Sortir de Gaza, aller à Bethléem: pour Milad, la double bénédiction de Noël

Orthodoxe comme la plupart des chrétiens de Gaza, Milad Ayyad ne compte plus les tentatives pour obtenir un permis israélien de sortie de Gaza, sous blocus de l'Etat hébreu depuis près de 15 ans. (AFP)
Orthodoxe comme la plupart des chrétiens de Gaza, Milad Ayyad ne compte plus les tentatives pour obtenir un permis israélien de sortie de Gaza, sous blocus de l'Etat hébreu depuis près de 15 ans. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 27 décembre 2021

Sortir de Gaza, aller à Bethléem: pour Milad, la double bénédiction de Noël

  • Cette liberté, Milad se félicite d'y avoir goûté pour ce Noël. Il n'a pas pris l'avion, s'est seulement rendu dans un autre territoire palestinien mais ce trajet de quelques heures lui a donné l'impression d'avoir «voyagé d'un pays à un autre»
  • Le nombre de chrétiens à Gaza est en baisse régulière, beaucoup ayant émigré notamment depuis la prise de pouvoir du mouvement islamiste Hamas en 2007

BETHLEEM: La dernière fois qu'il a mis un pas hors de la bande de Gaza, Milad Ayyad avait 10 ans. Vingt ans plus tard, ce chrétien palestinien a reçu un cadeau qu'il n'attendait plus: l'autorisation de fêter Noël à Bethléem.


Orthodoxe comme la plupart des chrétiens de Gaza, Milad Ayyad ne compte plus les tentatives pour obtenir un permis israélien de sortie de Gaza, sous blocus de l'Etat hébreu depuis près de 15 ans.


Cette année, 500 chrétiens de cette enclave ont été autorisés à se rendre en Cisjordanie occupée, autre territoire palestinien séparé de Gaza par le sol israélien et où se trouvent de nombreux lieux saints, en tête desquels la basilique de la Nativité de Bethléem construite, selon la tradition, sur le lieu de naissance de Jésus.

photo
Orthodoxe comme la plupart des chrétiens de Gaza, Milad Ayyad ne compte plus les tentatives pour obtenir un permis israélien de sortie de Gaza, sous blocus de l'Etat hébreu depuis près de 15 ans. (AFP)


Lorsque Milad, dont le prénom signifie naissance en arabe, a su qu'il avait eu le précieux sésame, valable un mois, il a ressenti "une joie indescriptible".


"Les célébrations dans la ville de la paix, Bethléem, sont spéciales. On ne peut pas les comparer à celles de Gaza, qui se tiennent entre les murs de l'église, avec seulement une messe et une petite troupe de scouts", explique l'étudiant en histoire aux yeux clairs.


Le nombre de chrétiens à Gaza est en baisse régulière, beaucoup ayant émigré notamment depuis la prise de pouvoir du mouvement islamiste Hamas en 2007. Selon des responsables chrétiens locaux, ils ne seraient plus qu'un millier, contre plus de 7 000 avant 2007.

Périple 
Jusqu'au dernier moment, le voyage de Milad semblait semé d'embûches.


D'abord, les autorités israéliennes n'indiquent pas quand le document sera effectivement délivré, laissant régner l'incertitude. Ensuite, il a fallu appeler l'oncle pour s'assurer qu'il pourrait le recevoir à Beit Sahour, une ville voisine de Bethléem. Puis organiser le trajet jusqu'au point de passage israélien d'Erez et maîtriser son stress pour se présenter dans l'immense hall ultra-sécurisé.


Mais le plus grand défi a été de convaincre le père, Abou Rimon, que son fils n'avait rien à craindre à traverser seul Israël. "Je tiens à mes fils comme à la prunelle de mes yeux", dit l'homme gravement malade, qui a en tête les images de soldats israéliens tirant sur des Palestiniens.

photo
Lorsque Milad, dont le prénom signifie naissance en arabe, a su qu'il avait eu le précieux sésame, valable un mois, il a ressenti «une joie indescriptible». (AFP)


Dans le patio de leur maison de Gaza, où les lumières du sapin clignotent que lorsqu'il y a de l'électricité, il a fallu les efforts d'un voisin pour persuader le patriarche qu'avec un permis israélien, il n'y avait pas de risque.


Dimanche, le jour du grand départ est enfin arrivé: Milad quitte Gaza. Dans la voiture qui l'attend à la sortie d'Erez, il peine à mettre sa ceinture de sécurité, qui à Gaza fait figure d'accessoire.


Le jeune homme, qui ne se rappelle pas avoir déjà vu de sa vie un Israélien, déchiffre les panneaux indiquant des villes israéliennes, portes d'entrée vers un autre monde. Lui qui s'est offert un manteau rembourré pour affronter "le froid de Bethléem", admire les étendues de verdure, remarque qu'"il n'y a pas de forêts comme ça à Gaza".

Liberté de religion 
Milad a certes raté les festivités du 24 décembre mais rien ne saurait entamer sa joie, d'autant que pour cet orthodoxe, la naissance de Jésus se marque les 6 et 7 janvier.


Par ailleurs, le dimanche, c'est jour de messe à Bethléem. Il y a sans doute sur la place de la Mangeoire plus de chrétiens que dans tout Gaza.


Milad prend un selfie devant l'immense sapin, visite la basilique de la Nativité, allume une bougie, se recueille dans la grotte où serait né Jésus.


Le permis de sortie a apporté un peu de lumière dans sa vie à Gaza, territoire fait "de crises", surtout sept mois après la guerre-éclair entre Israël et le Hamas, pour laquelle "on pleure encore les morts", dit-il.


Pour Janine Di Giovanni, chercheuse à l'université américaine de Yale, les chrétiens de Gaza devraient "être libres de pratiquer leur culte là où ils veulent". Les restrictions de mouvement constituent "un affront total à la liberté de religion", estime l'auteure d'un livre sur "la disparition" des chrétiens d'Orient.


Cette liberté, Milad se félicite d'y avoir goûté pour ce Noël. Il n'a pas pris l'avion, s'est seulement rendu dans un autre territoire palestinien mais ce trajet de quelques heures lui a donné l'impression d'avoir "voyagé d'un pays à un autre".


Mohammed ben Salmane reçoit le président ouzbek à Djeddah

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Short Url

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev mercredi à Djeddah.

 

Plus d’infos à suivre


OMS : le Maroc dans le Top 3 pour la hausse de l'espérance de vie en Afrique

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc n’est pas seul sur le podium puisqu’il est accompagné par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans
  • Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

CASABLANCA : Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur 12 pays du continent, le Maroc fait partie des trois premiers où l’espérance de vie est la plus forte. 

Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

Le rapport de l’OMS qui couvre une période de 19 ans (de 2000 à 2019) révèle qu’en Afrique, l'espérance de vie «en bonne santé» est passée de 47 à 56 ans en Afrique, contre 64 ans de moyenne mondiale, la couverture des services de santé essentiels s’est également améliorée, passant de 24% en 2000 à 46% en 2019.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique, la volonté de la région africaine d’améliorer la santé et le bien-être de la population explique cette augmentation, «Mais les progrès doivent continuer. Si les pays ne renforcent pas les mesures contre la menace du cancer et d'autres maladies non transmissibles, les avancées en matière de santé pourraient être compromises» a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si des efforts ont été déployés pour rétablir les services essentiels affectés par la crise sanitaire, la plupart des gouvernements africains financent moins de 50% de leurs budgets de santé, ce qui se traduit par d’importants déficits de financement. 

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé.

 


Brûlée par son mari en raison d’une grossesse non désirée, une Libanaise meurt à l'hôpital

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Short Url
  • Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a passé onze jours en soins intensifs pour des brûlures sur tout le corps
  • Son mari a été arrêté alors qu'il prévoyait de fuir à l’étranger

DUBAÏ: Une femme libanaise enceinte qui avait été violemment battue et brûlée par son mari parce qu'elle ne voulait pas avorter est décédée à l'hôpital mercredi.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a perdu sa lutte pour la vie à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours.

Un médecin de l'hôpital a déclaré mardi que Hana avait été admise à l’hôpital le 6 août, et qu’elle recevait un traitement pour des brûlures sur tout le corps.

Il a ajouté que l’enfant qu’elle portait était mort et qu’il a dû être retiré par intervention chirurgicale. Il a décrit les chances de survie de Hana comme «très faibles».

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a affirmé à Arab News que Hana était décédée mercredi. Un responsable de l'hôpital a confirmé la nouvelle et a déclaré que son corps avait déjà été réclamé par sa famille.

Selon les médias locaux, le mari de Hana, identifié uniquement par les initiales A. A., a battu sa femme parce qu'elle refusait d'avorter.

Il aurait déclaré que le couple – d'un milieu pauvre de la ville de Tripoli, dans le nord du pays – n'avait pas les moyens d’élever cet enfant.

S'adressant à Al-Jadeed TV mardi, la tante de Hana a confié: «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée à la maison et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz.»

Abdel Rahman Haddad a indiqué que A. A. avait été arrêté par les Forces de sécurité intérieure libanaises alors qu'il prévoyait de fuir le pays.

Avant son décès, la famille de Hana avait lancé plusieurs appels à un soutien financier pour l'aider à payer le traitement hospitalier, qui comprenait de multiples opérations et des transfusions sanguines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com