Ethiopie: Abiy Ahmed à la tête de la «contre-offensive» contre les rebelles

Le département d'Etat américain a dit "avoir connaissance" d'informations de presse rapportant que des "athlètes éthiopiens de haut niveau, des parlementaires, des dirigeants de partis et de régions ont annoncé qu'ils rejoindraient le Premier ministre sur les lignes de front". (AFP).
Le département d'Etat américain a dit "avoir connaissance" d'informations de presse rapportant que des "athlètes éthiopiens de haut niveau, des parlementaires, des dirigeants de partis et de régions ont annoncé qu'ils rejoindraient le Premier ministre sur les lignes de front". (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Ethiopie: Abiy Ahmed à la tête de la «contre-offensive» contre les rebelles

  • M. Abiy, prix Nobel de la paix 2019, "mène maintenant la contre-offensive" et "dirige le champ de bataille depuis hier", a rapporté Fana Broadcasting Corporate
  • De retour d'une nouvelle mission à Addis Abeba, l'émissaire américain pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, avait fait état mardi de "progrès naissants" en vue d'un règlement diplomatique du conflit

ADDIS ABEBA: Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed s'est rendu mercredi au front où il dirige la "contre-offensive" contre les rebelles venus de la région du Tigré, selon un média d'Etat, suscitant des appels internationaux à un cessez-le-feu dans cette guerre qui s'intensifie.


M. Abiy, prix Nobel de la paix 2019, "mène maintenant la contre-offensive" et "dirige le champ de bataille depuis hier", a rapporté Fana Broadcasting Corporate, affirmant qu'à Addis Abeba le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen gère désormais les "affaires courantes".


Il n'était pas possible de savoir exactement où se trouvait M. Abiy, un ancien opérateur radio de l'armée devenu lieutenant-colonel. Fana n'a pas diffusé d'images de lui sur le terrain. 


De retour d'une nouvelle mission à Addis Abeba, l'émissaire américain pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, avait fait état mardi de "progrès naissants" en vue d'un règlement diplomatique du conflit. Mais il a prévenu que "l'escalade" militaire risquait de les rendre vains.

Washington au Premier ministre éthiopien allé au front: "il n'y a pas de solution militaire"

Les Etats-Unis ont affirmé mercredi qu'il n'y avait pas de "solution militaire" en Ethiopie et appelé toutes les parties à la "retenue", au moment où le Premier ministre Abiy Ahmed s'est rendu sur le front face aux rebelles venus de la région du Tigré, selon un média officiel.


"Il n'y a pas de solution militaire au conflit en Ethiopie. Notre objectif est de soutenir la diplomatie comme première, dernière et unique option", a affirmé un porte-parole du département d'Etat américain.


"Nous exhortons toutes les parties à s'abstenir de toute rhétorique incendiaire et belliqueuse, à faire preuve de retenue, à respecter les droits humains, permettre l'accès humanitaire et protéger les civils", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en visite en Colombie, a lui lancé un "appel urgent" à un "cessez-le-feu immédiat et inconditionnel afin de sauver" le pays, après plus d'un an d'un conflit marqué par le spectre de la famine.


Le Premier ministre éthiopien était mercredi au front, où il dirige la "contre-offensive" des forces gouvernementales contre les rebelles venus de la région du Tigré et qui menacent de prendre la capitale Addis Abeba, a rapporté Fana Broadcasting Corporate.


Mercredi, des centaines de nouvelles recrues de l'armée, incitées par M. Abiy à "rejoindre la campagne de survie" selon Fana, ont participé à une cérémonie à Addis Abeba.


Parmi ceux qui ont promis de se battre figure le marathonien et médaillé olympique Feyisa Lilesa.


Le département d'Etat américain a dit "avoir connaissance" d'informations de presse rapportant que des "athlètes éthiopiens de haut niveau, des parlementaires, des dirigeants de partis et de régions ont annoncé qu'ils rejoindraient le Premier ministre sur les lignes de front".

La guerre a démarré au Tigré en novembre 2020 lorsque M. Abiy y a envoyé l'armée fédérale afin d'en destituer les autorités, issues du Front de libération du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.


M. Abiy avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais, en juin, le TPLF a repris l'essentiel du Tigré et poursuivi son offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar.


Cette semaine, le TPLF a affirmé contrôler Shewa Robit, à 220 km au nord-est d'Addis Abeba.

Un médaillé olympique comme recrue 

Mercredi, des centaines de nouvelles recrues de l'armée, incitées par M. Abiy à "rejoindre la campagne de survie" selon Fana, ont participé à une cérémonie à Addis Abeba. 


"J'ai été ébahi quand j'ai entendu" que le Premier ministre voulait rejoindre les soldats sur le terrain, a dit à l'AFP Tesfaye Sherefa, un chauffeur de 42 ans qui faisait partie des conscrits. "Quand un dirigeant quitte (...) son trône c'est pour sauver son pays. Son objectif n'est pas de vivre mais de sauver son pays, et j'ai pleuré quand il a dit +suivez-moi+ et est allé sur la ligne de front."


Parmi ceux qui ont promis de se battre figure le marathonien et médaillé olympique Feyisa Lilesa, qui a déclaré que l'avancée des rebelles représentait une "grande opportunité" de défendre le pays. 


"Quand un pays est profané, c'est impossible pour moi de ne pas bouger et de juste regarder", a-t-il dit à un autre média officiel, Ethiopian BC.


Aux Jeux de Rio en 2016, M. Feyisa avait fait la Une en franchissant la ligne d'arrivée du marathon les bras levés et en croix - un geste de solidarité avec son peuple oromo, dont les manifestations contre le pouvoir, alors de longue date aux mains du TPLF, subissaient une forte répression. 

Exodes

Le gouvernement continue d'affirmer que la progression du TPLF est exagérée, dénonçant une couverture médiatique sensationnaliste et des recommandations sécuritaires d'ambassades jugées alarmistes. 


L'ONU a exprimé mercredi son inquiétude après des informations faisant état de déplacements de populations de grande ampleur dans l'ouest du Tigré, où Washington a déjà mis en garde contre un nettoyage ethnique. 


Ces déplacements se feraient depuis une zone frontalière du Soudan et de l'Erythrée, a indiqué le Haut Commissariat aux réfugiés. Les autorités zonales du Tigré ont fait état de 8.000 nouvelles arrivées, pouvant même aller jusqu'à 20.000, mais ces chiffres n'ont pu être confirmés dans l'immédiat.


Londres a appelé mercredi ses ressortissants à quitter "immédiatement" l'Ethiopie, faisant état d'une "détérioration" rapide de la situation. 


La France, l'Italie, l'Allemagne, l'Irlande et les Etats-Unis ont émis des appels similaires. Washington, Londres et l'Union européenne ont également retiré leur personnel non-essentiel tandis que l'ONU va évacuer d'ici à jeudi les familles de ses employés internationaux.


Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky à l'ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • A la tribune de l'ONU, le président ukrainien a dénoncé «une farce» avec des résultats «pipés d'avance»
  • Un dialogue sera nécessaire pour mettre fin à la guerre en Ukraine mais il suppose un «rééquilibrage» des forces en faveur de Kiev

KIEV: Kiev ne peut pas mener de pourparlers avec Moscou après l'organisation de "référendums" d'annexion dans quatre régions ukrainiennes, dont trois ont déjà annoncé mardi soir que le "oui" au rattachement à la Russie l'avait emporté, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ONU.

"La reconnaissance par la Russie des +pseudo-référendums+ comme +normaux+, la mise en œuvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe", a dit M. Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.


Deux explosions sous-marines enregistrées avant les fuites de Nord Stream

Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre
  • Les fuites inexpliquées sont le résultat d'«une attaque terroriste planifiée» par Moscou «contre l'Union européenne»

STOCKHOLM: Deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection, a annoncé mardi un institut sismique suédois.

Une première "émission massive d'énergie" d'une magnitude de 1,9 a été enregistrée dans la nuit de dimanche à lundi à 02H03 (00H03 GMT) au sud-est de l'île danoise de Bornholm, puis une autre de magnitude 2,3 à 19H04 (17H04 GMT) lundi soir au nord-est de l'île, a expliqué à l'AFP Peter Schmidt, du Réseau national sismique suédois.

"Nous l'interprétons comme provenant avec la plus grande probabilité d'une forme de détonation", a-t-il dit.

L'institut indépendant de séismologie norvégien (Norsar) a confirmé dans la foulée avoir lui aussi enregistré "une petite explosion" tôt lundi matin et une autre "plus puissante" lundi soir, qu'il suspecte d'être délibérées.

"C'est une explosion d'importance. Il est tentant de penser que c'était le fait de quelqu'un qui savait ce qu'il faisait", a déclaré à l'AFP sa directrice, Anne Strømmen Lycke.

"Avec des émissions d'énergie aussi importantes, il n'y a pas grand chose d'autre qu'une explosion qui peut l'avoir provoqué", a souligné de son côté M. Schmidt.

Les secousses ont été "très soudaines", note le sismologue de l'université suédoise d'Uppsala.

Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre, selon des images de l'armée danoise.

Les fuites inexpliquées sont le résultat d'"une attaque terroriste planifiée" par Moscou "contre l'Union européenne", a affirmé mardi l'Ukraine, alors que les soupçons de sabotage se multiplient.

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé" par les fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage.


Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe pour 37,5 millions de dollars

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Short Url
  • Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque
  • Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht

GIBRALTAR: Le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions occidentales, a été vendu pour 37,5 millions de dollars par Gibraltar, où il avait été saisi en mars, a annoncé mardi l'autorité judiciaire maritime de cette enclave britannique.

Cette autorité, appellée Admiralty Marshal, a précisé dans un communiqué qu'elle ne révèlerait pas le nom de l'acheteur.

Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque.

Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht.

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais.

Il avait été saisi en mars par les autorités de ce petit territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considérait que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constituait une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances.

La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

Patron du géant des pipelines TMK, Dimitri Pumpianski est également visé par les sanctions de l'UE prises depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Italie et la France, ont saisi des yachts appartenant aux Russes les plus fortunés dans le cadre des sanctions européennes prévoyant le gel de tous leurs avoirs dans l'UE.