La Tunisie doit mener des «réformes très profondes» selon le FMI

Le sceau du Fonds monétaire international près du siège de la Banque mondiale à Washington, DC, le 10 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le sceau du Fonds monétaire international près du siège de la Banque mondiale à Washington, DC, le 10 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

La Tunisie doit mener des «réformes très profondes» selon le FMI

  • Après une chute de quasi 9% du PIB en 2020, la croissance est revenue à un peu plus de 3% en 2021 avec autant de prévu pour 2022
  • Et par chance, la Tunisie ne fera pas face à de grosses échéances de remboursement de sa dette à court terme

TUNIS : En quête de financements internationaux, la Tunisie doit mener "des réformes très profondes", notamment pour réduire le poids de la fonction publique qui atteint l'un des niveaux "les plus élevés au monde", estime Jérôme Vacher, représentant du FMI en Tunisie.

Au terme de son mandat de trois ans, M. Vacher rappelle dans une interview à l'AFP que la Tunisie a connu à cause du Covid-19 "sa plus grave récession depuis l'indépendance" (en 1956). Il souligne cependant que "les maux du pays étaient préexistants, en particulier les déficits budgétaires et une dette publique (près de 100% du PIB fin 2021) qui se sont aggravés".

Après une chute de quasi 9% du PIB en 2020, la croissance est revenue à un peu plus de 3% en 2021 avec autant de prévu pour 2022.

Elle reste toutefois "faible et très largement insuffisante" pour résorber un taux de chômage qui dépasse les 18%, et est "élevé aussi parmi les jeunes diplômés", estime M. Vacher. Il observe toutefois qu'"une main-d'oeuvre qualifiée, un capital humain de très bonne qualité et une localisation géographique favorable" sont des atouts pour le pays.

Dès sa formation en octobre -- plus de deux mois après le coup de force du président Kais Saied qui s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet --, le gouvernement de Najla Bouden a demandé au Fonds monétaire international (FMI) un nouveau programme d'aide.

Les autorités tunisiennes se disent optimistes sur la possibilité d'un accord du FMI avant la fin du premier trimestre 2022.

Mais selon M. Vacher, les discussions n'en sont qu'à un stade préliminaire et le FMI veut d'abord "comprendre quelles sont leurs intentions en matière de réformes économiques" car "il y a un besoin de réformes très profondes, structurelles".

Il faut "un programme solide et crédible (..) sur le moyen terme et communiqué à la population, même si cela implique d'expliquer les difficultés", dit-il.

Néanmoins, "dans la mesure où il y a déjà un effort technique qui est engagé" par le gouvernement et qu'il y a "une compréhension des principaux défis et des principaux problèmes, c'est déjà une bonne base pour préparer et s'engager sur un programme de réformes".

Parmi les urgences, M. Vacher mentionne le "poids important" de la fonction publique (16% du PIB), les salaires des 650.000 fonctionnaires absorbant plus de la moitié des dépenses annuelles de l'Etat, "sans compter les collectivités locales et les entreprises publiques".

«Situation particulière»

Cette "situation particulière" de la Tunisie, où "la masse salariale de la fonction publique est l'une des plus élevées au monde", même comparée à l'Egypte, au Maroc, au Liban ou à la Jordanie, empêche le pays d'augmenter "ses dépenses d'avenir, d'investissements, d'éducation et de santé", déplore M. Vacher.

Autre urgence: "une réforme profonde des entreprises publiques", présentes dans de multiples secteurs (télécoms, électricité, eau potable, transport aérien), souvent monopolistiques et qui emploient au moins 150 000 personnes.

Il y a aussi "un effort important d'efficacité à faire" par rapport "à ce qu'attend la population en matière de services publics", selon le représentant du FMI.

La "rigidité au niveau budgétaire est aggravée par le poids de certaines subventions" étatiques, note-t-il, soulignant notamment "le caractère inégalitaire des subventions sur l'essence".

Le FMI préconise d'ailleurs d'accompagner une refonte du système des subventions (carburants, produits de première nécessité) par des mécanismes de compensation à destination des populations plus défavorisées.

Par ailleurs, le FMI est conscient de "l'effet catalytique" de ses décisions pour les autres bailleurs de fonds, nationaux et étrangers, publics et privés, sachant que l'Union européenne et plusieurs grands pays ont conditionné toute nouvelle aide à un feu vert du Fonds.

C'est une responsabilité pour le FMI mais, pour M. Vacher, "la responsabilité la plus grande est au niveau des décideurs politiques, c'est à eux d'agir pour trouver des solutions".

D'après lui, on ne peut pas dire comme certains l'assurent que la Tunisie serait au bord de la faillite financière: "Il y a une gestion budgétaire qui se fait et s'adapte à la situation, pas forcément optimale mais gérable".

Et par chance, la Tunisie ne fera pas face à de grosses échéances de remboursement de sa dette à court terme.


WEF 2022: les EAU en exemple pour le passage à une semaine de travail plus courte

Adam Grant Saul P. Steinberg et  la ministre d'État pour le Développement du gouvernement et l'Avenir au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Ohood Bent Khalfane al-Roumi lors du panel, "La semaine de quatre jours, une nécessité ou un luxe? ", au FEM 2022. (Capture d’écran/weforum.org)
Adam Grant Saul P. Steinberg et la ministre d'État pour le Développement du gouvernement et l'Avenir au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Ohood Bent Khalfane al-Roumi lors du panel, "La semaine de quatre jours, une nécessité ou un luxe? ", au FEM 2022. (Capture d’écran/weforum.org)
Short Url
  • Les EAU ont opté pour une semaine de travail de 4 jours et demi dès janvier 2022
  • 70% des employés rapportent qu’ils travaillaient plus efficacement et 71% soulignent qu’ils passent plus de temps avec leur famille

CASABLANCA: La semaine de quatre jours, une nécessité ou un luxe? C’est à cette question posée dans le cadre d’un panel ce mercredi, lors du Forum économique mondial, qu’ont tenté de répondre cinq conférenciers.

Lors de ce panel animé par Adam Grant Saul P. Steinberg, professeur de gestion et de psychologie, la ministre d'État pour le Développement du gouvernement et l'Avenir au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Ohood Bent Khalfane al-Roumi, a partagé l'expérience concrète des EAU.

En effet, les EAU ont opté pour une semaine de travail de 4 jours et demi dès janvier 2022. Pour prendre cette décision, Mme Al-Roumi explique que «nous sommes en train de créer le gouvernement du futur, nous poussons toujours nos limites et nous n’avons pas peur d’essayer de nouvelles choses». Elle ajoute que «nous sommes peut-être le premier pays à instituer une semaine de travail plus courte au niveau gouvernemental». 

La Ministre d'État pour le développement du gouvernement et l'avenir explique que cette décision se base sur quatre raisons: l'amélioration du bien-être; la consolidation des relations familiales et sociales; l’avantage économique dans la mesure où, en gagnant plus de temps libre, les ménages consommeront plus et donc dépenseront plus; et enfin, un meilleur alignement avec les mutations du travail à l'international.

Ce cap aujourd’hui franchi par les EAU était en cours de développement avant même la pandémie de la Covid-19, explique-t-elle, précisant que le but ultime de cette stratégie est d'améliorer le bien-être au travail. Dans ce sens, le gouvernement émirati avait mis en place des outils de développement et de mesure de la performance. Une structure digitale adéquate était également disponible aux EAU pour permettre le développement de cette stratégie. Elle explique enfin que le soutien du leadership émirati a été également vital pour permettre ce passage à quatre jours et demi de travail possible.

Dans un registre plus chiffré, Ohood Bent Khalfane al-Roumi révèle qu’à la suite de cette décision stratégique, 70% des employés rapportent qu’ils travaillaient plus efficacement, 71% soulignent qu’ils passent plus de temps avec leur famille et l’on note une baisse de 55% en termes d'absentéisme.

Enfin la ministre explique que le gouvernement continue à suivre avec beaucoup d’attention cette période de transition et qu’il est nécessaire d'être flexible pour pouvoir s’adapter au changement. 

En effet, rapportant une anecdote qui date du premier long week-end aux Emirats arabes unis, elle explique, non sans humour, que beaucoup de gens étaient déroutés et ne savaient pas quoi faire du nouveau temps libre auquel ils ont désormais droit. Aujourd’hui, ils ont su s’adapter à ce changement et se sentent plus heureux.
 


L’Iran compromet systématiquement la stabilité de la région, affirme le président israélien lors du WEF

Le président israélien Isaac Herzog s’adressant à l’assemblée lors du Forum économique mondial (WEF) annuel à Davos, le 25 mai 2022. (AFP)
Le président israélien Isaac Herzog s’adressant à l’assemblée lors du Forum économique mondial (WEF) annuel à Davos, le 25 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Herzog: Israël a proposé de mener une enquête conjointe sur les circonstances de cet «événement tragique», mais les Palestiniens ont refusé de coopérer
  • Bien que le Royaume soit un «pays très important dans la région», le processus d’adhésion aux accords d’Abraham «doit prendre son temps», estime-t-il
Le président israélien, Isaac Herzog, souriant avant son discours au Forum économique mondial 2022 (WEF) dans la ville alpine de Davos, en Suisse, le 25 mai 2022. (Reuters)
Le président israélien, Isaac Herzog, souriant avant son discours au Forum économique mondial 2022 (WEF) dans la ville alpine de Davos, en Suisse, le 25 mai 2022. (Reuters)

DAVOS: L’Iran compromet systématiquement la stabilité de la région et Israël ne peut pas accepter que l’Iran cherche à se doter de capacités nucléaires, a affirmé le président israélien Isaac Herzog lors du Forum économique mondial mercredi.

«Le régime iranien compromet systématiquement la stabilité de la région. Israël et tous les pays du monde ne peuvent pas accepter le fait que l’Iran cherche à se doter de capacités nucléaires, compte tenu de la menace qu’il représente pour Israël et l’ensemble du Moyen-Orient», a déclaré M. Herzog.

Tout pays ou toute région infiltré(e) par l’Iran a vu «son peuple et sa terre se vider de leur vie», dit-il, ajoutant que Téhéran répand la haine, la douleur et la souffrance.

«La prospérité, la liberté humaine, la créativité et la croissance sont toutes effacées», regrette le président, rappelant ce qui s’est passé en Irak, au Yémen, à Gaza, en Syrie et au Liban.

«Israël est désireux de partager sa prospérité et ses succès avec tous ses voisins afin de faire tomber les barrières imposées par l’influence de l’Iran. Je crois sincèrement que si nous choisissons seulement les forces de la lumière, le chemin vers un avenir radicalement différent et plus radieux est plus proche que nous ne pouvons l’imaginer», poursuit M. Herzog.

Il assure que les Israéliens tendront toujours la main à leurs voisins pour faire la paix, «du Levant au Golfe, du Maghreb au Machrek, de nos voisins immédiats les Palestiniens à l’ensemble du monde musulman, à l’ensemble du continent africain et à l’ensemble du Moyen-Orient».

À la question de savoir si l’Arabie saoudite suivrait les traces de ses voisins du Golfe (les Émirats arabes unis et Bahreïn) en normalisant ses relations avec Israël, M. Herzog répond que, bien que le Royaume soit un «pays très important dans la région», le processus d’adhésion aux accords d’Abraham «doit prendre son temps».

«Je pense que le Royaume d’Arabie saoudite est un pays très important dans la région. Nous aimerions voir la situation évoluer dans cette direction, mais c’est un processus qui doit prendre son temps, je suppose», commente M. Herzog.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, réitère la position du Royaume concernant la normalisation des relations avec Israël lors du WEF mardi, affirmant que rien n’a changé, malgré les récents articles de presse non confirmés qui laissent entendre le contraire.

«J’ai abordé cette question à plusieurs reprises auparavant et rien n’a changé dans notre façon de voir le sujet. Je pense que nous avons toujours considéré la normalisation comme le résultat final, mais le résultat final d’un parcours», déclare le prince Faisal lors du WEF.

«Nous avons toujours envisagé une normalisation complète avec Israël, et j’ai déjà mentionné auparavant qu’une normalisation complète entre nous et Israël, entre la région et Israël, apporterait d’immenses avantages. Cependant, nous ne pourrons pas en tirer profit si nous ne traitons pas de la question de la Palestine», indique le ministre des Affaires étrangères.

 

1
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a réitéré la position du Royaume concernant la normalisation des relations avec Israël lors du WEF mardi. (Photo fournie)

M. Herzog évoque également la mort de la journaliste palestino-américaine chevronnée Shireen Abu Akleh, qui a été tuée le 11 mai à Jénine alors qu’elle couvrait les raids israéliens sur un camp de réfugiés en Cisjordanie.

«Bien entendu, c’est un événement très triste. Il me fait de la peine, comme il en fait à de nombreux Israéliens», dit le président.

Il mentionne qu’Israël a proposé aux Palestiniens de mener une enquête conjointe sur les circonstances de cet «événement tragique», mais que les Palestiniens ont refusé de coopérer.

«Ils ont pris le corps, ils ont pris la balle, et il est impossible d’étayer l’un ou l’autre des scénarios sans ces faits. Israël a fait preuve d’ouverture et de transparence et a également proposé aux États-Unis de se joindre à ce processus d’enquête, car nous accordons une grande importance à la liberté d’expression et au travail des journalistes et des médias, et nous les respectons», ajoute-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre des AE saoudien rencontre son homologue ukrainien en marge du forum de Davos

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane (à droite), a rencontré son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba. (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane (à droite), a rencontré son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a rappelé le soutien de l'Arabie saoudite à toute initiative contribuant à la désescalade du conflit et à la protection des civils
  • Il a appelé mardi au dialogue et à la coopération au niveau mondial lors d'une table ronde au Forum économique mondial

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a rencontré son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, en marge de sa participation au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, a rapporté mercredi l’agence de presse officielle saoudienne.

Au cours de la réunion, les deux ministres ont discuté des derniers développements de la crise en Ukraine.

Le prince Faisal a rappelé le soutien de l'Arabie saoudite à toute initiative contribuant à la désescalade du conflit et à la protection des civils, en sus des négociations qui permettraient d'aboutir à une solution politique, ainsi qu'à tous les efforts internationaux visant à résoudre politiquement la crise.

Le prince Faisal a appelé mardi au dialogue et à la coopération au niveau mondial lors d'une table ronde au Forum économique mondial, au cours de laquelle ont été abordées les perspectives géopolitiques mondiales à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

«Si nous avons appris quelque chose de la Covid-19, c'est que nous devons privilégier la coopération. Nous devons continuer à chercher des moyens de favoriser la coopération», a affirmé le haut diplomate saoudien.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com