Une adolescente palestinienne arrêtée à Jérusalem-Est après une attaque au couteau

L'incident de mercredi survient après plusieurs attaques à Jérusalem-Est. (Photo, AFP)
L'incident de mercredi survient après plusieurs attaques à Jérusalem-Est. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 09 décembre 2021

Une adolescente palestinienne arrêtée à Jérusalem-Est après une attaque au couteau

  • Agée de 14 ans, cette Palestinienne a été arrêtée dans une école du quartier de Cheikh Jarrah
  • L'arrestation est survenue à l'issue d'une vaste chasse à l'homme pour retrouver l'adolescente à Jérusalem-Est

JÉRUSALEM : Une adolescente palestinienne a été arrêtée mercredi à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé, après une attaque présumée au couteau visant une Israélienne qui vit dans une colonie de son quartier où sa famille est menacée d'éviction.

Agée de 14 ans, cette Palestinienne a été arrêtée dans une école du quartier de Cheikh Jarrah, à quelques centaines de mètres du lieu où elle a poignardé une femme qui emmenait ses cinq enfants à l'école, d'après la police israélienne qui n'a pas divulgué le nom de la suspecte.

L'arrestation est survenue à l'issue d'une vaste chasse à l'homme pour retrouver l'adolescente à Jérusalem-Est, secteur occupé et annexé par Israël. Plusieurs femmes de son entourage ont également été interpellées, a indiqué la police dans un communiqué.

L'avocat de la suspecte, Mohammed Mahmoud, a dit qu'elle "niait" les faits qui lui sont reprochés.

Mercredi soir, plusieurs dizaines de juifs nationalistes d'extrême droite ont manifesté à Cheikh Jarrah en brandissant des drapeaux israéliens et en scandant "Mort aux terroristes". Ils étaient encadrés par des policiers israéliens qui les ont éloignés des résidents palestiniens descendus dans la rue.

Selon les services de secours, la femme poignardée s'appelle Moria Cohen, âgée de 26 ans. Elle avait un couteau planté dans le dos lorsqu'elle a été transférée à l'hôpital Hadassah de Jérusalem, d'où elle est sortie quelques heures après son admission, d'après l'établissement.

Son mari, Dvir, a assuré à des journalistes qu'ils continueraient de vivre à Cheikh Jarrah, quartier palestinien et épicentre de tensions, car c'était leur "mission" en tant que colons.

En mai dernier, des manifestations de soutien à des familles palestiniennes menacées d'expulsion y avaient dégénéré en heurts avec des colons et la police israélienne, prémices à une flambée de violences meurtrières en Israël et dans les Territoires palestiniens.

Colonisation

La famille de la Palestinienne arrêtée est menacée d'expulsion au profit de colons et son dossier est actuellement entre les mains de la Cour suprême, a indiqué Hagit Ofran, de l'organisation israélienne anticolonisation "La Paix maintenant". 

En juin, le grand-père de la suspecte, Aref Hammad, avait dit "avoir peur d'être jeté dans la rue". "Après ils expulseront le quartier en entier", avait-il ajouté. 

Selon le spécialiste palestinien des colonies à Jérusalem, Khalil Tafakji, l'incident de mercredi est "la réaction de gens à qui on a essayé de prendre leur maison".

Plusieurs familles palestiniennes se trouvent dans une situation similaire, avec au coeur des procès la question de la propriété foncière de terres sur lesquelles sont construites des maisons et où vivent des Palestiniens, mais qui sont convoitées par des colons.

D'après la loi israélienne, si des juifs peuvent prouver que leur famille vivait à Jérusalem-Est avant la guerre de 1948, ils peuvent demander à ce que leur soit rendu leur "droit de propriété". Une telle loi n'existe toutefois pas pour les Palestiniens ayant perdu leurs biens pendant la guerre.

Aujourd'hui, quelque 200 000 Israéliens vivent à Jérusalem-Est, où habitent 300 000 Palestiniens.

Sur Twitter, le Premier ministre Naftali Bennett a salué le travail des forces de sécurité pour la "capture rapide" de l'assaillante présumée.

La colonisation israélienne, illégale au regard du droit international, s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967.

L'incident de mercredi survient après plusieurs attaques à Jérusalem-Est. 

Samedi, un Palestinien a mené une attaque au couteau ayant blessé au moins une personne à proximité de la porte de Damas qui donne sur la Vieille Ville, avant d'être abattu par les forces de l'ordre israéliennes. 

Le 22 novembre, un Israélien avait été tué et trois autres personnes blessées lors d'une rare attaque à l'arme à feu menée par un Palestinien membre du mouvement islamiste Hamas dans la Vieille Ville.


Le roi Salmane et le prince héritier saoudien reçoivent le roi de Bahreïn

Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).
Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).
Short Url
  • Etaient également présents plusieurs responsables parmi lesquels le ministre d’Etat Turki ben Mohammed et l’ambassadeur du Bahreïn en Arabie saoudite
  • Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré le roi au palais, organisant un diner pour ce dernier

DJEDDAH: Le roi Salmane d’Arabie saoudite a reçu son homologue bahreïni pour un déjeuner en son honneur au Palais d’Al-Salam à Djeddah ce dimanche.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).

Etaient également présents plusieurs responsables parmi lesquels le ministre d’Etat Turki ben Mohammed et l’ambassadeur du Bahreïn en Arabie saoudite Cheikh Ali ben Abdulrahmane Ali Al-Khalifa.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré le roi au palais, organisant un diner pour ce dernier.

Le roi du Bahreïn est arrivé à Djeddah plus tôt dans la journée et a été reçu par le gouverneur de La Mecque Khalid Al-Faisal et le ministre d’Etat Turki ben Mohammed.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Tebboune réitère l’intérêt de l’Algérie à rejoindre les BRICS

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Short Url
  • Tebboune avait participé au sommet des BRICS par liaison vidéo à la fin du mois de juin
  • En 2018, la production totale des cinq pays membres s'élevait à approximativement 23,2% du produit brut mondial

ALGER : À une ère de conflits où toutes les nations sont sommées de choisir un camp, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a de nouveau évoqué, ce dimanche soir, la possibilité d’adhésion de l'Algérie aux BRICS, constitués du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud.

Le président algérien a déclaré lors de sa dernière conférence de presse que l’Algérie tend à réaliser ce projet étant donné que cette organisation représente une « puissance économique et politique », considérable et espère que l'adhésion à ce groupe préservera le pays de « l'extrême polarisation du monde ». 

Tebboune avait précédemment participé au sommet des BRICS par liaison vidéo à la fin du mois de juin.

Dans ce contexte, Tebboune a souligné, sans « anticiper les événements », que « l'Algérie remplit, dans une large mesure, les conditions nécessaires afin de rejoindre le groupe des BRICS ».

Le Chef de l’État algérien, a, par ailleurs, affirmé que l’économie algérienne « commence aujourd’hui à se redresser » ajoutant que l’objectif « est de développer notre revenu national d’une manière qui nous permettra d’entrer dans le groupe des BRICS. ». 
 

T
Les présidents chinois Xi Jinping, russe Vladimir Poutine, brésilien Jair Bolsonaro, sud-africain Cyril Ramaphosa et le Premier ministre indien Narendra Modi, assistent à une réunion lors du sommet des BRICS à Brasilia (Photo, AFP).

Des rapports précédents parlaient de la possibilité que de nouveaux pays, à savoir l'Égypte et la Turquie, puissent rejoindre l'organisation.

Ces pays réunis, leur population représenterait environ 3 milliards d'habitants, soit plus de 41 % de la population mondiale.

En 2018, la production totale des cinq pays membres s'élevait à approximativement 23,2% du produit brut mondial.

Un nouvel ordre mondial 

Abdelmadjid Tebboune avait également évoqué "l'approche de l'Algérie face à la nécessité de s'efforcer d'établir un nouveau système économique qui garantisse la parité et l'égalité entre les différents pays", selon ce qui a été cité par l'agence de presse officielle algérienne.

En juin, s’adressant par vidéo conférence au dirigeant chinois qui présidait la réunion des BRICS, ce dernier avait déclaré que  « les tensions et les soubresauts qui secouent les relations internationales aujourd’hui nous interpellent tous, non seulement au vu du volume de la gouvernance mondiale et des défis de l’heure, qui se posent aux efforts visant à instaurer la paix, mettre fin aux conflits et impulser la roue du développement, mais aussi pour les dangers de la polarisation qui augure d’un changement des rapports de force sur la scène internationale et présage les contours du nouvel ordre mondial » faisant référence à l’inexorable division du monde déclenchée par la guerre entre l’Ukraine et la Russie.


Iran: L'UE juge «inacceptable» la répression des manifestations selon Borrell

Manifestation contre la mort de Mahsa Amin à Téhéran (Photo, Reuters).
Manifestation contre la mort de Mahsa Amin à Téhéran (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell condamne aussi la décision des autorités iraniennes de restreindre drastiquement l'accès à internet
  • Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour port inapproprié de vêtements

BRUXELLES: L'Union européenne a jugé dimanche "injustifiable et inacceptable" l'usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants en Iran, après neuf jours de protestations contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs, qui ont fait 41 morts.

Dans une déclaration au nom de l'UE, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell condamne aussi "la décision des autorités iraniennes de restreindre drastiquement l'accès à internet et de bloquer les plateformes de messagerie instantanée", qui "constitue une violation flagrante de la liberté d'expression".

"L'Union européenne continuera à examiner toutes les options à sa disposition, avant le prochain Conseil (des ministres des) Affaires étrangères, face à la mort de Mahsa Amini et à la façon dont les forces de sécurité iraniennes ont répondu aux manifestations qui ont suivi", a averti M. Borrell, sans plus de précision.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict.

"Nous attendons de l'Iran qu'il cesse immédiatement la répression violente des manifestations et permette l'accès à internet, ainsi que la libre circulation des informations", ajoute le haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères.

Il a aussi appelé Téhéran à "clarifier le nombre de morts et de personnes arrêtées, à libérer tous les manifestants non-violents".

"La mort de Mahsa Amini doit faire l'objet d'une enquête en bonne et dûe forme, et tout responsable avéré de sa mort doit rendre des comptes", poursuit-il, prenant "note à cet égard de la déclaration du président iranien" Ebrahim Raïssi.

Selon le bilan officiel iranien non détaillé incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en neuf jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo faisant état d'au moins 54 manifestants tués.