Licences post-Brexit: après les ports, les pêcheurs français bloquent Eurotunnel

Symbolique sur les ports, l'initiative est plus perturbante pour l'Eurotunnel par lequel transitent 25% des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'Europe. (AFP)
Symbolique sur les ports, l'initiative est plus perturbante pour l'Eurotunnel par lequel transitent 25% des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'Europe. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

Licences post-Brexit: après les ports, les pêcheurs français bloquent Eurotunnel

  • Les marins-pêcheurs ont bloqué dès 14H00 (13H00 GMT) l'entrée et la sortie des camions de marchandises au terminal fret du tunnel sous la Manche
  • Les pêcheurs français se sentent aujourd'hui confortés par le soutien renouvelé dimanche dernier du président Emmanuel Macron et de sa ministre de la Mer

CALAIS: "We want our licences back": les pêcheurs français ont entamé en début d'après-midi le blocage du tunnel sous la Manche et du port normand de Ouistreham, nouvelles étapes après les ports de Calais et Saint-Malo d'une journée de protestation pour exiger le règlement des litiges de pêche post-Brexit avec Londres.


A bord de plusieurs dizaines de fourgonnettes et voitures, les marins-pêcheurs ont bloqué dès 14H00 (13H00 GMT) l'entrée et la sortie des camions de marchandises au terminal fret du tunnel sous la Manche, ont constaté des journalistes de l'AFP. Quelques minutes après le début de cette opération, qui doit durer jusqu'à 16H00, un bouchon d'une quinzaine de camions était déjà formé.  


A Ouistreham (Nord), au même moment, plusieurs chalutiers ont empêché un ferry de quitter le port. A terre, une quarantaine de pêcheurs manifestaient sous une banderole "We want our licences back", lançant des fumigènes. Ils ont aussi bloqué l'embarquement sur le prochain ferry.


Symbolique sur les ports, l'initiative est plus perturbante pour l'Eurotunnel par lequel transitent 25% des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'Europe.


Plus tôt dans la journée, six navires de pêche venus de Boulogne-sur-Mer s'étaient déployés de 12H à 13H30 (11H00 à 12H30 GMT) à Calais (Nord) pour bloquer le port.


Il s'agit de "mettre la pression sur le gouvernement britannique", a souligné avant d'embarquer le président du comité des pêches des Hauts-de-France (région du nord), Olivier Leprêtre. Il a notamment dénoncé la "surexploitation dans les eaux françaises" engendrée, selon lui, par l'attitude britannique, chiffrant à 35 les licences de pêche non-délivrées dans cette région. 

«Sur le carreau»
Pour le président du port, Jean-Marc Puissesseau, cette action symbolique ne devrait pas avoir un impact trop important. Les pêcheurs se sont engagés à "ne pas attenter au chiffre d'affaires des uns et des autres", a-t-il souligné, précisant qu'il n'y aurait pas de plainte. 


A Saint-Malo (Nord-Ouest), le blocage avait duré environ une heure, de 8H00 à 9H00 (7H00 à 8H00 GMT), avec une dizaine de bateaux de pêche participant à l'opération, actionnant des fumigènes. Les navires français ont bloqué un bateau de pêche venant de l'île britannique de Jersey, dans une atmosphère bon enfant.


"On n'est pas des va-t-en guerre, on veut qu'on respecte nos droits, un deal a été fait, le deal anglais n'est pas respecté", a déclaré le président du comité des pêches d'Ille-et-Vilaine (Ouest), Pascal Leclerc, interrogé à bord par l'AFP.


"Nous ne voulons pas l'aumône, nous voulons seulement récupérer nos licences. Le Royaume-Uni doit respecter l'accord post-Brexit. Trop de pêcheurs sont encore sur le carreau", a déclaré jeudi Gérard Romiti, le président du comité national des pêches lors d'une conférence de presse.


Londres a réagi dès jeudi soir à ces blocages annoncés, qui surviennent en pleine escalade entre la France et la Grande-Bretagne autour de la question migratoire.  


Londres s'est dit "déçu", enjoignant la France à "s'assurer que des actes illégaux ne sont pas commis et que les échanges commerciaux ne sont pas affectés".

«L'arbre qui cache la forêt»
Pour le président du comité national, "cette question des licences est l'arbre qui cache la forêt: de sa résolution dépendront les relations avec le Royaume-Uni sur le long terme".


Tout en questionnant la robustesse de l'engagement européen aux côtés des pêcheurs de l'UE, Gérard Romiti a salué "l'ultimatum" lancé mercredi par la Commission européenne, qui a demandé à Londres de régler ce contentieux d'ici au 10 décembre.


En vertu de l'accord de Brexit signé fin 2020 entre Londres et Bruxelles, les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu'ils y pêchaient auparavant. Mais Français et Britanniques se disputent sur la nature et l'ampleur des justificatifs à fournir.


Au total, depuis le 1er janvier 2021, la France a obtenu "plus de 960 licences" de pêches dans les eaux britanniques et des îles anglo-normandes, mais Paris réclame encore plus de 150 autorisations, selon le ministère français de la Mer.


Dans ce dossier brûlant, le ton est monté à plusieurs reprises. En mai dernier, une flottille française a fait cap sur Jersey pour un blocus de quelques heures, entraînant l'envoi de patrouilleurs britanniques. A l'automne, Paris a menacé Londres de "mesures de rétorsion", avant d'y renoncer provisoirement pour laisser une chance aux négociations engagées à Bruxelles.


Les pêcheurs français se sentent aujourd'hui confortés par le soutien renouvelé dimanche dernier du président Emmanuel Macron et de sa ministre de la Mer Annick Girardin, qui ont assuré qu'ils se battraient jusqu'au bout pour défendre leurs intérêts.


Economie hydrogène: Des entreprises saoudiennes et coréennes signent des accords de développement

Séoul sera en mesure de s’approvisionner en hydrogène et en ammoniac neutres en carbone auprès du Royaume (Photo, Shutterstock).
Séoul sera en mesure de s’approvisionner en hydrogène et en ammoniac neutres en carbone auprès du Royaume (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Le PIF et Aramco ont signé de nombreux contrats avec des entreprises coréennes
  • Le président Moon doit s’entretenir avec le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG) afin de négocier un accord de libre-échange

SEOUL: L’Arabie saoudite et la Corée du Sud sont convenues de collaborer pour développer l’économie hydrogène, a annoncé le bureau du président Moon Jae-in après la rencontre de ce dernier avec le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
«Après leur entretien au palais d’Al-Yamamah à Riyad, les deux nations ont conclu des accords préliminaires pour développer conjointement l’hydrogène vert, qui est produit à partir de sources d’énergie renouvelables, notamment solaire et éolienne, et construire conjointement un écosystème d’hydrogène», a déclaré le bureau de Moon dans un communiqué.
En vertu de ces accords, Séoul sera en mesure de s’approvisionner en hydrogène et en ammoniac neutres en carbone auprès du Royaume. Elle aidera également Riyad à exploiter des voitures à hydrogène et des stations de ravitaillement en hydrogène.
Moon entame la deuxième étape de sa tournée au Moyen-Orient, avec, en tête des priorités, la diplomatie économique, l’intelligence artificielle, la santé publique et la coopération énergétique.
Mercredi, le président Moon doit s’entretenir avec le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Nayef ben Falah al-Hajjraf, afin de négocier un accord de libre-échange entre Séoul et le CCG.

Forum des affaires saoudo-coréen

À l’issue de son entretien avec le prince héritier, le président sud-coréen a prononcé un discours liminaire lors d’un forum d’affaires à Riyad.
«L’Arabie saoudite, qui a le potentiel de produire de l’hydrogène propre, comme l’hydrogène vert et bleu, et la Corée du Sud, qui possède des atouts dans l’utilisation de l’hydrogène grâce aux voitures à hydrogène et à la technologie des piles à combustible, doivent coopérer étroitement pour être à la tête de l’économie mondiale de l’hydrogène», a souligné Moon, cité par la principale agence de presse sud-coréenne, Yonhap News Agency.
Le Forum des affaires saoudo-coréen a abouti aujourd’hui à 13 accords d’investissement dans des domaines d’intérêt stratégique tels que les énergies propres et la fabrication, les infrastructures intelligentes et la numérisation, le renforcement des capacités, les PME, les soins de santé et les sciences de la vie.
Le Fonds d’investissement public (PIF) et Aramco ont signé de nombreux contrats avec des entreprises coréennes de premier plan, notamment Posco, dans laquelle le PIF détient une participation de 38%.
Le ministre saoudien de l’Investissement Khaled al-Faleh et le ministre coréen du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie, Moon Sung-wook, se sont réunis dans le cadre du comité saoudo-coréen pour la Vision 2030, selon SPA.
Ce comité a été créé en 2017 pour exploiter des ressources complémentaires afin de générer des avantages économiques et des opportunités commerciales conformément à la Vision 2030 de l’Arabie saoudite et au plan quinquennal (2017-2022) de la Corée pour l’administration des affaires d’État.

Accords

Le ministère saoudien de l’Investissement a signé un contrat avec Samsung C&T qui lui permettra de développer et de localiser les industries liées aux technologies de construction, aux produits verts et à l’investissement dans la construction et le financement de projets d’infrastructure.
Le PIF a quant à lui signé un mémorandum d’entente avec les entreprises coréennes Posco et Samsung C&T afin d’étudier et d’élaborer un projet de production d’hydrogène vert en Arabie saoudite à des fins d’exportation. Quant au ministère saoudien de l’Investissement, il a signé une déclaration de coopération conjointe avec Samsung C&T dans le domaine de l’hydrogène vert pour les blocs de béton préfabriqués et les infrastructures.
Mémorendum d’entente également entre Aramco et la Korea Electric Power Corporation (KEPCO) pour réaliser une étude de préfaisabilité sur l’ammoniac bleu et l’hydrogène bleu pour l’investissement, la production, la logistique et les ventes. En outre, la société saoudienne a conclu un contrat avec Posco concernant l’investissement dans l’ammoniac bleu et l’hydrogène bleu et une entente de base avec l’Export-Import Bank of Korea pour des accords-cadres qui comprennent une limite de crédit allant jusqu’à 6 milliards de dollars (1 dollar = 0,86 euro). Saudi Aramco a par ailleurs signé une série d’accords avec S-Oil dans des domaines tels que la recherche et le développement, l’hydrogène bleu et le développement technologique.
La Saudi Arabian Industrial Investments Co. (Dussur), Saudi Aramco et Doosan Heavy Industries and Construction ont pour leur part conclu un contrat pour construire une usine de moulage et de forgeage du fer à haut rendement à Ras al-Khair, avec une capacité de production de 83 000 tonnes par an. Cet accord devrait permettre d’attirer les investissements étrangers, de transférer des technologies de qualité en Arabie saoudite et de localiser les chaînes d’approvisionnement des secteurs stratégiques de l’industrie des équipements destinés aux secteurs du pétrole et du gaz, de l’eau, de l’énergie et du transport maritime.
De plus, le promoteur immobilier saoudien ROSHN et Samsung C&T ont convenu d’établir un cadre non exclusif pour explorer conjointement les opportunités dans le développement de logements et les blocs de béton préfabriqués.
L’Office coréen de la propriété intellectuelle et l’Autorité saoudienne de la propriété intellectuelle (SAIP) ont signé des accords de partenariat avancés en vue d’une coopération bilatérale, notamment en ce qui concerne le détachement d’experts coréens auprès de la SAIP.
Le ministère de la Garde nationale d’Arabie saoudite a signé un accord, qui revêt la forme d’une lettre d’intention, avec EzCaretech, en vue de fournir et de mettre en œuvre conjointement un outil de solutions médicales basé sur l’intelligence artificielle, baptisé Dr. Answer, dans des hôpitaux spécifiques.
Enfin, Kumho Tire et Al-Sahm al-Usud for Tires ont conclu un accord de partenariat technique pour construire une usine de production de pneus. La capacité de production de l’usine atteindra 15 millions de pneus par an, et la production devrait commencer au troisième trimestre de 2023.


Commerce entre l’Arabie saoudite et la Corée

L’Arabie saoudite est le premier partenaire économique et commercial de la Corée du Sud au Moyen-Orient, contribuant à plus de 30% des importations totales de pétrole brut de Séoul en 2021, selon les données de la Korea International Trade Association.
Le Royaume et la République de Corée entretiennent un partenariat de longue date, qui a débuté avec l’établissement de relations diplomatiques il y a 60 ans. Cette relation a profité aux deux pays sur le plan économique, le commerce bilatéral étant passé de 3,9 milliards de dollars en 1980 à 25,5 milliards de dollars en 2019.
Au début du mois, le ministre sud-coréen de l’Industrie, Moon Sung-wook, a rencontré le ministre saoudien de l’Énergie, Abdelaziz ben Salmane, à Riyad, pour discuter de la coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire et d’autres domaines énergétiques dans le cadre de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.
À ce jour, les projets conjoints entre l’Arabie saoudite et la Corée du Sud sont au nombre de 120 et leur valeur s’élève à environ 1 milliard de dollars. Parmi eux, 20% sont des projets industriels.
Selon SPA, les échanges commerciaux entre les deux pays ont augmenté de 66% au cours du troisième trimestre de 2021, par rapport à la même période de l’année dernière, pour atteindre 27,7 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,23 euro).

Coopération entre les Émirats arabes unis et la Corée du Sud

Le déplacement de Moon en Arabie saoudite fait suite à sa visite de quatre jours aux Émirats arabes unis, au cours de laquelle il a conclu un contrat de 3,5 milliards de dollars pour la vente de missiles sol-air coréens KM-SAM, connus sous le nom de Cheongung II.
Outre l’accord d’exportation d’armes — le plus important de ce type dans l’histoire de la Corée du Sud — Abu Dhabi et Séoul ont convenu d’étendre leur coopération au développement de technologies de capture du carbone pour créer ce que l’on appelle l’hydrogène bleu, la nation d’Asie de l’Est cherchant à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.
L’hydrogène bleu est obtenu à partir de gaz naturel selon un processus qui empêche les émissions de carbone d’être libérées dans l’atmosphère.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Aramco signe dix accords lors du Forum d'investissement saoudo-coréen

La Saudi Arabian Oil Company a signé un accord avec des entreprises coréennes de premier plan (Photo, Shutterstock).
La Saudi Arabian Oil Company a signé un accord avec des entreprises coréennes de premier plan (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Les accords visent à accélérer la stratégie en aval et le développement de solutions énergétiques à faible émission de CO2.
  • Les plans initiaux comprennent une usine de coulée et de forgeage de 60 000 tonnes par an en Arabie saoudite

RIYAD: La Saudi Arabian Oil Company a signé un accord ainsi que neuf protocoles d'accord avec des entreprises coréennes de premier plan, visant à faire progresser sa stratégie en aval et soutenir le développement de solutions énergétiques à faible émission de carbone, tout en créant de nouvelles options de financement pour la compagnie.
Les signatures ont eu lieu lors du Forum d'investissement saoudo-coréen à Riyad, auquel ont également assisté le président de la République de Corée, Moon Jae-in, le président-directeur général d'Aramco, Amin Nasser, et des chefs d’entreprise des deux pays.
Les accords visent à créer de nouvelles opportunités dans les domaines de la technologie de pointe, de la production et des finances, illustrant l'engagement d'Aramco à stimuler le développement par le biais de partenariats mondiaux, selon un communiqué.
Nasser a déclaré dans ce communiqué: «Notre partenariat avec les entreprises coréennes s'étend sur des décennies et nous sommes heureux aujourd'hui d'élargir ces liens dans les domaines de la technologie, de la production et des finances. En plus du fait de se concentrer sur un développement de pointe dans divers domaines, ils soutiennent également notre objectif commun de trouver des solutions climatiques et de réduire les émissions de gaz à effet de serre grâce au développement de la production d'hydrogène et d'ammoniac à faible émission de carbone, ainsi que du captage et du stockage du carbone. Ces initiatives avec les principaux dirigeants de l'industrie coréenne renforceront davantage notre stratégie d'expansion et d'intégration en aval.»
Fabrication locale d'équipements industriels
Aramco a signé un accord avec la société coréenne Doosan Heavy Industries & Construction Co. et la société saoudienne Saudi Arabian Industrial Investments Company, Dussur. Ce partenariat vise à établir une usine de coulée et de forgeage qui pourrait fournir aux fabricants du Royaume des équipements industriels et de traitement tels que des valves, des pompes, des compresseurs, des têtes de puits, des brides, des échangeurs de chaleur et des turbines à gaz et éoliennes, dans le but d'améliorer les équipements locaux.
La projet conjoint vise un objectif de production de 60 000 tonnes par an, principalement à partir de procédés de moulage au sable et de forgeage libre, complétés par des capacités d'usinage. Il a également le potentiel de produire des équipements d'origine dans les domaines des plates-formes, du forage, de la marine et de l’ingénierie, avec la possibilité de s'étendre au marché plus vaste du CCG.
Des solutions énergétiques à faible émission de CO2
Les accords comprennent également des protocoles d'accord avec les sociétés énergétiques coréennes Kepco, S-Oil, Posco, Hyundai Oilbank, H2Korea et Lotte Chemical pour étudier une collaboration potentielle au niveau de l’approvisionnement, du transport, de l'utilisation et de la certification de l'hydrogène et de l'ammoniac. Les entreprises prévoient également d'étudier la faisabilité de convertir l'ammoniac exporté en hydrogène – procédé connu sous le nom de craquage d'ammoniac.
Cela représente une première étape vers une usine potentielle de production à grande échelle d'hydrogène et d'ammoniac en Arabie saoudite, qui comprendrait également une installation de captage et de stockage du carbone.
Solutions de financement
Aramco a également signé un accord avec l'Export-Import Bank of Korea, connue sous le nom de K-Exim, pour étudier des solutions de financement stratégiques visant à appuyer les activités commerciales et d'investissements de la société englobant des entreprises coréennes.
L'accord suivant, dans le domaine de la construction, a été signé:
• Doosan et Dussur – accord pour une usine de coulée et de forgeage dans le Royaume.
Les protocoles d'accord suivants, dans le domaine de la technologie, ont été signés:
• Korea Electric Power Corporation ou Kepco – visant à étudier la chaîne d'approvisionnement en ammoniac.
• S-Oil – un accord ayant pour but d’étudier une collaboration potentielle dans le domaine du prélèvement de l'ammoniac et de la logistique.
• S-Oil – un accord pour l’étude des opportunités de collaboration en R&D (recherche et développement) sur des solutions énergétiques à faible émission de carbone.
• Deux accords distincts avec POSCO et Hyundai Oilbank pour échanger des informations et étudier une collaboration potentielle dans le domaine de l'ammoniac bleu et de l'hydrogène bleu.
• H2Kotra – un accord pour l’échange d’informations sur la certification de l'hydrogène et les exigences réglementaires.
• S-Oil – un accord pour l’échange d’informations relatives à la technologie «Thermal Crude to Chemicals» d'Aramco, et l’étude d’une collaboration potentielle.
Les protocoles d'accord suivants, dans le domaine des finances et des investissements, ont été signés:
• Export-Import Bank of Korea, Kemix – conditions principales pour les solutions de financement stratégique.
• S-Oil – un accord de collaboration sur l'investissement en capital-risque et le financement des start-up.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jeux vidéo: avec le rachat d'Activision, Microsoft met la pression sur la concurrence

Sur cette photo d'archive prise le 20 mai 2021, un logo Microsoft orne un bâtiment à Chevy Chase, Maryland. (Photo, AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 20 mai 2021, un logo Microsoft orne un bâtiment à Chevy Chase, Maryland. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après le rachat la semaine dernière du spécialiste des jeux mobiles Zynga par Take-Two pour 12,7 milliards de dollars, l'acquisition mardi de Microsoft est la dernière opération record d'un secteur en pleine consolidation
  • Le géant américain, qui commercialise la console Xbox et possède plusieurs studios de développement, va ainsi devenir le troisième plus gros acteur de l'industrie vidéoludique en termes de chiffre d'affaires derrière le chinois Tencent et le japonais Sony

PARIS : En mettant la main sur Activision-Blizzard et ses jeux phares comme "Call of Duty" pour près de 69 milliards de dollars, Microsoft a mis la pression sur son rival Sony et tous les prétendants comme Google, Amazon et Tencent au titre de leader mondial de l'industrie vidéoludique.

2022 est d'ores et déjà une année historique pour le jeu vidéo.

Après le rachat la semaine dernière du spécialiste des jeux mobiles Zynga par Take-Two pour 12,7 milliards de dollars, l'acquisition mardi de Microsoft est la dernière opération record d'un secteur en pleine consolidation.

Le géant américain, qui commercialise la console Xbox et possède plusieurs studios de développement, va ainsi devenir le troisième plus gros acteur de l'industrie vidéoludique en termes de chiffre d'affaires derrière le chinois Tencent et le japonais Sony, fabricant de la PlayStation.

Avec de potentielles conséquences majeures pour les joueurs du monde entier: de Call of Duty à Diablo, sans oublier Overwatch, Microsoft met la main sur un portefeuille de jeux haut de gamme qu'il pourrait rendre exclusifs pour ses Xbox, aux dépens notamment de la Playstation 5 de Sony.

Exclusivité

"Sachant que Microsoft n'a pas hésité à passer en exclusivité les jeux Bethesda sur les plateformes Xbox, on peut craindre pour les joueurs que cela soit la même chose pour les jeux Activision-Blizzard", explique à l'AFP Charles-Louis Planade, expert jeux vidéo chez Midcap Partners.

"Si +Call of Duty+ et tous les jeux d'Activision-Blizzard deviennent des exclusivités Microsoft, cela met une énorme pression à Sony et à tous ceux qui veulent faire du +cloud gaming+ comme Google, Amazon et Tencent", ajoute-t-il.

Nouvelle frontière annoncée du jeu vidéo, le "cloud gaming (ou jeu en streaming) permet de s'affranchir d'une machine à la maison en utilisant des serveurs à distance. Cette technologie fait partie de la stratégie développée par Microsoft avec notamment le Game Pass Ultimate et le Xbox Cloud Gaming.

Conscient de la nécessité de proposer à terme, un catalogue de jeux attractif, Microsoft avait déjà cassé sa tirelire en septembre 2020 en s'assurant le contrôle de Bethesda, l'éditeur des séries à succès "The Elder Scrolls" et "Fallout", pour 7,5 milliards de dollars.

"C'est comme si vous vous abonnez à Netflix ou Amazon Prime parce qu'il y a la série que vous voulez voir. Demain, ce sera pareil: vous irez vers la plateforme où il y aura votre jeu préféré", souligne encore M. Planade.

Ubisoft, la prochaine cible ?

À la suite de cette acquisition, Microsoft obtiendra également "une position dominante dans l'esport, un secteur en pleine expansion où il a eu du mal à s'imposer par le passé (...) Ce rachat renforcera la position de Microsoft sur le marché des jeux mobiles, qui représentera 272 milliards de dollars d'ici 2030", selon Rupantar Guha, analyste chez GlobalData.

Dès lors, quelle riposte possible pour Sony, Google, Amazon ou Tencent dans ce Monopoly géant des jeux vidéo ?

"Ils vont devoir réagir s'ils veulent" prétendre être les leaders, note un observateur du marché, sachant que les deux mastondontes américains disposent d'un portefeuille de jeux "très léger" par rapport à leurs ambitions.

"Il reste encore quelques acteurs intéressants pour une entreprise américaine ou japonaise: Electronics Arts (Fifa, Les Sims, Apex...), basé en Californie, constitue une cible assez intéressante pour un Gafa", renchérit Laurent Michaud, analyste spécialisé dans l'industrie vidéoludique.

"Si Sony devait jeter son dévolu sur une entreprise, il pourrait être intéressé par les éditeurs asiatiques Bandai Namco, Capcom, Square Enix, Konami ou Nexon", complète-t-il.

Dans cette course à la taille, tous les regards sont braqués sur Ubisoft, "joyau unique sur le secteur par sa taille, la qualité de ses actifs et par sa capacité de production", selon Charles-Louis Planade. 

Le géant chinois Tencent a déjà pris une participation minoritaire dans l'éditeur français, valorisé autour de 6 milliards d'euros sur le marché.

Avec l'annonce de l'acquisition d'Activision-Blizzard, Ubisoft a terminé mardi sur une hausse de plus de 11% à la Bourse de Paris.