Environnement : l’ONU honore des militantes à travers le monde

La scientifique Gladys Kalema-Zikusoka.(©ONU)
La scientifique Gladys Kalema-Zikusoka.(©ONU)
Short Url
Publié le Dimanche 26 décembre 2021

Environnement : l’ONU honore des militantes à travers le monde

Portrait de la scientifique Gladys Kalema-Zikusoka.(ONU)
  • Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a publié début décembre les noms de ces femmes d’exception qui se sont distinguées par leurs initiatives innovantes
  • Une scientifique, un collectif de femmes autochtones, une entrepreneuse et même une Première ministre ont été récompensées pour leur engagement

BUENOS AIRES : Chaque année, les Nations unies mettent en avant les efforts des femmes qui ont su faire une différence dans le monde au niveau environnemental, et ce, dans diverses catégories. 

En effet, l’Organisation internationale récompense annuellement des femmes partout dans le monde pour leur engagement et leur innovation dans le secteur de la protection et la préservation environnementale. Pour 2021, une scientifique, un collectif de femmes autochtones, une entrepreneuse et même une première ministre ont été nommées Championnes de la Terre. 

Les quatre catégories de cette récompense sont : « Inspiration et action, Leadership en matière de politiques, Vision entrepreneuriale, et Science et innovation. » 

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a publié au début du mois de décembre l’identité de ces femmes d’exception récompensées pour leur action innovante en faveur de la préservation de l'environnement et « leur leadership pour la promotion de mesures audacieuses et décisives au nom des personnes et de la planète ». Les Championnes de la Terre de l’année 2021 sont :

Les “Sea Women of Melanesia” (en Papouasie-Nouvelle-Guinée et îles Salomon)

Portrait des « Sea Women of Melanesia ».(ONU)
Portrait des « Sea Women of Melanesia ».(©ONU)

Les Sea Women of Melanesia, originaires de Papouasie-Nouvelle-Guinée et îles Salomon, ont été honorées dans la catégorie « Inspiration et action », pour avoir enseigné aux femmes de leur région, par le biais des technologies et sciences marines  à surveiller et à analyser  les effets du blanchiment généralisé des coraux .

Mia Mottoley (Barbade)

Portrait de la militante Mia Mottoley.(ONU)
Portrait de la militante Mia Mottoley.(©ONU) 

La Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, est récompensée dans la catégorie «Leadership en matière de politiques ».  Mottley est considérée comme étant une activiste et militante importante  de l'action climatique en Amérique latine ainsi que dans les Caraïbes. Elle a également soutenu le plan d'action de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. 

 

Le Dr Gladys Kalema-Zikusoka (Ouganda) 

Portrait du Dr Gladys Kalema-Zikusoka.(ONU)
Portrait du Dr Gladys Kalema-Zikusoka.(©ONU) 

En Afrique, plus précisément en Ouganda, c’est Le Dr Gladys Kalema-Zikusoka qui a été honorée dans la catégorie « Science et innovation ». La scientifique est  la première vétérinaire spécialisée dans les espèces sauvages de l'Uganda Wildlife Authority. Elle est  également PDG et fondatrice de Conservation Through Public Health (CTPH). 

Maria Kolesnikova (République Kirghize)

Portrait de Maria Kolesnikoba.(ONU)
Portrait de Maria Kolesnikoba.(©ONU)

Maria Kolesnikova est récompensée pour sa part dans la catégorie « Vision entrepreneuriale ». Kolesnikova est une militante environnementale qui, depuis le début de sa carrière, se bat pour faire valoir les intérêts des jeunes et dirige l’organisation  MoveGreen, dont l’objectif est de surveiller et purifier  la qualité de l'air en Asie centrale.

Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE a tenu à féliciter les Championnes de la Terre, déclarant que « ces femmes  non seulement nous inspirent, mais nous rappellent aussi que nous avons entre les mains les solutions, les connaissances et les technologies pour limiter le changement climatique et éviter l'effondrement écologique. »


Origines du Covid: les débats s'échauffent à nouveau

Alimentée par une étude récente, l'hypothèse d'une transmission par un animal sauvage domine largement le monde scientifique, mais les partisans d'une fuite de laboratoire ne désarment pas. (Photo, AFP)
Alimentée par une étude récente, l'hypothèse d'une transmission par un animal sauvage domine largement le monde scientifique, mais les partisans d'une fuite de laboratoire ne désarment pas. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le monde scientifique estime largement que la pandémie a démarré début 2020 parce qu'un animal sauvage avait, quelques mois plus tôt, transmis le virus à l'humain, probablement sur le marché chinois de Huanan
  • Toutefois, quelques chercheurs défendent encore l'hypothèse d'une fuite de laboratoire, a priori l'institut de Wuhan, la ville du marché

PARIS: Trois ans après l'apparition de la Covid-19, les débats sur son origine rebondissent. Alimentée par une étude récente, l'hypothèse d'une transmission par un animal sauvage domine largement le monde scientifique, mais les partisans d'une fuite de laboratoire ne désarment pas.

"Nous ne pouvons pas dire catégoriquement comment la pandémie a commencé", déclarait mi-mars Maria Van Kerkhove, épidémiologiste américaine à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au moment où les débats se ravivaient à ce sujet.

Le monde scientifique estime largement que la pandémie a démarré début 2020 parce qu'un animal sauvage avait, quelques mois plus tôt, transmis le virus à l'humain, probablement sur le marché chinois de Huanan.

Toutefois, quelques chercheurs défendent encore l'hypothèse d'une fuite de laboratoire, a priori l'institut de Wuhan, la ville du marché.

La Chine rejette vivement cette théorie, mais a aussi longtemps nié que le marché de Huanan ait pu accueillir des animaux susceptibles de transmettre le virus.

Quoi de neuf ? Les partisans de l'hypothèse du laboratoire ont été encouragés fin février par les propos d'autorités américaines, en particulier le patron du FBI, sur son caractère "très probable".

Mais, par contraste avec leur fort impact médiatique, ces déclarations n'ont guère changé la donne chez les scientifiques.

"Ces propos ne semblent pas se fonder sur de nouveaux éléments et (la fuite de laboratoire, NDLR) reste la moins convaincante des deux hypothèses", juge la scientifique britannique Alice Hughes, spécialiste de la biodiversité, auprès de l'organisme Science Media Center.

Le chien viverrin

Quelques semaines plus tard, les partisans d'une transmission naturelle ont repris l'avantage médiatique, à la faveur d'une étude analysant des prélèvements recueillis début 2020 sur le marché de Huanan.

Plusieurs médias américains, en particulier le New York Times, ont relayé ce travail avant même qu'il soit mis en ligne, le présentant comme une avancée majeure pour appuyer une transmission naturelle.

De quoi s'agit-il ? Début 2020, juste après avoir fermé le marché de Wuhan, les autorités chinoises ont réalisé de nombreux prélèvements sur le site. C'est sur ces données qu'ont travaillé les chercheurs, emmenés par la Française Florence Débarre.

Ils ont repéré l'ADN et l'ARN de plusieurs mammifères sauvages, ce qui permet d'avérer leur présence sur le marché peu avant sa fermeture.

C'est notamment le cas du chien viverrin. Or, on sait que cet animal, qui appartient à la famille canine mais ressemble à un raton-laveur, peut être infecté au coronavirus et, potentiellement, servir d'intermédiaire pour une contamination de la chauve-souris à l'humain.

Ce travail, qui n'a pas été publié dans une revue scientifique, prouve-t-il que le chien viverrin est à l'origine de la pandémie ? Non, et il ne permet même pas d'affirmer catégoriquement que ces animaux étaient infectés, puisque les prélèvements n'ont pas été directement réalisés sur eux.

Données inaccessibles

Toutefois, cette dernière hypothèse apparaît plausible puisqu'à certains endroits du marché l'ADN de ces animaux était très présent à côté de celui du virus, alors qu'on ne retrouvait quasiment pas de génome humain.

Seulement, même à admettre leur infection, il est impossible de dire s'ils ont d'abord contaminé un humain ou si les choses se sont passées dans l'autre sens.

Cette étude constitue "une nouvelle pièce du puzzle qui appuie un lien entre le marché animal de Wuhan et l'origine de la pandémie", mais "pas une preuve irréfutable", tranche, sur le site The Conversation, le virologue Connor Bamford de la Queen's university  de Belfast.

Pour lui, il faudrait disposer de prélèvements plus anciens (fin 2019, quand la Covid émergeait à bas bruit) et directement effectués sur des animaux.

Or, c'est un problème majeur dans les recherches sur l'origine de la Covid: il est quasiment impossible d'accéder aux données brutes. C'est même le cas de celles sur lesquelles a travaillé l'équipe de Mme Débarre.

Elles étaient disponibles sur une plate-forme accessible aux chercheurs (Gisaid) mais, depuis, ont été retirées à la demande des chercheurs chinois qui les avaient mises en ligne.

"On a des données absolument cruciales qui permettent d'éclairer le début de la pandémie (mais) on ne peut pas les partager parce que ce ne sont pas les nôtres", regrette auprès de l'AFP Mme Débarre.

Or, "plus il y a de personnes qui se penchent dessus, plus on parviendra à extraire d'informations", souligne-t-elle.


Netanyahu accueilli à Londres sous les huées des opposants à sa réforme judiciaire

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak salue le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur les marches du 10 Downing Street à Londres, le 24 mars 2023, avant leur rencontre. (Photo, AFP)
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak salue le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur les marches du 10 Downing Street à Londres, le 24 mars 2023, avant leur rencontre. (Photo, AFP)
Short Url
  • Après Rome et Berlin, M. Netanyahu poursuit à Londres son offensive diplomatique pour tenter de convaincre les pays occidentaux de s'opposer à un retour à l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran
  • Son déplacement au Royaume-Uni intervient dans un contexte très tendu en Israël, où un projet de réforme de la justice qui entend limiter les prérogatives de la Cour suprême est perçu par ses détracteurs comme une dérive antidémocratique

LONDRES: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré vendredi son homologue britannique Rishi Sunak au 10 Downing Street, aux abords duquel des centaines de manifestants se sont rassemblés pour protester contre son projet controversé de réforme judiciaire.

Après Rome et Berlin, M. Netanyahu poursuit à Londres son offensive diplomatique pour tenter de convaincre les pays occidentaux de s'opposer à un retour à l'accord sur le programme nucléaire de l'Iran, ennemi numéro un d'Israël.

Mais son déplacement au Royaume-Uni intervient dans un contexte très tendu en Israël, où un projet de réforme de la justice qui entend limiter les prérogatives de la Cour suprême est perçu par ses détracteurs comme une dérive antidémocratique.

M. Sunak a souligné lors de la rencontre "l'importance de respecter les valeurs démocratiques qui fondent la relation (entre les deux pays), y compris dans le projet de réforme judiciaire en Israël", selon un porte-parole à Downing Street.

Depuis l'annonce de ce projet début janvier, par l'un des gouvernements les plus à droite de l'histoire d'Israël, des manifestations massives ont lieu toutes les semaines dans le pays.

Devant Downing Street vendredi matin, des centaines de personnes arborant des drapeaux israéliens ont manifesté, criant notamment "honte, honte, honte" en hébreux et en anglais.

"Je pense que Netanyahu est en train de prendre le contrôle de la Cour suprême pour faire d'Israël une dictature et nous devons nous y opposer aussi fortement que possible", affirme à l'AFP Alon, un Israélien d'une cinquantaine d'années vivant à Londres.

"C'est de la colère, de la tristesse, c'est juste difficile de croire (qu'Israël) est en train de devenir une dictature. C'est important d'être ici, parce que peut être qu'à un moment ils n'auront plus le droit de manifester en Israël", témoigne encore Dana Drori, 30 ans, venue avec ses deux filles.

Des dizaines de manifestants brandissant des drapeaux palestiniens ont également manifesté pour protester contre "l'occupation" israélienne dans les territoires palestiniens.

Partenariat stratégique

Lors de leur rencontre, les deux dirigeants "ont discuté de la grande inquiétude du Royaume-Uni et d'Israël face à l'activité déstabilisatrice de l'Iran" et sont d'accord pour travailler ensemble face au "risque de prolifération nucléaire", selon Downing Street.

Ils se sont aussi félicités de la signature mardi d'une "feuille de route" destinée à renforcer à long terme le partenariat stratégique entre les deux pays, notamment dans les domaines de la tech et de la sécurité.

Selon le gouvernement britannique, la coopération commerciale entre les deux pays représente environ 7 milliards de livres. Plus de 400 entreprises de la tech israéliennes sont implantées au Royaume-Uni.

Concernant le conflit palestinien, M. Sunak "a souligné l'inquiétude à l'international concernant les tensions en Cisjordanie".

Il a "encouragé tous les efforts pour une désescalade, particulièrement à l'approche des célébrations religieuses", alors que le conflit israélo-palestinien est aspiré dans une nouvelle spirale de violence ayant fait déjà plus de cent morts depuis le début de l'année.

Benjamin Netanyahu doit aussi s'entretenir à Londres avec la très conservatrice ministre de l'Intérieur Suella Braverman, pour discuter de la lutte antiterroriste.


Espagne: le premier grand incendie de l'année toujours hors de contrôle

Au total, en 2022, près de 500 feux ont calciné plus de 300 000 hectares dans le pays, selon le Système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS). (Photo d'illustration, AFP)
Au total, en 2022, près de 500 feux ont calciné plus de 300 000 hectares dans le pays, selon le Système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS). (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • Selon le gouvernement de la région de Valence, où se trouve la province de Castellón, 450 pompiers, soutenus par 22 moyens aériens, luttaient contre les flammes qui ont déjà dévasté 3 000 hectares de végétation
  • Cet incendie s'est déclaré jeudi après-midi dans la localité de Villanueva de Viver et a entraîné l'évacuation d'environ 1 500 personnes dans la région de Valence et dans celle voisine d'Aragon

MADRID: Le premier grand incendie de l'année en Espagne, qui a entraîné l'évacuation d'environ 1.500 personnes, restait hors de contrôle vendredi dans l'est du pays en raison de conditions propices à l'avancée des flammes.

"Nous sommes face à un incendie plutôt typique de l'été", s'est inquiété, sur la radio publique RNE, Manolo Nicolás, porte-parole des pompiers de la province de Castellón où s'est déclaré cet incendie.

Intervenant depuis Bruxelles, où il a participé à un sommet européen, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a jugé qu'un tel "incendie si tôt (dans l'année) est une preuve de plus de l'urgence climatique que vit l'humanité et qui affecte tout particulièrement des pays comme le nôtre".

"La seule chose que je peux demander" à la population "est de faire preuve de la plus grande prudence" face à "ce terrible incendie", a-t-il insisté, en promettant de "mettre toutes les ressources" possibles pour l'éteindre.

Selon le gouvernement de la région de Valence, où se trouve la province de Castellón, 450 pompiers, soutenus par 22 moyens aériens, luttaient contre les flammes qui ont déjà dévasté 3 000 hectares de végétation.

Cet incendie s'est déclaré jeudi après-midi dans la localité de Villanueva de Viver et a entraîné l'évacuation d'environ 1 500 personnes dans la région de Valence et dans celle voisine d'Aragon, a expliqué la numéro deux du gouvernement régional valencien, Aitana Mas.

"Les ingrédients parfaits d'un incendie de ces caractéristiques" sont réunis, a souligné Manolo Nicolás, en citant la sécheresse des derniers mois et une "grande quantité de combustible", c'est-à-dire notamment de broussailles, dans les forêts.

Il a par ailleurs souligné l'impact du vent venant de l'est, qui va se renforcer durant les heures à venir, compliquant la tâche des pompiers.

La zone qui suscite le plus de craintes se trouve à proximité de la localité touristique de Montanejos, qui a dû être évacuée alors que ses hôtels étaient pleins, a indiqué sur RNE son maire, Miguel Sandalinas.

"Aujourd'hui, il va faire 30 degrés" alors que nous sommes "en plein mois de mars", s'est-il désolé, en dénonçant les conséquences du "changement climatiques.

L'été dernier, l'Espagne a été frappée par des incendies particulièrement dévastateurs et a été le pays le plus touché d'Europe.

Au total, en 2022, près de 500 feux ont calciné plus de 300 000 hectares dans le pays, selon le Système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS).