La Banque centrale du Liban cherche à renforcer sa monnaie après la forte chute qu’elle a subie

Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh. (Reuters)
Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh. (Reuters)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

La Banque centrale du Liban cherche à renforcer sa monnaie après la forte chute qu’elle a subie

  • La livre libanaise a atteint un seuil record de dépréciation, à 33 000 pour un dollar. La situation s’est légèrement améliorée vendredi. La livre s’échange désormais à 27 200 contre un dollar
  • «Cette initiative vise à renforcer la valeur de la livre par rapport au dollar», a déclaré le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh, à Reuters.

BEYROUTH: La Banque centrale du Liban a déclaré vendredi qu'elle visait à renforcer la valeur de la livre libanaise en allégeant les restrictions sur les achats de dollars après que la monnaie a atteint le taux le plus bas, suscitant de nouvelles manifestations contre la hausse des prix et l'effondrement de l'économie.

La livre, qui a perdu plus de 90% de sa valeur depuis le début de la crise financière au Liban en 2019, a atteint un seuil record de dépréciation, à 33 000 pour un dollar. La situation s’est légèrement améliorée vendredi. La livre s’échange désormais à 27 200 contre un dollar.

Avant la crise, qui a plongé une grande partie de la population dans la pauvreté, elle s'échangeait à 1 500 pour un dollar.

En réponse à la forte dépréciation de la livre, la Banque centrale a déclaré qu'elle supprimait leplafond lié aux achats bancaires de dollars en utilisant la plate-forme officielle de taux de change Sayrafa.

«Cette initiative vise à freiner la volatilité du marché des changes et à renforcer la valeur de la livre par rapport au dollar», a déclaré le gouverneur de la Banque centrale Riad, Salameh, à Reuters.

«[...] L'opération consiste à diminuer la quantité des billets de banque en livres libanaises.»

Salameh a également déclaré qu'il y avait eu «des signes de manipulation des prix du dollar par rapport à la livre», sans donner de détails.

Un analyste a décrit la décision de la Banque centrale comme s'il s'agissait de prendre «un cachet de Panadol pour traiter une crise majeure», affirmant que le gouvernement avait besoin d'un programme de réformes pour s'attaquer aux graves problèmes économiques.

Les banques commerciales ont pratiquement fermé leurs portes aux déposants dans un contexte de pénurie de liquidités causée par l'effondrement de l'économie sous une montagne de dettes de l'État.

Le nouveau cabinet formé en septembre a promis de commencer à redresser l'économie et àrelancer les pourparlers avec le Fonds monétaire international. Cependant, les ministres ne se sont pas réunis depuis trois mois en raison d'un conflit relatif à l’enquête sur l’énorme explosion au port de Beyrouth en 2020.

Salameh fait l’objet de multiples enquêtes nationales et internationales sur sa conduite à la tête de la Banque centrale, qu'il dirige depuis trois décennies. Cependant, Salameh rejette toutemalversation.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Frankly Speaking : L'Arabie saoudite peut être « le premier exportateur de pétrole tout en luttant contre le changement climatique »

Dr Osama Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, sur Frankly Speaking. (Capture d'écran)
Dr Osama Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, sur Frankly Speaking. (Capture d'écran)
Short Url
  • Le problème ne réside pas dans les hydrocarbures mais dans les émissions, a déclaré le responsable de la politique environnementale du Royaume
  • Les mesures visant à inverser la dégradation des terres ont été une réalisation majeure du sommet du G20 sous la présidence saoudienne en 2020

DUBAÏ: L'Arabie saoudite peut conserver son rôle de premier exportateur de pétrole au monde tout en poursuivant une stratégie ambitieuse pour atténuer les effets du changement climatique, a déclaré l'un des principaux décideurs de la politique environnementale du Royaume à Arab News

Le Dr Osama Faqeeha, vice-ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, a déclaré que l'enjeu pour le Royaume et pour le monde était de faire face aux émissions polluantes de la production d'hydrocarbures, tout en explorant d'autres usages des produits pétroliers et des alternatives renouvelables. 

« Nous voyons que le problème n’est pas dans les hydrocarbures mais dans les émissions », a-t-il indiqué, soulignant que « les produits pétrochimiques, le plastique, les fournitures médicales, les vêtements ainsi que d’autres objets sont fabriqués à partir d'hydrocarbures; les émissions constituent le problème, à savoir les émissions de CO2. » 

Faqeeha, qui est étroitement impliqué dans la mise en œuvre des mesures de la « Saudi Green Initiative » dévoilées l'an dernier, est apparu sur Frankly Speaking, la série d'entretiens vidéo avec des décideurs politiques et des hommes d'affaires de premier plan. 

Il a également évoqué le plan ambitieux de plantation de 10 milliards d'arbres dans le Royaume, la campagne de protection de son écosystème environnemental et de sa biodiversité, et les efforts en cours pour améliorer la qualité de l'air dans la capitale Riyad et dans d'autres grandes villes. 

Faqeeha a souligné que la campagne environnementale lancée dans le cadre de la SGI fait partie d'une stratégie globale pour relever les défis du changement et du réchauffement climatiques. 

« Dans ce contexte, l'Arabie saoudite s’est lancée dans l’économie circulaire du carbone, une démarche qui consiste vraiment à traiter le CO2 comme n'importe quel autre déchet, en le prenant et en le recyclant de différentes manières. 

« Nous devons réaliser qu'il n'y a pas d'approche unique qui puisse à elle seule relever le défi du changement climatique mondial. 

« Nous avons besoin d'énergies renouvelables, nous avons besoin de l'économie circulaire du carbone, nous avons besoin de recyclage, nous devons arrêter cette déforestation, préserver les habitats, réduire les plastiques marins. Nous devons nous concentrer sur tout cela », a-t-il déclaré. 

Le projet de planter 10 milliards d'arbres en Arabie saoudite au cours des prochaines décennies est une particularité frappante de la SGI, reconnue comme un défi compte tenu du climat désertique aride du Royaume et du niveau relativement faible des précipitations. 

 « Il s'agit certainement d'un objectif ambitieux très stimulant. Comme Son Altesse Royale le Prince héritier (Mohammed bin Salman) l'a annoncé, l'échéancier s'étalera sur les prochaines décennies. Nous visons vraiment la pérennité de l’environnement. Nous avons l'intention d'atteindre cet objectif en tenant dûment compte de cette pérennité.  

« Pour y parvenir, nous nous concentrerons tout d'abord sur l'utilisation des espèces végétales indigènes du Royaume. Croyez-le ou non, il existe plus de 2 000 espèces de flore documentées dans le Royaume qui se sont adaptées au climat sec et aride de l'Arabie saoudite. 

« Ces plantes ont donc vraiment prospéré dans cet environnement et s'y sont (pleinement) adaptées », a-t-il déclaré. 

Le programme de forestation — déjà en cours — se concentrera sur quatre domaines principaux : la restauration de la flore naturelle dans les montagnes et les vallées; un programme de « verdissement urbain » pour les grandes villes; la plantation dans les zones agricoles pour soutenir la production alimentaire et les communautés rurales; et la plantation d'arbres le long des principales autoroutes pour contrer l'avancée du sable et améliorer l'expérience des voyageurs. 

Des sources d'eau renouvelables seront également utilisées dans le programme de plantation d'arbres pour éviter de mettre en danger les précieuses eaux souterraines. Les eaux usées traitées et la collecte des pluies faisaient partie des techniques validées par les décideurs en matière de politique environnementale, ainsi qu'une plus grande utilisation des ressources maritimes. 

« L'Arabie saoudite possède des milliers de kilomètres de côtes sur le golfe Arabique et la mer Rouge. Il existe deux espèces de palétuviers indigènes qui poussent réellement dans l'eau de mer, nous avons donc l'intention de nous concentrer également sur ces espèces », a-t-il déclaré. 

La pratique traditionnelle qui consiste à couper du bois naturel pour faire des feux de camp a provoqué un débat dans le Royaume car elle est tenue pour responsable d'une partie de la désertification que la SGI s'est engagée à éliminer. 

« L'exploitation forestière illégale était un problème important. Les habitants ont une affinité pour les atouts locaux, ils aiment vraiment les pique-niques et les activités de plein air, ils aiment allumer les feux de bois et organiser des réunions de famille autour et ce sont des traditions locales que nous chérissons vraiment. Cependant, cela a coûté cher à la végétation locale. La nouvelle loi sur l'environnement a imposé des sanctions sévères sur l'exploitation forestière illégale. 

« D'autre part, nous avons beaucoup incité à importer des alternatives, comme le charbon et d'autres substituts au feu de bois, qui permettront essentiellement aux membres de la communauté de passer encore un bon moment sans nuire à la végétation », a-t-il déclaré.  

L'Organisation mondiale de la santé a critiqué l'Arabie saoudite et d'autres pays du Moyen-Orient pour leurs faibles normes de matière de qualité de l'air, mais Faqeeha a contesté quelques-unes des conclusions de l'OMS. 

« Je voudrais mettre en valeur une distinction entre la pollution de l'air et la qualité dégradée de l'air. Vous avez parfois une qualité dégradée de l'air et ce n’est pas parce qu'elle est polluée par les activités humaines. L'OMS utilise les matières particulaires comme principaux paramètres pour mesurer la qualité de l'air. 

« C'est un très bon paramètre pour (des endroits comme) l'Europe et les États-Unis, où la surface végétale est étendue, et où les matières particulaires proviennent principalement des centrales électriques, des usines et d’autres activités humaines. Nous appelons ces matières particulaires des particules anthropiques ou MP. 

« Ici en Arabie saoudite et dans la région dans son ensemble, les matières particulaires ont des causes naturelles, provenant principalement de tempêtes de poussière. Il est certain que la qualité de l'air se dégrade pendant les tempêtes de poussière - personne ne prétend qu'il est sain d'aller à l'extérieur et d'inhaler la tempête de poussière.  

C'est donc vraiment à cela qu'ils (l'OMS) font référence. C'est une qualité de l'air dégradée à cause des particules naturelles émanant des tempêtes de poussière », a-t-il déclaré. 

Le ministère travaille sur des mesures globales pour réduire les tempêtes de poussière et améliorer la qualité de l'air, a déclaré Faqeeha. 

Lors du sommet COP26 sur le changement climatique à Glasgow l'année dernière, certains experts ont averti que l'Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe souffriraient plus que d'autres parties du monde des effets du réchauffement climatique sur la santé, notamment de la chaleur extrême, des maladies et de la pollution de l'air. 

Faqeeha a reconnu qu'il s'agissait d'un problème auquel les décideurs étaient confrontés. « Indéniablement, le changement et le réchauffement climatiques sont un défi mondial majeur que nous prenons très au sérieux. Il existe très peu d’études permettant d’établir des perspectives en termes de température. (Les études) sont très rares.

« En fait, dans toute la région, nous n'avons pas de centre climatique pour les études sur le climat et c'est pourquoi le prince héritier a annoncé la création du Centre régional d'études sur le climat ici, qui sera défendu par le Centre national de météorologie en Arabie saoudite. Son travail consiste à vraiment faire des études nationales et régionales sur les perspectives à moyen et long terme du changement climatique », a-t-il déclaré. 

L'un des grands axes de la stratégie environnementale saoudienne, a-t-il ajouté, est la volonté d'inverser la tendance à la dégradation des terres et à la désertification, un contributeur majeur à la génération d'émissions de gaz à effet de serre polluants qui coûtent environ mille milliards de dollars dans le monde (881 milliards d’euros). 

« La dégradation des terres est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre. En fait, la dégradation des terres est la cause d'environ plus de 50 % de la perte de biodiversité, ce qui représente une contribution importante. En outre, cela a un impact énorme sur les terres agricoles et la sécurité alimentaire », a déclaré Faqeeha. 

Les mesures visant à inverser la dégradation des terres ont été une réalisation majeure du sommet du G20 sous la présidence saoudienne en 2020. 

Faqeeha a également décrit la nouvelle stratégie du Royaume en matière de gestion des déchets, qu'il considère comme un domaine propice à la participation du secteur privé et aux investissements étrangers. 

 « La participation du secteur privé est un catalyseur important pour atteindre les objectifs de la stratégie environnementale nationale », a-t-il déclaré. 

« De nombreuses entreprises internationales arrivent et elles estiment que l'environnement réglementaire est désormais très propice à leur participation. » 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix

Les produits alimentaires de donation vus à la Norwood and Brixton Foodbank du Trussell Trust, située dans l'église St Margaret's the Queen à Brixton, dans le sud de Londres, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Les produits alimentaires de donation vus à la Norwood and Brixton Foodbank du Trussell Trust, située dans l'église St Margaret's the Queen à Brixton, dans le sud de Londres, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'inflation a atteint 5,4% en décembre, son plus haut niveau depuis trente ans, conduisant de nombreux Britanniques à pousser pour la première fois la porte des banques alimentaires
  • En 2021, celle de Colchester, nichée au milieu d'une zone commerciale, a distribué 165 tonnes de nourriture, soit assez pour nourrir quelque 17 000 personnes

COLCHESTER, Royaume-Uni : "J'ai beaucoup de mal à joindre les deux bouts": les prix flambent et nombre de Britanniques comme Heidi peinent à se chauffer et manger, au point que les banques alimentaires se retrouvent débordées.

Dans la queue pour chercher son colis à Colchester, dans l'est de l'Angleterre, cette femme de 45 ans confesse: "D'habitude, je mets quelque chose de côté pour les banques alimentaires, mais maintenant c'est à mon tour d'y avoir recours".

En cause ? Une hausse des prix sur "tout" et des "factures très élevées": "Mon électricité a augmenté. J'y dépense probablement 80 livres (95 euros) par mois désormais, contre 40 ou 50 l'année dernière". 

L'inflation a atteint 5,4% en décembre, son plus haut niveau depuis trente ans, conduisant de nombreux Britanniques à pousser pour la première fois la porte des banques alimentaires.

En 2021, celle de Colchester, nichée au milieu d'une zone commerciale, a distribué 165 tonnes de nourriture, soit assez pour nourrir quelque 17 000 personnes. mais son directeur Mike Beckett s'attend à ce que cela augmente à 20 000 personnes en 2022.

"Si les choses empirent, cela pourrait aller jusqu'à 25 000 personnes", "un cauchemar", se désole-t-il, alors que dans leur "pire scénario", près de 30 000 personnes pourraient devoir recourir à l'aide de cette structure.

«Défectueux»

Selon la Trussell Trust, qui gère la banque alimentaire, le nombre de gens recevant des colis d'urgence dans ses centres à travers tout le Royaume-Uni est passé de 26 000 personnes en 2009 à plus de 2,5 millions l'année dernière.

Pour la journaliste et militante engagée contre la pauvreté Jack Monroe, le coût réel de nombreux produits alimentaires de base a augmenté bien plus que l'inflation annoncée en décembre.

Elle explique ainsi que 500 grammes des pâtes les moins chères de son supermarché local coûtaient 29 pence (0,35 euro) il y a un an, contre 70 pence aujourd'hui, soit une hausse de 141%.

Le riz est lui passé de 45 pence le kilo à une livre pour 500 grammes: "C'est une augmentation de prix de 344% qui frappe les ménages les plus pauvres et les plus vulnérables", a-t-elle dénoncé sur Twitter.

La militante y accuse le système qui permet de mesurer l'impact de l'inflation d'être "fondamentalement défectueux", car "il ignore complètement la réalité et la VRAIE augmentation des prix pour les personnes au salaire minimum, les clients des banques alimentaires et des millions d'autres."

Un constat partagé par Mike Beckett, selon qui la mesure de l'inflation "ne tient pas vraiment compte de l'augmentation des prix des aliments bon marché, qui augmentent de plusieurs centaines de pourcents".

Couplé à la décision du gouvernement de ramener les prestations sociales, augmentées pendant la pandémie, à leur niveau initial, cela donne un cocktail explosif.

"Les gens nous expliquent que ça leur a pris une heure pour trouver le courage de venir", confie le directeur de la banque alimentaire, beaucoup "ne pensaient pas qu'ils en auraient un jour besoin, mais ils n'ont pas le choix".

Hausses supplémentaires

Selon un rapport de la Fondation Joseph Rowntree publié en janvier, certaines caractéristiques des aides sociales (l'attente de cinq semaines avant les premiers versements, les allocations familiales plafonnées à deux enfants...) "conduisent directement à une plus grande insécurité alimentaire et contribuent à l'augmentation du recours aux banques alimentaires".

Malgré cette situation déjà compliquée, le coût de la vie devrait encore augmenter en avril pour les ménages britanniques, en raison d'une hausse des cotisations sociales décidée par le gouvernement pour financer le système de santé et de nouvelles augmentations des factures d'énergies, qui pourraient atteindre 50%.

En conséquence, un nombre encore plus important de ménages britanniques se trouve menacé de précarité énergétique, dépensant plus de 10% de leurs revenus pour leurs besoins en énergie.

"Nombreux sont ceux qui se retrouvent dans cette situation pour la première fois", se désole Heidi. Elle invite "tout le monde à mettre quelque chose" dans les paniers des banques alimentaires, "parce qu'on ne sait jamais quand on va se retrouver dans cette situation".


La Fed prête à relever ses taux face à l'inflation aux Etats-Unis

Les commerçants travaillent sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE) le 20 janvier 2022, à New York. (Photo, AFP)
Les commerçants travaillent sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE) le 20 janvier 2022, à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • La balle est dans le camp de la Réserve fédérale pour ralentir la demande et tempérer l'inflation, car ses taux directeurs donnent le ton aux banques commerciales pour fixer leurs taux d'intérêts
  • Or si le crédit coûte plus cher, particuliers et entreprises consomment ou investissent moins

WASHINGTON : Halte à l'inflation: la banque centrale américaine (Fed) se prépare à relever ses taux directeurs pour lutter contre la flambée des prix, et décidera, lors de sa réunion mardi et mercredi, du rythme et de l'ampleur du mouvement.

La balle est dans le camp de la Réserve fédérale pour ralentir la demande et tempérer l'inflation, car ses taux directeurs donnent le ton aux banques commerciales pour fixer leurs taux d'intérêts. Or si le crédit coûte plus cher, particuliers et entreprises consomment ou investissent moins.

"Un signal" est ainsi attendu quant au "moment où la première hausse des taux aura lieu, a priori lors de la réunion (de la Fed) de mars", selon l'économiste Joel Naroff.

"Si telle est l'intention, ce serait bien que l'équipe qui a soudainement découvert l'inflation le dise clairement", a-t-il ironisé.

Car la flambée des prix l'an passé a surpris les économistes, et les responsables de la Fed ont récemment marqué un brutal revirement sur le sujet, inquiets d'une inflation qu'ils ont alors cessé de considérer comme "temporaire".

L'institution a, en décembre, accéléré le rythme de réduction de ses achats d'actifs avec l'objectif de les arrêter en mars, avec trois mois d'avance sur le calendrier initial. Ces injections de liquidités avaient permis de soutenir l'économie pendant la crise, et les ramener à zéro est un préalable pour pouvoir relever les taux directeurs.

Hausse en mars, ou dès janvier?

"Je pense que (les responsables de la Fed) indiqueront clairement que la réduction (des achats d'actifs) se terminera à temps pour qu'ils puissent relever les taux lors de la réunion de mars", a déclaré à l'AFP David Wessel, économiste pour la Brookings Institution.

Les taux directeurs avaient été abaissés à zéro en mars 2020 lorsque la pandémie de Covid a éclaté pour stimuler la consommation, moteur de l'économie américaine. Mais la demande est désormais très forte, et fait face à une offre qui ne suit pas, à cause des difficultés mondiales d'approvisionnement.

Résultat, les prix grimpent, et l'inflation a atteint aux Etats-Unis 7% en 2021, au plus haut depuis près de 40 ans.

Les acteurs sur les marchés s'attendent à une très large majorité (94,4%) à ce que la Réserve fédérale maintienne son taux au jour le jour entre 0% et 0,25%, selon l'évaluation des produits à terme de CME Group.

Quelques-uns, cependant, misent sur une hausse d'un quart de point (25 points de base) dès cette semaine, sans attendre mars.

Spéculations

"Le débat autour des perspectives à très court terme de la Fed s'intensifie à nouveau", relève ainsi Krishna Guha, économiste pour Evercore, société de conseil en investissements. Parmi les spéculations: "un arrêt soudain (des achats d'actifs) et peut-être même une hausse des taux" dès cette semaine.

Autre hypothèse: "une hausse démesurée de 50 points de base lors de la réunion de mars", souligne-t-il. C'est-à-dire faire passer d'un seul coup les taux directeurs, actuellement compris entre 0 et 0,25%, à une fourchette de 0,50 à 0,75%.

"Je ne vois pas une hausse de 50 points de base en mars, nous n'avons pas préparé les marchés à quelque chose d'aussi spectaculaire", avait toutefois récemment tempéré l'un des gouverneurs de la Fed, Christopher Waller, évoquant une hausse de 25 points en mars.

"Si l'inflation ne semble pas baisser, ce serait certainement dans la boîte à outils, mais il nous en faudrait beaucoup pour aller dans cette direction", avait-il ajouté.

La lutte contre l'inflation exigera un effort "de longue haleine", a prévenu Joe Biden mercredi, jugeant "approprié" pour la Fed "de recalibrer (son) soutien".

L'institution était réticente à relever trop tôt ses taux d'intérêts, pour ne pas peser sur l'emploi. Mais selon Joel Naroff, "nous sommes déjà au plein emploi".

Le taux de chômage a reculé en décembre à 3,9%, se rapprochant des 3,5% d'avant la pandémie. La croissance du PIB pour 2021 sera, elle, annoncée au lendemain de la réunion de la Fed, jeudi, et est attendue autour de 5 ou 6%.