Macron fera des annonces sur la sécurité lundi à Nice

Le président français Emmanuel Macron, le député du parti de droite Les Républicains Eric Ciotti et le maire de Nice Christian Estrosi visitent les lieux d'une attaque au couteau à la basilique Notre- Dame de Nice à Nice le 29 octobre 2020. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron, le député du parti de droite Les Républicains Eric Ciotti et le maire de Nice Christian Estrosi visitent les lieux d'une attaque au couteau à la basilique Notre- Dame de Nice à Nice le 29 octobre 2020. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 07 janvier 2022

Macron fera des annonces sur la sécurité lundi à Nice

  • Le chef de l'Etat, quasi-candidat à sa réélection, s'exprimera sur ce sujet central de la campagne après avoir posé dans la matinée la première pierre du futur «hôtel des polices»
  • Pour le maire Christian Estrosi - un ex-LR allié d'Emmanuel Macron - ce dernier «vient à Nice en tant que président», pour «l’intérêt général»

PARIS: Emmanuel Macron fera lundi à Nice des annonces sur la police et la sécurité, en particulier sur la loi de programmation attendue d'ici la fin du 1er trimestre, et défendra son bilan, très critiqué par les oppositions à l'approche de la présidentielle.

Le chef de l'Etat, quasi-candidat à sa réélection, s'exprimera sur ce sujet central de la campagne après avoir posé dans la matinée la première pierre du futur "hôtel des polices" qui doit réunir les polices nationale et municipale dans un commissariat doté de technologies de pointe, a indiqué vendredi l'Elysée.

Il "dessinera les contours" de la future loi de programmation et d'orientation pour la sécurité intérieure (Lopsi) pour les années 2022-27, qu'il avait évoquée dans son discours à Roubaix le 14 septembre en clôture du Beauvau de la sécurité, vaste consultation lancée en février 2021.

"Le président a pris des engagements pour la présenter au 1er trimestre" car "il travaillera jusqu’au dernier quart d’heure" de son mandat, a affirmé la présidence.

Emmanuel Macron, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa, s'exprimera aussi sur les "problématiques" sécuritaires - lutte contre la délinquance, prise en charge des victimes, féminicides, cybersécurité - au cours d'un échange avec des représentants des forces de l'ordre, de la société civile et de la magistrature, a précisé la même source.

Il devrait à cette occasion défendre son bilan depuis le début du quinquennat mais aussi "tracer des perspectives" car "on ne peut pas se permettre d'être figé sur la sécurité", selon un conseiller.

Ce bilan est présenté comme "un échec" par ses opposants, à l'image de la candidate LR Valérie Pécresse qui a annoncé jeudi son intention de "ressortir le Kärcher" pour "nettoyer les quartiers", reprenant une expression controversée de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'Intérieur.

Pour le maire Christian Estrosi - un ex-LR allié d'Emmanuel Macron - ce dernier "vient à Nice en tant que président", pour "l’intérêt général" et sur la base d'une "vision partagée sur les moyens qu’on doit donner à nos forces de sécurité".

L'"hôtel des polices" doit entrer en service fin 2025 après des travaux d'un montant de 220 millions d'euros, financés à hauteur de plus de 170 millions par l'Etat. Il accueillera quelque 2 000 policiers (1 200 nationaux et 800 municipaux) et sera doté du premier centre d'hypervision urbain, connecté à des caméras de surveillance mais aussi à de nombreux capteurs (air, circulation, etc…).

Emmanuel Macron passera ensuite l'après-midi dans la vallée de la Roya, une zone alpine proche de l'Italie où il s'était rendu le 8 octobre 2020, une semaine après les crues catastrophiques qui avaient fait dix morts et huit disparus dans plusieurs vallées près de Nice et Menton.

Dans le village de Tende, il fera un état des lieux des chantiers de reconstruction avec les élus des communes touchées ainsi qu'avec des habitants, selon l'Elysée. L'enveloppe globale des aides publiques s'élève à 572 millions d'euros.


Popularité: Macron stable en mai, débuts mitigés pour Borne

Le président français Emmanuel Macron préside le premier conseil des ministres depuis sa réélection et le remaniement du gouvernement, le 23 mai 2022 à Paris (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron préside le premier conseil des ministres depuis sa réélection et le remaniement du gouvernement, le 23 mai 2022 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Un mois après sa réélection, pas d'effet booster donc pour le chef de l'Etat
  • La nouvelle cheffe du gouvernement fait davantage le plein chez les femmes

PARIS: La cote de popularité d'Emmanuel Macron est stable en mai, avec 41% d'opinions favorables, contre 45% à la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne, qui bénéficie d'un crédit moins élevé que ses prédécesseurs pour ses débuts à Matignon, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Un mois après sa réélection, pas d'effet booster donc pour le chef de l'Etat, dont l'action est jugée insatisfaisante par 58% des sondés (1% ne se prononcent pas). Ce niveau est d'ailleurs dans la moyenne des deux dernières années, avec un pic à 43% d'opinions favorables en mars 2020, au début de la crise du Covid.

M. Macron est légèrement devancé par Mme Borne, avec 45% des personnes interrogées se disant contentes de son action, et 43% mécontentes, 12% ne se prononçant pas.

La nouvelle cheffe du gouvernement fait davantage le plein chez les femmes (47%) que les hommes (43%), et obtient ses meilleurs scores chez les retraités (56%) et les plus de 65 ans (60%).

Mais elle part avec un matelas bien moins épais que la plupart de ses prédécesseurs selon ce baromètre mensuel.

Jean Castex avait fait ainsi ses premiers pas à Matignon en juillet 2020 avec 55% de jugements positifs, comme Edouard Philippe en mai 2017.

Manuel Valls (58%), Jean-Marc Ayrault (65%) et François Fillon (62%) bénéficiaient eux aussi de plus de vent dans le dos.

Il faut remonter à Dominique de Villepin, nommé Premier ministre de Jacques Chirac en juin 2005, pour trouver un capital de départ similaire (44%).

Enquête réalisée en ligne et par téléphone du 17 au 25 mai auprès de 1.946 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,3 points. 


C1: finale de rêve Liverpool-Real Madrid, fête et pagaille au Stade de France

Des supporters ont tenté de forcer le premier filtrage installé aux abords du Stade de France avant la finale de la Ligue des champions Liverpool-Real Madrid, samedi à Saint-Denis. (AFP)
Des supporters ont tenté de forcer le premier filtrage installé aux abords du Stade de France avant la finale de la Ligue des champions Liverpool-Real Madrid, samedi à Saint-Denis. (AFP)
Short Url
  • Le premier cordon installé autour du stade a fait l'objet d'une «tentative de pénétration», a indiqué la PP
  • Certains supporters de Liverpool commençaient à s'impatienter et à s'agacer contre les organisateurs face au temps d'attente

SAINT-DENIS: La fête retardée: des problèmes de sécurité liés à l'accès des supporters au Stade de France ont retardé d'au moins trente minutes le coup d'envoi de la finale de rêve de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, samedi (21h30).


L'annonce du speaker a refroidi la belle ambiance qui commençait à monter dans l'enceinte dyonisienne, clairsemée, après l'emblématique "You'll never walk alone" repris par le virage de fans anglais.


La pagaille en dehors du stade, où des personnes qui s'impatientaient ont essayé de forcer un premier filtrage policier, a provoqué le décalage d'au moins une demi-heure du début du match.


«L'union de la gauche» sera «la principale force d'opposition», prédit Zemmour

Eric Zemmour pose pour des photos après avoir visité un marché en plein air alors qu'il faisait campagne dans la 4e circonscription du département du Var, au Luc, dans le sud-est de la France, le 27 mai 2022, avant les 12 et 19 juin élections législatives en France. (AFP)
Eric Zemmour pose pour des photos après avoir visité un marché en plein air alors qu'il faisait campagne dans la 4e circonscription du département du Var, au Luc, dans le sud-est de la France, le 27 mai 2022, avant les 12 et 19 juin élections législatives en France. (AFP)
Short Url
  • Zemmour regrette que son mouvement Reconquête! soit désormais «l'adversaire privilégié» du RN
  • Pour soutenir la candidature de Stanislas Rigault, l'ancien journaliste a semblé acter par avance de mauvais résultats pour la droite aux législatives des 12 et 19 juin, en raison de la division du «bloc national»

CAVAILLON: "L'union de la gauche autour de Jean-Luc Mélenchon et de l'islamo-gauchisme va dépasser allègrement les 100 députés et sera évidemment la principale force d'opposition au macronisme", a pronostiqué samedi Eric Zemmour, en regrettant que son mouvement Reconquête! soit désormais "l'adversaire privilégié" du RN.


En déplacement à Cheval-Blanc, près de Cavaillon (Vaucluse), pour soutenir la candidature de Stanislas Rigault, l'ancien journaliste a semblé acter par avance de mauvais résultats pour la droite aux législatives des 12 et 19 juin, en raison de la division du "bloc national".


"C'est évident, c'est sûr, c'est déjà réglé, et évidemment le choix fait par Marine Le Pen en particulier, et aussi les dirigeants de LR, est qu'ils arriveront eux-mêmes avec des petits groupes, mais apparemment ils s'en satisfont", a accusé le président de Reconquête!, lors d'une conférence de presse improvisée, après avoir pris la parole devant quelque 400 personnes, dans le jardin d'un mas.


Eric Zemmour était venu apporter son soutien à Stanislas Rigault, le président de Génération Z, le mouvement des jeunes de Reconquête!, qui se présente dans la deuxième circonscription du Vaucluse.


"Moi j'ai voulu rassembler, comme l'a fait Jean-Luc Mélenchon à gauche, comme l'a très bien réussi Jean-Luc Mélenchon, mais manifestement ni Marine Le Pen ni les dirigeants de LR n'ont voulu ou su en faire autant": "Donc voilà, nous partons divisés", a regretté M. Zemmour.


"Et nous aurons en vérité deux gauches, la gauche d'Emmanuel Macron, qui est au pouvoir, et la gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui sera la principale opposition, et le reste n'existera pas", a-t-il conclu.


Commentant la visite récente de Jordan Bardella, le président par intérim du Rassemblement national, dans le Var, là où lui-même est candidat, et sa visite annoncée dans le Vaucluse le 4 juin, M. Zemmour a constaté que Reconquête! était devenu "l'adversaire privilégié" du RN.


"C'est absolument lamentable de sa part. (...) Mais au moins les choses sont claires. Il pourrait aller se battre contre des candidats de Mélenchon ou des candidats d'Emmanuel Macron, mais non, il vient cibler les meilleurs, les candidats les plus connus de Reconquête!, j'y vois une stratégie délibérée du RN", a-t-il accusé.


Jeudi, c'est Mme Le Pen qui avait accusé le leader de Reconquête! d'être responsable des éventuels mauvais résultats de son parti aux législatives: "Si dans un certain nombre de circonscriptions, nous n'arrivons pas en tête, ce sera également le fait (des) candidats (de Reconquête!), alors qu'ils savent pertinemment qu'ils n'auront pas d'élus", avait-elle affirmé lors d'un déplacement en Seine-Maritime.