En Irak, les boxeuses mettent K.-O. préjugés et tabous

Deux fois par semaine, Bouchra al-Hajjar s'entraîne dans la salle d'une université privée de Najaf, où elle enseigne le sport. (Photo, AFP)
Deux fois par semaine, Bouchra al-Hajjar s'entraîne dans la salle d'une université privée de Najaf, où elle enseigne le sport. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 07 janvier 2022

En Irak, les boxeuses mettent K.-O. préjugés et tabous

  • Le président de la Fédération irakienne de boxe, Ali Taklif, reconnaît que la boxe féminine est un «phénomène récent» qui a le vent en poupe
  • Des équipes féminines de kick boxing ont même fait leur apparition

NAJAF : Gants levés devant son visage, Bouchra al-Hajjar sautille sur le ring, avant de décrocher un coup de poing à son adversaire. Dans la ville sainte de Najaf et ailleurs en Irak, les femmes pratiquent désormais la boxe, mettant K.-O. préjugés et tabous.

"À la maison, j'ai une salle d'entraînement complète, avec tapis et punching-ball", confie la coach sportive de 35 ans, mère de deux adolescents, qui vit dans le centre de l'Irak.

Lors du premier championnat de boxe féminine organisé en décembre à Bagdad, elle a remporté la médaille d'or des 70 kilos.

"Ma famille et mes amies m'ont beaucoup soutenue, elles sont très contentes du niveau que j'ai atteint", ajoute la trentenaire qui pratique aussi le karaté, foulard bleu-nuit strictement serré sur ses cheveux.

Deux fois par semaine, la jeune femme s'entraîne dans la salle d'une université privée de Najaf, où elle enseigne le sport.

Deux coups à gauche, un coup à droite: sur le ring, masque à boxe sur la tête et épais legging noir sous son short, elle enchaîne les crochets et tape dans les pattes d'ours d'un entraîneur.

Dans un Irak largement conservateur, et surtout dans une ville comme Najaf, un des pôles de l'islam chiite où les normes sociales sont encore plus strictes, la jeune femme reconnaît que son parcours a pu provoquer des haussements de sourcil.

"Nous avons rencontré de nombreuses difficultés, nous sommes une société conservatrice qui accepte difficilement ce genre de choses", concède-t-elle.

1
Bouchra al-Hajjar lors d'une séance d'entrainement à l'Université islamique de Najaf, le 14 décembre 2021. (Photo, AFP)

 

«Société machiste»

Elle se souvient des protestations quand les premières salles de sport ont ouvert et que les femmes ont commencé à s'entraîner.

"Aujourd'hui on constate de grands progrès, il y a beaucoup de salles d'entraînement, mais aussi des piscines", ajoute-t-elle.

Venue s'entraîner, Ola Moustapha, 16 ans, arrête seulement de taper dans son punching-ball pour s'attaquer aux réticences de la société.

"Nous vivons dans une société machiste qui combat la réussite de la femme", lance avec verve l'adolescente voilée.

Malgré tout, ses parents, son frère et son entraîneur l'ont toujours encouragée, signe qu'un changement est possible.

"Progressivement les gens commencent à accepter. Si plusieurs filles tentent de s'y mettre, automatiquement la société va accepter".

Le président de la Fédération irakienne de boxe, Ali Taklif, reconnaît que la boxe féminine est un "phénomène récent" qui a le vent en poupe.

"Il y a un très fort attrait des joueuses voulant pratiquer le sport", indique-t-il, précisant que le pays compte une vingtaine d'équipes féminines de boxe.

Plus de 100 boxeuses ont ainsi participé au championnat, toutes catégories confondues, ajoute-t-il.

Même si "la discipline souffre comme les autres sports de l'absence d'infrastructures, de centres d'entraînement et d'équipements".

1
Bouchra al-Hajjar avec sa mère et son fils à leur domicile à Najaf, le 14 décembre 2021. (Photo, AFP)

 

De père en fille

Historiquement, l'Irak a une longue tradition de sports féminins, remontant aux années 1970 et 1980. Que ce soit pour le basket, le volley-ball ou le cyclisme, les équipes féminines participaient régulièrement aux compétitions régionales dans le monde arabe.

Mais c'était sans compter les aléas de la géopolitique, venus stopper ce mouvement dans son élan: l'Irak s'est engagé dans une succession de conflits, et l'embargo international des années 1990 a sérieusement affecté infrastructures et développement.

Les violences, l'apparition des milices et le raidissement conservateur qui ont suivi ont eu raison de ces équipes. Pendant qu'elles se développaient au Kurdistan autonome, largement épargné dans le nord du pays.

Ces dernières années la tendance s'inverse timidement. Des équipes féminines de kick boxing ont même fait leur apparition.

Dans la famille de Hajer Ghazi, on a la boxe en héritage. Son père, ancien boxeur professionnel, l'a encouragé à embrasser la discipline.

À seulement 13 ans, elle a remporté la médaille d'argent dans sa catégorie au championnat. Ses deux soeurs pratiquent la boxe, tout comme son grand frère Ali.

"Notre père nous soutient plus que l'Etat", ironise l'adolescent, dans la ville d'Amara, dans le sud-est de l'Irak.

Le père Hassanein, camionneur de 55 ans qui a remporté plusieurs médailles, estime que "la femme a le droit de faire du sport, c'est normal". Tout en admettant qu'il y a des "sensibilités" qui entrent en jeu, en raison des valeurs tribales conservatrices.

"Par exemple, quand leur entraîneur veut les faire courir, il les emmène à l'extérieur de la ville".


Musique: Quand Dominique A inspire la nouvelle vague

Dans cette photo d'archive prise le 26 septembre 2018, le chanteur français Dominique A pose lors d'une séance photo à Manosque, dans le sud de la France, lors du 20e festival littéraire «Les Correspondances». (Joël Saget/AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 26 septembre 2018, le chanteur français Dominique A pose lors d'une séance photo à Manosque, dans le sud de la France, lors du 20e festival littéraire «Les Correspondances». (Joël Saget/AFP)
Short Url
  • La Maison de la Radio et de la Musique (nouveau nom de la Maison de la Radio) a convié des talents émergents à s'approprier des titres de l'artiste Dominique A
  • Ce sera un des shows de l'Hyper Weekend, premier festival de musiques actuelles de Radio France (de vendredi à dimanche)

PARIS : «Intemporel», «singularité», «élégance»: les nouvelles voix Aloïse Sauvage, Noé Preszow et Terrenoire évoquent Dominique A, invitées à revisiter son répertoire à l'occasion de l'Hyper Weekend Festival de Radio France.

En 2022, on fête les 30 ans de «La fossette», album fondateur de Dominique A, qui a déverrouillé la chanson française et poussé à se lancer tant d'auteurs-interprètes (à commencer par Miossec, autre franc-tireur).

«+La fossette+, c'est un choc. Cet album redessine tellement les contours de la chanson française de façon radicale... Au moment de fêter les 30 ans du disque, je me suis demandé comment la jeune génération regarde et écoute Dominique A», raconte Didier Varrod, directeur musical des antennes de Radio France.

La Maison de la Radio et de la Musique (nouveau nom de la Maison de la Radio) a donc convié des talents émergents (Barbara Pravi, Clara Ysé, Crystal Murray, Silly Boy Blue, Terrier ou encore Tim Dup, outre ceux déjà cités) à s'approprier des titres de l'artiste.

Ce sera un des shows de l'Hyper Weekend, premier festival de musiques actuelles de Radio France (de vendredi à dimanche).

«Dominique A a changé ma vie quand j'avais 16 ans, je connais tout son répertoire sur le bout des doigts», avoue d'emblée le Belge Noé Preszow, repéré en 2021 avec son premier disque «A nous».

- «A côté du courant» -

Pour décrire cette figure de son panthéon, il cite pêle-mêle sa «singularité», «son regard sur le monde», «sa droiture». Aloïse Sauvage, remarquée avec «Dévorantes» (son premier album en 2020), salue pour sa part un côté «intemporel» et une capacité à toucher «d'autres intimités» à partir d'un «propos personnel».

«Elégance, classe» sont les mots qui viennent à Théo Herrerias, du duo Terrenoire, nommé aux Victoires de la musique dans la catégorie révélation, dans le sillage d'un premier album, «Les forces contraires» (2020). Son frère Raphaël, l'autre moitié du groupe, parle «d'un artiste qui rentre dans la vie des gens avec délicatesse, qui nage à côté du courant».

Les méthodes d'enregistrement «non-conventionnelles» de Dominique A, notables dans la production minimaliste de «La fossette», ont résonné chez Noé Preszow. «Je bricolais de la musique dans ma chambre depuis l'âge de 13 ans, et je me suis dit +on peut faire des disques comme ça !+».

- «Entre punk et poète» -

Avant de passer de l'autre côté de la barrière, le Belge fut un spectateur assidu des concerts de Dominique A. «J'attendais à la fin pour le voir mais je ne suis pas le +relou+ (lourd) qui veut lui parler des heures. Je lui remettais une lettre ou, quand il arrivait, je le saluais et je m'en allais».

«On a eu a la chance de faire la première partie de Dominique A à Pleyel», rappelle Raphaël Herrerias, qui avait découvert cet artiste «lors d'une performance entre punk et poète», dans une émission de télé de fin de soirée quand il était gamin. Avant de tomber plus tard «dans ses mots et son écriture». «On parle beaucoup de déconstruction aujourd'hui, Dominique A l'a toujours fait dans sa carrière. Il n'a jamais cessé de se remettre en question, en avance sur son temps», met en exergue Théo. »Il n'y a pas d'injonction à un chant puissant, à la virilité, il accepte la fragilité dans +La fossette+», rebondit Raphaël.

«Sa façon de déclamer permet de s'accrocher aux mots», souligne Aloïse Sauvage, qui est aussi actrice (dans «Placés», sorti récemment au cinéma, ou dans les séries «Possessions», «Stalk» ou «H24»). Écouter du Dominique A ramène la chanteuse à «la base, l'importance de s'exprimer sans fioriture».


«Un grand saut sans parachute»: Laetitia Casta de retour au théâtre

Dans cette photo d'archive prise le 12 juillet 2021, l'actrice française Laetitia Casta arrive pour la projection du film «La Croisade» à la 74e édition du Festival de Cannes, le 12 juillet 2021.. (Valéry Hache/ AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 12 juillet 2021, l'actrice française Laetitia Casta arrive pour la projection du film «La Croisade» à la 74e édition du Festival de Cannes, le 12 juillet 2021.. (Valéry Hache/ AFP)
Short Url
  • La comédienne se lance à corps perdu dans un seul en scène où elle incarne la pianiste virtuose Clara Haski
  • Laetitia Casta a fait ses débuts à l'adolescence comme mannequin avant de se révéler en actrice reconnue, enrôlée par les plus grands réalisateurs

PARIS : «La scène est vraiment un endroit où l'on se jette»: pour son retour au théâtre, Laetitia Casta se lance à corps perdu dans un seul en scène où elle incarne la pianiste virtuose Clara Haskil, mais aussi une vingtaine d'autres personnages.

A chaque fois, jouer sur scène représente pour elle «un grand saut sans parachute», affirme à l'AFP la comédienne, à l'affiche dans «Prélude et Fugue», au Théâtre du Rond-Point à Paris.

Et «quand on atterrit à la fin d'une pièce, on ressent comme la fin d'un merveilleux voyage. Cet état-là est une sorte de transe partagée avec les spectateurs. C'est très fort», ajoute la comédienne qui partira en tournée en France, en Suisse et en Grèce.

«Dès mes débuts au théâtre avec +Ondine+ de Jean Giraudoux en 2004, j'ai découvert cette relation si particulière avec le public. La scène est vraiment un endroit où l'on se jette. Le cinéma ne permet pas ce dialogue avec les spectateurs», souligne-t-elle.

Laetitia Casta a fait ses débuts à l'adolescence comme mannequin avant de se révéler en actrice reconnue, enrôlée par les plus grands réalisateurs dont Raoul Ruiz et Patrice Leconte. Outre Ondine, elle avait joué dans «Elle t'attend» de Florian Zeller (2008), dramaturge français devenu mondialement reconnu et oscarisé pour son film «The Father», et dans «Scènes de la vie conjugale» (2017) d'Ingmar Bergman, mise en scène par Safy Nebbou. C'est aussi ce dernier qui met en scène «Prélude et Fugue», une pièce de Serge Kribus.

Accompagnée par quelques interludes au piano, la comédienne raconte à la première personne la vie de la pianiste roumaine et suisse (1895-1960) ainsi que les personnages qu'elle a rencontrés sur sa route.

- Des rôles «rares» -

Au lever de rideau, Laetitia Casta gît sur scène. La pianiste vient de se blesser grièvement en tombant dans les escaliers d'une gare à Bruxelles. Le temps de son agonie, Clara Haskil passe en revue son existence, de sa naissance à son triomphe international chèrement gagné.

«Après une rencontre fortuite dans une boutique, une éditrice de la revue +L'Avant-Scène+ m'a proposée cette pièce. Je l'ai lue et j'ai compris qu'il se passait quelque chose. J'ai été touchée par Clara Haskil, sa détermination et ce qu'elle était», raconte Laetitia Casta.

«J'aime quand les rôles ont des choses importantes à raconter, qui ont du sens et me font grandir. Je reçois beaucoup de propositions mais ces beaux rôles sont rares», ajoute-t-elle.

Muse des grands couturiers, immortalisée en «Marianne» de l'an 2000, Laetitia Casta entend «garder de l'humour par rapport» à son statut d'icône populaire.

«A mes débuts, on m'a dit que je n'étais pas dans les normes de ce que devait être un mannequin... Après, on m'a dit le contraire... Je ne crois pas tout ce qu'on raconte», dit-elle.

Après un court-métrage présenté à Cannes en 2016, Laetitia Casta s'est attelée à un documentaire dont elle ne veut rien dire «tant qu'il n'est pas terminé».

«C'est agréable de raconter des choses autrement. M'attaquer un jour à un long-métrage, c'est une autre histoire», précise l'actrice qui sera le 23 février à l'affiche de «Selon la police», de Frédéric Videau.

Laetitia Casta, vue récemment sur grand écran comme maîtresse de Guillaume Canet dans «Lui» et épouse de Louis Garrel (son mari à la ville) dans «La croisade», va démarrer au printemps le tournage du «Bonheur c'est pour demain», l'histoire d'un amour impossible avec un détenu de longue peine.


Fassianos, le Matisse grec, s'est envolé comme ses oiseaux emblématiques

Alekos Fassianos, présenté comme le Picasso grec ou le Matisse des temps modernes, sera inhumé mardi dans le quartier athénien de Papagou où il vivait. (AFP).
Alekos Fassianos, présenté comme le Picasso grec ou le Matisse des temps modernes, sera inhumé mardi dans le quartier athénien de Papagou où il vivait. (AFP).
Short Url
  • Alekos Fassianos naquit un 25 octobre, le même anniversaire que Picasso, aiment à préciser son épouse et sa fille
  • Souvent comparé à Matisse ou à Picasso pour ses oeuvres colorées entre réalisme et abstraction, Fassianos se défendait pourtant d'avoir été inspiré par un artiste plutôt qu'un autre

ATHENES: Alekos Fassianos, présenté comme le Picasso grec ou le Matisse des temps modernes, pour ses oeuvres qui "respirent la Grèce", s'est envolé comme les oiseaux emblématiques qui ornent nombre de ses tableaux. Il sera inhumé mardi dans le quartier athénien de Papagou où il vivait.


Décédé dimanche à Athènes à l'âge de 86 ans, le peintre-sculpteur a partagé sa vie entre la Grèce et la France où il avait cotoyé écrivains et peintres à l'instar de Louis Aragon, qui commenta ses oeuvres, ou de Matisse et Picasso qu'il admirait.

fassianos
Alekos Fassianos s'est envolé comme les oiseaux emblématiques qui ornent nombre de ses tableaux. (AFP).


"Paris a joué un rôle non pas parce que j'y ai connu des gens incroyables mais parce que j'ai vu la Grèce avec un oeil libre", confiait-il en 2021 dans une interview au journal grec Protothema. "Ainsi je n'avais pas juste l'impression d'être un helléniste mais aussi de comprendre l'âme grecque", observait-il.


Alekos Fassianos naquit un 25 octobre, le même anniversaire que Picasso, aiment à préciser son épouse et sa fille rencontrées par l'AFP à l'automne.


Il étudia le violon mais aussi la peinture à l'Ecole des Beaux-Arts d'Athènes de 1956 à 1960 avec Yannis Moralis, un des plus célèbres peintres grecs du XXe siècle.


Souvent comparé à Matisse ou à Picasso pour ses oeuvres colorées entre réalisme et abstraction, Fassianos se défendait pourtant d'avoir été inspiré par un artiste plutôt qu'un autre et préférait se revendiquer de "77" influenceurs, a déclaré à l'AFP sa femme Mariza Fassianou. 


Refusant toutes les contraintes, Fassianos traçait, sans ombre ni perspective, ses personnages puisés dans la mythologie et le folklore grecs, l'art byzantin ou naïf.

fassianos
La maison-atelier du peintre. (AFP). 


"Fassianos habite un pays mythique qui se situe mal sur la carte mais est voué à la clarté ébloouissante du soleil, aux parfums des fleurs, au bruissement du vent tourbillonant autour des oiseaux dont le plumage est couleur d'arc-en-ciel", écrivait à son sujet le critique d'art et écrivain Pierre Cabanne. 


En 1960, il s'envola pour Paris où il suivit des cours de lithographie à l'Ecole nationale des Beaux-Arts.


La même année, il réalisa sa première exposition à Athènes, et très vite ses oeuvres font le tour du monde, de Paris à Munich, de Tokyo à Sao Paolo. Elles peuvent être vues notamment au musée d'art moderne de Paris, à la fondation Maeght ou à la Galerie nationale d'Athènes.

Donner un sens aux couleurs

"J'aime les volumes rouges et bleus mais pas l'abstraction. Les couleurs devraient toujours avoir un sens", disait-il en 1964.


Artiste aux multiples talents, Fassianos réalisa des fresques dans le métro athénien, des décors de théâtre, des illustrations de livres, des sculptures, céramiques, jusqu'aux mosaïques et aux tringles à rideaux qui ornent toujours son domicile de Papagou, un quartier tranquille de la capitale grecque.


Véritable "musée où l'on vit", selon sa fille Viktoria Fassianou, sa maison regorge des objets qu'il a créés comme ses oiseaux emblématiques en bronze ou des vitraux ornés d'un soleil en fer forgé, a constaté l'AFP.

fassianos
Véritable "musée où l'on vit", selon sa fille Viktoria Fassianou, sa maison regorge des objets qu'il a créés. (AFP). 


Il réalisait lui-même ses cravates et avait fabriqué la robe et la couronne de sa femme, pour ses noces sur l'île cycladique de Kea, où il aimait se ressourcer à la rencontre des traditions et de l'authenticité grecques.


"Pour ceux qui l’ont connu et aimé, il restera l’ami chaleureux, lumineux qui aimait nous inviter à déguster des oursins sur une plage sauvage", a écrit à l'AFP le cinéaste franco-grec Costa Gavras. Il a salué la mémoire du "grand peintre, peintre exemplaire et peintre philosophe" dont il aimait l'humour "caustique contre la bêtise et la vulgarité". 


Fils de compositeur et petit-fils de pope orthodoxe, ce père de deux enfants avait reçu de nombreuses distinctions, notamment celle de membre honorifique de l'académie des Beaux-Arts de Russie. 


La France, sa seconde patrie, lui a remis en 2020 la distinction d'Officier de la légion d'honneur et de Commandeur de l'ordre des Arts et Lettres.


Mais "toute l'oeuvre de Fassianos, les couleurs qui remplissent ses toiles, les formes multidimensionnelles qui dominent ses peintures, respirent la Grèce", a expliqué la ministre grecque de la Culture, Lina Mendoni.


Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a rendu hommage au peintre et au poète qui "nous laisse un précieux héritage".


Un musée à son nom ouvrira à l'automne dans le centre d'Athènes.