La dernière exposition de Banat Collective, une représentation audacieuse de la féminité

Shamiran Istifan, Hanging Garden of Ishtar, 2021. (Photo fournie)
Shamiran Istifan, Hanging Garden of Ishtar, 2021. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 07 janvier 2022

La dernière exposition de Banat Collective, une représentation audacieuse de la féminité

  • Les conservatrices du collectif Banat Collective parlent à Arab News de leur exposition artistique à Abu Dhabi
  • As We Gaze Upon Her, qui se tient jusqu’au 31 janvier à Warehouse 421, est une représentation colorée et puissante de la féminité dans le monde arabe

DUBAÏ: Un lit avec des draps froissés placé au centre d’une pièce, une femme en robe à carreaux qui a le dos tourné… L’audacieuse exposition d’art intitulée As We Gaze Upon Her, qui se tient jusqu’au 31 janvier à l’espace culturel Warehouse 421, à Abu Dhabi, et dont le commissaire est le collectif Banat Collective, ne tente pas de définir la féminité, mais pose de nombreuses questions à travers un délicieux mélange d’œuvres conçues pour susciter une réponse émotionnelle. Il s’agit d’une représentation colorée et puissante de la féminité dans le monde arabe.

Banat Collective réunit Sara ben Safwan, conservatrice au Guggenheim Abu Dhabi, et Sarah Alagroubi, artiste, graphiste et professeure d’art. Pendant la pandémie, le duo a rassemblé les œuvres de 27 artistes masculins et féminins, avec pour objectif de défier de manière créative l’hétéronormativité, de confronter le patriarcat et de décrire des parcours personnels.

.
Saba Askari, Œuvre sans titre (Abri, Drapeau), 2019. (Photo fournie)

L’exposition s’articule autour de cinq thèmes principaux: «Subverting the Gaze» se focalise sur le regard masculin, «Masquerade» aborde le genre et l’hétéronormativité, «Vindication of the Body» tourne autour du corps féminin, «Difference as Incompleteness» explore les rôles culturels traditionnels et «Dysfunctionality» le féminisme.

 

«Banat Collective a été fondé en 2016, son but était de créer une plate-forme numérique simple afin d’interviewer des artistes et leur donner la possibilité de présenter leur travail», explique Mme Safwan à Arab News. «Cette plate-forme s’est transformée en exposition aux multiples facettes. Nous voulions explorer la féminité dans le contexte de cette région, car le récit a toujours été écrit pour nous et sur nous, plutôt que par nous. Nous avons relevé le défi de regrouper tous ces artistes pour revendiquer nos histoires et nos identités», ajoute-t-elle.

 

Tous les coups sont permis dans cette exposition progressiste. La peinture acrylique d’Amina Yahya, Te’rafy, montre des corps portant des vêtements «pudiques» et «impudiques», une différenciation souvent utilisée pour justifier les crimes sexuels dans son pays natal, l’Égypte. Le court-métrage 3aroosa («Mariée»), de Mashael Alsaie, dépeint les «rituels performatifs de la nuit de noces à travers les mouvements mécaniques de machines à huile». Le film utilise des images d’archives réelles de 1968 représentant une usine pétrochimique de Bahreïn.

 

.
Jude al-Keraishan, Sanad, 2019. (Photo fournie)

«Nous voulions introduire des concepts déjà abordés en privé et les exposer en public», explique Mme Alagroubi. «Les œuvres d’art mettent en valeur les luttes existantes des femmes aujourd’hui.»

Une gamme d’émotions se dégage de ces diverses œuvres. Une rage pure se manifeste dans l’installation Dinner is Served de Rania Jishi, où son mépris pour la domesticité prend vie sous la forme d’assiettes fêlées sur lesquelles sont écrits des mots comme «colère». Les ustensiles et la nourriture sont absents de la table traditionnelle. De même, la série de photographies en noir et blanc de l’artiste saoudienne Jude al-Keraishan, intitulée Sanad, montre un siège en bois en train d’être détruit par une hache.

D’autre œuvres sont plus amusantes, mais poussent tout autant à la réflexion. Precautions, de Maitha Hamdan met en lumière un acte simple, celui de manger de la glace, dans une vidéo en une seule prise où l’artiste dévore un cornet de glace derrière un voile, d’une manière délibérément non érotique. La glace agit comme un «moyen de remettre en scène les normes fondées sur le genre, reprises, renforcées et transformées en une performance radicale, satirique et picturale».

 

.
Mashael Alsaie, 3aroosa (Mariée), 2020. (Photo fournie)

Shamiran Istifan utilise la cire au sucre dans son œuvre, créant une expérience viscérale lorsque la cire fond, coule et produit un écho, dans le but de «déconstruire l’embellissement et l’objectification de la femme exotique». Dans Œuvre sans titre (Abri, Drapeau), Saba Askari transforme en sculpture les lingettes démaquillantes usagées qu’elle utilise au quotidien. Celles-ci deviennent à la fois le sujet et l’objet de son travail, permettant à la texture de prendre le pas sur l’esthétique. Cette œuvre souligne l’acte fastidieux de la création et de l’effacement quotidiens.

En utilisant ses photographies analogiques à expositions multiples, Aude Nasr s’approprie des vêtements masculins traditionnels, tels que le tarbouche, et confronte les codes et les constructions de genre qui divisent. Les tons doux et les contrastes profonds de son travail ont une qualité spectrale, reliant les fantômes de la tradition passée à un avenir progressiste.

L’exposition de Banat Collective doit être saluée pour son incursion dans les constructions de genre, un sujet qui n’est généralement pas abordé ouvertement dans la région. Au premier plan de l’exposition se trouve l’autoportrait d’Augustine Paredes, vue de dos, allongée en position fœtale sur des draps froissés placés sur un lit noir à armature métallique.

«Avec des œuvres comme ce lit, nous avons trouvé beaucoup de nouvelles significations liées aux rôles de genre et même à la diaspora, puisque l’artiste est originaire des Philippines», explique Mme Alagroubi. «Comme c’est le cas avec les photographies d’Aude Nasr et leur nature expansive, nous voulions faire en sorte de réserver un espace pour des œuvres comme celles-ci. Ce sont des conversations importantes à avoir», conclut-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Au procès Depp-Heard, Kate Moss affirme que l'acteur ne l'a jamais poussée dans un escalier

La mannequin britannique Kate Moss rejette les informations selon lesquelles son ancien petit ami Johnny Depp l'aurait un jour poussée dans les escaliers, affirmant que cela ne s'est jamais produit. (Photo, AFP)
La mannequin britannique Kate Moss rejette les informations selon lesquelles son ancien petit ami Johnny Depp l'aurait un jour poussée dans les escaliers, affirmant que cela ne s'est jamais produit. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il ne m'a jamais poussée ou lancée dans un quelconque escalier», a déclaré Kate Moss
  • Johnny Depp assure que son ex-femme Amber Heard a ruiné sa réputation en affirmant, dans une tribune publiée en 2018, avoir été victime de violences conjugales deux ans auparavant

WASHINGTON: La top model britannique Kate Moss a démenti mercredi les rumeurs selon lesquelles son ex-compagnon Johnny Depp l'aurait poussée dans un escalier durant leur relation, lors d'un court témoignage apporté au procès en diffamation intenté par l'acteur à son ex-femme Amber Heard. 

« Il ne m'a jamais poussée ou lancée dans un quelconque escalier », a déclaré Kate Moss en visioconférence depuis l'Angleterre, devant l'audience du tribunal de Fairfax, près de la capitale américaine Washington. 

Johnny Depp assure que son ex-femme Amber Heard a ruiné sa réputation en affirmant, dans une tribune publiée en 2018, avoir été victime de violences conjugales deux ans auparavant. Il rejette ces allégations et réclame 50 millions de dommages-intérêts. 

L'actrice de 36 ans a contre-attaqué et demande le double, assurant avoir subi des années de violences, dont un viol en 2015, et accusant son ex-mari d'avoir voulu « ruiner sa carrière ». 

Lors de sa déposition le 5 mai, Amber Heard avait décrit une dispute violente avec son mari en mars 2015 et avait évoqué une rumeur selon laquelle Johnny Depp aurait à l'époque poussé Kate Moss dans un escalier. 

La top model de 48 ans, en couple avec la vedette de la saga « Pirates des Caraïbes » entre 1994 et 1998, a ainsi été appelée à témoigner par les avocats de Johnny Depp. 

Ils lui ont demandé de raconter un incident qui s'est produit lors de vacances du couple en Jamaïque. 

« On quittait la pièce et Johnny l'a quittée avant moi. Il y avait eu un orage et quand j'ai quitté la pièce, j'ai glissé jusqu'en bas des escaliers et je me suis blessée au dos », a-t-elle déclaré. 

« Et j'ai crié parce que je ne savais pas ce qui venait de m'arriver et j'avais mal. Il est revenu en courant pour m'aider et m'a portée jusqu'à ma chambre et m'a obtenu des secours médicaux », a poursuivi la top model lors d'une courte intervention de trois minutes. 

Les avocats d'Amber Heard n'ont eux pas souhaité interroger Kate Moss. 

Le procès, qui dure depuis le 11 avril, doit voir les débats se terminer vendredi, et son issue reste incertaine. 


Le créateur saoudo-libanais Talal Hizami nous ramène à l’école avec sa nouvelle collection

La nouvelle collection est inspirée du lycée. (Photo, Cheb Moha)
La nouvelle collection est inspirée du lycée. (Photo, Cheb Moha)
Short Url
  • La collection Alma Mater, inspirée de l’univers du lycée, est un hommage vestimentaire au parcours éducatif du créateur londonien
  • Elle sortira en deux temps à la fin du mois: sur le site Web de Pacifism et chez certains détaillants en ligne

DUBAÏ: Les amateurs de mode peuvent s’attendre à une forte dose de nostalgie avec la dernière collection du créateur saoudo-libano-palestinien Talal Hizami, lancée dans le cadre de sa marque de prêt-à-porter pour hommes, Pacifism.

La collection Alma Mater, inspirée de l’univers du lycée, est un hommage vestimentaire au parcours éducatif du créateur londonien et s’inscrit dans l’obsession permanente de la mode par le passé. «Il est toujours important pour moi d’essayer de dépeindre des histoires très vivantes de nostalgie à travers mes collections et mes photos», a-t-il déclaré.

1
Cette collection s’inscrit dans l’obsession permanente de la mode par le passé. (Photo, Cheb Moha)

La mode des années 2000 est actuellement très tendance en Occident. Cela est dû en grande partie au fait que les créateurs de la nouvelle génération ont atteint leur majorité dans les années 2000. Talal Hizami, qui a eu 29 ans en février, a présenté cette tendance dans le lookbook de Alma Mater, qui a été photographié par le Canadien d’origine irakienne Cheb Moha avec pour toile de fond des casiers d’école.  

En ce qui concerne les vêtements, le créateur nous ramène sur les bancs de l’école grâce à sa manière intelligente de revisiter les looks que le lycéen moyen pourrait porter dans un couloir d’école. Le créateur réinvente le blouson universitaire, symbole des sportifs américains, en utilisant un tissu en nylon japonais.

La collection comprend également des t-shirts décontractés sur lesquels figurent des mascottes d’écoles fictives. À l’université Pacifism, un oiseau vêtu d’un pull marron sert de symbole à l’équipe sportive des Peaceful Doves («Colombes pacifiques»). Le mot colombe est également utilisé pour décrire une personne qui prône la paix, autrement dit un pacifiste. Ce style sportif est complété par un short en éponge ultraconfortable et des chaussettes hautes.

 

1
La collection comprend également des t-shirts décontractés sur lesquels figurent des mascottes d’écoles fictives. (Photo, Cheb Moha)

Ayant suivi les programmes scolaires anglais et américain, Hizami a voulu fusionner toutes les expériences et l’essence de ses émotions pendant ses années scolaires.

Outre les sportifs et les élèves qui espèrent intégrer l’Ivy League, la nouvelle collection de Talal Hizami illustre toute l’expérience du lycée avec des vêtements destinés aux passionnés de sciences et aux amateurs de style bon chic bon genre. Une impression inspirée du tableau périodique est apposée au dos des manteaux oversize, épelant le mot «Pacifism», alors que les uniformes scolaires sont revisités dans un style streetwear avec des pantalons noirs amples et des chemises polos.

Mais rien ne rend plus nostalgique que les polos rugby. Largement répandus au milieu des années 1980, les polos rugby à rayures reviennent en force, apparaissant dans les collections de J. Crew, Alexander Wang, Koche, et maintenant, Pacifism.

Une impression inspirée du tableau périodique est apposée au dos des manteaux oversize. (Photo, Cheb Moha)
Une impression inspirée du tableau périodique est apposée au dos des manteaux oversize. (Photo, Cheb Moha)

«Cette collection me ressemble particulièrement, parce que je n’étais pas très doué pour écrire des histoires à l’école. C’est donc une façon pour moi de me sentir à l’aise de raconter des histoires», confie le créateur, qui a fondé sa marque en 2019 et a fait ses débuts à la London Fashion Week un an plus tard.

La collection sortira en deux temps à la fin du mois: sur le site Web de Pacifism et chez certains détaillants en ligne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le glamour au rendez-vous du Festival de Cannes avec la star franco-algérienne Lyna Khoudri

L'actrice franco-algérienne est arrivée à Cannes pour les avant-premières de ses nouveaux films. (Fichier/AFP)
L'actrice franco-algérienne est arrivée à Cannes pour les avant-premières de ses nouveaux films. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Lyna Khoudri, ambassadrice de la marque Chanel, a fait ses débuts sur le podium lors du dernier défilé croisière Chanel 2023 à Monaco
  • L’actrice est venue assister aux avant-premières de deux films dans lesquels elle joue, Novembre et Nos Frangins

DUBAÏ: L'actrice franco-algérienne Lyna Khoudri est arrivée à Cannes pour les avant-premières de ses nouveaux films, Novembre et Nos Frangins, avec un style qui a fait tourner les têtes.

Lors de la séance de photo du film Nos Frangins en début de semaine, la jeune femme de 29 ans arborait une tenue décontractée, vêtue d'une chemise argentée scintillante et d'une minijupe rouge signées Chanel. Elle a choisi un look similaire pour la séance photo du long-métrage Novembre de Cédric Jimenez, optant pour un T-shirt blanc uni assorti à une jupe en tweed rose à franges de la même maison parisienne. Elle a complété ce look avec plusieurs colliers de perles et des escarpins Mary Jane monochromes.

1
Lyna Khoudri et les acteurs du film Nos Frangins lors de la séance photo. (Getty Images)

Lyna Khoudri, ambassadrice de la marque Chanel, qui a fait ses débuts sur le podium lors du dernier défilé croisière Chanel 2023 à Monaco, a gardé ses tenues les plus glamour pour le tapis rouge. Elle y est apparue lors de la projection de Nos Frangins de Rachid Bouchareb, aux côtés des autres acteurs du film, Samir Guesmi et Reda Kateb, vêtue d'une robe brodée noire transparente de la collection couture printemps 2022 de Chanel.

1
L'actrice franco-algérienne a assisté à l’avant-première de Nos Frangins à Cannes. (Getty Images)

Par ailleurs, lors de la montée des marches pour le film Novembre, Khoudri a fait tourner les têtes dans un ensemble deux pièces gris de Chanel composé d'une veste en tweed légèrement déboutonnée et d'un pantalon ample, assorti à des Mary Jane noires. Le style était discret mais glamour.

En tant qu'ambassadrice de la marque, l'étoile montante du cinéma ne cesse d’émerveiller  dans des créations Chanel. Ainsi, lors de la projection de L'Innocent mardi soir, l'actrice était vêtue d'un haut noir à dos nu de la collection croisière 2023 de la marque, associé à une minijupe en cuir et des escarpins.

1
Lyna Khoudri en robe Chanel 2023. (Getty Images)

«Être l’égérie de Chanel, une maison qui a une telle expérience du festival, a une véritable signification», a déclaré l'actrice de The French Dispatch dans une récente interview vidéo.

L’actrice, qui tourne actuellement dans le très attendu Les Trois Mousquetaires, tient un rôle de premier plan dans Novembre et Nos Frangins.

Dans Novembre, qui relate les attentats terroristes à Paris dans la nuit du 13 novembre 2015, l'actrice interprète le rôle de Samia, une jeune femme bienveillante qui fait du bénévolat dans un camp de sans-abri. Sa colocataire finance son cousin, l'un des terroristes.

Nos Frangins revient sur la mort tragique de l'étudiant franco-algérien Malik Oussekine, mort en garde à vue en 1986. Lyna Khoudri joue le rôle de sa sœur.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com