Perspectives 2022 : En Arabie saoudite, le secteur du divertissement en plein essor

Short Url
Publié le Samedi 01 janvier 2022

Perspectives 2022 : En Arabie saoudite, le secteur du divertissement en plein essor

  • De nombreux Saoudiens assistent pour la première fois à des événements artistiques, culturels et sportifs locaux
  • Après les retards et fermetures causés par la pandémie, le calendrier des divertissements est à nouveau chargé

RIYAD : Pendant une trentaine d'années, des lieux de divertissement, des cinémas aux salles de concert, ont été verrouillés à travers l'Arabie saoudite, privant les citoyens et les visiteurs de profiter d'activités culturelles, sportives et artistiques en public

rtju
Des enfants brandissent des drapeaux saoudiens lors des célébrations marquant la fête nationale le 23 septembre 2020 à Riyad. (AFP)

Tout cela a commencé à changer en 2016 avec la création de l’Autorité générale du divertissement dans le cadre du vaste programme de réformes sociales et économiques du Royaume, la Vision 2030.

efrgykoi
Des bédouins proposent des promenades à dos de chameau à AlUla. (Une photo d'archive)

Cinq ans plus tard, la soif de divertissement en Arabie saoudite est évidente. En l'espace de deux mois seulement, jusqu'à 8 millions de personnes ont participé à la saison 2021 de Riyad, une extravagance culturelle inédite il y a à peine cinq ans.

zryrezy
Des fans saoudiens célèbrent la victoire de leur star de catch lors d'un tournoi de la WWE à Djeddah. (Fourni)

L’Autorité générale du divertissement a été créée pour aider à faire avancer le plan de la Vision 2030 du Royaume visant à diversifier l'économie saoudienne hors pétrole, lui permettant de devenir un leader mondial dans les secteurs de la création, des loisirs, du tourisme et des hautes technologies.

hkg
Des fans saoudiens assistent au "MDL Beast Fest", un festival de musique électronique, organisé à Banban, dans la banlieue de la capitale saoudienne Riyad, le 19 décembre 2019. (AFP)

Désormais, les citoyens saoudiens et les visiteurs internationaux, quel que soit leur niveau de revenu, peuvent profiter d'une multitude d'options de divertissement qui leur étaient auparavant refusées, améliorant ainsi leur qualité de vie et l'attrait du Royaume en tant que destination de travail   et d'investissement.

En seulement cinq ans, l’Autorité générale du divertissement a délivré 2 189 licences et 1 809 permis permettant à plus de 2 500 entreprises de lancer des entreprises de divertissement locales. Le secteur a déjà généré plus d'un milliard de dollars de profits et attiré plus de 75 millions de visiteurs.

fjlb
L'Ensemble national de musique arabe (AME) de l'Opéra du Caire se produit au Centre culturel King Fahd à Riyad le 25 avril 2018. (AFP)

Bien que la révolution du divertissement en Arabie saoudite ait subi des revers en 2020 au plus fort de la pandémie de la Covid-19, avec des événements suspendus, des lieux fermés et des voyages internationaux interdits pendant plusieurs mois, le calendrier culturel est revenu en force en 2021. Il reste encore beaucoup à venir.

Pour toute une génération de jeunes Saoudiens, ce sera une autre année remplie de nouveautés.

tji
Equipe technique durant une course de Formule E à Diriyah, Riyad. (AFP)

 

Jusqu'à la fin des années 1980, les villes saoudiennes jouissaient d'un mouvement artistique florissant qui offrait au public une grande variété d'options de divertissement. Cependant, cela a pris fin au début des années 90.

Pendant un certain temps, seuls deux festivals de musique ont eu lieu par an - un au théâtre Muftaha à Abha et un autre aux concerts d'été de Djeddah - jusqu'à ce que ceux-ci soient également suspendus. Le dernier concert ouvert à Riyad a eu lieu en 1992 lors du festival Al-Janadriyah.

 

Le silence a été rompu en mars 2017 avec le premier concert public du Royaume depuis près de trois décennies. Bien que la participation ait été limitée aux hommes uniquement, les billets pour le spectacle des artistes saoudiens Mohammed Abdou et Rachid Al-Majed se sont immédiatement vendus.

Plus tard cette année-là, l'Arabie saoudite a accueilli sa première représentation publique par une artiste féminine. La chanteuse libanaise Heba Tawaji s'est produite sur la scène du Centre culturel Roi Fahd à Riyad devant un public exclusivement féminin de 3 000 femmes.

La même année, le compositeur et pianiste grec Yanni se produit à Riyad, Djeddah et Dammam. Dans un tweet avant son arrivée en Arabie saoudite, il a écrit : «Nous allons vivre l'histoire qui s’écrit maintenant et je ne la raterais pour rien au monde ! Premier arrêt Djeddah ! ... Yanni».

 

 

L'année suivante a vu le lancement des concerts Ad Diriyah, avec plusieurs représentations en marge du plus grand événement du Royaume, la course de Formule E à Diriyah, dont un spectacle inoubliable du DJ français David Guetta.

«Ce concert était magique. J'ai adoré chaque seconde», a déclaré le fan de musique Eithar Alshadukhi à Arab News à l'époque. «Les chansons de David Guetta sont incroyables, mais quand il a créé une pièce spéciale pour l'Arabie saoudite, cela m'a vraiment époustouflé».

En 2019, l'auteure-compositrice-interprète américaine Mariah Carey s'est produite à Djeddah, faisant d'elle l'artiste internationale la plus en vue à se produire dans le Royaume depuis l'assouplissement des restrictions sur le divertissement.

 

Au cours de la même année, le groupe de garçons K-Pop BTS est devenu le premier groupe d’artistes étrangers à se produire en solo dans un stade en Arabie saoudite devant un public de plus de 60 000 personnes au stade international Roi Fahd.

Les concerts de musique ne sont pas le seul domaine de divertissement qui s'est épanoui en Arabie saoudite depuis 2016. Intensément fier de son patrimoine et de sa beauté naturelle, le Royaume a beaucoup investi dans la promotion des activités de loisirs et de tourisme dans ses régions côtières, montagneuses et désertiques.

Dans le processus, l'Arabie saoudite a battu plusieurs records du monde Guinness, dont un record en 2020 pour le plus grand spectacle de montgolfières au-dessus de l'ancienne ville d'AlUla, avec 100 ballons répartis sur 3 km de ciel.

fyhk
Mariah Carey en concert à Djeddah en 2019. (Photo d'archive)

 

La saison 2021 de Riyad en Arabie saoudite a également reçu deux certificats de record du monde Guinness pour «Avalanche». Avec 24 voies atteignant une hauteur record de plus de 22 mètres, il a été reconnu à la fois comme le toboggan amusant le plus haut du monde et celui avec le plus de voies.

L'industrie cinématographique est un autre domaine du divertissement qui a vu une expansion au cours des cinq dernières années. En 2018, l'interdiction de 35 ans sur les cinémas publics a finalement été levée, stimulant la croissance d'un marché intérieur et l'ouverture de «Movi»,  le premier cinéma détenu et exploité à l'échelle nationale en Arabie saoudite, d'abord à Djeddah puis dans tout le Royaume.

jl
Les concerts de musique ont fleuri en Arabie saoudite depuis 2016. (Fourni)

 

En 2019, le Festival international du film de la mer Rouge a été lancé, réunissant des cinéastes, des acteurs et des professionnels de l'industrie saoudiens et internationaux afin de célébrer le cinéma et les plus grands talents de l'écran du monde entier.

Le mandat ambitieux du festival est de développer et de promouvoir l'industrie cinématographique en Arabie saoudite, de découvrir des talents régionaux bruts et de soutenir une nouvelle vague de cinéma dans le monde entier.

'ét'
Festival de montgolfières dans la ville antique d'AlUla. (Fourni)

 

Pour préserver et promouvoir la culture riche et unique de l'Arabie saoudite, tout en stimulant le marché du tourisme national et international, la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a lancé l'initiative Saudi Seasons en 2019 avec un grand succès.

Des festivals ont eu lieu à Riyad, Djeddah, dans la province orientale, Taif, AlUla, Ad Diriyah et ailleurs, célébrant la diversité de l'artisanat et des traditions locales du Royaume, tout en créant des emplois pour les jeunes Saoudiens.

fhgdkkjf
La levée en 2018 d'une interdiction de 35 ans sur les salles publiques a stimulé la croissance d'un marché domestique et l'ouverture de « Movi ». (Fourni)

 

Le tourisme est un domaine que l'Arabie saoudite souhaite particulièrement promouvoir avec le lancement de son visa électronique saoudien en 2019. Le Royaume espère pouvoir accueillir 100 millions de touristes d'ici 2030, attirés par un mélange de nouveaux complexes hôteliers de luxe sur son littoral, de sorties éducatives parmi ses ruines antiques spectaculaires et d'activités d'aventure dans ses vastes déserts et ses montagnes luxuriantes.

dh

The opening of the Kingdom's entertainment industry has spurred interest in filmmaking and acting. (File photo)

 

Tant de choses ont déjà été accomplies dans les industries des loisirs et du divertissement du Royaume depuis le début des réformes il y a à peine cinq ans. Nul doute que 2022 sera une nouvelle année de premières sur la voie de 2030.

etyety
Des centaines de stations balnéaires ont vu le jour à travers l'Arabie saoudite depuis que le Royaume a ouvert son industrie du tourisme il y a quelques années. (SPA)

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Libye: les discussions à Genève se terminent sans accord sur les élections, selon l'ONU

Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord (Photo, Twitter).
Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord (Photo, Twitter).
Short Url
  • Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars
  • L'un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachagha et soutenu par le camp du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est

GENEVE: Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord sur un cadre constitutionnel permettant la tenue d'élections nationales.

"Si les progrès réalisés lors des trois cycles de consultations au Caire et de ce cycle à Genève sont importants, ils restent insuffisants", a déclaré l'émissaire de l'ONU, Stephanie Williams, à l'issue de ces trois jours de discussions menées au siège de l'ONU à Genève.

Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars: l'un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachagha et soutenu par le camp du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est.

Des scrutins présidentiel et législatif devaient initialement se tenir en décembre 2021 en Libye, pour couronner un processus de paix parrainé par l'ONU après les violences de 2020.

Mais ils ont été reportés sine die, en raison de fortes divergences entre rivaux politiques et des tensions sur le terrain, avec des affrontements armés de plus en plus récurrents entre milices rivales à Tripoli.

"Malgré les progrès réalisés pendant les négociations cette semaine entre les chefs des chambres, un désaccord persiste sur les conditions d'éligibilité des candidats aux premières élections présidentielles", a affirmé Mme Williams.

Selon les médias libyens, les divergences portent notamment sur la possibilité pour les double nationaux de se présenter ou pas.

L'exclusion des double nationaux reviendrait en effet à exclure Khalifa Haftar, qui détient la nationalité américaine.

"J'exhorte les deux chambres à surmonter le désaccord pendant dès que possible. Je continue également d'exhorter tous les acteurs et toutes les parties en Libye à ne pas prendre de mesures précipitées et à souligner que le calme et la stabilité doivent être maintenus", a indiqué Mme Williams.

Elle a par ailleurs fait état "de consensus sans précédent sur un certain nombre de questions de longue date, notamment la désignation du siège et la répartition des sièges pour les deux chambres du pouvoir législatif".

Mme Williams a également cité "la répartition des responsabilités entre le président, le Premier ministre, le cabinet et le gouvernement local; la forme spécifique de décentralisation, y compris la délimitation du nombre de gouvernorats et leurs pouvoirs; un mécanisme de répartition des revenus pour les différents niveaux de gouvernement; et une représentation accrue des composantes culturelles".

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.


De hauts responsables politiques britanniques préviennent qu'un nouvel accord sur le nucléaire iranien «déstabiliserait le Moyen-Orient»

Les changements comprennent l'introduction d'un régime de surveillance plus strict de l'activité nucléaire iranienne. (Fichier/AFP)
Les changements comprennent l'introduction d'un régime de surveillance plus strict de l'activité nucléaire iranienne. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Les députés Travaillistes et Libéraux-démocrates soutiennent les anciens ministres conservateurs qui insistent sur des modifications au nouveau projet d'accord
  • Ces changements comprennent l'adoption d'une attitude plus sévère pour contrôler les activités «déstabilisatrices» de l'Iran

LONDRES: Trois anciens ministres britanniques entendent mettre en garde sur le fait qu'un nouvel accord nucléaire iranien déstabiliserait le Moyen-Orient, en guise d’avertissement au soutien du gouvernement à cet accord.

L'ancien secrétaire à la défense Liam Fox, l'ancien secrétaire aux communautés Robert Jenrick et l'ancien secrétaire gallois Stephen Crabb soutiennent tous une motion qui sera débattue au Parlement, énumérant une série de modifications au projet qui ont été proposées et qui, selon eux, compromettront la volonté de Téhéran de se diriger vers les armes nucléaires.

Ces changements comprennent l'introduction d'un régime de surveillance plus strict de l'activité nucléaire iranienne et l'adoption d'une attitude plus sévère pour contrôler les activités «déstabilisatrices» de l'Iran.

La motion qui sera débattue aujourd'hui stipule ce qui suit: «Cette Assemblée exprime sa profonde inquiétude face à la perspective imminente d'un Iran doté de l'arme nucléaire; demande au gouvernement, dans le cadre de ses négociations en cours concernant l'accord sur le Plan d'action global conjoint, de chercher à prolonger les clauses de suspension, d'adopter un régime de surveillance plus strict, de maintenir les interdictions relatives au terrorisme et d'élargir son champ d'action pour y inclure les autres activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région.»

Les députés conservateurs et les partisans des partis d'opposition travaillistes ainsi que les Libéraux-démocrates seraient préoccupés par l'accord actuel remodelé, qui reste sujet à des négociations et vise à remplacer l'accord de 2015 dont les États-Unis se sont retirés sous le mandat de l'ancien président Donald Trump.

Cet accord nucléaire iranien initial, appelé Plan d'action global conjoint (PAGC), avait été signé avec le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine, la France, l'Allemagne, la Russie et l'UE. En vertu de cet accord, Téhéran acceptait de freiner son développement nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques.

S'adressant au Telegraph, Jenrick a déclaré: «Le PAGC était une réponse inadéquate au programme nucléaire iranien en 2015. Pourquoi reviendrions-nous à cet accord alors qu'il a singulièrement échoué à réduire l'enrichissement d'uranium de l'Iran?»

«En cette période cruciale, l'Occident doit de toute urgence changer de cap dans sa stratégie. Tolérer avec faiblesse les agressions et les violations flagrantes de l'Iran par crainte d'un échec des pourparlers nous a conduits sur une voie dangereuse. Il est temps d'adopter une approche plus ferme, d’imposer à nouveau des sanctions à l'Iran et de resserrer la vis économique jusqu'à ce que ce pays soit prêt à accepter des propositions sérieuses.»

Il a ajouté: «Le Royaume-Uni devrait suivre la trace des États-Unis et considérer le Corps des gardiens de la révolution islamique comme une organisation terroriste.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un groupe de défense des droits de l’homme appelle à la libération des détracteurs de la mauvaise gestion de la pandémie en Iran

Human Rights Watch (HRW) appelle à leur libération dans un contexte de répression plus large de l’activisme politique, menée par le régime de Téhéran. (Photo, AFP)
Human Rights Watch (HRW) appelle à leur libération dans un contexte de répression plus large de l’activisme politique, menée par le régime de Téhéran. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cinq militants risquent jusqu’à quatre ans de prison pour avoir exercé leurs droits constitutionnels
  • Bien que le pays compte plus de 140 000 décès liés à la Covid-19, les autorités iraniennes ont d’abord interdit l’achat de vaccins produits aux États-Unis et en Grande-Bretagne

LONDRES: Les autorités iraniennes sont soumises aux pressions d’une importante ONG de défense des droits de l’homme pour annuler la condamnation de cinq militants qui risquent jusqu’à quatre ans de prison pour avoir déposé une plainte contre la gestion par le gouvernement de la pandémie de Covid-19.

Mehdi Mahmoudian et Mostafa Nili ont été condamnés à quatre ans de prison chacun, et ont été interdits de paraître dans les médias pendant deux ans, tandis qu’Arash Keykhosravi, Mohammedreza Faghili et Maryan Afrafaraz ont été condamnés respectivement à des peines de deux ans, d’un an et de quatre-vingt-quinze jours.

Human Rights Watch (HRW) appelle à leur libération dans un contexte de répression plus large de l’activisme politique, menée par le régime de Téhéran.

Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran à HRW, estime que «le fait d’emprisonner des défenseurs des droits de l’homme pour avoir tenté de tenir le gouvernement pour responsable de sa gestion lamentable de la crise de la Covid-19 n’est malheureusement pas surprenant en Iran».

«Les autorités judiciaires iraniennes semblent plus soucieuses de protéger l’État de tout contrôle que de rendre justice aux gens ordinaires.»

Ces condamnations font suite à l’arrestation, en août 2021, de sept défenseurs des droits de l’homme, dont quatre sont des avocats, alors qu’ils se préparaient à déposer une plainte devant le tribunal en vertu du droit iranien pour dénoncer la mauvaise gestion de la réponse des autorités à la pandémie.

D’après l’article 34 de la Constitution iranienne, «le recours à la justice est un droit incontestable pour tout individu, et toute personne peut saisir les tribunaux compétents pour demander justice». De même, selon les articles 170 et 173, tout citoyen a le droit de porter plainte devant un tribunal lorsque les décrets et règlements gouvernementaux sont contraires aux lois et aux règlements islamiques.

Le groupe de travail national chargé de la lutte contre la pandémie a été spécifiquement identifié dans leur plainte, le ministre de la Santé et d’autres fonctionnaires étant également soumis à un contrôle de la part des militants.

Parmi les sept personnes arrêtées figuraient les avocats Leila Heydari et Mohammed Hadi Erfanian, qui ont tous les deux été libérés sans inculpation après quelques heures. Quant aux autres, ils ont notamment été accusés de «création d’un groupe illégal» et de «propagande contre l’État».

Mehdi Mahmoudian purge déjà une peine de quatre ans de prison à laquelle il a été condamné pour ce que HRW qualifie d’accusations «politiquement motivées» de «propagande contre l’État» et de «rassemblement et collusion pour agir contre la sécurité nationale».

Il a été inculpé pour son soutien aux victimes de la répression d’État, notamment pour avoir appelé à une veillée en hommage aux victimes de l’attentat perpétré par les Gardiens de la révolution iranienne contre le vol 752 de la compagnie Ukraine International Airlines en janvier 2020.

«Les défenseurs des droits de l’homme en Iran devraient pouvoir mener leurs activités pacifiques sans craindre les représailles de l’État», a ajouté Mme Sepehri Far. 

Bien que le pays compte plus de 140 000 décès liés à la Covid-19, les autorités iraniennes ont d’abord interdit l’achat de vaccins produits aux États-Unis et en Grande-Bretagne, choisissant plutôt de donner la priorité à la production d’un vaccin national et de la promouvoir grâce à d’importantes ressources gouvernementales.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com