Covid-19: l'Ordre des médecins adresse un «blâme» au professeur Raoult

Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un "blâme" par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins (AFP)
Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un "blâme" par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 03 décembre 2021

Covid-19: l'Ordre des médecins adresse un «blâme» au professeur Raoult

  • Depuis fin 2020, l'infectiologue marseillais de 69 ans était visé par deux plaintes déposées par l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et le conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom)
  • Il lui était reproché d'avoir fait la promotion de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, «sans données scientifiques établies»

BORDEAUX: Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un "blâme" par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé.

La chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine, où l'audience avait été dépaysée loin de Marseille, n'a pas publié ses motivations, qu'elle réservera aux avocats, pour avoir prononcé cette sanction, la deuxième en importance après le simple avertissement alors que sa décision pouvait aller jusqu'à l'interdiction d'exercer.

"On s'attendait" à cette décision car "il était difficile de prononcer une interdiction étant donné que le professeur Raoult n'exerce plus", a expliqué à l'AFP Me Philippe Carlini, avocat de l'Ordre des médecins, qui n'aura les motivations de la chambre qu'en "début de semaine prochaine". Le conseil de l'ordre des Bouches-du-Rhône doit se réunir lundi pour analyser cette sanction. 

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), dirigé par le docteur Raoult, n'a pas fait de commentaire.

Depuis fin 2020, l'infectiologue marseillais de 69 ans était visé par deux plaintes déposées par l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et le conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom).

Il lui était reproché d'avoir fait la promotion de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, "sans données scientifiques établies", ce qui s'apparente à du "charlatanisme", avait affirmé la rapporteure de la chambre disciplinaire lors de l'audience le 5 novembre à Bordeaux.

Le chercheur était aussi accusé d'avoir pris des "risques inconsidérés" en soignant des patients avec ce traitement "non éprouvé par la science", avait-elle ajouté.

Déposées sur la base de plusieurs signalements initialement effectués par la société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf), les plaintes accusaient également le Pr Raoult d'avoir enfreint, par sa communication, l'article 56 du code de déontologie, en "manquant à son devoir de confraternité" envers d'autres médecins.

Présent début novembre devant la chambre par "respect pour cette institution", Didier Raoult, à la retraite depuis le 31 août comme professeur d'université praticien hospitalier, s'était estimé "pas concerné" par d'éventuelles "sanctions".

- "Possibles manquements" -

"Ce sont les médecins qui se plaignent de nous, pas les patients", avait-il lancé à l'avocat des plaignants, assurant avoir reçu "plus de 600 000 patients" au sein de l'IHU durant la crise sanitaire, "sans aucune plainte" de leur part.

Il avait défendu "la réussite" de son traitement conjuguant hydroxychloroquine et azythromicine pour traiter les malades du Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé aujourd'hui encore.

Petite victoire pour le professeur Raoult: le Dr Guillaume Gorincour, que l'infectiologue poursuivait pour "non-confraternité", a été de son côté sanctionné d'un "avertissement" par la chambre disciplinaire de Nouvelle-Aquitaine, composée de 8 médecins et présidée par un magistrat administratif. 

"On s'expose à cela quand on est sur Twitter", a commenté Me Carlini, estimant que cette plainte était surtout "une contre-feu allumé par le professeur Raoult". 

En plus de cette procédure, le professeur Raoult est visé, avec l'IHU qu'il a créée en 2011, par plusieurs autres enquêtes sur les conditions dans lesquelles l'institut a conduit ses études autour du Covid-19.

Ces investigations ont été ouvertes cette année par l'université Aix-Marseille, par les hôpitaux de Marseille (AP-HM) et par l'agence nationale du médicament (ANSM), après un article de L'Express sur de "possibles manquements à la réglementation des essais cliniques".

L'IHU et son directeur sont également accusés, dans un article de Mediapart, d'avoir mené "une expérimentation sauvage contre la tuberculose". L'ANSM a annoncé "diligenter une inspection" au sein de l'IHU, l'AP-HM a lancé une enquête, tandis que le parquet de Marseille a demandé une "évaluation" des suites judiciaires à donner.

Enfin, le 4 novembre, c'est le ministre de la Santé Olivier Véran et sa collègue de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, qui ont demandé à l'Inspection générale des affaires sociales et l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche de mener "une mission de contrôle" à l'IHU.

Le Pr Raoult ne devrait rester que quelques mois à la tête de cet institut, qui a enclenché depuis une semaine le processus de sélection d'un nouveau directeur.


Les accidents mortels sur les pistes de ski, rarissimes mais difficiles à prévenir

Cette saison, DSF a impulsé dans les stations françaises « Vas-y mollo», une grande campagne de sensibilisation invitant à la prudence les férus de glisse, impatients à l'idée de retrouver les pistes après un an de privations pour cause de Covid-19. (Photo d'illustration, AFP)
Cette saison, DSF a impulsé dans les stations françaises « Vas-y mollo», une grande campagne de sensibilisation invitant à la prudence les férus de glisse, impatients à l'idée de retrouver les pistes après un an de privations pour cause de Covid-19. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • « Aujourd’hui, la tendance est d’avoir des pistes bien préparées qui donnent parfois l’impression de bien maîtriser son ski, mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut que le skieur ait conscience de son niveau»
  • Depuis dix ans, les stations forment également leurs pisteurs-secouristes à interpeller les clients qui n'auraient pas un comportement approprié sur le domaine

GRENOBLE : Une fillette britannique, puis l'acteur Gaspard Ulliel viennent de périr dans des collisions sur piste: des drames peu fréquents mais qui interpellent les acteurs de la montagne, privés de nouveaux leviers pour prévenir certains comportements dangereux.

"Deux morts en moins d'une semaine, c'est très dur", estime Laurent Reynaud, le délégué général de Domaines Skiables de France (DSF), qui rappelle que l'accidentologie moyenne sur les pistes de ski est chaque année "inférieure à dix morts" pour dix millions de pratiquants.

Cette saison, DSF a impulsé dans les stations françaises "Vas-y mollo", une grande campagne de sensibilisation invitant à la prudence les férus de glisse, impatients à l'idée de retrouver les pistes après un an de privations pour cause de Covid-19. 

"La sécurité sur les domaines résulte de notre travail de sécurisation des pistes, mais aussi du comportement du skieur. Le ski est un sport d'évolution libre et nous sommes les premiers responsables de notre sécurité et de celle des autres", souligne Laurent Reynaud. 

"Aujourd’hui, la tendance est d’avoir des pistes bien préparées qui donnent parfois l’impression de bien maîtriser son ski, mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut que le skieur ait conscience de son niveau", abonde Claude Jay, président de la Fédération nationale de la sécurité et des secours sur les domaines skiables (FNSSDS). 

"Le matériel a bien évolué et c'est plus facile de skier plus vite. On est au mois de janvier avec un petit peu moins de monde et de la bonne neige et du bon matériel. Parfois, les gens se laissent un peu aller. Souvent, ils regardent un petit peu trop juste devant leurs skis", confirme Sébastien Gaidet, directeur technique de l'ESF à La Rosière (Savoie), où est décédé Gaspard Ulliel mardi. 

Dans les Écoles du ski français (ESF), où transitent chaque année trois millions d'élèves, consigne a également été donnée aux moniteurs de promouvoir une pratique "plus douce", explique Jean-Marc Simon, son directeur. "Mais nous faisons face à un public conséquent et divers dans sa façon de pratiquer ce loisir". 

Depuis dix ans, les stations forment également leurs pisteurs-secouristes à interpeller les clients qui n'auraient pas un comportement approprié sur le domaine.

Prévention ou sanctions ?

Si certains professionnels estiment que des "voies d'amélioration" sont encore possibles en matière de signalétique, de balisage et de panneaux de prévention, d'autres soulignent que les domaines skiables en sont déjà suffisamment garnis. 

"On ne peut pas aller beaucoup plus loin, sauf à gagner encore du terrain sur les domaines", tranche Bernard-Pascal Mousselard, président de l'Association nationale des directeurs de pistes et de la sécurité de stations de sports d'hiver (ADSP). 

Si le décès d'une fillette de cinq ans samedi à Flaine (Haute-Savoie) est dû à la vitesse excessive du skieur qui l'a percutée, celui de Gaspard Ulliel mardi ne semble pas avoir été causé par un comportement imprudent. Toutefois, celui-ci ne portait pas de casque au moment de la collision.

Sujet à débats, l'obligation de porter un casque ne constitue pas, pour nombre d'acteurs, la solution ultime.

Pour Jean-Marc Simon, la pratique du ski doit au contraire rester en dehors des dispositions réglementaires. "Il faut avant tout responsabiliser les gens", martèle-t-il. 

"Le casque est rentré dans la tenue du skieur. C'est un effet de mode bénéfique à la sécurité", juge au contraire Bernard-Pascal Mousselard. 

"Mais il n'empêchera pas les mauvais comportements et un effet pervers: avec une protection on se sent indestructible. On devient alors un danger pour soi et pour les autres", fait-il valoir.

"Le casque est obligatoire en Italie, jusqu'à 18 ans. Je souhaiterais que ça devienne obligatoire jusqu'à 18 ans", plaide Sébastien Gaidet, de l'ESF La Rosière.

Quant à la mise en place de sanctions à l'encontre du skieur contrevenant, comme le retrait du forfait aux États-Unis, elle n'est pas encore à l'ordre du jour en France. 

"En matière de sanctions, nous sommes démunis", regrette Laurent Reynaud. 


Les échos de la campagne à 80 jours du premier tour

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la deuxième édition du prix French Design 100, qui récompense les designers promouvant le design français dans le monde, à l'Elysée à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours lors de la deuxième édition du prix French Design 100, qui récompense les designers promouvant le design français dans le monde, à l'Elysée à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il n'y aura pas de démonstration de force de la majorité sur les parrainages des élus pour la candidature Macron, contrairement à ce qui avait été un temps espéré par des cadres de LREM
  • En attendant son imminente déclaration officielle de candidature, Emmanuel Macron continue de sillonner le terrain dans le costume de président, perlant ici ou là des annonces

PARIS : Les échos de la campagne présidentielle jeudi, à 80 jours du premier tour.

LA CITATION DU JOUR

"Madame Taubira est une voix forte à gauche, une voix qui s’est tue pendant six ans, (pendant que) toutes celles et ceux, ici, allaient au combat", a grincé le patron des sénateurs socialistes Patrick Kanner. 

"Elle aurait pu avoir un rôle à jouer comme soutien" à Anne Hidalgo, mais "quand elle dit +je ne serai pas une candidature de plus+, malheureusement elle est une candidature de trop", a encore déploré M. Kanner, qui inaugurait le comité de soutien lillois de Mme Hidalgo.

 

LES ANIMALISTES EN MEETING

La candidate du Parti animaliste, Hélène Thouy, tiendra deux meetings en février, à Orléans le 12 puis Toulouse le 26, a-t-elle annoncé à l'AFP. D'ici là, "notre priorité absolue est de boucler nos parrainages", a-t-elle dit, en revendiquant 270 mais pointant des difficultés "avec le fait que l'immense majorité des maires ne veut parrainer personne". Le programme, décliné en une centaine de propositions, sera diffusé "fin janvier, début février", avec l'ambition de "démontrer que la cause animale et les liens entre animaux et hommes, peuvent irriguer l'ensemble des thèmes", a-t-elle ajouté.

 

PARRAINAGES: LA MAJO LA JOUE MODESTE

Il n'y aura pas de démonstration de force de la majorité sur les parrainages des élus pour la candidature Macron, contrairement à ce qui avait été un temps espéré par des cadres de LREM.  "Valérie Pécresse bien sûr fera plus que nous", constate un ténor de la majorité. "Vous avez vu le maillage territorial ? Et là, tous les grands exécutifs mettent la pression sur les maires", ajoute le même, concédant que les premières remontées effectuées par les parlementaires n'étaient "pas époustouflantes". 

Selon des sources au sein de LREM, un millier de promesses de parrainages a été engrangé, quand en 2017 M. Macron avait obtenu 1.829 signatures. Le profil bas est donc de mise. "Je ne suis pas pour qu'on fasse dans la surenchère sur ce sujet", résume un autre ponte de la majorité.

 

AU CALENDRIER DE L'AVENT DE MACRON

En attendant son imminente déclaration officielle de candidature, Emmanuel Macron continue de sillonner le terrain dans le costume de président, perlant ici ou là des annonces. Le député LREM Jean-Baptiste Moreau, agriculteur en Creuse, a déclaré jeudi que le chef de l'Etat se rendrait lundi dans son département sur le thème de la "jeunesse en milieu rural", accompagné notamment du ministre de la Santé Olivier Véran et de l'Agriculture Julien Denormandie.

 

LE SONDAGE DU JOUR

La candidate LR Valérie Pécresse et celle du RN Marine Le Pen continuent leur chassé-croisé dans la course à la qualification pour le deuxième tour. Selon le baromètre Opinionway, la présidente de la région Ile-de-France a pris une courte longueur d'avance (18% contre 17%). Une photographie contredite par l'enquête de l'Ifop, qui voit Mme Le Pen légèrement distancer sa concurrente (18% contre 16%). Ces résultats restant dans la marge d'erreur, le suspense est donc entier. Emmanuel Macron, lui, caracole en tête, avec 24% et 25,5% d'intentions de vote dans les deux sondages.

 

AMELIE DORENDEU SOUTIENT LA «PRIMAIRE POPULAIRE»

La "primaire populaire", initiative "citoyenne" qui entend désigner un candidat unique de la gauche - Christiane Taubira est la seule des principaux candidats à gauche à en accepter l'issue - a engrangé le soutien d'une ancienne chef de l'Etat... de fiction: la comédienne Anna Mouglalis, qui a repris son rôle d'Amélie Dorendeu, présidente de la République dans la brillante série "Baron noir", et qui appelle dans une vidéo à s'inscrire à ladite primaire. 

Dans la série, la Première secrétaire du PS accède à l'Elysée sans recourir à ce processus.


Covid: le gouvernement allégera les restrictions en février

Le Premier ministre français Jean Castex donne une conférence de presse sur la situation actuelle du Covid-19, à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le Premier ministre français Jean Castex donne une conférence de presse sur la situation actuelle du Covid-19, à Paris, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le pass vaccinal, succédant au pass sanitaire pour les personnes d'au moins 16 ans, entrera en vigueur à partir de lundi « sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel» vendredi
  •  Jean Castex, a en outre indiqué que le port du masque ne serait plus obligatoire en extérieur à partir du 2 février, date à laquelle seront abandonnées les jauges dans les lieux recevant du public

PARIS : Le gouvernement a annoncé jeudi soir la levée, courant février, de la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie: fin du port du masque en extérieur et du télétravail obligatoire, réouverture des discothèques et retour des concerts debout. 

"Nous pourrons courant février lever la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie à la faveur du nouveau pass vaccinal qui entrera en vigueur lundi prochain", a annoncé le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse à Matignon.

A partir du 2 février, le port du masque ne sera plus obligatoire en extérieur, les jauges dans les lieux recevant du public abandonnées et le télétravail "ne sera plus obligatoire", mais recommandé, a détaillé le chef du gouvernement.

Deux semaines plus tard, se sont les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, qui pourront rouvrir et les concerts debout seront à nouveau autorisés. La consommation au comptoir sera également possible dans les bars. Tout comme la consommation dans les stades, les cinémas et les transports.

Le Royaume-Uni, frappé par la vague Omicron quinze jours avant la France, vient tout juste d'annoncer la levée de l'essentiel de ses restrictions, promettant même la fin de l'isolement pour les contaminés. 

Le gouvernement a également annoncé que le pass vaccinal, succédant au pass sanitaire pour les personnes d'au moins 16 ans, entrera en vigueur à partir de lundi "sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel" vendredi.

Ce pass servira à accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux. 

Côté écoles, Jean Castex "envisage" un allègement du protocole sanitaire pour les établissements scolaires au retour des vacances de février, soit pas avant le 7 mars, date où tous les enfants (des trois zones) seront rentrés de vacances.

Les adolescents entre 12 et 17 ans pourront par ailleurs avoir un rappel de leur vaccination, "sans obligation", dès lundi.

 

- "Une période contrastée" -

 

L'exécutif fait face à une situation paradoxale: si le nombre de cas positifs continue à augmenter - et à battre des records à plus de 300.000 contaminations quotidiennes sur la moyenne des sept derniers jours -, la pression sur les services de réanimation tend à décroître.

Les services de soins critiques, qui hébergent les cas les plus graves, accueillaient au total jeudi 3.842 patients du Covid. Ce chiffre décline depuis plusieurs jours même si, plus généralement, les hospitalisations continuent à augmenter.

Cette situation s'explique par les caractéristiques du variant Omicron, qui est certes beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs mais donne aussi moins de formes sévères de la maladie. Cela se traduit par des passages moins longs à l'hôpital et des admissions moins fréquentes en réanimation.

La population continue également à se tester massivement, même si les chiffres diminuent un peu. Plus de 11 millions de tests de dépistage du Covid-19 ont été réalisés la semaine dernière, un peu moins que le record enregistré après la rentrée scolaire de janvier et en recul pour la première fois depuis la Toussaint.

"On va entrer dans une période contrastée", a résumé jeudi, dans un avis paru avant les annonces du gouvernement, le Conseil scientifique, qui conseille l'exécutif dans la gestion de la crise.

Se disant porteur d'un "double message d'espoir et de prudence", il estime que les hôpitaux devraient être en mesure de supporter la vague mais seulement à condition que les Français restent vigilants en matière de gestes barrières.

Le Conseil scientifique répète qu'il est favorable au pass vaccinal, le jugeant "justifié" pour pousser à la vaccination les Français à risque qui n'ont pas encore sauté le pas.