Les dix films qui ont marqué 2021

The Power of the Dog (Photo fournie)
The Power of the Dog (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 01 janvier 2022

Les dix films qui ont marqué 2021

  • Western, comédie romantique allemande, Disney grand cru ou film d’horreur plein de surprises, Arab News fait le bilan de l’année 2021
  • The Power of Dog, The French dispatch, The Lost Daughter ou The Father, des films qui se sont démarqués

DUBAÏ: L’année 2021 a été riche en découvertes cinématographiques. D’un western d’époque à une comédie romantique allemande, en passant par un film d’horreur, Arab News a sélectionné les meilleurs films de l’année.

The Power of the Dog

The Power of the Dog

Réalisatrice: Jane Campion

Acteurs principaux: Benedict Cumberbatch, Jesse Plemons, Kirsten Dunst

Voici une opinion controversée: malgré son succès, l’interprétation de Doctor Strange de Marvel est une perte de temps pour le grand Benedict Cumberbatch. Si l’acteur semble ennuyé dans Spider-Man: No Way Home, sa prestation dans The Power of the Dog est une performance hors du commun. Il joue le rôle d’un éleveur du nom de Phil Burbank, qui habite dans le Montana en 1925. Cet homme, aussi toxique que magnétique, sait que la violence psychologique est plus efficace lorsqu’elle est associée à des moments de gentillesse et de charme. Le silence angoissant du film, ponctué de paysages néo-zélandais extraordinaires, ne ressemble à aucun autre film et nous pousse à réfléchir longtemps après l’avoir vu.

The French Dispatch

“The French Dispatch”

Réalisateur: Wes Anderson

Acteurs principaux: Benicio del Toro, Frances McDormand, Timothée Chalamet

Wes Anderson a un style facile à imiter – fleuri, pastel, symétrique et évident dans son artifice – mais personne d’autre au monde ne pourrait réaliser un film aussi brillant que The French Dispatch. Une lettre d’amour du réalisateur américain aux années révolues où Harold Ross était le rédacteur en chef du New Yorker. Cette anthologie regroupe de grands acteurs, et dans ses trois histoires principales, Anderson est à son apogée: pas une seule image n’est perdue et il se dégage du récit une énergie délirante qui donne l’impression de dévorer une boîte de bonbons au sucre de canne, comme au bon vieux temps. Avec Anderson, le mot «prétentieux» n’est jamais un gros mot, et il ne devrait pas l’être.

The Green Knight

The Green Knight

Réalisateur: David Lowery

Acteurs principaux: Dev Patel, Alicia Vikander, Barry Keoghan

D’innombrables films ont été tournés sur le roi Arthur. Mais aucun comme celui de David Lowery n’a autant dépouillé les chevaliers de la Table ronde de tout ce qu’ils ont de mystique et de mythique. Le réalisateur traîne sa star, Dev Patel, dans la boue pour donner vie à une histoire de héros classique réinventée comme une quête de sens dans un monde sinistre et banal. Sire Gauvain est un pauvre bougre sans histoire à raconter, qui se dirige vers une mort certaine afin de devenir lui aussi une figure mythique comme ses nombreux amis à Camelot, un objectif moins satisfaisant qu’il ne le pense au départ. 

Malignant

“Malignant”

Réalisateur: James Wan

Acteurs principaux: Annabelle Wallis, Mckenna Grace, George Young

James Wan a toujours montré qu’il avait le potentiel pour devenir l’un des meilleurs cinéastes de sa génération et succéder à de grands réalisateurs comme Brian De Palma et Martin Scorsese, mais ses œuvres devaient encore le prouver. Avec Malignant, il réalise enfin un film à la hauteur de son génie maniaque, une lettre d’amour à l’ère VHS des films d’horreur, avec un style et une énergie sans pareils. Bien qu’il s'agisse au départ d’un film d’épouvante en apparence prévisible, il devient de plus en plus sauvage au fur et à mesure de sa progression. C’est dans ces moments-là que le talent de Wan s’exprime le mieux. Pour les fans d’horreur, c’est le film le plus amusant à voir au cinéma cette année.

The Lost Daughter

The Lost Daughter

Réalisatrice: Maggie Gyllenhaal

Acteurs principaux: Olivia Colman, Dakota Johnson, Ed Harris

Donnez à Olivia Colman n’importe quel rôle et elle brillera, mais confiez à la lauréate d’un Oscar un personnage tel que Leda dans The Lost Daughter et elle touchera votre âme. Leda est une professeure d’université qui passe des vacances d’été en Grèce en solitaire. Ses jours paisibles au bord de la plage sont interrompus par une famille américaine bruyante et agressive, dont une jeune mère (Dakota Johnson) dans laquelle Leda se reconnaît quinze ans plus tôt. Chacun des personnages, en particulier celui de Colman, est horriblement imparfait, souvent cruel sans raison, égoïste et têtu, mais l’immense empathie dont ils font preuve empêche le film de devenir lassant ou aliénant, permettant de faire la connaissance de personnes brisées et de les encourager à trouver le pardon pour elles-mêmes et pour les autres.

I’m Your Man

“I’m Your Man”

Réalisatrice: Mara Schrader

Acteurs principaux: Maren Eggert, Dan Stevens, Sandra Hüller

Ne soyez pas surpris si vous voyez ce joyau de la littérature allemande transformé en une comédie romantique à succès dans quelques années, mais mieux vaut ne pas attendre. Maren Eggert joue le rôle d’une femme participant à un essai scientifique pour une nouvelle entreprise qui fabrique des robots conçus pour incarner le partenaire idéal. Simple, chaleureux et sympathique, le film se distingue par la performance généreuse et douce de l’acteur anglais Dan Stevens (qui parle allemand) dans le rôle du robot qui veut juste aimer, essayant de courtiser une femme qui n’a aucun intérêt à être aimée.

The Father

“The Father”

Réalisateur: Florian Zeller

Acteurs principaux: Anthony Hopkins, Olivia Colman, Rufus Sewell

Le long-métrage a remporté deux Oscars cette année: pour le scénariste, Florian Zeller, et l’acteur principal, Anthony Hopkins. Pourtant, The Father est toujours sous-estimé. Ce film n’est pas le drame familial à succès qu’il semble être. Il s’agit en fait de l’un des thrillers psychologiques les plus dévastateurs de ces dernières années. Un film d’horreur dans la mesure où il exprime à l’écran ce que ses personnages craignent le plus – être atteints de démence. Le film suit le point de vue du personnage de Hopkins de si près que le spectateur devient aussi confus que lui alors que son appartement change autour de lui et que des visages autrefois familiers semblent maintenant appartenir à des étrangers. Un chef-d’œuvre déchirant, perspicace et impeccablement interprété, et le meilleur de la longue carrière de Hopkins.

Mayor

Mayor

Réalisateur: David Osit

Acteur principal: Moussa Hadid

Il y a beaucoup d’histoires palestiniennes plus fascinantes, plus chargées de souffrance et plus héroïques que celle de Moussa Hadid, le maire de Ramallah, en Cisjordanie. Mais pour le réalisateur David Osit, Hadid représentait un symbole fort: un homme politique complexe et sympathique pris au piège d’un cauchemar bureaucratique, un homme dont le désir de soulager la douleur des habitants de sa ville est constamment en contradiction avec les réalités de l’occupation. Bien qu’il n’ait pas été réalisé par un cinéaste arabe, Mayor capte néanmoins l’esprit de la Palestine comme aucun autre film et est caractérisé par un sens de l’humour et un regard tourné vers le changement réel.

Encanto

“Encanto”

Réalisateurs: Jared Bush, Byron Howard, Charise Castro Smith

Acteurs principaux: Stephanie Beatriz, María Celia Botero, John Leguizamo

Dans le film Encanto de Disney, une ville fictive d’Amérique du Sud abrite la famille magique Madrigal, dont chaque membre possède une faculté unique, sauf un. C’est ce concept qui nous accroche à ce monde coloré et plein de chansons. Si Mirabel, le personnage principal sans pouvoirs, nous permet de nous y introduire, c’est toute la famille qui nous donne envie de continuer à regarder. Au fur et à mesure que le film progresse, on découvre que les personnages qui semblaient unidimensionnels et marginalisés sont eux-mêmes en proie à de riches luttes intérieures. Et lorsque le film fait preuve d’amour et de compréhension à l’égard de chacun d'entre eux, les émotions s’élèvent jusqu’aux sommets des mélodies envoûtantes de Lin Manuel Miranda. Il s’agit de l’un des meilleurs films d’animation depuis des années.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Spécial
Rétrospective 2021: le Maroc en images
Par Hamza Makraoui -
Photos
En images, les festivités du nouvel an à travers le monde
Par Arab News en français -

Keaveny: L’accord du CCG permettra au commerce anglo-saoudien de se développer «considérablement»

Le lord-maire de la ville de Londres, l'alderman Vincent Keaveny, a été interrogé par Arab News avant sa visite en Arabie saoudite à la fin du mois. (Capture d'écran/photo d'AN)
Le lord-maire de la ville de Londres, l'alderman Vincent Keaveny, a été interrogé par Arab News avant sa visite en Arabie saoudite à la fin du mois. (Capture d'écran/photo d'AN)
Short Url
  • L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss
  • Selon Vincent Keaveny, l'expertise britannique contribuera «massivement» à la réalisation de l'objectif zéro émission nette du Royaume

LONDRES: Un accord de libre-échange (ALE) en cours d'élaboration entre le Royaume-Uni et le Conseil de coopération du Golfe permettra d'accroître considérablement leurs liens financiers au moment où l'économie mondiale est en pleine mutation, a indiqué le lord-maire de la ville de Londres à Arab News avant sa tournée dans la région.

Vincent Keaveny, qui commencera sa tournée à Riyad ce week-end, a déclaré que les investissements saoudiens en Grande-Bretagne dépassaient déjà les 65 milliards de livres sterling (1 livre sterling = 1,14 euro) par an et que les échanges commerciaux du Royaume-Uni avec le Golfe dépassaient les 33 milliards.

« Le CCG est notre quatrième partenaire commercial. Cela montre l'importance et l'ampleur des flux d'investissement qui vont dans les deux sens, et je pense qu'ils augmenteront considérablement au fil des ans », a-t-il ajouté.

« L'Arabie saoudite a de grands projets de transformation pour sa propre économie, et les services financiers et professionnels du Royaume-Uni ont beaucoup à offrir pour contribuer à leur mise en œuvre et à leur soutien ».

Le lord-maire de Londres, l'un des plus anciens officiers municipaux constamment réélus, exerce la fonction de maire de la ville de Londres et dirige la société City of London, dont l'objectif est de représenter, soutenir et promouvoir les entreprises situées au cœur financier de la capitale britannique.

L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss. Il devrait générer 33,5 milliards de livres sterling en termes de nouveaux échanges.

Truss, qui a reçu en décembre dernier les ministres des Affaires étrangères du CCG et qui était alors elle-même ministre des AE, a souligné que « le resserrement des liens économiques et sécuritaires avec les partenaires du Golfe » était une priorité.

 

PHOTO
Vincent Keaveny et son épouse Amanda, au banquet du lord-maire dans le centre de Londres, l'année dernière. (Photo, AFP)

« Un ALE représente une véritable volonté de faire évoluer les relations entre le Royaume-Uni et les pays de la région, et nous soutenons les ambitions de la Première ministre qui souhaite que cet accord soit conclu le plus rapidement possible », a déclaré Keaveny.

« Je pense que Liz Truss y parviendra. C'est une personne que la City connaît très bien. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec elle sur l'agenda du commerce international lorsqu'elle était secrétaire d'État au commerce international et elle a effectivement accordé une grande importance au commerce lorsqu'elle était secrétaire d'État aux Affaires étrangères », a-t-il ajouté.

Chris Doyle, directeur du Council for Arab-British Understanding, a indiqué à Arab News que l'ALE serait une priorité pour Truss.

Par ailleurs, Keaveny a déclaré qu'il ne serait pas surpris que des accords au niveau national soient exigés entre les différentes parties pour concrétiser le projet, tout en soulignant qu'il fallait attendre de voir les détails.

« Je pense que les accords de libre-échange permettent de définir le contexte. Il se peut que certains des ALE qui seront conclus au cours des deux prochaines années ne soient pas aussi complets que nous l'aurions souhaité dans la ville », a-t-il poursuivi.

« Je ne peux qu'encourager les négociateurs impliqués dans cet ALE à le finaliser le plus rapidement possible, même si je suis conscient qu'il est difficile de négocier avec un organisme tel que le CCG, qui comprend un groupe de pays aux intérêts divergents ».

PHOTO
Vincent Keaveny commencera une tournée régionale à Riyad ce week-end. (Photo, AFP)

Lorsqu'on lui a demandé si une alliance réglementaire accrue était à l'ordre du jour, Keaveny a dit qu'il n'était « pas assez proche de la négociation pour savoir s'il en résulterait une harmonisation réglementaire », mais a insisté sur le fait qu'une meilleure harmonisation serait positive, notamment en ce qui concerne les services financiers.

« Toute mesure qui rendrait la fourniture de services financiers plus fluide, que ce soit par l'harmonisation réglementaire ou par la libéralisation des flux de données, serait la bienvenue », a-t-il affirmé. « Mais je ne suis sincèrement pas assez proche des négociations pour savoir si un tel résultat est réaliste ».

Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d'investissement importants ».

L'Arabie saoudite associe son plan « Vision 2030 » – qui vise à réduire sa dépendance aux hydrocarbures, à diversifier son économie et à développer les services publics – à sa résolution de parvenir à zéro émission nette d'ici 2060.

« Tout cela doit être soutenu, et l'expertise et l'approche du Royaume-Uni, quant à l'objectif zéro émission et au financement de la transition, montrent que la ville de Londres ainsi que le pays sont les leaders d'opinion dans ce domaine », a expliqué Keaveny.  

« Nous serons donc en mesure de contribuer massivement aux projets de l'Arabie saoudite sur ce plan. C'est une grande victoire qui entraînera de nombreux avantages et qui permettra d'accroître de manière significative les actifs financiers et les infrastructures britanniques, qu'il s'agisse de structures électriques ou d'autres services publics ».

PHOTO
Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d'investissement importants ». (Photo fournie, City de Londres) 

La tournée de Keaveny tombe à un moment de fracture dans le monde, alors que le conflit entre la Russie et l'Ukraine en est à son neuvième mois et que l'on craint de plus en plus un hiver de mécontentement pour une Europe devenue dépendante du gaz russe.

Pourtant, il ne pense pas que ce soit un sujet de discussion majeur pour les parties concernées. « Il est clair que la guerre en Ukraine a des répercussions économiques mondiales. Si la question est soulevée, je pense que ce sera pour évoquer les effets de la guerre sur les pressions inflationnistes dans le monde et sur nos ambitions de réduction des émissions », a-t-il précisé.

De plus, il s'est réjoui de la décision d'accueillir la conférence des Nations Unies sur le changement climatique de cette année et de l'année prochaine au Moyen-Orient, respectivement en Égypte et aux Émirats arabes unis.

« Le fait que le la Conférence des Parties se déroule en Afrique cette année et à Dubaï l'année prochaine est très intéressant. Cela permettra en effet de mener des discussions différentes de celles de Glasgow et de mettre en place les mesures nécessaires pour financer la transition dans les économies en développement », a-t-il poursuivi.

 «Personnellement, je trouve que les banques multilatérales de développement qui définissent les institutions financières dans ce processus sont des acteurs essentiels, à condition que les bonnes conditions soient réunies, et je pense que Mark Carney (ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre) et John Kerry (envoyé spécial du président américain pour le climat) partagent mon avis.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Russie isolée et sous pression après l'annexion de nouveaux territoires en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine signe les traités d'annexion officielle de quatre régions d'Ukraine occupées par les troupes russes - Lugansk, Donetsk, Kherson et Zaporizhzhia, au Kremlin à Moscou, le 30 septembre 2022. (AFP).
Le président russe Vladimir Poutine signe les traités d'annexion officielle de quatre régions d'Ukraine occupées par les troupes russes - Lugansk, Donetsk, Kherson et Zaporizhzhia, au Kremlin à Moscou, le 30 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • L'Union européenne (UE), les Etats-Unis, et d'autres pays tels que la Turquie ont rejeté l'annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncé saisir la Cour internationale de justice (CIJ)
  • A Washington, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a assuré que son pays et le Canada étaient favorables à cette adhésion

MOSCOU : La Russie se retrouve samedi isolée et sous pression au lendemain de l'annexion officielle de quatre territoires ukrainiens qui a suscité une pluie de condamnations internationales et le rejet de Kiev, déterminé à reconquérir son territoire.

L'Union européenne (UE), les Etats-Unis, et d'autres pays tels que la Turquie ont rejeté l'annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncé saisir la Cour internationale de justice (CIJ).

"Après les tentatives d'annexion de Poutine, l'Ukraine a officiellement informé la Cour internationale de justice que cette étape est une violation flagrante" de l'ordonnance rendue par la CIJ le 16 mars demandant à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine, a tweeté le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

"Nous exhortons la Cour à se saisir du dossier le plus vite possible", a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine a, lui, clos vendredi soir la journée de cérémonie d'annexion devant plusieurs milliers de personnes réunies pour un concert festif sur la Place Rouge à Moscou. "La victoire sera à nous", a-t-il lancé, alors qu'au même moment son armée éprouve des difficultés en Ukraine.

Peu avant au Kremlin, M. Poutine a signé les documents d'annexion, aux côtés des dirigeants des régions séparatistes d'Ukraine de Donetsk et Lougansk (est), et de celles occupées par les troupes russes de Zaporijjia et de Kherson (sud).

Dans son discours, il a appelé Kiev à cesser "toutes les hostilités et à revenir à la table des négociations", malgré les récents revers infligés à l'armée russe par les forces ukrainiennes, auxquels s'ajoute depuis vendredi l'encerclement partiel de la ville stratégique de Lyman (est) par les Ukrainiens.

Les soldats russes à Lyman, un important nœud ferroviaire, combattent "à bout de force" et la situation y est "difficile", a reconnu vendredi un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est félicité des "résultats significatifs" de la contre-offensive de ses troupes, a rejeté toute négociation avec Moscou tant que Vladimir Poutine sera président, tout en annonçant qu'il allait "signer la candidature de l'Ukraine en vue d'une adhésion accélérée à l'Otan".

A Washington, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a assuré que son pays et le Canada étaient favorables à cette adhésion.

"Nous soutenons fermement l'entrée dans l'Otan de pays qui souhaitent y adhérer et qui peuvent y apporter leurs capacités", a-t-il déclaré à l'issue d'une entrevue avec la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly. Mais, a-t-il ajouté, "il existe un processus pour cela et les pays continueront à suivre ce processus".

Le président américain Joe Biden a lui juré d'"appuyer les efforts de l'Ukraine pour regagner le contrôle de son territoire" et affirmé que les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas "intimider" par le président Poutine.


Tchad: onze personnes tuées dans des conflits entre éleveurs et cultivateurs

Une dizaine de véhicules des forces de l'ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs (Photo, AFP).
Une dizaine de véhicules des forces de l'ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs (Photo, AFP).
Short Url
  • Les violences entre communautés sont fréquentes dans le centre et le sud du Tchad, où nombre d'habitants sont armés
  • Ils opposent principalement des éleveurs nomades arabes aux cultivateurs autochtones sédentaires qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux

N'DJAMENA: Onze personnes ont été tuées vendredi dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le centre du Tchad, pays en proie à des conflits meurtriers entre communautés nomades et sédentaires, a déclaré à l'AFP le gouverneur local.

Les violences entre communautés sont fréquentes dans le centre et le sud du Tchad, où nombre d'habitants sont armés. Ils opposent principalement des éleveurs nomades arabes aux cultivateurs autochtones sédentaires qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux.

"Les cultivateurs ont tendu un guet-apens" aux éleveurs alors que ces derniers traversaient des "couloirs de transhumance", a détaillé le gouverneur de la province du Guéra, Sougour Mahamat Galma. "Les éleveurs armés à dos de chevaux ont affronté les cultivateurs et les combats ont fait neuf morts", dans la sous-préfecture de Kouka Margne, une localité située dans le centre du pays, a-t-il ajouté.

Le bilan est ensuite passé à 11 morts lorsque "deux éleveurs arrivés en renfort avec des chevaux ont été kidnappés avant d'être tués par les cultivateurs", a indiqué la même source.

Une dizaine de véhicules des forces de l'ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs: ils "encerclent en ce moment les éleveurs et les troupeaux", a précisé le gouverneur local qui a fait appel à l'armée, craignant "que la violence ne reprenne".

Le 10 août, 13 personnes avaient été tuées dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans l'est du pays. Le conflit était parti du vol d'une houe d'un cultivateur par un enfant.