«Un grand saut sans parachute»: Laetitia Casta de retour au théâtre

Dans cette photo d'archive prise le 12 juillet 2021, l'actrice française Laetitia Casta arrive pour la projection du film «La Croisade» à la 74e édition du Festival de Cannes, le 12 juillet 2021.. (Valéry Hache/ AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 12 juillet 2021, l'actrice française Laetitia Casta arrive pour la projection du film «La Croisade» à la 74e édition du Festival de Cannes, le 12 juillet 2021.. (Valéry Hache/ AFP)
Short Url
Publié le Mardi 18 janvier 2022

«Un grand saut sans parachute»: Laetitia Casta de retour au théâtre

  • La comédienne se lance à corps perdu dans un seul en scène où elle incarne la pianiste virtuose Clara Haski
  • Laetitia Casta a fait ses débuts à l'adolescence comme mannequin avant de se révéler en actrice reconnue, enrôlée par les plus grands réalisateurs

PARIS : «La scène est vraiment un endroit où l'on se jette»: pour son retour au théâtre, Laetitia Casta se lance à corps perdu dans un seul en scène où elle incarne la pianiste virtuose Clara Haskil, mais aussi une vingtaine d'autres personnages.

A chaque fois, jouer sur scène représente pour elle «un grand saut sans parachute», affirme à l'AFP la comédienne, à l'affiche dans «Prélude et Fugue», au Théâtre du Rond-Point à Paris.

Et «quand on atterrit à la fin d'une pièce, on ressent comme la fin d'un merveilleux voyage. Cet état-là est une sorte de transe partagée avec les spectateurs. C'est très fort», ajoute la comédienne qui partira en tournée en France, en Suisse et en Grèce.

«Dès mes débuts au théâtre avec +Ondine+ de Jean Giraudoux en 2004, j'ai découvert cette relation si particulière avec le public. La scène est vraiment un endroit où l'on se jette. Le cinéma ne permet pas ce dialogue avec les spectateurs», souligne-t-elle.

Laetitia Casta a fait ses débuts à l'adolescence comme mannequin avant de se révéler en actrice reconnue, enrôlée par les plus grands réalisateurs dont Raoul Ruiz et Patrice Leconte. Outre Ondine, elle avait joué dans «Elle t'attend» de Florian Zeller (2008), dramaturge français devenu mondialement reconnu et oscarisé pour son film «The Father», et dans «Scènes de la vie conjugale» (2017) d'Ingmar Bergman, mise en scène par Safy Nebbou. C'est aussi ce dernier qui met en scène «Prélude et Fugue», une pièce de Serge Kribus.

Accompagnée par quelques interludes au piano, la comédienne raconte à la première personne la vie de la pianiste roumaine et suisse (1895-1960) ainsi que les personnages qu'elle a rencontrés sur sa route.

- Des rôles «rares» -

Au lever de rideau, Laetitia Casta gît sur scène. La pianiste vient de se blesser grièvement en tombant dans les escaliers d'une gare à Bruxelles. Le temps de son agonie, Clara Haskil passe en revue son existence, de sa naissance à son triomphe international chèrement gagné.

«Après une rencontre fortuite dans une boutique, une éditrice de la revue +L'Avant-Scène+ m'a proposée cette pièce. Je l'ai lue et j'ai compris qu'il se passait quelque chose. J'ai été touchée par Clara Haskil, sa détermination et ce qu'elle était», raconte Laetitia Casta.

«J'aime quand les rôles ont des choses importantes à raconter, qui ont du sens et me font grandir. Je reçois beaucoup de propositions mais ces beaux rôles sont rares», ajoute-t-elle.

Muse des grands couturiers, immortalisée en «Marianne» de l'an 2000, Laetitia Casta entend «garder de l'humour par rapport» à son statut d'icône populaire.

«A mes débuts, on m'a dit que je n'étais pas dans les normes de ce que devait être un mannequin... Après, on m'a dit le contraire... Je ne crois pas tout ce qu'on raconte», dit-elle.

Après un court-métrage présenté à Cannes en 2016, Laetitia Casta s'est attelée à un documentaire dont elle ne veut rien dire «tant qu'il n'est pas terminé».

«C'est agréable de raconter des choses autrement. M'attaquer un jour à un long-métrage, c'est une autre histoire», précise l'actrice qui sera le 23 février à l'affiche de «Selon la police», de Frédéric Videau.

Laetitia Casta, vue récemment sur grand écran comme maîtresse de Guillaume Canet dans «Lui» et épouse de Louis Garrel (son mari à la ville) dans «La croisade», va démarrer au printemps le tournage du «Bonheur c'est pour demain», l'histoire d'un amour impossible avec un détenu de longue peine.


L'acteur américain Ray Liotta est mort, selon les médias

L'acteur américain Ray Liotta, star du film mythique sur la mafia «Les Affranchis». (Photo, AFP)
L'acteur américain Ray Liotta, star du film mythique sur la mafia «Les Affranchis». (Photo, AFP)
Short Url
  • L'acteur américain Ray Liotta, star du film mythique sur la mafia «Les Affranchis», est mort à l'âge de 67 ans
  • La vedette est morte dans son sommeil alors qu'elle était en tournage en République dominicaine, précisent les sites TMZ et Deadline

LOS ANGELES: L'acteur américain Ray Liotta, star du film mythique sur la mafia « Les Affranchis », est mort à l'âge de 67 ans, ont annoncé jeudi plusieurs médias américains. 

La vedette est morte dans son sommeil alors qu'elle était en tournage en République dominicaine, précisent les sites TMZ et Deadline. 


La cuisinière en chef de la Maison Blanche distinguée par la France

Cristeta Comerford, première femme chargée des fourneaux de la Maison Blanche,  lors d'une réception à New Delhi, le 24 octobre 2016. (Photo, AFP)
Cristeta Comerford, première femme chargée des fourneaux de la Maison Blanche, lors d'une réception à New Delhi, le 24 octobre 2016. (Photo, AFP)
Short Url
  • La récompense lui a été remise par l'un de ses pairs, l'ancien chef cuisinier de l'Élysée Guillaume Gomez, désormais représentant personnel du président Macron au service de la gastronomie française
  • Cris Comerford a été nommée cuisinière en chef de la Maison Blanche par la Première Dame des Etats-Unis Laura Bush, en 2005

WASHINGTON: Cristeta Comerford, qui marque l'histoire culinaire en étant la première femme chargée des fourneaux de la Maison Blanche, a été reçue dans l'ordre du Mérite agricole au grade d'officier, mercredi soir à Washington. 

La récompense lui a été remise par l'un de ses pairs, l'ancien chef cuisinier de l'Élysée Guillaume Gomez, désormais représentant personnel du président Macron au service de la gastronomie française. 

Née aux Philippines et naturalisée américaine, celle que tout le monde appelle « Cris » a rendu hommage aux responsables qui lui avaient mis le pied à l'étrier.   

« L'un de mes films préférés est le Festin de Babette, qui se déroule dans une ville côtière du Danemark. Il relate l'histoire fictive d'une cheffe française qui était en avance sur son temps. Sans attendre qu'on lui rende la pareille, elle offrait sa grâce, son service, sa compassion aux gens, car ils lui avaient donné une chance. C'est ce qui m'est arrivé », a déclaré la cheffe de 59 ans. 

Cris Comerford a été nommée cuisinière en chef de la Maison Blanche par la Première Dame des Etats-Unis Laura Bush, en 2005. Les présidents Obama, Trump et Biden lui ont maintenu leur confiance, lui conférant une longévité de 17 ans à ce poste exposé. 

« Imaginez que, tous les quatre ans, il faut vous adapter aux goûts d'un président différent, ce n'est pas simple, cela vous empêche d'avoir un style propre duquel vous ne déviez pas. Il faut être capable de s'adapter et c'est son cas », a expliqué Patrick O'Connell, le seul chef triple étoilé Michelin de la région de Washington, avec son restaurant « The Inn at Little Washington ». 

La fonction de chef cuisinier de la Maison Blanche remonte à une réorganisation du personnel opérée par Jacqueline Kennedy en 1961. En plus de 60 ans, deux Français ont occupé le poste, à une époque où les chefs de la patrie de Bocuse étaient incontournables dans les grandes écoles culinaires américaines.  

Mais Guillaume Gomez trouve légitime que les cordons-bleus des présidents soient désormais davantage la vitrine des traditions et savoir-faire nationaux. 

« Ils sont là aussi pour mettre en avant leur terroir et leur territoire, avec leur histoire, avec cet ADN qui fait la gastronomie d'un pays », a-t-il déclaré. « Aujourd'hui on ne mange pas français à la Maison Blanche, et c’est tant mieux! On mange français au palais de l'Elysée. Mon rôle en tant que chef du palais de l’Elysée, ce n'était pas de mettre en avant la truffe d'Alba, c'était le rôle de mes collègues au Quirinal ». 


La cinéaste émiratie Nayla al-Khaja collabore avec le compositeur oscarisé A.R. Rahman pour son nouveau film

M. Rahman composera la musique du prochain long-métrage de Nayla al-Khaja, Baab, qu’elle décrit comme son premier film «art et essai».
M. Rahman composera la musique du prochain long-métrage de Nayla al-Khaja, Baab, qu’elle décrit comme son premier film «art et essai».
Short Url
  • Cette collaboration est le fruit du hasard; c’est une simple coïncidence qui a conduit à un partenariat de rêve
  • Les deux artistes s’accordent pour dire que les meilleures collaborations naissent souvent de connexions spontanées

CANNES: La cinéaste émiratie Nayla al-Khaja s’est associée au compositeur indien oscarisé A.R. Rahman pour son prochain long-métrage, Baab.

«Ce projet me tient particulièrement à cœur. J’ai l’impression que ce travail sera unique et sans précédent. Il faut absolument que je me serve de ma caméra pour rendre cela en images, de la manière la plus sincère possible», déclare la cinéaste, elle-même lauréate de plusieurs prix, dans un entretien accordé à Arab News à l’occasion du festival de Cannes cette semaine.

M. Rahman – lauréat du Bafta, du Golden Globe et du Grammy, ayant composé plus de cent quarante-cinq musiques de film – participera au prochain long-métrage de la cinéaste, qu’elle décrit comme son premier film d’art et d’essai.

1
Nayla al-Khaja (à droite) sur le tournage de son court-métrage The Shadow. (Photo fournie)

Elle est largement reconnue comme la première cinéaste indépendante des Émirats arabes unis (EAU). Elle a déjà réalisé les courts-métrages The Neighbour, Malal, Animal et The Shadow et coécrit Baab avec Masoud Amralla al-Ali.

«C’est extraordinaire qu’une personne puisse, comme elle, ouvrir la voie aux jeunes femmes et c’est encore plus remarquable de participer à l’aventure», déclare M. Rahman. Baab sera son premier projet au Moyen-Orient et il explique pourquoi il a été immédiatement attiré par cette collaboration.

«J’ai l’impression que ma carrière ne fait que commencer», déclare-t-il. «C’est comme si c’était mon premier film, car elle a une toute nouvelle vision et elle vient d’un endroit différent que je n’ai jamais visité. Je me sens toujours très à l’aise face à une page blanche.» 

La collaboration est le fruit du hasard, explique la cinéaste. C’est une simple coïncidence qui a conduit à un partenariat de rêve.

1
A. R. Rahman avec ses deux oscars pour Slumdog Millionaire. (Photo fournie)

«En réalité, c’est grâce à Instagram», précise-t-elle. Un jour, après avoir vu l’une des stories où la cinéaste mentionne M. Rahman, son chauffeur lui dit en plaisantant: «Imaginez qu’elle vous appelle un de ces jours.»

«Ce n’était qu’une simple remarque, mais, deux jours plus tard, j’ai reçu un appel pour organiser une réunion», poursuit-elle.

Les deux s’accordent pour dire que les meilleures collaborations naissent souvent de connexions spontanées.

«C’était complètement imprévu», indique la cinéaste. «Mais je ne veux pas dire que cela s’est passé par accident. C’est le fruit d’une démarche sincère.»

A.R. Rahman explique ce qui l’a initialement attiré vers cette production. «J’aime les nuances», soutient-il. «Travailler avec un cinéaste a un côté ouvert et inexploré, ce qui est formidable.»

Il poursuit en expliquant le processus de composition: «En discutant avec un réalisateur, je découvre les choses à faire et à ne pas faire – son inspiration et son degré de réalisme. Je fais quelques recherches pour trouver des sons. Je les utilise ou non. C’est mieux de les avoir et de ne pas les utiliser que de ne pas les avoir du tout pendant la production», souligne-t-il.

La cinéaste décrit le film qui, indique Variety, suit une jeune fille (Wahida) alors qu’elle enquête sur la mort mystérieuse de sa sœur jumelle, comme «un film fantastique 100 % art et essai, à la limite de l'horreur».

1
La cinéaste et le compositeur espèrent tous deux que le film sera spécial. (Photo fournie)

«C’est difficile à définir», souligne-t-elle. «C’est intense. Il y a des moments effrayants très inconfortables. Je ne sais pas si je peux le classer comme un film d’horreur, mais nous avons probablement deux ou trois scènes qui appartiennent à ce genre. Pour le reste, je dirais que c’est un film d’art et d’essai.»

L’une de ces scènes «inconfortables» survient vers la fin du film, précise-t-elle, lorsque l’un des personnages est suspendu à quelques centimètres du plafond.

«Elle est attachée par les bras et les jambes au moyen de cordes. Le plafond touche presque son visage pendant toute la scène puis, soudain, une corde se rompt. Elle reste accrochée longtemps et respire contre le plafond. C’est calme et puis ça casse! C’est juste à la fin», poursuit-elle.

Les deux artistes espèrent que le film sera spécial – non seulement en matière d’intrigue et d’interprétation, mais aussi de conception des costumes, de production et de musique.

«Nous voulons vraiment aller le plus loin possible», conclut la cinéaste.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com