Le CICR victime d'une vaste cyberattaque

L'attaque a été détectée cette semaine par l'organisation basée à Genève. (Photo, AFP)
L'attaque a été détectée cette semaine par l'organisation basée à Genève. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

Le CICR victime d'une vaste cyberattaque

  • Selon le CICR, rien n'indique pour l'instant que les informations compromises aient été divulguées ou partagées publiquement
  • L'organisation affirme ne pas avoir d'indications immédiates sur les auteurs de cette cyberattaque

GENÈVE : Le CICR a annoncé mercredi avoir été victime d'une vaste cyberattaque au cours de laquelle les pirates se sont emparés des données de plus de 515 000 personnes extrêmement vulnérables, dont certaines ont fui des conflits et des prisonniers.

"Cette cyberattaque met encore plus en danger les personnes vulnérables, celles qui ont déjà besoin de services humanitaires", a déclaré le directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Robert Mardini, dans un communiqué.

L'attaque a été détectée cette semaine par l'organisation basée à Genève (Suisse).

Elle indique ne pas avoir d'indications immédiates sur les auteurs de cette cyberattaque, qui a visé une société externe en Suisse avec laquelle le CICR a passé des contrats pour stocker des données.

"Bien que nous ne sachions pas qui est responsable de cette attaque, ni pourquoi ils l'ont menée, nous avons cet appel à leur faire. Vos actions pourraient potentiellement causer encore plus de mal et de douleur à ceux qui ont déjà enduré des souffrances indicibles", a souligné M. Mardini. "Ne partagez pas, ne vendez pas, ne divulguez pas et n'utilisez pas ces données de quelque manière que ce soit".

Selon le CICR, rien n'indique pour l'instant que les informations compromises aient été divulguées ou partagées publiquement. 

Cette cyberattaque "a compromis des données personnelles et des informations confidentielles concernant plus de 515 000 personnes extrêmement vulnérables, y compris des personnes séparées de leur famille dans le cadre de conflits, de la migration et de catastrophes, des personnes disparues et leurs familles, et des personnes en détention". 

Ces données provenaient d'au moins 60 sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le monde entier.

"S'en prendre aux données des personnes qui sont portées disparues rend l'angoisse et la souffrance des familles encore plus difficiles à supporter", a souligné Robert Mardini.

Lors de conflits et de catastrophe, des familles peuvent perdre la trace d'un proche. Le CICR et les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s'emploient à élucider le sort des personnes disparues, échanger des messages familiaux et regrouper des familles.

"Chaque jour, le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aide à réunir en moyenne 12 personnes disparues avec leurs familles. Cela représente une douzaine de réunifications familiales joyeuses chaque jour. Des cyberattaques comme celle-ci mettent en péril ce travail essentiel", a déploré M. Mardini. 

Le CICR a indiqué travailler avec ses partenaires humanitaires dans le monde entier pour comprendre la portée de l'attaque et prendre les mesures appropriées pour sauvegarder ses données à l'avenir.


Présidentielle en Colombie: Gutierrez, «l'ami des gens» qui promet «ordre et sécurité»

Le candidat colombien à la présidentielle Federico Gutierrez, est accueilli par des partisans après avoir pris la parole lors d'une conférence de presse à Bogota le 25 mai 2022 (Photo, AFP).
Le candidat colombien à la présidentielle Federico Gutierrez, est accueilli par des partisans après avoir pris la parole lors d'une conférence de presse à Bogota le 25 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Tous les sondages le placent en deuxième position pour le 1er tour du scrutin, derrière le sénateur de gauche et ancien guérillero Gustavo Petro
  • Père de deux jeunes enfants, M. Gutierrez est le plus jeune des six candidats à la présidence

BOGOTA: Alors maire de Medellin, deuxième ville de Colombie, il aimait poursuivre, au côté des policiers et devant les caméras, les "criminels". Aujourd'hui candidat de la droite à la présidentielle du 29 mai, Federico Gutierrez continue sa course aux voleurs, mais cette fois pour présider aux destinées du pays.

D'apparence relax, jean sur tennis à la mode et longs cheveux en bataille, "Fico", 47 ans, se veut le candidat "des gens".

Tous les sondages le placent en deuxième position pour le 1er tour du scrutin, derrière le sénateur de gauche et ancien guérillero Gustavo Petro.

Si aucun candidat ne recueille plus de 50% des voix, un second tour de scrutin aura lieu le 19 juin pour désigner le remplaçant du président conservateur Ivan Duque, qui ne peut pas se représenter. 

Père de deux jeunes enfants, M. Gutierrez est le plus jeune des six candidats à la présidence.

Désigné à la tête de la coalition des forces de droite "Equipe pour Colombie", l'ancien édile de Medellin (2016-2019) prend bien soin de prendre ses distances avec le très impopulaire gouvernement sortant, mais aussi avec les partis traditionnels de son camp, dont le "Centre démocratique" (au pouvoir), duquel il se dit "indépendant".

«Uribe 2.0»

Il a jusqu'à présent évité d'apparaître aux côtés de l'ex-président Alvaro Uribe (2002-2010), chef du parti au pouvoir et figure tutélaire de la droite, champion d'une lutte acharnée contre les guérillas d'extrême-gauche, mais aujourd'hui discrédité par des démêlés judiciaires.

Sans surprise, M. Gutierrez promet la fermeté contre l'omniprésent narcotrafic et les nombreux groupes armés qui continuent de sévir dans le pays, malgré la signature d'un accord de paix en 2016 avec la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Sa priorité: "un Etat fort contre les structures criminelles", a-t-il expliqué à l'AFP pendant la campagne. "Les bandits en prison ou dans la tombe", a-t-il lancé lors d'un déplacement à la frontière agitée avec le Venezuela.

Et bien sûr, il faut aussi faire barrage à la gauche et aux "communistes".

"Fico essaie d'être une version 2.0 d'Uribe", né dans la même ville, avec une personnalité qui "salue tout le monde par son nom, veut susciter l'empathie, montrer qu'il est sur place", des "astuces" qui avait grandement contribué au succès de l'ex-président, décrypte pour l'AFP Andres Avila, politologue à l'Université Javeriana.

Mais au-delà du "respect de la propriété privée" et de la sécurité, il ne parvient pas à "faire la différence" avec son adversaire de gauche, estime cet expert.

"Son discours est difficile à déchiffrer". A l'image d'une droite à la peine qui n'a pas su modifier son logiciel, toujours branché sur une lutte contre "l'ennemi intérieur et communiste", qui n'est plus véritablement le problème de la Colombie.

«Fico-show»

Très actif sur les réseaux sociaux, "Fico" a joué pendant toute la campagne de sa stratégie de la proximité avec les Colombiens ordinaires. Une campagne qui lui aurait coûté au moins 38 millions de dollars, selon la Fondation pour la liberté de la presse.

Tous les mardis à 20 heures, il revêt le costume du présentateur de télévision et anime sur une TV locale de Medellin une émission intitulée "Federico compte sur vous". "Ici, n'importe qui vient, s'approche, pose des questions", lance-t-il aux téléspectateurs, déambulant dans les rues de la ville, discutant avec des concitoyens.

Il aime aussi pédaler aux côtés de cyclistes célèbres ou faire du jogging.

Pour Luz Marina Munera, conseillère municipale d'opposition sous l'ancien maire, il a "deux personnalités": d'un côté, "il gère très bien son image, les réseaux, veut être vu comme le gentil", mais de l'autre "il croit que la société doit être obéissante, presque uniforme".

Malgré les critiques, il a terminé son mandat avec 85% d'approbation.

Dans l'ancien fief de Pablo Escobar, le célèbre baron de la drogue tué en 1993 par la police, il s'est longtemps vanté d'affronter les cartels de front.

Mais l'arrestation, en 2017, de son secrétaire à la Sécurité, Gustavo Villegas, a semé le doute. Le fonctionnaire a été accusé de livrer des informations à des organisations illégales sur des opérations en cours et de s'être allié avec un gang, héritier du cartel d'Escobar. 

Federico Gutierrez a toujours nié ces accusations.


Canada: un homme armé provoque la panique à Toronto, le suspect décédé

Un homme armé d'un fusil et circulant à proximité d'une école a provoqué la panique jeudi à Toronto (Photo, AFP).
Un homme armé d'un fusil et circulant à proximité d'une école a provoqué la panique jeudi à Toronto (Photo, AFP).
Short Url
  • Alertées par des témoins, ayant aperçu un homme armé dans un quartier de l'est de la métropole canadienne, les autorités ont confiné les écoles alentours avant l'intervention de la police
  • Selon le compte Twitter de la police, le suspect, âgé d'environ 20 ans, portait une casquette blanche et un manteau long

MONTREAL: Un homme armé d'un fusil et circulant à proximité d'une école a provoqué la panique jeudi à Toronto, deux jours après la tuerie perpétrée dans une école primaire du Texas aux Etats-Unis, qui a fait 21 victimes.

Alertées par des témoins, ayant aperçu un homme armé dans un quartier de l'est de la métropole canadienne, les autorités ont confiné les écoles alentours avant l'intervention de la police.

"La police a été confrontée à cet individu", a déclaré James Ramer, le chef de police de la ville, lors d'une conférence de presse sans donner plus de détails, précisant toutefois que le suspect était "décédé".

Selon le compte Twitter de la police, le suspect, âgé d'environ 20 ans, portait une casquette blanche et un manteau long.

"En raison de la proximité de l'école, je comprends à quel point cela a pu être traumatisant pour les élèves, les parents et le personnel étant donné ce qui s'est produit récemment aux États-Unis", a précisé James Ramer, ajoutant qu'il "n'y a plus de menace à la sécurité publique".

"Nous allons renforcer notre présence dans le secteur, à court terme", a affirmé le chef de police qui dit ignorer les intentions de cet homme. 

Mardi, une fusillade dans une école primaire à Uvalde, au Texas, a tué fait 21 morts, dont 19 enfants et deux enseignantes.


La confiance dans la Russie est perdue pour «des générations» selon la Première ministre finlandaise

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la première ministre finlandaise Sanna Marin posant pour une photo avant leurs entretiens à Kiev (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la première ministre finlandaise Sanna Marin posant pour une photo avant leurs entretiens à Kiev (Photo, AFP).
Short Url
  • La Suède et la Finlande ont jugé nécessaire de se placer à l'abri du parapluie de l'Otan face à la Russie
  • Les deux pays tournent ainsi la page de décennies de neutralité puis de non-alignement militaire

KIEV: Après l'invasion de l'Ukraine, la confiance dans la Russie est "perdue pour des générations", a déclaré jeudi à Kiev la Première ministre finlandaise Sanna Marin, dont le pays vient de soumettre sa demande d'adhésion à l'Otan. 

"Ce que la Russie a fait est un tournant pour toute la famille européenne et pour le monde entier. Nous voyons que l'ancien système est détruit et qu'il n'y a pas de retour en arrière aux anciennes relations", a déclaré Mme Marin au cours d'un point de presse avec le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal. 

"La confiance est perdue pour des générations", a-t-elle ajouté.

Sanna Marin s'est également entretenue avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et s'est rendue à Boutcha et Irpin, villes près de Kiev occupées puis abandonnées par l'armée russe, devenues symboles de massacres de civils imputés aux troupes russes. 

"Nous savons maintenant de quoi la Russie est capable dans ses actions agressives. Nous voyons maintenant quels crimes provoque l'impérialisme. Et nous voyons qu'aucun crime ne doit resté impuni", a-t-elle souligné. 

"Il est important que l'Union européenne soit unie, audacieuse et déterminée face à l'invasion russe", a déclaré la Première ministre citée dans un communiqué du gouvernement finlandais en ajoutant qu'il était "important de prendre des mesures concrètes" pour aider l'Ukraine à devenir membre de l'Union européenne. 

Après un bond spectaculaire en faveur de l'adhésion dans l'opinion publique, la Suède et la Finlande ont jugé nécessaire de se placer à l'abri du parapluie de l'Otan face à une Russie capable d'envahir militairement un de ses voisins.

Les deux pays tournent ainsi la page de décennies de neutralité puis de non-alignement militaire.