Les parlementaires LR veulent voir le pass sanitaire limité dans le temps

Le président du groupe parlementaire du parti libéral au pouvoir La République en marche (LREM), Christophe Castaner, prend la parole lors d'une séance à l'Assemblée nationale française à Paris, le 5 janvier 2022. (Bertrand Guay/AFP)
Le président du groupe parlementaire du parti libéral au pouvoir La République en marche (LREM), Christophe Castaner, prend la parole lors d'une séance à l'Assemblée nationale française à Paris, le 5 janvier 2022. (Bertrand Guay/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 10 janvier 2022

Les parlementaires LR veulent voir le pass sanitaire limité dans le temps

  • Le projet de loi transformant le pass sanitaire arrive au Sénat après des débats tendus en première lecture à l'Assemblée nationale
  • Le sénateur LR et rapporteur Philippe Bas devrait notamment proposer en commission lundi un dispositif prévoyant son extinction une fois certaines conditions réunies

PARIS : La majorité «n'entend pas faire du pass vaccinal une mesure permanente», a assuré lundi le patron du groupe LREM à l'Assemblée nationale Christophe Castaner, alors que le projet de loi transformant le pass sanitaire arrive au Sénat après des débats tendus en première lecture à l'Assemblée nationale.

Les parlementaires LR veulent voir le pass sanitaire limité dans le temps, et le sénateur LR et rapporteur Philippe Bas devrait ainsi notamment proposer en commission lundi un dispositif prévoyant son extinction une fois certaines conditions réunies.

«Personne n'entend faire du pass vaccinal une mesure permanente, mais tant que nous serons dans la situation où, le 8 janvier, samedi, il y avait 303.669 cas de Covid, le sujet n'est pas de présupposer la fin du dispositif,  mais de se battre avec toutes les armes possibles pour faire reculer le Covid en France», a réagi Christophe Castaner lundi sur France Inter.

Le pass «n'a pas vocation à être illimité dans le temps et nous n'avons pas vocation à légiférer tout le temps», a-t-il souligné.

Après un examen très tendu en première lecture à l'Assemblée nationale, le ministre des Relations au Parlement Marc Fesneau a, lui, jugé sur Public Sénat que le calendrier, avec un examen en commission lundi et en séance mardi et mercredi, «permet de débattre dans des conditions satisfaisantes», de manière «apaisée».

Le président LR du Sénat Gérard Larcher a assuré que la majorité sénatoriale de droite voterait le texte, «sous réserve d'ajustements».

L'objectif de le voir adopté le 17 janvier, «c'est jouable, (...) on sera dans les horizons qui avaient été fixés», a estimé M. Fesneau, alors que les débats houleux à l'Assemblée ont fait quelque peu dérailler le calendrier du gouvernement qui visait initialement une entrée en vigueur le 15 janvier.

Il a nié que les propos d'Emmanuel Macron assurant qu'il avait «très envie d'emmerder» les non-vaccinés puissent compliquer l'examen du texte et a renvoyé dans les cordes les oppositions qui l'ont fustigé: «le président de la République est dans son rôle de protéger les Français. (...) Que ceux qui veulent voter contre le texte ne se cachent pas derrière des arguments qui n'en sont pas», a-t-il lancé.


Retraites: chaque camp fourbit ses armes avant une semaine tumultueuse

Des feux d'artifice sont déclenchés alors que les manifestants participent à une marche aux flambeaux organisée par les syndicats des travailleurs de la FSU et Solidaires pour protester contre le plan de réforme des retraites du gouvernement français, à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 2 février 2023. (Photo de Valentine CHAPUIS/AFP)
Des feux d'artifice sont déclenchés alors que les manifestants participent à une marche aux flambeaux organisée par les syndicats des travailleurs de la FSU et Solidaires pour protester contre le plan de réforme des retraites du gouvernement français, à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 2 février 2023. (Photo de Valentine CHAPUIS/AFP)
Short Url
  • La bataille s'engage lundi après-midi dans l'hémicycle du Palais Bourbon, après trois jours d'un examen non achevé en commission, faute de temps. Et c'est une course d'obstacles qui attend le gouvernement
  • Les députés LFI défendront d'emblée une demande de rejet de l'ensemble de la réforme, «brutale» et «injuste».Le vote sur leur motion pourrait donner quelques sueurs froides au camp présidentiel, qui a battu le rappel des troupes

PARIS: Ambiance de veillée d'armes sur la réforme des retraites: les syndicats préparent deux nouvelles journées de mobilisation, tandis qu'oppositions et majorité affûtent leurs arguments pour l'arrivée lundi du texte dans le chaudron de l'Assemblée, avec un ministre chef de file affaibli.

Un autre front a en effet été révélé vendredi soir pour Olivier Dussopt: le parquet national financier (PNF) a retenu l'infraction de "favoritisme" à l'encontre du ministre du Travail, dans une affaire liée à un cadeau d'oeuvres d'art en 2017 par une entreprise de traitement des eaux.

"Aucune corruption" ne lui est reprochée, a-t-il fait valoir auprès de l'AFP. Reste que ce dossier arrive au plus mauvais moment pour ce ministre en première ligne en défense, dans la phase qui s'ouvre au Parlement.

Dans l'opinion, la contestation va grandissante contre la réforme phare du second quinquennat Macron. Mais le gouvernement n'en démord pas: elle est "indispensable" pour "préserver notre système de retraites par répartition", a réaffirmé jeudi la Première ministre, sans dévier sur le report de l'âge de départ de 62 à 64 ans.

Elisabeth Borne s'est cependant montrée ouverte à des aménagements sur l'emploi des seniors ou les carrières longues.

Mais le bras de fer se poursuit avec l'intersyndicale, qui organise deux nouvelles journées d'action, ce mardi et samedi prochain. A entendre la cheffe du gouvernement, "on a l'impression qu'il n'y a pas en ce moment un mouvement social dans ce pays", tacle le leader de la CFDT Laurent Berger, qui appelle à encore "amplifier" la mobilisation.

Même mot d'ordre du numéro un de la CGT Philippe Martinez, qui précise: "On a conjugué un jour en semaine et un samedi, on verra sur l’ensemble des deux jours, malgré cette période de congés scolaires".

Le record historique de 2010 a été dépassé le 31 janvier: ce jour-là, les manifestations ont réuni plus de 1,27 million de personnes selon le ministère de l'Intérieur, et plus de 2,5 millions selon les syndicats. C'était déjà davantage que la première mobilisation du 19 janvier.

La locataire de Matignon a assuré cette semaine entendre les "interrogations" et "doutes", tout en renvoyant au débat parlementaire pour "enrichir" la réforme.

«gérer le tempo»

La bataille s'engage lundi après-midi dans l'hémicycle du Palais Bourbon, après trois jours d'un examen non achevé en commission, faute de temps. Et c'est une course d'obstacles qui attend le gouvernement.

Les députés LFI défendront d'emblée une demande de rejet de l'ensemble de la réforme, "brutale" et "injuste". Le vote sur leur motion pourrait donner quelques sueurs froides au camp présidentiel, qui a battu le rappel des troupes.

Puis le groupe RN portera sa demande de référendum sur la réforme, qui a elle peu de chances d'être votée par l'Assemblée.

Les députés s'attelleront ensuite aux quelque 20.000 amendements déposés sur le projet de loi, dont 13.000 par LFI. Les macronistes, qui ne disposent que de la majorité relative, ne sont pas à l'abri d'accidents de parcours.

Si l'Assemblée ne vient pas à bout des amendements d'ici le 17 février minuit, le texte pourra tout de même passer au Sénat, du fait du choix de l'exécutif de recourir à un budget rectificatif de la Sécu.

Ce temps contraint est vivement critiqué par les oppositions, qui comptent néanmoins parvenir à discuter de l'article 7 consacré au report de l'âge de la retraite.

"On va gérer la séquence, le tempo", assure le chef de file des députés PS Boris Vallaud, qui veut avec l'alliance Nupes prendre le temps de "faire surgir ce qu’on entend partout sur le territoire dans l’hémicycle".

Les yeux rivés sur ce vote, les centrales syndicales espèrent le rejet de cet article totémique. Laurent Berger attend ainsi du Parlement "qu'il dise +ce n’est pas raisonnable, dans cette conflictualité sociale (...) de reporter de 62 à 64 ans l’âge de départ".

La majorité présidentielle, qui serre les rangs malgré les hésitations de certains, ne peut compter que sur l'appui des LR. "Je souhaite voter cette réforme", a redit le patron du parti Eric Ciotti, vantant d'avoir "obtenu une avancée essentielle sur les petites retraites" et mettant la pression désormais sur le sujet des carrières longues.

De son côté, Elisabeth Borne "n'envisage pas" l'hypothèse de dégainer comme à l'automne l'arme constitutionnelle du 49.3 pour faire passer sa réforme sans vote, mais cet outil est dans toutes les têtes.

Gouvernement et majorité en sortiraient "politiquement affaiblis", admet la députée Stéphanie Rist (Renaissance), rapporteure du projet de loi.


La Renault Twingo, la mini-»voiture pour tous» qui fête ses trente ans

Sur cette photo d'archives prise le 26 mars 1999, un vendeur astique la voiture compacte Twingo dans un showroom du constructeur automobile français Renault dans le centre-ville de Tokyo.. (Photo de Toru Yamanaka / AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 26 mars 1999, un vendeur astique la voiture compacte Twingo dans un showroom du constructeur automobile français Renault dans le centre-ville de Tokyo.. (Photo de Toru Yamanaka / AFP)
Short Url
  • Vendue à plus de 2,5 millions d'unités, la première génération lancée début 1993 a droit à une exposition au cœur du salon Rétromobile, qui a ouvert ses portes mercredi à Paris
  • L'habitabilité de la Twingo est presque aussi grande que la voiture, la banquette est rabattable et les sièges avant s'allongent; on peut même y dormir

PARIS : Minuscule mais spacieuse, basique mais innovante, la Twingo, du fabricant automobile français Renault, fête ses trente ans en 2023, entrant dans la catégorie des voitures anciennes.

Vendue à plus de 2,5 millions d'unités, la première génération lancée début 1993 a droit à une exposition au cœur du salon Rétromobile, qui a ouvert ses portes mercredi à Paris.

Il y a bien sûr la Twingo originale, 3,43 mètres de long et jaune avec le toit ouvrant (en option), un prototype de course siglé «Elf» et une version électrique et «tunée» comme un «hot rod» californien, avec roues dorées et moquette rose.

«Elle fait partie des icônes populaires de la marque», décrit Hugues Portron, responsable de Renault Classics. «C'est la remplaçante de la 4L avec la même philosophie: une voiture pour tous».

La puce n'aura pas de remplaçante sur le segment des petites citadines non électriques, selon Renault. La troisième génération de Twingo, qui vient de gagner une version électrique en décembre 2020, pourrait donc être la dernière.

- Pas chère, pratique et colorée -

Le projet d'un petit véhicule bas de gamme était né dans les années 1970 chez Renault, avant d'être vertement critiqué en interne.

Les designers Jean-Pierre Ploué et Patrick Le Quément relancent l'idée en 1988. C'est alors une version minuscule (environ 800 kilos sur la balance) du «monospace», le format polyvalent que le grand Espace avait inauguré.

«L'habitabilité est presque aussi grande que la voiture, la banquette est rabattable et les sièges avant s'allongent; on peut même y dormir», souligne M. Portron. «Mais j'ai eu pas mal de Twingo, et j'ai essayé: il faut vraiment être très fatigué».

Surtout, la fabrication de cette entrée de gamme doit coûter 20% de moins qu'une voiture classique. Il n'y aura donc qu'une seule version (unique option: le toit ouvrant), pas de volant à droite (donc pas d'exports au Royaume-Uni), et des vitres arrières fixes.

Même l'antenne radio se retrouve sur un rétroviseur, pour économiser des longueurs de câble et rendre l'assemblage plus rapide.

Le seul moteur disponible au lancement est le «Cléon Fonte», un petit moteur déjà éprouvé sur les 4L, modernisé, mais encore un peu gourmand.

Renault y ajoute les vitres teintées, un allume-cigare, un écran LCD et un bouton de détresse en nez de clown. Elle est proposée à 55.000 francs, environ 13.000 euros actuels.

Mais pourquoi ce nom? Pour TWist, sWING et tanGO, de quoi lui donner une image décalée. Elle n'est d'ailleurs disponible au début qu'en jaune, rouge, bleu et vert.

- Électrique -

Le succès est au rendez-vous, avec des versions d'abord fabriquées à Flins (Yvelines) mais aussi en Espagne, et en Colombie jusqu'en 2012.

Renault s'inspirera du prêt-à-porter pour proposer des «collections», avec des couleurs qui changent et une palanquée de séries spéciales, comme la «Benetton» avec des sièges colorés.

Plus de 400.000 Twingos de première génération roulaient encore en France en 2022, selon le cabinet AAAdata.

A son arrivée en Colombie, elle était «innovante, audacieuse», mais aussi «pas chère et économique à la pompe» par rapport à d'autres modèles, témoigne Monica Rincon, qui vend des Renault à Cali, dans le sud-ouest du pays.

Aux côtés de milliers de Renault 4, de nombreuses Twingo y roulent encore et dépassent les 300.000 kilomètres, témoigne-t-elle.

En janvier, la star colombienne Shakira a d'ailleurs cité le modèle dans une chanson pour se moquer de son ex-partenaire, lui reprochant d'avoir «quitté une Ferrari pour une Twingo».

Mais si la vieille Twingo est peut-être morte … vive la Twingo électrique! Renault fabrique avec succès une version à batterie en Slovénie.

En France, l’entreprise R-Fit prépare de son côté un kit de conversion des Twingo à l’électrique, tandis que la start-up Lormauto compte proposer bientôt des modèles rénovés et électrifiés, à partir de 200 euros par mois.


25 ans de l'assassinat du préfet Erignac: une cérémonie en présence du ministre de l'Intérieur

Sur cette photo d'archive prise le 9 février 1998, le président français de l'époque, Jacques Chirac, prononce un discours (à droite) avec d'autres personnalités politiques devant le monument aux morts d'Ajaccio lors d'un rassemblement en hommage au préfet de Corse Claude Erignac, tué le 6 février 1998. (AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 9 février 1998, le président français de l'époque, Jacques Chirac, prononce un discours (à droite) avec d'autres personnalités politiques devant le monument aux morts d'Ajaccio lors d'un rassemblement en hommage au préfet de Corse Claude Erignac, tué le 6 février 1998. (AFP).
Short Url
  • Cet assassinat --le premier préfet tué en France depuis la Seconde Guerre mondiale-- avait provoqué une onde de choc dans l'île
  • Vingt-cinq ans après, les commémorations seront marquées lundi par la présence du ministre de l'Intérieur

AJACCIO : Le 6 février 1998, le préfet Erignac était abattu à Ajaccio. Lundi, pour le 25e anniversaire de cet assassinat, l'Etat sera représenté par Gérald Darmanin, contraint d'annuler ses dernières visites corses sur fond de tensions autour des membres encore détenus du commando responsable de ce meurtre.

Cet assassinat --le premier préfet tué en France depuis la Seconde Guerre mondiale-- avait provoqué une onde de choc dans l'île. Les jours suivants, des dizaines de milliers d'insulaires avaient exprimé leur effroi lors des plus grandes manifestations jamais organisées à Ajaccio et Bastia.

Un groupe anonyme avait revendiqué l'assassinat trois jours plus tard, le 9 février. Après plusieurs mois de confusion et de fausses pistes, l'enquête allait enfin déboucher, le 21 mai 1999, sur de premières arrestations.

Trois hommes seront finalement condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité: Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et Yvan Colonna, décédé le 21 mars des suites d'une agression dans sa cellule quelques semaines plus tôt.

Vingt-cinq ans après, les commémorations seront marquées lundi par la présence du ministre de l'Intérieur. "A la demande d'Emmanuel Macron", a précisé Gérald Darmanin sur Twitter.

Pour le 20e anniversaire, c'est le chef de l'Etat lui-même qui s'était déplacé, avec, pour son premier retour dans l'île depuis les faits, Mme Erignac et ses deux enfants. Depuis cette année 2018, la famille Erignac n'est plus revenue en Corse, et, de source proche du dossier, elle ne sera pas présente lundi.

C'est en 2018 qu'avait été inaugurée la place Erignac, avec une inscription au sol: "1 homme, 1 place". "J'espère que la République ne faiblira jamais en Corse", avait alors plaidé Mme Erignac, rendant hommage à son mari sur ce "lieu maudit".

L'annonce de la venue de M. Darmanin est intervenue quelques heures après celle, très attendue dans l'île, de l'octroi par la justice d'une mesure de semi-liberté à Pierre Alessandri, condamné en 2003 et libérable depuis 2017.