Joe Biden se rend en Géorgie en grand défenseur des droits civiques

Joe Biden, dont l'agenda économique et social s'est enlisé, s'est donné une nouvelle priorité: protéger les acquis du «Voting Rights Act». (AFP)
Joe Biden, dont l'agenda économique et social s'est enlisé, s'est donné une nouvelle priorité: protéger les acquis du «Voting Rights Act». (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 11 janvier 2022

Joe Biden se rend en Géorgie en grand défenseur des droits civiques

  • Le président américain, avec la vice-présidente Kamala Harris, ont choisi cet Etat du sud emblématique de la lutte passée pour les droits civiques, mais aussi des déchirements politiques d'aujourd'hui
  • «Nous devons être fermes, résolus et inflexibles dans notre défense du droit de vote et du droit à ce que chaque vote compte», a tweeté Biden

WASHINGTON: Le déplacement est symboliquement chargé et politiquement risqué: Joe Biden va mardi en Géorgie pour faire avancer une promesse cruciale de sa présidence, celle de protéger l'accès des minorités, et particulièrement des Afro-américains, au droit de vote.


Le président américain, avec la vice-présidente Kamala Harris, ont choisi cet Etat du sud emblématique de la lutte passée pour les droits civiques, mais aussi des déchirements politiques d'aujourd'hui, afin de défendre un projet de législation sur les "voting rights".


Il ne s'agit pas de légiférer sur le droit de vote lui-même mais sur les conditions dans lesquelles il s'exerce, depuis l'inscription sur les registres électoraux jusqu'au décompte des voix, en passant par le vote par correspondance ou la vérification d'identité des électeurs.


Autant de critères que nombre d'Etats conservateurs du Sud ont entrepris de modifier, avec pour effet de compliquer, en pratique, l'accès aux urnes des Afro-américains et des minorités en général.


"Nous devons être fermes, résolus et inflexibles dans notre défense du droit de vote et du droit à ce que chaque vote compte", a tweeté lundi le président démocrate.

Comment Biden compte favoriser l'accès au vote des minorités

Le président Biden tentera mardi en Géorgie de rallier l'opinion publique américaine autour de deux lois censées protéger l'accès au vote des minorités, qu'il accuse les républicains de mettre en danger.


Voici les principales mesures de ces textes, en débat au Sénat.

Jour férié, droit de manger 
Rendre le jour de l'élection férié, élargir le vote par correspondance, permettre aux électeurs de s'inscrire sur les listes électorales le jour du scrutin... le "Freedom to Vote Act", soutenu par les démocrates, cherche à faciliter la façon dont on vote aux Etats-Unis.


Le texte autorise aussi un large éventail de documents pour pouvoir s'identifier au moment de voter, une mesure particulièrement critiquée par les républicains qui estiment qu'elle facilite la fraude.


En parallèle, la loi détricote des restrictions adoptées dans plusieurs Etats républicains depuis la défaite de Donald Trump à la présidentielle de 2020.


Les ONG assurent que la règle adoptée en Géorgie en mars discrimine particulièrement les Afro-Américains, qui résident souvent dans des quartiers avec moins de bureaux de vote, et ont très largement voté pour Joe Biden à la dernière élection.

Prévenir les discriminations 
Pour s'assurer que le droit de vote des minorités sera protégé coûte que coûte, les démocrates veulent coupler ce texte à un autre, nommé en hommage à John Lewis, icône des droits civiques et parlementaire décédé en 2020.


Cette seconde loi interdit l'adoption de toute règle ayant pour conséquence de limiter l'accès au vote d'un groupe minoritaire, même si la discrimination n'est pas écrite noir sur blanc ou intentionnelle. 


Elle s'inscrit dans le sillage du "Voting Rights Act", la loi emblématique sur le droit de vote, adoptée en 1965 dans le cadre de la lutte pour les droits civiques et vidée de sa substance par la Cour suprême ces dernières années.


Déjà adoptés à la Chambre, les deux textes dont Joe Biden fera la promotion mardi seront soumis à un vote au Sénat cette semaine, a promis son chef démocrate Chuck Schumer.


Mais sa majorité est bien trop étroite pour qu'ils y soient adoptés en l'état, à moins d'une réforme explosive des règles de la chambre haute, ce qu'il brandit comme menace pour tenter de rallier des élus républicains.


Le "John Lewis Voting Rights Advancement Act" est pour l'instant soutenu par une seule républicaine, la sénatrice de l'Alaska Lisa Murkowski. Aucun républicain ne prévoit pour l'instant de voter pour le premier texte.

«A la gorge»
"Nous attaquons la bête à la gorge, nous attaquons les tentatives de barrer l'accès aux urnes, nous attaquons la subversion et l'obstruction électorale", a clamé l'un de ses conseillers, Cedric Richmond, cité par le site Politico.


Joe Biden, dont l'agenda économique et social s'est enlisé, s'est donné une nouvelle priorité: protéger les acquis du "Voting Rights Act".


Ce texte, qui a couronné des années de lutte pour les droits civiques, interdit depuis 1965 la discrimination dans l'accès au vote.


Les activistes estiment que cet héritage est menacé dans plusieurs Etats, dont les dirigeants républicains soutiennent avec ferveur Donald Trump et ses déclarations sans fondement sur une fraude massive lors de la dernière présidentielle.


La Géorgie, où se rend Joe Biden, a par exemple restreint l'exercice du vote par correspondance, ou interdit la distribution d'eau ou de repas aux électeurs qui attendent, parfois pendant des heures, de voter. L'Etat a aussi renforcé le contrôle des élus locaux - majoritairement conservateurs - sur les opérations de vote.


"C'est une insurrection à bas bruit, mais très, très pernicieuse", selon Chuck Schumer, chef de file des sénateurs démocrates.


En riposte, Joe Biden veut que le parlement pose un cadre législatif fédéral constitué de deux lois: le "John Lewis Voting Rights Advancement Act" et le "Freedom to vote Act".


«Confiscation»
Les républicains font bloc contre ces projets, vus comme un coup de force de Washington contre les compétences des Etats.


"C'est une confiscation du pouvoir. Je m'y opposerai de tout mon être", a déjà promis le sénateur conservateur Lindsey Graham.


Ces deux lois doivent cependant passer l'obstacle du Sénat américain, ce qui nécessite, normalement, 60 voix. Or les démocrates en ont 51 et les républicains 50.


Il est néanmoins possible de faire sauter ce verrou, connu sous le nom de "filibuster" dans le jargon parlementaire américain. 


Mais la manoeuvre parlementaire exige une parfaite discipline des sénateurs démocrates, qui est loin d'être acquise. Joe Biden le sait bien, lui qui a dû renoncer à un immense programme de réformes sociales progressistes à cause d'un seul sénateur démocrate, Joe Manchin. 


Cet élu de Virginie occidentale est aujourd'hui réticent à suivre la voie parlementaire tracée par les démocrates sur les "voting rights".


Et le temps presse pour Joe Biden: il risque de perdre cet automne sa mince majorité parlementaire lors d'élections de mi-mandat historiquement défavorables au pouvoir en place, et qu'il aborde avec une cote de confiance anémique.


Le président américain, qui a bénéficié pendant sa campagne du soutien jugé décisif de l'électorat afro-américain, est donc attendu au tournant par les activistes.


"Ce sera une farce si nous arrivons au jour férié en mémoire de Martin Luther King", c'est-à-dire le 17 janvier, "sans qu'ils n'aient été capables de passer au Sénat la législation sur l'accès au vote", avertit Cliff Albright, co-fondateur du Black Voters Matter Fund, qui milite pour augmenter la participation électorale des Afro-américains en Géorgie.


Keaveny: L’accord du CCG permettra au commerce anglo-saoudien de se développer «considérablement»

Le lord-maire de la ville de Londres, l'alderman Vincent Keaveny, a été interrogé par Arab News avant sa visite en Arabie saoudite à la fin du mois. (Capture d'écran/photo d'AN)
Le lord-maire de la ville de Londres, l'alderman Vincent Keaveny, a été interrogé par Arab News avant sa visite en Arabie saoudite à la fin du mois. (Capture d'écran/photo d'AN)
Short Url
  • L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss
  • Selon Vincent Keaveny, l'expertise britannique contribuera «massivement» à la réalisation de l'objectif zéro émission nette du Royaume

LONDRES: Un accord de libre-échange (ALE) en cours d'élaboration entre le Royaume-Uni et le Conseil de coopération du Golfe permettra d'accroître considérablement leurs liens financiers au moment où l'économie mondiale est en pleine mutation, a indiqué le lord-maire de la ville de Londres à Arab News avant sa tournée dans la région.

Vincent Keaveny, qui commencera sa tournée à Riyad ce week-end, a déclaré que les investissements saoudiens en Grande-Bretagne dépassaient déjà les 65 milliards de livres sterling (1 livre sterling = 1,14 euro) par an et que les échanges commerciaux du Royaume-Uni avec le Golfe dépassaient les 33 milliards.

« Le CCG est notre quatrième partenaire commercial. Cela montre l'importance et l'ampleur des flux d'investissement qui vont dans les deux sens, et je pense qu'ils augmenteront considérablement au fil des ans », a-t-il ajouté.

« L'Arabie saoudite a de grands projets de transformation pour sa propre économie, et les services financiers et professionnels du Royaume-Uni ont beaucoup à offrir pour contribuer à leur mise en œuvre et à leur soutien ».

Le lord-maire de Londres, l'un des plus anciens officiers municipaux constamment réélus, exerce la fonction de maire de la ville de Londres et dirige la société City of London, dont l'objectif est de représenter, soutenir et promouvoir les entreprises situées au cœur financier de la capitale britannique.

L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss. Il devrait générer 33,5 milliards de livres sterling en termes de nouveaux échanges.

Truss, qui a reçu en décembre dernier les ministres des Affaires étrangères du CCG et qui était alors elle-même ministre des AE, a souligné que « le resserrement des liens économiques et sécuritaires avec les partenaires du Golfe » était une priorité.

 

PHOTO
Vincent Keaveny et son épouse Amanda, au banquet du lord-maire dans le centre de Londres, l'année dernière. (Photo, AFP)

« Un ALE représente une véritable volonté de faire évoluer les relations entre le Royaume-Uni et les pays de la région, et nous soutenons les ambitions de la Première ministre qui souhaite que cet accord soit conclu le plus rapidement possible », a déclaré Keaveny.

« Je pense que Liz Truss y parviendra. C'est une personne que la City connaît très bien. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec elle sur l'agenda du commerce international lorsqu'elle était secrétaire d'État au commerce international et elle a effectivement accordé une grande importance au commerce lorsqu'elle était secrétaire d'État aux Affaires étrangères », a-t-il ajouté.

Chris Doyle, directeur du Council for Arab-British Understanding, a indiqué à Arab News que l'ALE serait une priorité pour Truss.

Par ailleurs, Keaveny a déclaré qu'il ne serait pas surpris que des accords au niveau national soient exigés entre les différentes parties pour concrétiser le projet, tout en soulignant qu'il fallait attendre de voir les détails.

« Je pense que les accords de libre-échange permettent de définir le contexte. Il se peut que certains des ALE qui seront conclus au cours des deux prochaines années ne soient pas aussi complets que nous l'aurions souhaité dans la ville », a-t-il poursuivi.

« Je ne peux qu'encourager les négociateurs impliqués dans cet ALE à le finaliser le plus rapidement possible, même si je suis conscient qu'il est difficile de négocier avec un organisme tel que le CCG, qui comprend un groupe de pays aux intérêts divergents ».

PHOTO
Vincent Keaveny commencera une tournée régionale à Riyad ce week-end. (Photo, AFP)

Lorsqu'on lui a demandé si une alliance réglementaire accrue était à l'ordre du jour, Keaveny a dit qu'il n'était « pas assez proche de la négociation pour savoir s'il en résulterait une harmonisation réglementaire », mais a insisté sur le fait qu'une meilleure harmonisation serait positive, notamment en ce qui concerne les services financiers.

« Toute mesure qui rendrait la fourniture de services financiers plus fluide, que ce soit par l'harmonisation réglementaire ou par la libéralisation des flux de données, serait la bienvenue », a-t-il affirmé. « Mais je ne suis sincèrement pas assez proche des négociations pour savoir si un tel résultat est réaliste ».

Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d'investissement importants ».

L'Arabie saoudite associe son plan « Vision 2030 » – qui vise à réduire sa dépendance aux hydrocarbures, à diversifier son économie et à développer les services publics – à sa résolution de parvenir à zéro émission nette d'ici 2060.

« Tout cela doit être soutenu, et l'expertise et l'approche du Royaume-Uni, quant à l'objectif zéro émission et au financement de la transition, montrent que la ville de Londres ainsi que le pays sont les leaders d'opinion dans ce domaine », a expliqué Keaveny.  

« Nous serons donc en mesure de contribuer massivement aux projets de l'Arabie saoudite sur ce plan. C'est une grande victoire qui entraînera de nombreux avantages et qui permettra d'accroître de manière significative les actifs financiers et les infrastructures britanniques, qu'il s'agisse de structures électriques ou d'autres services publics ».

PHOTO
Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d'investissement importants ». (Photo fournie, City de Londres) 

La tournée de Keaveny tombe à un moment de fracture dans le monde, alors que le conflit entre la Russie et l'Ukraine en est à son neuvième mois et que l'on craint de plus en plus un hiver de mécontentement pour une Europe devenue dépendante du gaz russe.

Pourtant, il ne pense pas que ce soit un sujet de discussion majeur pour les parties concernées. « Il est clair que la guerre en Ukraine a des répercussions économiques mondiales. Si la question est soulevée, je pense que ce sera pour évoquer les effets de la guerre sur les pressions inflationnistes dans le monde et sur nos ambitions de réduction des émissions », a-t-il précisé.

De plus, il s'est réjoui de la décision d'accueillir la conférence des Nations Unies sur le changement climatique de cette année et de l'année prochaine au Moyen-Orient, respectivement en Égypte et aux Émirats arabes unis.

« Le fait que le la Conférence des Parties se déroule en Afrique cette année et à Dubaï l'année prochaine est très intéressant. Cela permettra en effet de mener des discussions différentes de celles de Glasgow et de mettre en place les mesures nécessaires pour financer la transition dans les économies en développement », a-t-il poursuivi.

 «Personnellement, je trouve que les banques multilatérales de développement qui définissent les institutions financières dans ce processus sont des acteurs essentiels, à condition que les bonnes conditions soient réunies, et je pense que Mark Carney (ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre) et John Kerry (envoyé spécial du président américain pour le climat) partagent mon avis.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Russie isolée et sous pression après l'annexion de nouveaux territoires en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine signe les traités d'annexion officielle de quatre régions d'Ukraine occupées par les troupes russes - Lugansk, Donetsk, Kherson et Zaporizhzhia, au Kremlin à Moscou, le 30 septembre 2022. (AFP).
Le président russe Vladimir Poutine signe les traités d'annexion officielle de quatre régions d'Ukraine occupées par les troupes russes - Lugansk, Donetsk, Kherson et Zaporizhzhia, au Kremlin à Moscou, le 30 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • L'Union européenne (UE), les Etats-Unis, et d'autres pays tels que la Turquie ont rejeté l'annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncé saisir la Cour internationale de justice (CIJ)
  • A Washington, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a assuré que son pays et le Canada étaient favorables à cette adhésion

MOSCOU : La Russie se retrouve samedi isolée et sous pression au lendemain de l'annexion officielle de quatre territoires ukrainiens qui a suscité une pluie de condamnations internationales et le rejet de Kiev, déterminé à reconquérir son territoire.

L'Union européenne (UE), les Etats-Unis, et d'autres pays tels que la Turquie ont rejeté l'annexion de ces nouveaux territoires et Kiev a annoncé saisir la Cour internationale de justice (CIJ).

"Après les tentatives d'annexion de Poutine, l'Ukraine a officiellement informé la Cour internationale de justice que cette étape est une violation flagrante" de l'ordonnance rendue par la CIJ le 16 mars demandant à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine, a tweeté le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

"Nous exhortons la Cour à se saisir du dossier le plus vite possible", a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine a, lui, clos vendredi soir la journée de cérémonie d'annexion devant plusieurs milliers de personnes réunies pour un concert festif sur la Place Rouge à Moscou. "La victoire sera à nous", a-t-il lancé, alors qu'au même moment son armée éprouve des difficultés en Ukraine.

Peu avant au Kremlin, M. Poutine a signé les documents d'annexion, aux côtés des dirigeants des régions séparatistes d'Ukraine de Donetsk et Lougansk (est), et de celles occupées par les troupes russes de Zaporijjia et de Kherson (sud).

Dans son discours, il a appelé Kiev à cesser "toutes les hostilités et à revenir à la table des négociations", malgré les récents revers infligés à l'armée russe par les forces ukrainiennes, auxquels s'ajoute depuis vendredi l'encerclement partiel de la ville stratégique de Lyman (est) par les Ukrainiens.

Les soldats russes à Lyman, un important nœud ferroviaire, combattent "à bout de force" et la situation y est "difficile", a reconnu vendredi un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est félicité des "résultats significatifs" de la contre-offensive de ses troupes, a rejeté toute négociation avec Moscou tant que Vladimir Poutine sera président, tout en annonçant qu'il allait "signer la candidature de l'Ukraine en vue d'une adhésion accélérée à l'Otan".

A Washington, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a assuré que son pays et le Canada étaient favorables à cette adhésion.

"Nous soutenons fermement l'entrée dans l'Otan de pays qui souhaitent y adhérer et qui peuvent y apporter leurs capacités", a-t-il déclaré à l'issue d'une entrevue avec la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly. Mais, a-t-il ajouté, "il existe un processus pour cela et les pays continueront à suivre ce processus".

Le président américain Joe Biden a lui juré d'"appuyer les efforts de l'Ukraine pour regagner le contrôle de son territoire" et affirmé que les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas "intimider" par le président Poutine.


Tchad: onze personnes tuées dans des conflits entre éleveurs et cultivateurs

Une dizaine de véhicules des forces de l'ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs (Photo, AFP).
Une dizaine de véhicules des forces de l'ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs (Photo, AFP).
Short Url
  • Les violences entre communautés sont fréquentes dans le centre et le sud du Tchad, où nombre d'habitants sont armés
  • Ils opposent principalement des éleveurs nomades arabes aux cultivateurs autochtones sédentaires qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux

N'DJAMENA: Onze personnes ont été tuées vendredi dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le centre du Tchad, pays en proie à des conflits meurtriers entre communautés nomades et sédentaires, a déclaré à l'AFP le gouverneur local.

Les violences entre communautés sont fréquentes dans le centre et le sud du Tchad, où nombre d'habitants sont armés. Ils opposent principalement des éleveurs nomades arabes aux cultivateurs autochtones sédentaires qui accusent les premiers notamment de saccager leurs champs en faisant paître leurs animaux.

"Les cultivateurs ont tendu un guet-apens" aux éleveurs alors que ces derniers traversaient des "couloirs de transhumance", a détaillé le gouverneur de la province du Guéra, Sougour Mahamat Galma. "Les éleveurs armés à dos de chevaux ont affronté les cultivateurs et les combats ont fait neuf morts", dans la sous-préfecture de Kouka Margne, une localité située dans le centre du pays, a-t-il ajouté.

Le bilan est ensuite passé à 11 morts lorsque "deux éleveurs arrivés en renfort avec des chevaux ont été kidnappés avant d'être tués par les cultivateurs", a indiqué la même source.

Une dizaine de véhicules des forces de l'ordre ont été déployés sur le terrain et ont essuyé des tirs: ils "encerclent en ce moment les éleveurs et les troupeaux", a précisé le gouverneur local qui a fait appel à l'armée, craignant "que la violence ne reprenne".

Le 10 août, 13 personnes avaient été tuées dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans l'est du pays. Le conflit était parti du vol d'une houe d'un cultivateur par un enfant.