Autonomie de la Guadeloupe: les élus locaux demandent la venue d'une délégation interministérielle

Douze arrestations ont eu lieu en Martinique et quatre en Guadeloupe, selon les préfectures. (Photo, AFP)
Douze arrestations ont eu lieu en Martinique et quatre en Guadeloupe, selon les préfectures. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 28 novembre 2021

Autonomie de la Guadeloupe: les élus locaux demandent la venue d'une délégation interministérielle

  • «Les élus rappellent que la question de la domiciliation locale du pouvoir de décision doit être abordée de manière concertée»
  • Les forces de l'ordre ont de nouveau essuyé des tirs par arme à feu en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi, sans qu'il n'y ait de blessés

POINTE-À-PITRE : Les élus de Guadeloupe ont demandé samedi la venue d'une délégation interministérielle au sujet des "compétences de l'Etat" après que le gouvernement a mis sur la table la question de l'autonomie de l'île, secouée comme sa voisine la Martinique par une explosion sociale qui a de nouveau occasionné des violences.

"S'agissant des compétences de l'Etat, ils exigent la venue en Guadeloupe d'une délégation interministérielle permettant d'apporter des réponses aux problèmes des Guadeloupéens, en lien avec les propositions des élus", ont indiqué les élus guadeloupéens dans un communiqué. 

"Les élus rappellent que la question de la domiciliation locale du pouvoir de décision doit être abordée de manière concertée", ont-ils ajouté.

Vendredi, dans une allocution télévisée aux Guadeloupéens, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a affirmé que le gouvernement était "prêt" à évoquer la question de davantage d'autonomie si cela pouvait permettre de "résoudre les vrais problèmes du quotidien des Guadeloupéens".

Selon lui, la question a été posée "en creux" par "certains élus" lors des négociations des derniers jours à la suite de l'éruption, il y a une dizaine de jours, d'un mouvement de contestation émaillé de violences, dégradations, pillages, incendies et blocages routiers.

Né du refus de l'obligation vaccinale des soignants et pompiers, il a embrassé des revendications multiples, sociales, économiques et identitaires.

Proposition critiquée

La proposition de Sébastien Lecornu a été immédiatement pilonnée par l'opposition de droite et d'extrême droite qui a dénoncé un recul ou un lâchage, voire une tentative "d'acheter les indépendantistes radicaux" pour la candidate RN à la présidentielle de 2022 Marine Le Pen. 

A gauche, Jean-Luc Mélenchon (LFI) a jugé "stupéfiante" la "réponse de Macron" et appelé à ne parler statut que "le moment venu", la résolution de l'"urgence sociale et sanitaire" étant prioritaire selon lui.

La question de l'autonomie est "hors sujet", a de son côté tranché Elie Domota, porte-parole du collectif syndical LKP, sur LCI, soulignant que les manifestants n'ont "jamais été entendus" sur leur revendication de "négociations sur l'obligation vaccinale et sur le pass sanitaire".

Le ministre "fait ça pour nous faire peur, pour qu'on reste tranquille! Nous on ne lui a jamais parlé d'autonomie!" même si "les décideurs locaux (doivent pouvoir) prendre des décisions sans passer par la France" a critiqué de son côté Danielle, 63 ans.

"Car ce qui est bon pour la France n'est pas forcément bon ici, et vice-et-versa", résume-t-elle, rencontrée samedi dans une nouvelle manifestation, partie du CHU de Pointe-à-Pitre, pour demander la levée totale de l'obligation vaccinale pour les soignants et pompiers.

2 000 à 3 000 personnes étaient présentes, certaines brandissant des pancartes "La liberté ne s'injecte pas", "Fouté nou la Pé" ou encore "Liberté".

La mobilisation s'est donc poursuivie au lendemain des annonces du gouvernement qui, pour sortir de cette crise, a reporté au 31 décembre l'application de l'obligation vaccinale.

Il a aussi proposé la levée de la suspension des personnels non vaccinés et de leur rémunération pour ceux qui acceptent un "accompagnement personnel", en vue notamment d'un reclassement.

Tirs par arme à feu

En Guadeloupe comme en Martinique, distante de 120 km et qui a été gagnée par la contagion, la situation reste instable avec des barrages filtrants ou hermétiques, parfois démontés par les forces de l'ordre avant d'être remontés par les manifestants, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont de nouveau essuyé des tirs par arme à feu en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi, sans qu'il n'y ait de blessés, selon la préfecture.

La préfecture de Martinique a recensé des "évènements d'une particulière intensité à Schoelcher et Fort-de-France (destruction d'une station service ainsi que celle d'un bureau de poste)". "Quatre gendarmes ont été blessés, notamment au visage, par des tirs de plombs", selon le parquet de Fort-de-France.

"Des individus ont pénétré à la police municipale de Fort-de-France et ont volé des gilets pare-balles, donc très clairement aujourd'hui nous savons que certaines personnes cherchent à se protéger, face à nous, et nous craignons le pire maintenant", s'inquiète Jimmy Hellénis, secrétaire départemental Unité SGP Police FO.

Vendredi soir, un accord est intervenu en Martinique, après onze heures de discussions, entre le préfet, l'intersyndicale et la collectivité territoriale pour définir les modalités des négociations qui doivent s'ouvrir lundi matin.

"Il s'agit vraiment d'un accord de méthode. Le mouvement n'est pas fini", a toutefois déclaré une source syndicale.

Douze arrestations ont eu lieu en Martinique et quatre en Guadeloupe, selon les préfectures. Les deux îles restent sous couvre-feu.


Polémique à Lyon autour d'une conférence avec le Franco-Palestinien Salah Hamouri

Salah Hamouri (Photo, AFP).
Salah Hamouri (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je ne peux donner ma caution morale à des personnes qui, au lieu de promouvoir la paix dans la cité, vont bien au contraire attiser les tensions communautaires», explique Daniel Dahan
  • Parmi les participants à cette table ronde figure Salah Hamouri, avocat franco-palestinien expulsé le 18 décembre par Israël, après plusieurs mois de détention

LYON: Le grand rabbin de Lyon a annoncé vendredi qu'il se retirait d'un groupe interconfessionnel créé par la mairie de Lyon, pour protester contre l'invitation par cette dernière de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri à une conférence à l'occasion des 30 ans des Accords d'Oslo.

"Je ne peux donner ma caution morale à des personnes qui, au lieu de promouvoir la paix dans la cité, vont bien au contraire attiser les tensions communautaires", explique dans un communiqué Daniel Dahan, pour justifier son retrait de l'instance Concorde et Solidarité.

Créée en 2002 à la suite de l'attentat contre la synagogue du quartier de La Duchère à Lyon, elle rassemble les représentants des cultes chrétien, juif et musulman.

"La quitter ou donner des raisons de la quitter serait abandonner sur le bas-côté de la longue route du dialogue que nous entretenons depuis plus de 20 ans", a regretté dans un communiqué le recteur de la Grande Mosquée de la ville, Kamel Kabtane.

Une conférence intitulée "Trente ans après la signature des Accords d'Oslo, regards sur la Palestine", sous l'égide du maire de Lyon Grégory Doucet (EELV), est prévue mercredi à l'hôtel de ville.

Parmi les participants à cette table ronde figure Salah Hamouri, avocat franco-palestinien expulsé le 18 décembre par Israël, après plusieurs mois de détention.

Vivant depuis en France, il est soupçonné par Israël de liens – ce qu'il nie – avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation jugée terroriste par l'Etat hébreu et l'Union européenne.

La France avait condamné cette expulsion, la jugeant "contraire au droit".

"J'ai changé d'endroit mais le combat continue. (...) Aujourd'hui, je sens que j'ai une responsabilité énorme pour ma cause et mon peuple", avait déclaré M. Hamouri dès son arrivée en France.

«Particulièrement troublé»

Dans un entretien au quotidien régional Le Progrès vendredi, M. Doucet, rappelant que cette conférence est "un focus sur les territoires palestiniens", a défendu cette invitation: "On l'invite pour ce qu'il est. Quelqu'un qui connaît la situation dans les territoires palestiniens, qui a passé un temps significatif en détention (...). Moi, je ne porte pas de jugement sur la justice israélienne. Je ne vais pas non plus me faire son avocat (...) J'offre la possibilité aux gens de l'entendre."

Soucieux de "montrer que l'on n'est pas dans une optique partiale", M. Doucet, également critiqué par une partie de la droite locale, avait indiqué mercredi avoir proposé aux représentants "d'instances ou associations juives lyonnaises" de "convier autour de la table" un représentant "de leur choix".

Dans une lettre adressée à M. Doucet dont l'AFP a obtenu copie, le président LR du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez s'est dit "particulièrement troublé" par cette invitation à M. Hamouri et demande à l'édile écologiste d'y renoncer.

"Quand il s'agit d'un sujet aussi complexe et sensible que celui du conflit israélo-palestinien, cela ne peut se faire que dans le respect de l'esprit qui a présidé à la conclusion de ces accords (d'Oslo, NDRL): la recherche de la concorde et la quête de la paix. Une dimension qui semble ici faire défaut", a-t-il écrit.

Parallèlement à la décision du grand rabbin, l'Organisation juive européenne (OJE), qui lutte contre l'antisémitisme, a indiqué vendredi à l'AFP, par la voix de son avocate Julie Buk Lament, avoir saisi le tribunal administratif de Lyon en référé-liberté pour demander la suspension de cette conférence, au nom de "la neutralité du service public" et de la participation d'un "membre d'une organisation reconnue terroriste par la France et l'Union européenne".


Rapatriement de Syrie: Quatre autres femmes mises en examen et écrouées à Paris

Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019 (Photo, AFP).
Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces quatre femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle
  • L'une d'entre elles l'a aussi été pour financement du terrorisme

PARIS: Quatre femmes rentrées mardi d'un camp de prisonniers dans le nord-est de la Syrie ont été mises en examen vendredi à Paris et écrouées, a-t-on appris auprès du parquet national antiterroriste (Pnat).

Ces quatre femmes ont été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. L'une d'entre elles l'a aussi été pour financement du terrorisme et celles qui avaient emmené leurs enfants dans la zone irako-syrienne l'ont également été pour soustraction d'un parent à ses obligations légales.

Elles ont toutes été placées en détention provisoire.

Mardi, sept autres femmes, qui étaient visées par un mandat d'arrêt, avaient déjà été mises en examen pour association de malfaiteurs terroriste et pour certaines soustraction d'un parent à ses obligations légales et incarcérées.

Au total, 15 femmes et 32 enfants, proches de djihadistes de l'organisation de l'Etat islamique (EI) qui se trouvaient dans le camp de Roj sous administration kurde, à une quinzaine de kilomètres des frontières irakienne et turque, ont été rapatriés mardi.

Parmi les 15 femmes, quatre jeunes majeures avaient été emmenées sur zone par leurs parents alors qu'elles étaient mineures.

Comme aucun élément ne permet de conclure à l'association de malfaiteurs terroriste les concernant, elles ont fait l’objet d’une prise en charge administrative ou judiciaire ordonnée par le juge des enfants, selon le Pnat.

Le rapatriement de mardi est le troisième d'ampleur, après celui du 5 juillet 2022 quand la France avait rapatrié 16 mères et 35 mineurs et celui du 20 octobre qui avait permis le retour de 15 femmes et 40 enfants.

Ces Françaises avaient été capturées lors de la chute de l'EI en 2019. Et nombre de leurs enfants sont nés dans les camps.

Les mineurs rentrés "ont été remis aux services chargés de l'aide à l'enfance et feront l'objet d'un suivi médico-social", avait précisé mardi le ministère français des Affaires étrangères.

La France a été particulièrement frappée par des attentats djihadistes, notamment en 2015, fomentés par le groupe EI. Elle avait ainsi procédé, jusqu'à l'été dernier, à des rapatriements ciblés d'orphelins ou de mineurs dont les mères avaient accepté de renoncer à leurs droits parentaux.

Mais sous le feu des critiques, elle avait dû infléchir sa politique.


Le Français Sébastien Raoult sera présenté à une juge américaine vendredi

Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le jeune homme de 21 ans a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui
  • L'accusation ayant évoqué un «risque de fuite», la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au 3 avril

SEATTLE: Le Français Sébastien Raoult, extradé mercredi du Maroc vers les Etats-Unis, a plaidé "non coupable" de cybercrimes vendredi dans un tribunal de Seattle (nord-ouest).

Le jeune homme de 21 ans a comparu en personne, assisté d'un traducteur, devant la juge fédérale Michelle Peterson qui lui a signifié les charges pesant contre lui.

Un avocat commis d'office a expliqué qu'il plaidait "non coupable" à ce stade de la procédure.

L'accusation ayant évoqué un "risque de fuite", la magistrate a décidé qu'il serait maintenu en détention jusqu'à la prochaine audience, fixée au 3 avril.

Sébastien Raoult avait été arrêté le 31 mai à l'aéroport de Rabat-Salé à la demande de la justice américaine. Il a été extradé mercredi par le Maroc, malgré les vives protestations de sa famille et de son avocat.

Il est poursuivi par la justice américaine avec deux autres ressortissants français, Gabriel Bildstein, 23 ans et Abdel-Hakim El-Ahmadi, 22 ans.

Les trois hommes sont accusés d'avoir formé le groupe de hackeurs "ShinyHunters" et d'avoir, à partir de 2020, dérobé des données confidentielles à 60 entreprises, dont certaines situées dans la région de Seattle, pour les revendre sur le darkweb.

Selon différents experts, ils ont pris pour cible le compte de Microsoft sur la plateforme de partage de code informatique Github, le site d'e-commerce indonésien Tokopedia, la marque de vêtement américaine Bonobos ou encore l'opérateur téléphonique américain AT&T.

Ils font face à neuf chefs d'inculpation, notamment pour association de malfaiteurs, fraude informatique, usurpation d'identité, passibles chacun de peines allant de 2 à 27 ans de priso