La reprise du dialogue social se fait attendre, les syndicats s’impatientent

A ce jour, pas même une réunion préliminaire pour fixer le calendrier des sessions de dialogue social, les dossiers prioritaires et les axes de travail n'a été programmée. (AFP)
A ce jour, pas même une réunion préliminaire pour fixer le calendrier des sessions de dialogue social, les dossiers prioritaires et les axes de travail n'a été programmée. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

La reprise du dialogue social se fait attendre, les syndicats s’impatientent

  • Les 100 premiers jours du gouvernement Akhannouch ont été franchis. Durant cette période à valeur symbolique, le dialogue social n'a pas été à l’ordre du jour
  • Si le gouvernement, qui met en avant le principe de «l'État social», a émis quelques signaux positifs en direction du patronat, il se mure dans le silence à l'égard des syndicats

À bon État social, un bon dialogue social. Cette relation coule de source, surtout si l'accent est mis sur la promotion des aspects sociaux de l'État. Mais à ce jour, pas même une réunion préliminaire pour fixer le calendrier des sessions de dialogue social, les dossiers prioritaires et les axes de travail n'a été programmée. Une réunion devant se tenir à l'invitation du gouvernement bien entendu. «Pour l'instant, le gouvernement donne l'impression de privilégier le dialogue avec le patronat. Il a pris l'initiative d’aller rencontrer ses représentants lors des discussions portant sur le projet de loi de Finances 2022 et a satisfait bon nombre de leurs demandes.

Lire la suite 

 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Faire comme si Netanyahou n'existait pas

Après qu'un mouvement international a été initié par le soutien ferme de l'Arabie saoudite à la paix dans la région, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Union européenne discutent de la nécessité de reconnaître un État palestinien ; l'équation a changé (Photo, AFP).
Après qu'un mouvement international a été initié par le soutien ferme de l'Arabie saoudite à la paix dans la région, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Union européenne discutent de la nécessité de reconnaître un État palestinien ; l'équation a changé (Photo, AFP).
Short Url
  • Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Union européenne discutent de la nécessité de reconnaître un État palestinien ; l'équation a changé
  • Benjamin Netanyahu répète qu'Israël n'a pas de partenaire palestinien avec lequel il puisse conclure un accord

Depuis des années, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu répète qu'Israël n'a pas de partenaire palestinien avec lequel il puisse conclure un accord, et les dirigeants occidentaux, les institutions médiatiques et les groupes de réflexion ont trouvé cette affirmation convaincante.

Aujourd'hui, après qu'un mouvement international a été initié par le soutien ferme de l'Arabie saoudite à la paix dans la région, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Union européenne discutent de la nécessité de reconnaître un État palestinien ; l'équation a changé.

En voici un exemple. M. Netanyahu a affirmé qu'"Israël rejette absolument les diktats internationaux concernant l'arrangement permanent avec les Palestiniens. Un tel arrangement ne pourra être obtenu que par des négociations directes entre les parties, sans conditions préalables. Israël continuera à s'opposer à la reconnaissance unilatérale d'un État palestinien".

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Accidents de la route et sécurité routière: Les radars à l’affût de tout dépassement

Un nouveau projet de loi prévoyant l’enregistrement automatique de toutes les infractions commises sur nos routes par les conducteurs sera prochainement examiné en Tunisie (Photo, La Presse).
Un nouveau projet de loi prévoyant l’enregistrement automatique de toutes les infractions commises sur nos routes par les conducteurs sera prochainement examiné en Tunisie (Photo, La Presse).
Short Url
  • Ce sont plus de 1000 personnes qui ont perdu la vie sur nos routes
  • Le nombre de personnes décédées d’un accident de la route a augmenté par rapport à l’année précédente, celui des blessés a baissé

Un nouveau projet de loi prévoyant l’enregistrement automatique de toutes les infractions commises sur nos routes par les conducteurs sera prochainement examiné par l’ARP.

Le macadam aura encore fait des siennes en 2023. Ce sont plus de 1.000 personnes qui ont perdu la vie sur nos routes, selon les derniers chiffres de l’Observatoire national de la sécurité routière (Onsr). Si le nombre de personnes décédées d’un accident de la route a augmenté par rapport à l’année précédente, celui des blessés des accidents de la route a, par contre, légèrement baissé.

Un tableau sombre

Ce tableau sombre vient confirmer le classement de la Tunisie parmi les pays qui possèdent les routes les plus meurtrières dans le monde. En 2019, la Tunisie figurait pourtant tout en bas du classement des pays qui comptent le plus grand nombre de personnes décédées sur les routes dans le monde. Classé 103e sur 183 pays avec une moyenne de 24 morts pour 100.000 habitants par an, il reste que ces chiffres ne reflètent finalement pas la réalité sur les routes tunisiennes dès lors que la gravité des accidents de la route varie d’une année à l’autre.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Plaidoyer de l’Algérie devant la CIJ sur la colonisation israélienne de la Palestine

L’Algérie a démontré devant la Cour internationale de justice (CIJ) la violation du droit international en Palestine par l’occupant (Photo d'illustration, El Watan).
L’Algérie a démontré devant la Cour internationale de justice (CIJ) la violation du droit international en Palestine par l’occupant (Photo d'illustration, El Watan).
Short Url
  • L'Algérie prie respectueusement la Cour de dire qu’Israël viole globalement et dans le détail, le droit international
  • Ahmed Laraba s’est adressé également à l’ONU pour lui rappeler la nécessité d’examiner de nouvelles mesures pour mettre fin à ces violations.

L’Algérie a démontré devant la Cour internationale de justice (CIJ) la violation du droit international en Palestine par l’occupant israélien. Intervenant hier, au deuxième jour des audiences concernant la demande d’avis consultatif sur les conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques de l’Etat hébreu en Palestine, le professeur Ahmed Laraba a appelé, au nom du groupe des juristes algériens, la Cour à confirmer cette violation. «(…) L’Algérie réitère les demandes qu’elle a exprimées dans ses écritures antérieures.

Elle prie respectueusement la Cour de dire qu’Israël viole, par ses politiques et pratiques, globalement et dans le détail, le droit international pertinent», affirme-t-il, après avoir rappelé longuement l’ensemble des pratiques de l’occupant depuis 1948. Le professeur algérien note, dans ce sens, l’importance de se soumettre aux lois internationales relatives à l’occupation et de les faire respecter.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.