Drame migratoire dans la Manche: Paris et Londres affichent leur volonté de coopérer

Les migrants sont aidés par le canot de sauvetage de la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) avant d'être emmenés sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021, après avoir traversé la Manche. (Photo, AFP)
Les migrants sont aidés par le canot de sauvetage de la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) avant d'être emmenés sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021, après avoir traversé la Manche. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Drame migratoire dans la Manche: Paris et Londres affichent leur volonté de coopérer

Les migrants sont aidés par le canot de sauvetage de la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) avant d'être emmenés sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021, après avoir traversé la Manche. (Photo, AFP)
  • La France a invité ses partenaires européens à une réunion prévue dimanche, au lendemain de la mort de 27 migrants après le naufrage de leur embarcation dans la Manche
  • Britanniques et Français affichent leurs accords, alors que la veille M. Macron avait « fait savoir » à Boris Johnson «qu'il attendait des Britanniques qu'ils coopèrent pleinement»

CALAIS: Paris et Londres ont affiché jeudi leur volonté d'intensifier les efforts conjoints pour lutter contre les gangs de passeurs, et la France a invité ses partenaires européens à une réunion prévue dimanche, au lendemain de la mort de 27 migrants après le naufrage de leur embarcation dans la Manche. 

Le drame est le plus meurtrier depuis l'envolée en 2018 des traversées migratoires de la Manche, face au verrouillage croissant du port français de Calais (Nord) et du tunnel ferroviaire, empruntés jusque-là par les migrants tentant de rallier l'Angleterre. 

Lors d'un entretien téléphonique mercredi soir, le président français et le Premier ministre britannique ont convenu d'« intensifier leurs efforts » pour lutter contre les gangs de passeurs, selon un porte-parole de Downing Street. 

Au lendemain de ce drame, la France a invité « les ministres en charge de l'immigration belge, allemand, néerlandais et britannique, ainsi que la Commission européenne, à une rencontre » dimanche à Calais.  

« Cette réunion devra permettre de définir les voies et moyens de renforcer la coopération policière, judiciaire et humanitaire » pour « mieux lutter contre les réseaux de passeurs », ont expliqué les services du Premier ministre français Jean Castex. 

« La France est un pays de transit, nous nous battons contre ces réseaux de passeurs qui utilisent la détresse, mais nous devons pour cela améliorer la coopération européenne », avait plaidé plus tôt le chef de l'Etat français. 

Même volonté côté britannique: il faut « répondre aux effets d'appel à long terme, briser les gangs criminels qui traitent les êtres humains comme des marchandises et s'attaquer aux chaînes d'approvisionnement », a déclaré Mme Patel devant les députés britanniques, appelant à un « effort international coordonné ». 

Britanniques et Français affichent leurs accords, alors que la veille M. Macron avait « fait savoir » à Boris Johnson « qu'il attendait des Britanniques qu'ils coopèrent pleinement et qu'ils s'abstiennent d'instrumentaliser une situation dramatique à des fins politiques ». 

M. Johnson avait déclaré mercredi soir que les efforts face à la crise migratoire n'avaient pas été « suffisants », disant avoir « eu des difficultés à persuader certains de (ses) partenaires, en particulier les Français, d'agir à la hauteur de la situation ». 

Le secrétaire d'Etat britannique à l'Immigration, Kevin Foster, a souligné que Londres était prêt à offrir des « moyens » supplémentaires à la France, au-delà de son aide financière, comme l'hélicoptère déployé mercredi dans le cadre de l'opération de secours. 

D'après Tom Pursglove, un autre secrétaire d'Etat chargé de l'Immigration, M. Johnson a réitéré une proposition, auparavant rejetée par Paris pour une raison de souveraineté, d'organiser des patrouilles franco-britanniques sur les côtes françaises pour empêcher les migrants d'embarquer.  

La question des traversées, qui attise régulièrement les tensions bilatérales, est délicate pour le gouvernement conservateur britannique, qui a fait de la lutte contre l'immigration son cheval de bataille dans la foulée du Brexit. 

Hommages aux victimes à Calais et Dunkerque

Environ 200 personnes, essentiellement des militants associatifs et quelques exilés, se sont réunies jeudi en début de soirée à Calais pour rendre hommage aux 27 migrants morts la veille dans un naufrage dans la Manche, ont constaté des journalistes.  

Vingt-quatre heures après ce drame inédit par son ampleur dans la Manche, « on s'est réunis parce que 27 personnes singulières, avec leurs familles et leurs amis, leurs rêves et leurs espoirs, ont disparu hier », a expliqué lors de cette commémoration dans le centre de Calais Juliette Delaplace, responsable locale de la mission du Secours catholique auprès des exilés.  

Les soutiens des migrants, réunis depuis 18h30, ont observé une minute de silence et déployé une banderole portant les noms de la plupart des 309 personnes ayant trouvé la mort à cette frontière entre la France et la Grande-Bretagne depuis 1999, selon un décompte associatif.  

Cela porte donc le nombre des décès à 336, avec les victimes du naufrage mercredi, selon ce décompte. 

« Je me sens très triste. Je ne les connaissais pas mais je suis venu dire à mes frères (migrants) d'être prudents », a confié Faysal, un Soudanais de 30 ans qui vit dans les rues de Calais depuis quatre mois.  

Lui qui voulait aussi tenter la traversée vers la Grande-Bretagne est en train de changer d'avis, dit-il: « je vois qu'il y a beaucoup de morts ».  

A Dunkerque aussi, plus loin sur le littoral, quelque 150 personnes se sont retrouvées devant la stèle des Droits de l'Homme, à l'appel du collectif « Ripostons : pour le respect des droits fondamentaux ».  

Parmi eux, les maires de Dunkerque, Patrice Vergriete (divers gauche) et de Grande-Synthe, Martial Beyaert (PS), dont la localité accueille, comme Calais, des flux permanents de migrants.  

« On doit s'indigner par rapport à cette politique française et britannique qui met les exilés en situation de n'avoir pour seul recours que les passeurs, le scandale des passeurs », a lancé Bernard Champagne au nom de la Ligue des Droits de l'Homme.  

M. Vergriete a pour sa part plaidé pour « un système de distribution des demandes d'asile à l'échelle européenne », un système qui éviterait de mettre les exilés « dans les mains des mafias de passeurs ». 

1
Carte et photo satellite de la Manche dans sa partie la plus étroite entre la France et le Royaume-Uni et de la mer du Nord, localisant la zone où un bateau avec des migrants à bord a fait naufrage (Graphique, AFP)

« Organisations mafieuses »  

Le drame s'est déroulé sur un « long boat », un bateau gonflable fragile au fond souple dont l'utilisation par les passeurs s'est accru depuis l'été. Le bateau était parti de Dunkerque (nord), selon une source proche du dossier. 

Parmi les victimes figurent 17 hommes, 7 femmes et 3 jeunes, ainsi que 2 survivants, selon la procureure de Lille (nord). Il y aurait un adolescent et trois enfants parmi les victimes, a précisé une source policière. 

Les deux survivants, un Irakien et un Somalien, étaient en « grave hypothermie hier » mais « un peu mieux aujourd'hui », a indiqué jeudi le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin. 

L'épave a été saisie et sera examinée pour éclaircir les causes du naufrage, et cinq personnes, soupçonnées d'être des passeurs, ont été arrêtées, selon M. Darmanin. 

Une enquête a été ouverte en France pour « aide à l'entrée et au séjour irréguliers en bande organisée », « homicide et blessures involontaires » et « association de malfaiteurs ». 

« Depuis le 1er janvier, nous avons arrêté 1 500 passeurs », a assuré M. Darmanin jeudi. Des passeurs qui fonctionnent comme des « organisations mafieuses » qui « relèvent du grand banditisme » avec l'utilisation notamment de « téléphones cryptés ». 

Les tentatives de traversées de la Manche à bord de petites embarcations ont doublé ces trois derniers mois, avait récemment mis en garde le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux. 

Au 20 novembre, 31 500 migrants avaient quitté les côtes depuis le début de l'année et 7 800 migrants avaient été sauvés. Une tendance qui n'a pas baissé malgré les températures hivernales. 

Avant ce naufrage, le bilan humain depuis janvier s'élevait à trois morts et quatre disparus. 


Le compositeur franco-libanais Gabriel Yared à l'honneur au Festival de Cannes

Gabriel Yared prononce un discours lors de la 12e édition de la cérémonie de remise des prix Lumière du festival du film à Lyon, dans le centre-est de la France, le 16 octobre 2020. (Photo, AFP)
Gabriel Yared prononce un discours lors de la 12e édition de la cérémonie de remise des prix Lumière du festival du film à Lyon, dans le centre-est de la France, le 16 octobre 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • En partenariat avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), le Festival de Cannes rendra un hommage aux 50 ans de carrière de Gabriel Yared
  • Le compositeur français d'origine libanaise Gabriel Yared, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth, est l'un des compositeurs de musique de film français les plus courus et dont le travail a été distingué internationalement

CASABLANCA : La bande originale d’un film peut souvent faire pencher la balance aux yeux du jury, lorsqu’il s’agit de départager ces œuvres du 7eme art. Le Festival de Cannes dans sa 75e édition met dans ce sens, les compositeurs des bandes originales à l'honneur.

Parmi ces compositrices et compositeurs de renom, le nom du franco-libanais Gabriel Yared est souvent murmuré. En effet, en partenariat avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), le Festival de Cannes rendra un hommage aux 50 ans de carrière de Gabriel Yared. 

Dès sa première BO en 1980, pour «Sauve qui peut la vie» de Jean-Luc Godard, il figurait au générique d'un film de la compétition. Il revient deux ans plus tard pour «  »Invitation Au Voyage" de Peter Del Monte. Puis ce sont les films de Jean-Jacques Beineix, "La Lune Dans Le Caniveau" (1983), de Youssef Chahine, «Adieu Bonaparte» (1985), et d' Axel Corti, qui lui permettent de revenir à intervalles réguliers soutenir un film en lice pour la caméra d'or

Le compositeur français d'origine libanaise Gabriel Yared, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth, est l'un des compositeurs de musique de film français les plus courus et dont le travail a été distingué internationalement. 

Depuis 1980 il consacre l'essentiel de son activité à la composition de musiques de films -plus d'une centaine à ce jour- dont plusieurs lui ont valu de prestigieuses récompenses. En 1997 sa notoriété s'impose au niveau international : il obtient, entre autres, un Oscar, un Golden Globe, un Grammy Award pour la musique du film «Le Patient Anglais» d'Anthony Minghella. Une nouvelle consécration au Festival de Cannes viendra-t-elle étoffer son palmarès ? Les plus optimistes affirment que oui !
 


La lutte contre les déserts médicaux, priorité de la nouvelle ministre de la Santé

La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon (Photo, AFP).
La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon (Photo, AFP).
Short Url
  • La nouvelle ministre a toutefois concédé que repenser le système de santé «est une tâche difficile»
  • Elle a rendu hommage à son prédécesseur et aux «gros chantiers» entrepris en deux ans malgré la gestion «éprouvante» de la pandémie

PARIS: La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon veut faire de "l'accès aux soins pour tous" une priorité de son mandat, notamment en luttant contre les déserts médicaux, a-t-elle affirmé samedi lors de sa passation de pouvoir avec Olivier Véran.

"Ma feuille de route est claire, c'est celle du président" Emmanuel Macron qui est d'"assurer l'accès aux soins pour tous", a déclaré Brigitte Bourguignon devant le personnel du ministère des Solidarités et de la Santé à Paris.  

Il faudra "poursuivre nos efforts pour la prévention, consolider, adapter le système de soins en ville, à l'hôpital, avec l'enjeu particulier de cette lutte contre les déserts médicaux", a poursuivi l'ex-ministre déléguée à l'Autonomie des personnes âgées.

"Nous allons en particulier devoir gérer cette pénurie de médecins, accélérée par une pyramide des âges vieillissante et une évolution des mentalités" préférant le soin à domicile plutôt qu'à l'hôpital, selon elle.

Son premier déplacement en tant que ministre de la Santé s'inscrit dans ce cadre: la native de Boulogne-sur-Mer visitera ce samedi après-midi une maison de santé du Pas-de-Calais.

Un accès pour tous les Français au système de santé, "c'est mon combat depuis des années sur le terrain, je viens d'un territoire rural", a rappelé Brigitte Bourguignon, ancienne travailleuse sociale et élue socialiste dans le Pas-de-Calais.

La nouvelle ministre a toutefois concédé que repenser le système de santé "est une tâche difficile (...), nous sortons d'une crise Covid qui a fatigué et éprouvé tous les professionnels" de santé, alors que 120 hôpitaux sont contraints de limiter leurs activités aux urgences.

Elle a rendu hommage à son prédécesseur et aux "gros chantiers" entrepris en deux ans malgré la gestion "éprouvante" de la pandémie.

De son côté, Olivier Véran a rappelé à son ex-ministre de tutelle "les difficultés de recrutement de médecins et paramédicaux qui ont nécessité que nous prenions toutes les mesures qu'il fallait prendre pour arriver à sauver nos hôpitaux".

Nommé ministre des Relations avec le Parlement, Olivier Véran a également salué l'arrivée de Damien Abad, transfuge des Républicains, qui récupère le nouveau portefeuille de l'Autonomie, des Solidarités et des personnes handicapées.

"Tu reviens aux valeurs premières qui ont jalonné ton parcours politique: le sens de l'Europe, la modération politique et la jeunesse", a dit M. Véran à l'ex n°1 de LR au Parlement, qui s'est présenté comme "le petit nouveau de la bande".

Dans son discours, Damien Abad a estimé qu'il fallait "faire [du handicap] une force, (...) de ne pas se mettre d'auto-barrières, il y en a assez dans la vie", en restant discret par rapport au handicap dont il est lui-même atteint.


Le salon du survivalisme boosté par les crises sanitaire et énergétique

Les gens visitent un stand d'éoliennes en bois au Survival Expo, le 23 mars 2018 à Paris (Photo, AFP).
Les gens visitent un stand d'éoliennes en bois au Survival Expo, le 23 mars 2018 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 150 exposants se sont regroupés porte de la Villette, proposant vêtements ou équipements de protection
  • Les exposants surfent également sur la vague du «bushcraft», qui consiste à vivre en milieu naturel avec un minimum d'impact sur l'environnement

PARIS: La pandémie a empêché pendant deux ans la tenue de Survival Expo, salon dédié au survivalisme et à l'autonomie, mais elle lui a permis de rouvrir plus fort vendredi dans le nord de Paris, grâce à l'engouement grandissant du public et des professionnels.

Plus de 150 exposants se sont regroupés porte de la Villette, proposant vêtements ou équipements de protection, couteaux et arbalètes ou stages de survie mais aussi matériel de pêche, cours permettant de fabriquer sa propre éolienne ou encore diagnostic pour améliorer l'autonomie énergétique de son logement.

"Avant la crise sanitaire, on avait 120 exposants. On a réussi à augmenter malgré deux années d'absence", se réjouit Clément Champault, cofondateur du salon. "L'intérêt est grandissant, tant en nombre de visiteurs dès l'ouverture que de professionnels présents", ajoute-t-il.

Le hall du Paris Event Center a été organisé autour de deux thématiques, d'un côté "Survival expo", où sont regroupés les couteaux, équipements de protections et de premier secours ainsi que les stages de survie. Et de l'autre "Vivre en autonomie", avec les stands consacrés à la "low tech", avec leur lot de machines à laver à pédale, mais aussi aux panneaux solaires et aux kits pour créer son potager bio.

"Le thème de la survie fait partie de notre ADN mais on pense avant tout autosuffisance et adaptation au changement. Le marché du +survivalisme+ n'existe pas à proprement parler, il faut parfois convaincre les marques de l'intérêt", détaille M. Champault.

Les exposants surfent également sur la vague du "bushcraft", qui consiste à vivre en milieu naturel avec un minimum d'impact sur l'environnement, une activité pour laquelle le spécialiste de la distribution sportive, Décathlon, a d'ailleurs développé une gamme de produits.

"Après le confinement, les réservations pour nos stages sont reparties très vite, on a senti qu'il y avait une grosse demande pour des activités nature et un besoin d'immédiateté", souligne Eléonore Lluna, fondatrice de Time on Target, qui propose des stages de survie et d'autonomie.

«Volonté de chercher des solutions»

"Le profil de nos clients n'a pas vraiment évolué, surtout des hommes, de 30-40 ans, plutôt des cadres supérieurs. En revanche, on constate un afflux supplémentaire depuis la pandémie et une évolution des centres d'intérêts. Quand je me suis lancée, on pouvait penser qu'il y avait un effet de mode, aujourd'hui on voit que ça s'installe dans la durée", détaille Mme Lluna.

Un intérêt qui ne concerne pas seulement le retour à la nature mais également l'autonomie des logements, en particulier en matière de consommation d'énergie, dans un contexte de tension sur les marchés et d'augmentation drastique des prix avec la guerre en Ukraine.

"Quand on voit comment évolue la situation, on se dit que ce n'est pas idiot d'y réfléchir", explique Eric, 45 ans, qui vit en région parisienne. "Avec les difficultés d'EDF avec ses réacteurs nucléaires, on fait comment s'il y a des problèmes d'approvisionnement?", s'interroge-t-il.

Après s'être renseigné sur un stage de fabrication d'éolienne artisanale, Eric part en quête d'informations sur les panneaux solaires et les systèmes de stockage d'énergie.

Il passe également devant le stand tenu par Sébastien Deroo et trois autres familles, toutes venues du Cantal pour proposer des solutions "low tech", des stages de formation à la décroissance et des diagnostics sur l'autonomie énergétique.

"On était déjà présents en 2019 et on sent une nette différence dans la démarche des gens, les questions sont plus précises, avec une vraie volonté de chercher des solutions, moins de la simple curiosité", assure M. Deroo.

Dans sa maison, il subvient à tous les besoins du quotidien de sa famille grâce à quatre panneaux solaires et un poêle de masse. Installé à 1 200 mètres d'altitude, il assure ne plus être client d'EDF "depuis 2014" et ne consommer, en appoint, que 25 litres d'essence, "pour le générateur, huit à dix jours dans l'année, quand c'est vraiment trop nuageux".

Un modèle que rêverait de suivre Eric, mais pas tout de suite, car pour cela "il faudrait déjà quitter la région parisienne".