAN: Dimanche dernier, plus de mille Iraniens se sont dirigés vers le bureau du gouverneur de la province occidentale de Tchaharmahal-et-Bakhtiari pour exiger une solution aux pénuries d’eau, rapportent les médias officiels.

Cette manifestation intervient deux jours après que des milliers de manifestants ont occupé le centre d’Ispahan pour exprimer leur colère après l’assèchement d’une rivière vitale en raison de la sécheresse et du détournement de ce cours d’eau.

Des images diffusées par la télévision d’État montrent des foules de manifestants qui marchent dans les rues de Shahr-e-Kord, la capitale provinciale de Tchaharmahal-et-Bakhtiari.

«Il est interdit de détourner l’eau de Tchaharmahal», s’écrient-ils en chœur, tout en scandant des slogans contre «les projets de transfert d’eau vers d’autres régions».

L’Iran a été victime de sécheresses répétées au cours de la dernière décennie, notamment dans la partie sud du pays.

Il a également connu des inondations régulières ces dernières années, un phénomène aggravé par les pluies torrentielles qui tombent sur la terre brûlée par le soleil.

Selon les experts, le changement climatique a tendance à amplifier les sécheresses. Leur intensité et leur fréquence menacent à leur tour la sécurité alimentaire.

La télévision d’État affirme que la manifestation de dimanche dernier intervient au moment où les rivières et les aqueducs se sont asséchés, parmi lesquels Zayandeh Roud, qui s’écoule des chaînes montagneuses du Zagros, dans la province de Tchaharmahal-et-Bakhtiari, au sud de la ville d’Ispahan.

La semaine dernière, des centaines d’agriculteurs se sont également mobilisés contre l’assèchement de la rivière Zayandeh Roud, dépourvue d’eau depuis 2000.

Plus tôt au cours du présent mois, le président iranien, Ebrahim Raïssi, a promis de trouver une solution aux problèmes d’eau et il a déclaré qu’un comité serait formé pour réhabiliter la rivière.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.


Libération de l’homme armé qui avait pris en otage des employés d'une banque au Liban

Bassam al-Sheikh Hussein était entré dans la banque en brandissant une arme à feu pour réclamer son argent. (Fichier/AFP)
Bassam al-Sheikh Hussein était entré dans la banque en brandissant une arme à feu pour réclamer son argent. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Le procureur général du Liban a relâché l'homme après que la banque a abandonné les poursuites contre lui, a rapporté Al Arabiya TV
  • L'homme, âgé de 42 ans, s'était rendu après que les autorités ont annoncé à sa famille qu'il recevrait 35 000 dollars de son argent, et qu'il ne serait détenu que pour des interrogatoires

Bassam al-Sheikh Hussein, le Libanais qui a été salué comme un héros pour avoir pris des otages sous la menace d'une arme dans une banque de Beyrouth, en exigeant le déblocage de ses fonds gelés pour payer les soins médicaux de son père, a été libéré, selon la chaîne d'informations télévisée Al Arabiya.

Le procureur général du Liban a relâché l'homme après que la banque a abandonné les poursuites contre lui, a rapporté mardi Al Arabiya TV. Les détails sur les charges portées contre lui n'ont pas encore été rendus publics.

Des foules s’étaient rassemblées devant la banque pour apporter leur soutien à Bassam al-Sheikh Hussein. (Fichier/AFP)
Des foules s’étaient rassemblées devant la banque pour apporter leur soutien à Bassam al-Sheikh Hussein. (Fichier/AFP)

L'homme – qui avait pris huit employés en otage à l'intérieur de la branche de la Federal Bank, dans la capitale – a été arrêté le jeudi 11 août, après un blocage de sept heures, malgré la promesse qu'il garderait sa liberté.

L'homme, âgé de 42 ans, s'était rendu après que les autorités ont annoncé à sa famille qu'il recevrait 35 000 dollars de son argent, et qu'il ne serait détenu que pour des interrogatoires. La Banque centrale libanaise a imposé un gel de tous les dépôts bancaires en 2019.

Selon les médias qui ont couvert l’incident, Al-Sheikh Hussein était armé d'un fusil à pompe et avait de l’essence, qu'il avait affirmé vouloir utiliser pour s'immoler.

Des foules s’étaient rassemblées devant la banque jeudi pour lui apporter leur soutien, et l’avaient applaudi au moment où il avait été arrêté par les autorités.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un vol à destination de Beyrouth ne répond pas aux messages radio

Le centre de contrôle aérien de l'Otan en Espagne a donc transmis une alerte – appelée «Renegade» – aux autorités grecques (Photo, fournie).
Le centre de contrôle aérien de l'Otan en Espagne a donc transmis une alerte – appelée «Renegade» – aux autorités grecques (Photo, fournie).
Short Url
  • Selon IntelSky, la Grèce a dépêché deux avions de chasse F-16 pour intercepter et examiner le vol de la Middle East Airlines qui effectuait la liaison Madrid-Beyrouth
  • Les pilotes des avions de chasse ont constaté que la situation n'était pas préoccupante; le pilote de la MEA aurait simplement oublié de régler son équipement radio sur les bonnes fréquences

DUBAÏ: Un vol de la compagnie aérienne Middle East Airlines (MEA) qui effectuait la liaison Madrid-Beyrouth et transportait cent quarante-cinq passagers n'a pas répondu aux appels des autorités de contrôle du trafic aérien. Deux avions de chasse F-16 ont donc été mobilisés, selon le site IntelSky (site de suivi des informations liées au trafic aérien, NDLR).

«Plusieurs tentatives de contacts radio ont été effectuées avec l'appareil sans succès, ce qui signifie que la situation particulièrement inquiétante», a déclaré IntelSky à travers plusieurs messages postés sur Twitter au sujet de cet incident, qui s'est produit le 10 août dernier.

Les autorités grecques ont déclenché une alerte «Renegade» après le signalement du centre de contrôle aérien de l'Otan, situé en Espagne (Combined Air Operations Centre Torrejon), afin d'intercepter l'avion civil A321 qui avait décollé de Madrid, se dirigeait vers Beyrouth et ne répondait pas aux appels radio.

Le centre de contrôle aérien de l'Otan en Espagne a donc transmis une alerte – appelée «Renegade» – aux autorités grecques. On ne déclenche d’ordinaire cette procédure que lorsqu'un appareil a été piraté, indiquent les médias.

Les autorités grecques ont dépêché deux chasseurs F-16 pour intercepter l'avion et examiner son statut. Après vérification, ils ont conclu que la situation n'était pas préoccupante. Un clip vidéo publié par IntelSky montre l'un de ces appareils en train d’escorter l'avion de ligne.

Selon IntelSky, le pilote en question serait Abed al-Hout, fils de Mohammed al-Hout, président de la Middle East Airlines. Il aurait oublié de régler son équipement radio sur les bonnes fréquences, ce qui explique qu'il était incapable de répondre aux appels lancés. Selon IntelSky, les habitants de la région d'Argos, en Grèce, ont eux aussi vécu l'incident. Certains d'entre eux ont signalé aux pompiers des bruits étranges qui ressemblaient à ceux d'une explosion.

«Le personnel de bord nous a rassurés sur le fait qu'il s'agissait d'entraînements habituels dont la compagnie aérienne avait été informée à l'avance», a confié après le départ des avions de chasse l'une des passagères du vol, Maria Sfeir, sur son compte Twitter.

Les autorités grecques ont déclenché une alerte «Renegade» après le signalement du centre de contrôle aérien de l'Otan, situé en Espagne (Combined Air Operations Centre Torrejon), afin d'intercepter l'avion civil A321 qui avait décollé de Madrid, se dirigeait vers Beyrouth et ne répondait pas aux appels radio. 

Toutefois, quand d'autres personnes ont fait remarquer sur Twitter que ce type d'entraînement ne pouvait se produire avec des passagers à bord, Mme Sfeir a reconnu que l'explication fournie par l'équipage ne l’avait pas convaincue.

D'autres personnes ont commenté l'incident sur Twitter: «Pourquoi l'Otan enverrait-elle des F-16 armés sur un avion civil, si ce n’est pour transmettre un message politique?», s’est ainsi interrogé un internaute. Il a été reproché au pilote d'avoir fait preuve de négligence.

Les autorités grecques ont déclenché une alerte «Renegade» après le signalement du centre de contrôle aérien de l'Otan, situé en Espagne (Combined Air Operations Centre Torrejon), afin d'intercepter l'avion civil A321 qui avait décollé de Madrid, se dirigeait vers Beyrouth et ne répondait pas aux appels radio. 

Les autorités grecques ont déclenché une alerte «Renegade» après le signalement du centre de contrôle aérien de l'Otan, situé en Espagne (Combined Air Operations Centre Torrejon), afin d'intercepter l'avion civil A321 qui avait décollé de Madrid, se dirigeait vers Beyrouth et ne répondait pas aux appels radio. 

Les autorités grecques ont déclenché une alerte «Renegade» après le signalement du centre de contrôle aérien de l'Otan, situé en Espagne (Combined Air Operations Centre Torrejon), afin d'intercepter l'avion civil A321 qui avait décollé de Madrid, se dirigeait vers Beyrouth et ne répondait pas aux appels radio.