Turquie-Arménie: premiers pourparlers de normalisation «constructifs»

La première rencontre en face à face entre les deux pays depuis 2009, saluée par l'UE et les États-Unis, a duré 90 minutes. (Conseil turco-arménien de développement des affaires)
La première rencontre en face à face entre les deux pays depuis 2009, saluée par l'UE et les États-Unis, a duré 90 minutes. (Conseil turco-arménien de développement des affaires)
Short Url
Publié le Vendredi 14 janvier 2022

Turquie-Arménie: premiers pourparlers de normalisation «constructifs»

  • En 2009, la Turquie et l'Arménie avaient déjà signé un accord visant à normaliser leurs rapports
  • L'Arménie a ainsi annoncé le mois dernier la fin de son embargo sur les produits turcs

MOSCOU : La Turquie et l'Arménie ont salué vendredi des discussions "positives" et "constructives", après une première rencontre à Moscou entre leurs envoyés spéciaux pour normaliser des relations historiquement tendues.

Les émissaires, le Turc Serdar Kiliç et l'Arménien Rouben Roubinian, "ont échangé leurs vues préliminaires au sujet du processus de normalisation (...) dans une atmosphère positive et constructive", ont indiqué les ministères des Affaires étrangères à Ankara et Erevan, dans des communiqués identiques au mot près.

"Les deux parties sont convenues de poursuivre les négociations sans précondition en vue d'une normalisation" de leurs relations, ont ajouté les ministères, indiquant que la date et le lieu de la prochaine rencontre seraient choisis ultérieurement.

Aucune mesure concrète n'a cependant été annoncée à l'issue de ces premières discussions, qui ont duré une heure et demie et s'inscrivent dans un contexte de dégel entre Ankara et Erevan.

Les relations entre ces deux pays, dont la frontière commune est fermée depuis 1993, sont minées par plusieurs différends, notamment sur les massacres des Arméniens sous l'Empire ottoman pendant la Première guerre mondiale.

De nombreux historiens qualifient ces tueries de génocide, reconnu en tant que tel par les gouvernements ou les parlements de nombreux pays. Le nombre des Arméniens ayant trouvé la mort est évalué à 600.000 à 1,5 million.

Mais la Turquie, issue du démantèlement de l'Empire ottoman, récuse ce terme et évoque une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont péri.

Les rapports entre Ankara et Erevan ont également pâti de la guerre qui a opposé en 2020 l'Azerbaïdjan à l'Arménie pour le contrôle de la région séparatiste de Nagorny-Karabakh, un conflit pendant lequel la Turquie a soutenu l'Azerbaïdjan.

Mais après des années de tensions, Ankara et Erevan ont multiplié les gestes d'apaisement ces dernières semaines.

L'Arménie a ainsi annoncé le mois dernier la fin de son embargo sur les produits turcs. En outre, des vols charters entre Erevan et Istanbul débuteront le 2 février.

En 2009, la Turquie et l'Arménie avaient déjà signé un accord visant à normaliser leurs rapports. Censé aboutir à l'ouverture de leur frontière commune, le document n'a jamais été ratifié par Erevan, qui a abandonné la procédure en 2018.


A Donetsk, des jeunes à la vie sclérosée par la guerre

Une femme passe devant la statue de Lénine à Donetsk le 18 janvier 2022, capitale de l'État autoproclamé de la République populaire de Donetsk (RPD) dans l'est de l'Ukraine. Alexandre NEMENOV / AFP
Une femme passe devant la statue de Lénine à Donetsk le 18 janvier 2022, capitale de l'État autoproclamé de la République populaire de Donetsk (RPD) dans l'est de l'Ukraine. Alexandre NEMENOV / AFP
Short Url
  • Dans ce territoire à l'indépendance autoproclamée soutenue de facto par Moscou, presque tout le monde connaît des personnes victimes des combats
  • Pour les jeunes hommes de Donetsk, le risque de devoir aller au front est réel

DONETSK: Ils avaient une dizaine d’années quand la guerre a commencé en 2014. Habitant la partie séparatiste de l'Ukraine, les jeunes vivent l'épouvante mais aussi l'ennui et l'anxiété d'un avenir sans perspective dans cette région isolée.
Leurs camarades du même âge, qu'ils soient en Russie ou en territoire sous contrôle ukrainien, vont en boîte de nuit et se projettent plus sereinement. Rien de tel à Donetsk, bastion des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, à quelques kilomètres du front avec les troupes de Kiev.
"Cela fait longtemps que je veux vivre en paix, j'en ai marre, j'en ai tellement marre de la guerre, marre de voir des chars sur les routes", lâche Rouslan Tchebotaïev, 17 ans, étudiant en économie croisé à l'ombre de la statue de Lénine trônant au coeur de la capitale de la République populaire autoproclamée de Donetsk (DNR).
"Mes images d'enfance, ce sont des chars et des gens armés", raconte ce jeune homme éloquent aux cheveux roux parsemés de flocons de neige.
Dans ce territoire à l'indépendance autoproclamée soutenue de facto par Moscou, presque tout le monde connaît des personnes victimes des combats. "C'est difficile d'en parler", dit Danil Tchebotok, 20 ans, avec un rire nerveux.
La guerre a déjà fait plus de 13.000 morts, le processus de paix est paralysé et un nouveau conflit gronde, la Russie ayant massé des dizaines de milliers de troupes aux abords de l'Ukraine, en vue, selon les Occidentaux, d'une possible invasion.
Près de Donetsk, les escarmouches et les tirs d'artillerie résonnent au quotidien, fauchant, de temps à autre, de nouvelles vies.
"C'est une situation insensée, on ne sait même pas pourquoi la guerre se poursuit", s'énerve Maxime Blizniouk, 20 ans, mèche blonde et bijou en forme de crucifix à l'oreille.

- Huit ans de couvre-feu

Pour les jeunes hommes de Donetsk, le risque de devoir aller au front est réel. L'année dernière, les autorités ont instauré un service militaire de six mois minimum.
"Je m'y prépare mentalement", affirme Rouslan Tchebotaïev, qui espère toutefois obtenir une exemption grâce à ses études.
A Donetsk, l'état de guerre implique aussi depuis près de huit ans un couvre-feu. S'il a récemment été levé pour les weekends, il reste en vigueur les autres jours, de 23H00 à 5H00. Donetsk se transforme alors en grande ville déserte.
"Je suis jeune, je veux sortir la nuit mais je ne peux pas", se désole Rouslan Tchebotaïev. "Il n'y a pas de liberté."
Les jeunes interrogés par l'AFP racontent aussi la difficulté de vivre dans un territoire qui n'est reconnu par aucun pays, y compris la Russie.
"On doit réunir un tas de documents pour voyager et ce n'est pas sûr qu'on te laisse passer ou qu'on te laisse partir, c'est stressant", indique Nastia Karpouchina, 20 ans, étudiante en médecine.
La région séparatiste est aussi aux mains d'une poignée d'entreprises. Un seul opérateur mobile y fonctionne correctement et une seule banque y impose ses règles. Sans compte bancaire chez elle, tous les paiements doivent se faire en liquide.
"Ce n'est vraiment pas pratique", s'agace Nastia Karpouchina, casquette sur la tête et piercing au nez. "Même en Russie tu peux choisir ta banque".
Alors que le passage vers le territoire sous contrôle de l'Ukraine est désormais très limité, la Russie apparaît comme l'unique chance de quitter cette cloche. D'autant que Moscou a distribué des centaines de milliers de passeports russes.
Nastia Karpouchina explique qu'au final, sa génération n'a guère le choix: la Russie est "un point de passage pour gagner de l'expérience, des qualifications, car nos diplômes ne sont pas reconnus en Europe".
"Je veux partir d'ici", abonde Danil Tchebotok, qui va bientôt demander un passeport russe et rêve de travailler comme médecin en Asie.
Il regrette toutefois que l'Ukraine lui soit fermée. "Et je ne vois pas non plus la Russie comme un endroit où progresser".

 


Le président arménien démissionne sur fond de crise nationale

Le président arménien Armen Sarkissian a annoncé dimanche sa démission (Photo, AFP/Russian Foreign Ministry).
Le président arménien Armen Sarkissian a annoncé dimanche sa démission (Photo, AFP/Russian Foreign Ministry).
Short Url
  • Cette décision fait suite à une période d'instabilité en Arménie, une nation du Caucase confrontée à des difficultés économiques
  • La Constitution précise que le Parlement doit organiser un vote pour désigner le prochain chef de l'Etat dans les 35 jours

EREVAN: Le président arménien Armen Sarkissian a annoncé dimanche sa démission, évoquant son incapacité inhérente à ses fonctions largement honorifiques à "influer" sur la politique tant intérieure qu'étrangère de son pays, qui traverse une véritable crise.

Cette décision fait suite à une période d'instabilité en Arménie, une nation du Caucase confrontée à des difficultés économiques, à la suite d'une guerre sanglante -plus de 6.500 morts- pour le contrôle de la région contestée du Nagorny-Karabakh avec son rival de longue date, l'Azerbaïdjan, une autre petite ex-république soviétique.

L'humiliante défaite militaire des Arméniens, qui s'est soldée par la perte de territoires contestés, fin 2020 a finalement déclenché des manifestations de rue massives et une lutte entre le chef de l'Etat et le Premier ministre, Nikol Pachinian.

"Il ne s'agit pas d'une décision motivée par l'émotion et elle découle d'une logique spécifique", a expliqué M. Sarkissian dans un communiqué diffusé sur son site internet officiel.

"Le président ne dispose pas des outils nécessaires pour influer sur les processus importants de la politique étrangère et intérieure dans des moments difficiles pour le peuple et le pays", a-t-il ajouté, le pouvoir exécutif étant pour l'essentiel dans les mains du chef du gouvernement.

Réviser la Constitution

Au cœur du désaccord entre MM. Sarkissian et Pachinian, il y a eu le limogeage du chef d'état-major de l'armée arménienne, le premier ayant refusé de signer un ordre du second en vue de le destituer, un coup dur pour un Premier ministre alors en difficulté.

Le chef de l'Etat avait à l'époque argué du fait que la crise que connaissait l'Arménie ne pouvait être désamorcée par de fréquents changements de personnes dans les structures dirigeantes de l'Etat.

Dimanche, Armen Sarkissian s'est insurgé contre une "réalité dans laquelle le président ne peut mettre son veto à des lois qu'il juge mauvaises pour le peuple et pour le pays".

"J'espère que les modifications dans la Constitution seront finalement mises en œuvre et que le prochain président et l'administration présidentielle seront en mesure d'agir dans un environnement plus équilibré", peut-on encore lire dans le communiqué.

La Constitution précise que le Parlement - qui est dominé par des partis proches de Nikol Pachinian - doit organiser un vote pour désigner le prochain chef de l'Etat dans les 35 jours.

Ancien professeur de physique, Armen Sarkissian, né en 1953 à Erevan, a été Premier ministre en 1996-1997, avant d'être élu à une large majorité par les parlementaires président en mars 2018, après avoir été ambassadeur au Royaume-Uni.

L'annonce de sa démission est intervenue peu après une visite aux Emirats arabes unis à l'issue de laquelle son bureau avait fait savoir qu'il prendrait un congé pour se soumettre à des contrôles médicaux, sans fournir d'autres détails.

Depuis l'effondrement il y a un peu plus de trente ans de l'Union soviétique, la situation économique en Arménie est marquée par des difficultés.

L'argent envoyé par les Arméniens de l'étranger a dans ce contexte eu un impact considérable, contribuant à la construction d'écoles, d'églises et à la réalisation d'autres projets d'infrastructures, y compris au Nagorny-Karabakh.

Dans de nombreux pays, il existe en effet aujourd'hui une importante communauté arménienne, qui y jouit d'une réelle influence politique, après un exil massif dans le monde entier à la suite des massacres de la fin de l'époque ottomane.

La diaspora arménienne est aujourd'hui évaluée à dix millions de personnes (contre trois millions d'habitants en Arménie), principalement en Russie, aux Etats-Unis et en France.


Taïwan: nouveau pic d'incursions d'avions de guerre chinois

Le mois d'octobre reste le plus actif avec 196 incursions, dont 149 en quatre jours seulement, alors que Pékin célébrait sa fête nationale. (Photo, AFP)
Le mois d'octobre reste le plus actif avec 196 incursions, dont 149 en quatre jours seulement, alors que Pékin célébrait sa fête nationale. (Photo, AFP)
Short Url
  • Parmi ces incursions figuraient 24 chasseurs J-16, 10 chasseurs J-10 et un bombardier H-6 à capacité nucléaire
  • Le dernier trimestre 2021 a été marqué par un pic de ces incursions

TAIPEI : Les avions de l'armée chinoise ont effectué dimanche 39 incursions dans la zone de défense aérienne de Taïwan, selon le gouvernement de l'île, la plus importante incursion quotidienne depuis octobre, dans un contexte de pression militaire croissante de Pékin sur l'île démocratique.

Parmi ces incursions figuraient 24 chasseurs J-16, 10 chasseurs J-10 et un bombardier H-6 à capacité nucléaire. 

Le ministère taïwanais de la Défense a indiqué dans un communiqué publié dimanche soir qu'il avait fait décoller ses propres avions pour suivre les 39 avions chinois qui avaient pénétré dans la zone d'identification de défense aérienne (Adiz) de Taïwan.

Le ministère taïwanais de la Défense a commencé à rendre publiques ces incursions d'avions de guerre chinois dans l'Adiz en septembre 2020 et l'AFP a constitué une base de données rassemblant les détails de ces vols, qui ont augmenté en taille et en fréquence.  

Le dernier trimestre 2021 a été marqué par un pic de ces incursions. Le mois d'octobre reste le plus actif avec 196 incursions, dont 149 en quatre jours seulement, alors que Pékin célébrait sa fête nationale.

La zone de défense ne correspond pas à l'espace aérien de Taïwan, mais englobe une zone beaucoup plus vaste qui recoupe une partie de la zone d'identification de défense aérienne de la Chine.

Taïwan a enregistré 969 incursions d'avions de guerre chinois dans sa zone de défense aérienne en 2021 selon la base de données compilée par l'AFP, plus du double des quelque 380 effectuées en 2020.

L'armée de l'air taïwanaise a subi une série d'accidents mortels ces dernières années, sa flotte vieillissante étant maintenue sous pression par la Chine. 

L'armée de l'air a temporairement cloué au sol sa flotte de chasseurs F-16 au début du mois après que l'un de ses F-16V, ses avions de combat les plus avancés, s'est écrasé en mer lors d'une mission d'entraînement, tuant un pilote.