Dans le métavers, le marché immobilier a la cote

S'il faudra du temps avant que ces sites ne soient de vrais métavers, permettant aux utilisateurs d'explorer des mondes parallèles via des casques de réalité virtuelle, les terrains numériques fonctionnent déjà comme des actifs financiers, à l'instar de biens fonciers. (Photo, AFP)
S'il faudra du temps avant que ces sites ne soient de vrais métavers, permettant aux utilisateurs d'explorer des mondes parallèles via des casques de réalité virtuelle, les terrains numériques fonctionnent déjà comme des actifs financiers, à l'instar de biens fonciers. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 05 décembre 2021

Dans le métavers, le marché immobilier a la cote

  • Selon la base de données sur les cryptomonnaies Dapp, plus de 100 millions de dollars ont été dépensés lors de la semaine écoulée pour des achats immobiliers sur les quatre principaux sites du métavers
  • L'intérêt pour le métavers (contraction de méta et univers) a grimpé en flèche depuis octobre après la décision de Facebook de faire de cette idée son nouveau projet d'entreprise

PARIS : Dépenser des millions pour des terrains virtuels peut sembler saugrenu, mais l'enthousiasme pour les univers parallèles pousse des investisseurs à miser gros sur l'immobilier numérique.

Cette semaine, l'entreprise Republic Realm, basée à New York, a annoncé avoir dépensé la somme record de 4,3 millions de dollars pour l'achat d'un terrain sur The Sandbox, une plateforme donnant accès à un monde virtuel où les participants peuvent discuter, jouer et même participer à des concerts.

Sur le site concurrent Decentraland, la société canadienne Tokens.com, spécialisée dans les cryptomonnaies, avait déboursé 2,4 millions de dollars en novembre pour un achat immobilier.

Quelques jours auparavant, la Barbade, un petit pays des Caraïbes, avait dit vouloir établir une ambassade dans le métavers, ce réseau d'espaces virtuels interconnectés, parfois décrit comme l'avenir d'internet.

L'intérêt pour le métavers (contraction de méta et univers) a grimpé en flèche depuis octobre après la décision de Facebook de faire de cette idée son nouveau projet d'entreprise, le groupe allant jusqu'à renommer sa maison mère "Meta".

Ce tournant stratégique a "fait découvrir le terme à des millions de gens bien plus rapidement que j'aurais pu l'imaginer", reconnaît Cathy Hackl, consultante tech pour des entreprises souhaitant entrer dans le métavers.

Selon la base de données sur les cryptomonnaies Dapp, plus de 100 millions de dollars ont été dépensés lors de la semaine écoulée pour des achats immobiliers sur les quatre principaux sites du métavers que sont The Sandbox, Decentraland, CryptoVoxels et Somnium Space.

Pour Mme Hackl, l'explosion du marché, qui fait interagir propriétaires, locataires et développeurs fonciers, n'est pas une surprise.

"On essaye de traduire dans le monde virtuel ce qu'on sait faire avec les biens physiques", indique-t-elle à l'AFP.

«5e Avenue» du métavers

S'il faudra du temps avant que ces sites ne soient de vrais métavers, permettant aux utilisateurs d'explorer des mondes parallèles via des casques de réalité virtuelle, les terrains numériques fonctionnent déjà comme des actifs financiers, à l'instar de biens fonciers, explique Mme Hackl. 

"On peut construire dessus, les louer ou les vendre", affirme-t-elle.

Tokens.com a acquis une parcelle de choix sur Decentraland dans le quartier de Fashion Street que la plateforme veut transformer en destination pour les magasins virtuels des groupes de luxe.

"Si je n'avais pas fait de recherches et compris qu'il s'agit de propriétés de grande valeur, ça paraîtrait complètement fou", admet le patron de Tokens.com, Andrew Kiguel.

M. Kiguel a travaillé pendant 20 ans comme banquier d'investissement dans le secteur de l'immobilier. Selon lui, les terrains virtuels représentent une opportunité semblable aux biens du monde réel: ils se situent dans un quartier en vogue très fréquenté.

"Ce sont des lieux pour la publicité et les événements où les gens vont se rassembler", explique-t-il, mentionnant un récent festival musical qui a attiré 50.000 visiteurs sur Decentraland.

Les marques de luxe s'aventurent déjà dans le métavers: un sac à main Gucci s'est vendu sur la plateforme Roblox plus cher que sa version physique. M. Kiguel espère que Fashion Street deviendra l'équivalent de la 5e Avenue à New York.

Quant à savoir comment dégager des revenus, "ça peut être aussi simple que de posséder un panneau publicitaire ou aussi complexe que d'avoir une boutique avec un vrai salarié", explique-t-il.

"On pourrait rentrer avec son avatar, regarder des modèles en 3D d'une chaussure qu'on pourrait tenir entre ses mains et poser des questions."

Second Life 2.0

Dès 2006, une promotrice immobilière avait fait parler d'elle après avoir vendu un terrain pour 1 million de dollars dans le monde virtuel de Second Life, site précurseur du métavers.

Second Life est toujours en activité, mais les partisans de ses rivaux plus récents soulignent une différence majeure.

Sur Decentraland, tous les achats, qu'il s'agisse d'immobilier ou d'œuvres d'art virtuelles, se font via des jetons non fongibles (NFT).

Certains internautes ont dépensé des dizaines de milliers de dollars pour ces objets numériques, le concept suscitant enthousiasme et scepticisme.

M. Kiguel pense que la propriété numérique va devenir courante dans les prochaines années grâce à la technologie de la chaîne de blocs ("blockchain"), qui garantit la sécurité et la transparence des transactions.

"Je peux voir l'historique des propriétaires, ce que ça a coûté et comment c'est passé d'une personne à une autre", détaille-t-il.

L'investissement comporte toutefois des risques, à commencer par la volatilité des cryptomonnaies utilisées pour acheter les NFT.

Par ailleurs, si les concerts virtuels sur Roblox ou Fortnite ont attiré des dizaines de millions de curieux, la rareté des données sur le métavers suggère que la fréquentation de sites comme Decentraland est loin derrière celui de réseaux sociaux établis comme Facebook ou Instagram.

La valeur des investissements immobiliers dans le métavers dépendra du nombre de personnes se rendant sur ces plateformes.

"Je sais que ça a l'air un peu absurde", reconnaît M. Kiguel. "Mais il y a une vision derrière tout ça."


Les dépenses du secteur touristique saoudien bondissent de 93% pour atteindre 185 milliards de riyals en 2022

Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens. (Shutterstock)
Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens. (Shutterstock)
Short Url
  • Le nombre d’emplois en 2022 a atteint 880 000, ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente
  • Le ministre a insisté sur la nécessité d’élever davantage le niveau des services fournis dans le secteur par la formation et la préparation du cadre humain

RIYAD: Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,24 euro), contre 95,6 milliards en 2021, alors que le Royaume continue de diversifier son économie dans le cadre de la Vision 2030.

Le ministre du Tourisme, Ahmed ben Aqil al-Khatib, a révélé ces détails lors de sa réunion mensuelle avec les citoyens, a rapporté l’Agence de presse officielle saoudienne.

Passant en revue les réalisations du secteur au cours de l’année 2022, le ministre a précisé que «la contribution directe du secteur dans le produit intérieur brut s’est élevée à 3,2% de l’objectif total de 10% d’ici à 2030».

En outre, il a noté que le nombre d’emplois en 2022 a atteint 880 000, ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente.

«Le pourcentage de femmes saoudiennes dans le secteur du tourisme s’est également accru pour atteindre 44% de l’ensemble des employés du secteur», ajoute M. Al-Khatib.

Il a aussi exhorté les investisseurs du secteur à adhérer aux nouvelles réglementations établies par le ministère afin de créer un environnement concurrentiel sain, à la fois équitable et attractif pour les investissements.

La nouvelle réglementation vise à élaborer les procédures et les exigences appropriées pour la pratique des activités touristiques, tout en tenant compte de la diversité des services fournis et en élevant les niveaux de qualité.

Par ailleurs, le ministre a insisté sur la nécessité d’élever davantage le niveau des services fournis dans le secteur par la formation et la préparation du cadre humain, qui est le principal facteur de mise à niveau du secteur.

«Le ministère cherche à créer un million d’emplois dans le secteur du tourisme grâce à ses diverses activités, ce qui nécessite la mise en place d’instituts de formation et la construction et le développement de programmes et de services de formation dans le domaine de l’hôtellerie et du tourisme», explique M. Al-Khatib.

De plus, le ministère a lancé un programme d’emprunt conjoint avec le secteur bancaire pour financer les moyennes, petites et microentreprises afin d’améliorer les investissements dans ce secteur.

Au cours de l’année 2022, le ministère du Tourisme a également mis en œuvre quelque onze campagnes publicitaires pour présenter et commercialiser le tourisme dans le Royaume. Ces campagnes ont été diffusées dans trente-cinq pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


OpenAI lance le service d'abonnement ChatGPT à 20 dollars par mois

Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie. (OpenAI/Fichier)
Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie. (OpenAI/Fichier)
Short Url
  • Le mode payant soutiendra la version hors subventions
  • ChatGPT est l'application qui connaît la croissance la plus rapide de l'histoire

LONDRES: La société mère de ChatGPT, OpenAI, a annoncé mercredi le lancement d'un plan d'abonnement pilote pour son chatbot très prisé, alimenté par l'intelligence artificielle (IA), appelé ChatGPT Plus, pour 20 dollars (1 dollar = 0,92 euro) par mois.

Dans le cadre du forfait préférentiel, les abonnés auront accès à ChatGPT même pendant les heures de pointe, ainsi qu’à des réponses plus rapides et un accès prioritaire aux nouvelles fonctions et améliorations.

La compagnie a indiqué que la version pilote sera initialement mise en œuvre auprès d'un nombre limité d'utilisateurs sur la liste d'attente, mais a ajouté qu'elle prévoyait de rendre le service accessible au grand public dans un proche avenir.

Le nouveau mode basé sur un abonnement aidera à soutenir la version gratuite, a déclaré la compagnie, le postant sur un blog.

Les experts estiment que le chatbot alimenté par l'IA, qui est capable de produire des textes et des conversations interactives de type humain, coûte à OpenAI au moins 100 000 dollars par jour, ou 3 millions de dollars par mois pour fonctionner.

Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie.

Mercredi, une étude de l’UBS a montré que ce système a atteint en janvier près de 100 millions d’utilisateurs actifs par mois, ce qui en fait l’application à la croissance la plus rapide de l’histoire. 

Au-delà de l'enthousiasme, ce moyen a également soulevé des inquiétudes et des dilemmes, notamment des défis au niveau de l’éthique, la propriété du droit d'auteur, les préjudices fondamentaux et la question de l'authenticité.

ChatGPT a notamment soulevé des questions sur la facilitation de la malhonnêteté et de la désinformation au niveau universitaire, incitant les universités du monde entier à interdire aux étudiants de recourir à ce moyen pour leurs devoirs et examens.

Pour résoudre le problème, OpenAI a publié mardi un moyen «imparfait» conçu pour détecter les œuvres écrites rédigées par l'intelligence artificielle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Aldar s'associe à Dubai Holding pour construire 9 000 nouvelles habitations

Le bâtiment du siège d'Aldar à Al-Raha (Shutterstock)
Le bâtiment du siège d'Aldar à Al-Raha (Shutterstock)
Short Url
  • Les travaux devraient commencer cette année, selon le communiqué de presse
  • Aldar sera en charge de l'ensemble du cycle de développement, et notamment de la conception, des ventes, de la livraison ainsi que de la gestion des projets

RIYAD: Aldar Properties, basée à Abu Dhabi, est sur le point de lancer ses projets à Dubaï après avoir signé un accord d’entreprise commune avec Dubai Holding pour construire 9 000 nouvelles habitations dans trois collectivités de Dubaï.

Ces projets se concrétiseront au cœur de la banlieue de la ville, le long des corridors E311 et E611 sur 38,2 millions de pieds carrés de terrain, selon un communiqué de presse.

Les travaux devraient commencer cette année, selon le communiqué de presse.

«Notre entrée à Dubaï est une étape majeure pour Aldar. Nous sommes enthousiasmés par notre potentiel de croissance à long terme dans l'émirat aux côtés de Dubai Holding, un partenaire stratégique de premier plan», a affirmé Talal al-Dhiyebi, PDG du groupe auprès d’Aldar Properties.

Aldar sera en charge de l'ensemble du cycle de développement, et notamment de la conception, des ventes, de la livraison ainsi que de la gestion des projets.

«Cette entreprise commune avec Aldar témoigne du parcours incomparable de Dubai Holding en tant que «partenaire de choix» stratégique pour de grands investisseurs régionaux et institutionnels. Conformément à notre vision d'opérer pour de meilleurs lendemains, nous continuerons à créer des opportunités qui positionnent Dubaï comme une destination de premier plan pour les investissements du monde entier», a précisé Amit Kaushal, PDG de Dubai Holding.

«En conjuguant nos efforts avec ceux d’Aldar, l'un des leaders du marché dans ce domaine, nous atteignons notre objectif commun de stimuler la croissance économique des Émirats arabes unis et de créer une valeur durable à long terme pour tous nos partenaires», a ajouté Kaushal.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com