La Franco-Américaine Joséphine Baker, première femme noire à entrer au Panthéon français

L'icône des années folles, née en 1906 aux Etats-Unis avant d'adopter la nationalité française, ne sera que la sixième femme sur 80 personnages illustres à être accueillie au Panthéon, dont le fronton proclame « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » (AFP)
L'icône des années folles, née en 1906 aux Etats-Unis avant d'adopter la nationalité française, ne sera que la sixième femme sur 80 personnages illustres à être accueillie au Panthéon, dont le fronton proclame « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 30 novembre 2021

La Franco-Américaine Joséphine Baker, première femme noire à entrer au Panthéon français

  • La dépouille de l'artiste demeurera au cimetière marin de Monaco, non loin de la tombe de la princesse Grace
  • Son entrée au Panthéon intervient 46 ans après sa mort, le 12 avril 1975 à l'âge de 68 ans, trois jours après avoir fêté ses noces d'or sur la scène

PARIS: La Franco-Américaine Joséphine Baker est devenue mardi la première femme noire à entrer au Panthéon, "temple laïc de la République" française et dernière demeure des grandes figures françaises un hommage à sa vie "incroyable" d'artiste de music-hall, résistante et militante antiraciste.

Son cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps), porté par des aviateurs, est entré au Panthéon devant 8 000 spectateurs, selon le palais de l'Élysée, avant d'être installé dans un des caveaux de la crypte. 

La dépouille de l'artiste demeurera au cimetière marin de Monaco, non loin de la tombe de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.

Sous l'oeil attentif et ému de neuf de ses enfants, de nombreux politiques, artistes et citoyens, l'icône des années folles, née en 1906 aux Etats-Unis avant d'adopter la nationalité française, est devenue ainsi la sixième femme sur 80 personnages illustres à être accueillie dans cet édifice néo-classique au coeur de Paris, et dont le fronton proclame "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante".

"Ma France, c'est Joséphine", a lancé le président français Emmanuel Macron, qui a salué une "héroïne de guerre, combattante, danseuse, chanteuse", une "noire défendant les noirs mais d'abord, une femme défendant le genre humain".

Son fils Brian Bouillon Baker a dit voir un "signe d'espoir et un message pour les jeunes générations". "J'espère que ses messages de tolérance et d'ouverture aux autres seront entendus par les Français", a renchéri Marianne Zinzer, l'une de ses filles. "Son Panthéon était: amour, compréhension et tolérance."

Sur la façade de l'édifice laïc, des images de sa vie ont été diffusées, sous des applaudissements nourris du public qui a entendu, une nouvelle fois, retentir la voix de l'artiste se présentant comme "une personne adoptée par la France". Et quand un journaliste de l'époque lui demande pourquoi avoir fait le choix de la Résistance contre l'occupation nazie, Mme Baker répond sobrement: "Pour défendre la personne", "la dignité humaine".

Son entrée au Panthéon intervient 46 ans après sa mort, le 12 avril 1975 à l'âge de 68 ans, trois jours après avoir fêté ses noces d'or sur la scène. Elle rejoint ainsi les "panthéonisés" français, pour la plupart hommes d'Etat, héros de guerre ou écrivains: Victor Hugo, Emile Zola, le résistant Jean Moulin, Marie Curie...

Le cénotaphe, couvert du drapeau français, restera toute la nuit dans la nef du Panthéon. Mercredi, au cours d'une cérémonie familiale, il sera installé dans le caveau 13 de la crypte, où se trouve déjà l'écrivain Maurice Genevoix.

1
Infographie sur les événements majeurs et les personnalités marquantes des années folles, durant laquelle s'illustra Joséphine Baker. (Graphique, AFP)

Contre-espionnage 

Née dans la misère aux Etats-Unis, la jeune femme fuit la ségrégation et s'installe en France. Elle ravit le tout Paris en dansant le Charleston dans un déchaînement de batterie-jazz. 

La première chanson qu'elle interprète, "J'ai deux amours, mon pays et Paris", en 1930 au Casino de Paris, la consacre. 

Naturalisée française en 1937 à la faveur d'un mariage avec un industriel juif, la star met son talent musical à contribution dès les premiers mois du conflit pour divertir les soldats français sur le front. Et profite des réceptions auxquelles elle est conviée dans les ambassades et les pays étrangers pour recueillir du renseignement.

"C'est la France qui m'a faite ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle", fait-elle valoir en acceptant de servir le contre-espionnage des Forces françaises libres. Elle transmet à Londres des rapports cachés à l'encre sympathique dans ses partitions, ce qui lui vaudra la médaille de la Résistance et la Croix de guerre.

Engagée en Afrique du Nord dans l'armée de l'Air, Joséphine Baker débarque à Marseille en octobre 1944. En mai 1945, elle se produira en Allemagne devant des déportés libérés des camps.

"Notre mère a servi le pays, elle est un exemple des valeurs républicaines et humanistes", mais "elle a toujours dit: +Moi je n'ai fait que ce qui était normal+", a expliqué l'AFP son fils aîné, Akio Bouillon. 

Toute le reste de sa vie, elle se bat contre les discriminations. Avec son quatrième époux, elle devient mère d'une "tribu arc-en-ciel" de 12 enfants adoptés aux quatre coins du monde, qu'elle élève dans son château en Dordogne (sud-ouest de la France).

En 1963, à Washington, elle s'exprima après Martin Luther King et son fameux "I have a dream". Cette marche pour les droits civiques des Noirs américains fut le "plus beau jour de sa vie", confiait la star.


Jeff Bezos à la première de la série à gros budget «Le Seigneur des Anneaux»

Jeff Bezos et Lauren Sánchez assistent à la première du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », le 15 août 2022, à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Jeff Bezos et Lauren Sánchez assistent à la première du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », le 15 août 2022, à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • La série, qui sera lancée le 2 septembre sur la plateforme d'Amazon, est considérée comme étant une obsession personnelle de Jeff Bezos
  • La série prévoit cinq saisons, chacune d'une durée de dix heures

LOS ANGELES: Elle a été qualifiée de série la plus chère au monde mais Amazon, producteur du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », a estimé que le budget d'un milliard de dollars était « une bonne affaire », lors de la première mondiale lundi soir à Los Angeles en présence du PDG Jeff Bezos. 

La série, qui sera lancée le 2 septembre sur la plateforme d'Amazon, est considérée comme étant une obsession personnelle de M. Bezos, le fondateur multi-milliardaire du site d'achats en ligne qui s'est lancé dans le streaming. 

L'ambitieuse adaptation de l'univers créé par J.R.R. Tolkien dans ses romans a débuté lorsqu'Amazon Prime a fait l'achat des droits pour 250 millions de dollars, voici environ cinq ans. 

La série prévoit cinq saisons, chacune d'une durée de dix heures. 

Jeff Bezos s'est joint lundi soir aux stars et producteurs de la série aux studios Culver à Los Angeles, où les deux premiers épisodes ont été projetés avant un grandiose spectacle de lumière mettant en vedette des dizaines de drones illuminés. 

La productrice Lindsey Weber a estimé que le budget d'un milliard de dollars était « un gros titre très accrocheur dont les gens aiment parler » mais elle a promis que les spectateurs allaient voir « que l'argent est vraiment à l'écran ». 

Le coût faramineux de la série s'explique par « la construction de cinq saisons », a-t-elle dit depuis le tapis rouge. 

« Si vous regardez ce qu'il en coûte pour faire un long-métrage, par comparaison, c'est vraiment une bonne affaire », a-t-elle ajouté, en référence aux blockbusters à méga-budget des studios d'Hollywood les plus prestigieux. 

« Les Anneaux du Pouvoir » se déroulent 4 000 ans avant la trilogie de films tournée par Peter Jackson et les livres originaux, dans un « Deuxième Age », une période historique fictive de l'univers inventé par Tolkien et sur laquelle il a livré relativement peu de détails. 

Le casting de la série est relativement peu connu à l'échelle mondiale. 

Morfydd Clark et Robert Aramayo jouent des versions très rajeunies de Galadriel et Elrond, des personnages déja familiers des fans des films du « Seigneur des Anneaux ». 

« C'est une histoire d'aventure épique, avec des thèmes universels, et il y a un vrai travail d'amour -- nous avons tous travaillé très très dur dessus, et j'espère que les gens apprécieront », a commenté Robert Aramayo à la première lundi. 


Dans le sud de l'Ukraine, sauver le patrimoine culturel à tout prix

Natalia Tcherguik, conservatrice de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia, répond aux questions des journalistes le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Natalia Tcherguik, conservatrice de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia, répond aux questions des journalistes le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Des employés de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia préparent des œuvres d'art à emporter pour les conserver dans l'ouest du pays à Zaporizhzhia, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Des employés de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia préparent des œuvres d'art à emporter pour les conserver dans l'ouest du pays à Zaporizhzhia, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Natalia Tcherguik a pris la route vers l'ouest: dans son camion, une tonne de tableaux, d'armes de collection et de céramiques du 17e siècle
  • «Nous avons fait 1 000 kilomètres en cinq jours. C'était un voyage épouvantable, nous roulions avec des avions passant au-dessus de nos têtes sans même savoir s'ils étaient ukrainiens», se souvient cette femme de 50 ans

ZAPORIJJIA: Début mars, quand l'avancée de l'armée russe dans la région de Zaporijjia semblait inéluctable, Natalia Tcherguik a pris la route vers l'ouest: dans son camion, une tonne de tableaux, d'armes de collection et de céramiques du 17e siècle. 

« Nous avons fait 1 000 kilomètres en cinq jours. C'était un voyage épouvantable, nous roulions avec des avions passant au-dessus de nos têtes sans même savoir s'ils étaient ukrainiens », se souvient cette femme de 50 ans, commissaire d'exposition du musée de Khortytsia. 

« Le plus difficile, c'était de convaincre les gens aux barrages de ne pas fouiller les collections et de laisser passer le camion au plus vite », poursuit-elle. 

L'île-musée de Khortytsia, sur le fleuve Dnipro, fut occupée dès le 16e siècle par les cosaques ukrainiens, qui en firent leur base jusqu'à sa destruction par l'impératrice russe Catherine II en 1775. 

C'est là que vit le jour la première « Sitch » zaporogue, un régime politique pratiquant la démocratie directe. 

C'est « un lieu sacré pour l'histoire de l'Ukraine », confie Maksym Ostapenko, 51 ans, qui dirige le musée créé sur place, un haut-lieu culturel ukrainien abritant notamment des dizaines d'objets historiques trouvées au fil des fouilles archéologiques. 

« Plan d'évacuation »  

Originaire de la région, M. Ostapenko a rejoint l'armée ukrainienne au début de l'invasion russe, comme la plupart de ses collègues. Mais ils n'ont pas abandonné leur musée pour autant. 

« A vrai dire, nous avions esquissé un plan d'évacuation en 2014, après l'annexion de la Crimée » par la Russie, reprend M. Ostapenko: »Nous avions élaboré une 'liste prioritaire' d'une centaine d'œuvres, les plus précieuses, qui devaient être évacuées en cas de danger ». 

« Le patrimoine culturel ne peut pas être reconstitué. Nous sommes obligés de prendre des précautions », insiste le directeur. 

Dès le 23 février, deux jours après un discours de Vladimir Poutine laissant peu de doutes quant à la réalité de l'invasion, les équipes du musée commençaient à démonter les collections. Quand l'offensive de Moscou a été lancée le lendemain, c'est sous les pilonnages russes qu'ils démarraient l'évacuation. 

Arrêtée une quarantaine de kilomètres au sud de Zaporijjia, l'armée russe n'a finalement pas pris possession de Khortytsia même si trois missiles sont tombés sur l'île, sans toucher les bâtiments du musée. 

La « Sitch Kamianska », une de ses filiales située plus au sud, dans la région de Kherson, où fut pensée la première Constitution ukrainienne, a en revanche été rapidement occupée par les troupes russes. 

« Le personnel n'a plus d'accès au site. D'ailleurs, nous n'avons plus de contact avec nos collègues depuis un moment », déplore M. Ostapenko. 

Pillage 

D'après l'Unesco, 175 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion le 24 février. Le ministère ukrainien de la Culture considère qu'environ 100 musées, et près de 17 000 objets du patrimoine culturel, se trouvent dans les territoires occupés. 

À 60 kilomètres de Khortytsia, Vassylivka, proche de la ligne de front, a été occupée par l'armée russe dans les premiers jours de l'invasion. 

La ville héberge le manoir de Popov, une étrange bâtisse néogothique datant du 19e siècle et endommagée par des tirs début mars. 

Une partie de l'équipe du musée a décidé de rester. Sa directrice Anna Golovko, 39 ans, vit à Zaporijjia mais tente de garder le contact avec ses collègues. 

« Ils font tout pour préserver les bâtiments mais ça reste extrêmement compliqué. Dès qu'ils recouvrent une fenêtre, un nouveau bombardement la fait sauter », confie-t-elle. 

L'équipe du musée n'a pas eu le temps d'évacuer hors des territoires occupés les collections du manoir qui, dès le lendemain de la chute de la ville, a reçu la visite de militaires russes cherchant, selon Mme Golovko, à piller les bâtiments. 

Début août, deux de ses collègues ont été emprisonnés quatre jours et interrogés pour qu'ils dévoilent l'emplacement des collections, ajoute-t-elle. 

Quant à Natalia Tcherguik, elle est revenue vivre à Zaporijjia après son périple dans l'ouest mais confie que le sort du patrimoine ukrainien, notamment dans les régions occupées, est une question « douloureuse, omniprésente » pour elle. 

« Si nous n'arrivons pas à sauver notre patrimoine culturel, la victoire de l'Ukraine ne vaudra rien ». 

 


Le rappeur américain A$AP Rocky inculpé pour une fusillade

La chanteuse barbadienne Rihanna et le rappeur américain A$AP Rocky arrivent pour le Met Gala 2021 au Metropolitan Museum of Art, le 13 septembre 2021 à New York. (Photo, AFP)
La chanteuse barbadienne Rihanna et le rappeur américain A$AP Rocky arrivent pour le Met Gala 2021 au Metropolitan Museum of Art, le 13 septembre 2021 à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • De son vrai nom Rakim Mayers, le musicien de 33 ans est visé par deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique
  • A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm

LOS ANGELES: Le rappeur américain A$AP Rocky, compagnon de Rihanna, a été inculpé pour son rôle dans une fusillade en novembre dernier à Hollywood, ont annoncé lundi les autorités de Los Angeles en Californie. 

De son vrai nom Rakim Mayers, le musicien de 33 ans est visé par deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, selon le bureau du procureur de Los Angeles. 

Il est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une »blessure légère » selon la police. 

A$AP Rocky doit comparaître mercredi devant un tribunal de Los Angeles. 

Le rappeur avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai. 

Rihanna, immense star à l'origine des tubes « Diamonds » et « Umbrella », est « l'amour de ma vie » et « l'unique », avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021. 

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.