Trois policiers jugés pour avoir «regardé mourir» George Floyd sans bouger

Tribunal fédéral à Saint Paul, dans le nord des Etats-Unis, le 24 janvier 2022. (AFP)
Tribunal fédéral à Saint Paul, dans le nord des Etats-Unis, le 24 janvier 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 janvier 2022

Trois policiers jugés pour avoir «regardé mourir» George Floyd sans bouger

  • «"Sous ta garde", cela implique "sous ta responsabilité": c'est un principe de base enseigné à chaque policier mais pendant 9 minutes et 29 secondes, les accusés ont ignoré leur formation»
  • Seconds rôles d'un drame qui a bouleversé le monde entier, les trois policiers comparaissent libres devant un tribunal fédéral pour «violation des droits civiques» du quadragénaire noir

SAINT PAUL: Ils "ont regardé un homme mourir et ont décidé de ne rien faire": trois policiers restés passifs lors du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd ont été étrillés par l'accusation lundi, à l'ouverture de leur procès devant la justice fédérale.


Seconds rôles d'un drame qui a bouleversé le monde entier, Tou Thao, Alexander Kueng et Thomas Lane comparaissent libres devant un tribunal fédéral à Saint Paul, dans le nord des Etats-Unis, pour "violation des droits civiques" du quadragénaire noir.


Le 25 mai 2020, ils "ont regardé l'agonie lente et douloureuse de M. Floyd", a soutenu la procureure Samantha Trepel. Ce dernier, qui étouffait sous le genou de leur collègue Derek Chauvin, a "répété 25 fois +je ne peux pas respirer+ pour les alerter", mais ils ont sciemment "choisi" de ne pas intervenir, a-t-elle assené.


"+Sous ta garde+, cela implique +sous ta responsabilité+: c'est un principe de base enseigné à chaque policier", a-t-elle ajouté. Mais "pendant 9 minutes et 29 secondes, les accusés ont ignoré leur formation", leur responsabilité et leur serment.


Les avocats des trois hommes ont, en retour, contesté qu'ils aient "délibérément" décidé de laisser George Floyd mourir. Pour eux, ils ont logiquement fait confiance à Derek Chauvin, le "meneur de jeu" aux 19 ans de carrière, dans une situation "complexe".

Faux billet 
Le jour du drame, Alexander Kueng et Thomas Lane, deux nouvelles recrues de la police de Minneapolis, avaient été appelés par un commerçant qui soupçonnait George Floyd d'avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour payer un paquet de cigarettes.


Alors qu'ils peinaient à faire entrer dans leur véhicule cet homme à la stature imposante, ils avaient été rejoints par deux agents expérimentés. 


Les quatre avaient rapidement plaqué l'Afro-Américain au sol, menotté. Derek Chauvin s'était agenouillé sur son cou, les deux nouveaux à ses côtés, tandis que Tou Thao gardait les passants, affolés, à distance. 


Ils n'avaient plus bougé malgré les râles du quadragénaire et sa perte de conscience.


La scène, filmée et mise en ligne, avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les Etats-Unis et au-delà, et continue de nourrir une réflexion sur le passé raciste de l'Amérique.


En juin, Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre et condamné à 22 ans et demi de prison par la justice de l'Etat du Minnesota. Ses trois collègues seront jugés dans ce cadre à partir du 13 juin pour "complicité de meurtre".

«Une tragédie»
En parallèle, les procureurs fédéraux ont inculpé les quatre agents pour "violation des droits civiques" de George Floyd, notamment à la liberté et à la sécurité. Ces doubles poursuites sont autorisées aux Etats-Unis, mais relativement rares, et reflètent l'importance de ce dossier hors norme.


En décembre, Derek Chauvin a plaidé coupable dans ce volet fédéral, admettant pour la première fois une part de responsabilité dans le drame.


Ses trois collègues plaident, eux, non coupable. Ils sont tous accusés de ne pas avoir apporté les secours nécessaires au quadragénaire malgré les signes de détresse médicale. 


Tou Thao et Alexander Kueng se voient également reprocher de ne pas être intervenus pour dissuader Derek Chauvin d'"exercer une force déraisonnable". Thomas Lane, qui avait à deux reprises suggéré de positionner l'Afro-Américain sur son flanc, n'est pas visé par ce chef d'inculpation.


Lundi, leurs avocats ont reconnu la gravité des événements. Mais "une tragédie n'est pas un crime", a souligné Robert Paule, qui défend Tou Thao.


Ils ont particulièrement insisté sur l'absence d'expérience des agents Kueng et Lang, déployés sur le terrain depuis quelques jours seulement et qui, au total, n'avaient pas cinq patrouilles à leur actif.


Derek Chauvin avait participé à la formation d'Alexander Kueng, a ajouté l'avocat de ce dernier. "Les preuves vont montreront qu'il avait pris le contrôle de la scène le 25 mai 2020", a ajouté Me Thomas Plunkett, en le qualifiant de "meneur de jeu".


Le procès pourrait durer quatre semaines.


Le chef de la diplomatie israélienne au Soudan, une première

Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan a accueilli jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen à Khartoum, lors de la première visite officielle d'un haut diplomate israélien. (Photo, AFP)
Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan a accueilli jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen à Khartoum, lors de la première visite officielle d'un haut diplomate israélien. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a évoqué un «voyage politique historique» et annoncé que M. Cohen tiendrait en Israël une conférence de presse à 19H30 locales
  • En janvier 2021, alors que civils et militaires se partageaient le pouvoir au Soudan, Khartoum avait annoncé son adhésion aux accords d'Abraham

KHARTOUM: Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de facto du Soudan depuis son putsch en 2021, a reçu jeudi à Khartoum Eli Cohen pour la première visite officielle d'un chef de la diplomatie israélienne dans le pays.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a évoqué un "voyage politique historique" et annoncé que M. Cohen tiendrait en Israël une conférence de presse à 19H30 locales (17H30 GMT) à ce sujet.

Selon le Conseil souverain soudanais, que le général Burhane préside, les deux hommes ont discuté des "moyens d'établir des relations fructueuses" et des "projets possibles de coopération" dans des domaines aussi variés que la sécurité, l'agriculture, l'énergie, la santé, l'eau et l'éducation.

En janvier 2021, alors que civils et militaires se partageaient le pouvoir au Soudan, Khartoum avait annoncé son adhésion aux accords d'Abraham --par lesquels trois autres Etat arabes ont reconnu Israël.

Le pays rompait ainsi avec la position inflexible du dictateur Omar el-Béchir, déchu en 2019, grand ennemi de l'Etat hébreu et longtemps proche du mouvement palestinien Hamas.

Mais en signant les Accords d'Abraham, le Soudan, au ban de la communauté internationale durant un long embargo sous Béchir, avait obtenu une aide financière des Etats-Unis, quelques semaines après son retrait de la liste américaine des Etats accusés de financer le terrorisme.

Depuis, la communauté internationale a interrompu au lendemain du coup d'Etat son aide --deux milliards de dollars annuels--. Une manne précieuse pour le pays, l'un des plus pauvres au monde.

Normalisation, «trahison»

Régulièrement, la presse israélienne se fait l'écho de visites "secrètes" de responsables israéliens au Soudan, sans que les deux Etats n'infirment ou ne confirment ces rencontres.

Lors de son putsch du 25 octobre 2021, le général Burhane a limogé les civils et suspendu la transition vers la démocratie. Mais dès son tout premier discours, quelques heures après son coup d'Etat, il a assuré que son pays resterait lié par les accords internationaux qu'il avait signés.

En novembre, le général Burhane a envoyé un message de félicitations au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui venait de remporter les législatives israéliennes avec ses alliés d'extrême droite et ultra-orthodoxes.

Les Emirats arabes unis, Bahreïn, et le Maroc ont normalisé leurs relations avec l'Etat hébreu sous l'égide de Washington dans le cadre des accords d'Abraham.

Ces accords de normalisation, qui ont brisé le consensus arabe selon lequel aucune entente n'est possible avec l'Etat hébreu sans résolution du conflit israélo-palestinien, ont été dénoncés comme une "trahison" par les Palestiniens.

Contrairement aux Emirats arabes unis, à Bahreïn et au Maroc, le Soudan n'a pas fait suivre l'accord de mesures concrètes pour approfondir les liens. Et la ratification formelle par des institutions élues n'a toujours pas eu lieu, le pays nageant en plein marasme politique avant même le putsch.

Autre pays africain, le Tchad a inauguré jeudi une ambassade en Israël, quatre ans après la reprise des relations diplomatiques entre les deux Etats.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a participé à l'inauguration de l'ambassade à Ramat Gan près de Tel-Aviv, avec le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno, a salué "un moment historique", d'après son bureau.


Au Soudan, il faut faire rendre des comptes et réformer la sécurité

Le nouvel expert des droits de l'homme de l'ONU, Radhouane Nouicer, tient une conférence de presse lors de sa visite au Soudan, à Khartoum, le 2 février 2023. (Photo, AFP)
Le nouvel expert des droits de l'homme de l'ONU, Radhouane Nouicer, tient une conférence de presse lors de sa visite au Soudan, à Khartoum, le 2 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le diplomate tunisien a remplacé en décembre le Sénégalais Adama Dieng, démissionnaire après avoir plaidé lui aussi pour des procès et la fin de la répression
  • Lors d'une conférence de presse jeudi, le diplomate a dit leur avoir «recommandé» d'amener devant la justice «au plus vite» les membres des forces de sécurité responsables de la mort de manifestants

KHARTOUM: Le nouvel expert de l'ONU pour les droits humains Radhouane Nouicer a plaidé jeudi à Khartoum pour la levée de l'immunité des responsables de violences au Soudan, pays dans l'impasse politique plus d'un an après un putsch qui a interrompu la transition démocratique.

Le diplomate tunisien a remplacé en décembre le Sénégalais Adama Dieng, démissionnaire après avoir plaidé lui aussi pour des procès et la fin de la répression qui a tué plus de 120 militants opposés au coup d'Etat mené le 25 octobre 2021 par le général Abdel Fattah al-Burhane.

Depuis samedi, M. Nouicer a rencontré des représentants civils et militaires au Soudan, dont Abdel Fattah al-Burhane --devenu de facto le dirigeant du pays depuis son putsch-- et son adjoint le général Mohammed Hamdan Daglo, patron des très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Lors d'une conférence de presse jeudi, le diplomate a dit leur avoir "recommandé" d'amener devant la justice "au plus vite" les membres des forces de sécurité responsables de la mort de manifestants.

Il a aussi plaidé pour que soit levée "l'immunité des forces de sécurité impliquées dans des violations des droits humains".

Et cela, a-t-il dit, passera "par une feuille de route claire pour la réforme du secteur de la sécurité", la principale pomme de discorde entre civils et militaires au Soudan.

Les représentants de la société civile, a-t-il ajouté, se sont plaints de "restrictions de plus en plus strictes" et, note-t-il, "le manque de confiance grandit".

En janvier, le dialogue politique au Soudan est entré dans sa deuxième phase sans qu'aucun calendrier ni ordre du jour formel ne soit donné pour la mise en oeuvre de l'accord qui l'encadre.


​​Le président tchèque élu appelle à une aide «sans limite» à l'Ukraine

Selon le président élu tchèque Petr Pavel, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'«une question de volonté politique» une fois la guerre terminée. (Photo, AFP)
Selon le président élu tchèque Petr Pavel, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'«une question de volonté politique» une fois la guerre terminée. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Pavel, qui a dirigé le comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018, a remporté l'élection présidentielle samedi et prêtera serment le 9 mars
  • Il a déclaré que l'Occident devrait fournir à l'Ukraine, qui lutte contre une invasion russe, tous les types d'armes, à l'exception du nucléaire

PRAGUE: Le président élu tchèque Petr Pavel, un ancien général de l'OTAN, a déclaré jeudi à l'AFP qu'il ne devrait y avoir "aucune limite" à l'aide militaire de l'Occident à l'Ukraine ravagée par la guerre, exhortant les alliés à faire preuve de plus de courage.

M. Pavel, qui a dirigé le comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018, a remporté l'élection présidentielle samedi et prêtera serment le 9 mars.

Dans un entretien accordé à l'AFP, M. Pavel, 61 ans, a déclaré que l'Occident devrait fournir à l'Ukraine, qui lutte contre une invasion russe, tous les types d'armes, à l'exception du nucléaire.

"En ce qui concerne les armes conventionnelles, je ne vois vraiment aucune raison de fixer des limites", a-t-il déclaré.

"L'Ukraine ne peut pas combattre un adversaire aussi dur sans des blindés, des drones, une artillerie et des missiles à plus longue portée, ni sans, peut-être, des avions supersoniques", a-t-il ajouté.

Les alliés occidentaux, dont la République tchèque, ont fourni à l'Ukraine une aide militaire substantielle depuis le début de l'invasion le 24 février 2022.

Selon M. Pavel il fallait faire preuve de plus de courage car "certains pays ont une position un peu réservée" sur les livraison d'armes modernes.

"Si nous voulons adopter une position unique, qui nous donne les meilleures chances de succès, nous devrions agir de manière unie sur ces questions", a-t-il déclaré à l'AFP, faisant écho à la proposition de la Pologne d'envoyer des avions de combat F-16 en Ukraine, si cette initiative était soutenue par l'ensemble de l'OTAN.

Tous les moyens

"Nous devrions fournir à l'Ukraine tous les moyens pour l'aider à repousser l'armée russe hors de son territoire par ses propres moyens", a dit M. Pavel.

Au lendemain du scrutin, le président élu s'est entretenu au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour l'assurer du soutien de son pays.

Il a également déclaré qu'il prévoyait de se rendre en Ukraine avec son homologue slovaque Zuzana Caputova au printemps.

"Il est important de montrer un soutien continu à l'Ukraine, de souligner toutes les bonnes choses et la volonté de poursuivre notre initiative vis-à-vis de l'Ukraine. Je pense que c'est ce que l'Ukraine a besoin d'entendre", a déclaré M. Pavel.

La République tchèque, membre de l'UE et de l'OTAN de 10,5 millions d'habitants, a jusqu'à présent fourni à l'Ukraine une aide militaire d'une valeur de 217 millions de dollars, a indiqué jeudi à l'AFP le ministère de la Défense.

M. Pavel a également soutenu la candidature de l'Ukraine à l'UE et à l'OTAN une fois la guerre terminée.

"Si nous percevons l'OTAN et l'UE comme une zone de stabilité, de coopération, de bonnes relations, alors nous devrions permettre à un autre grand pays européen de nous rejoindre", a déclaré M. Pavel.

"Et ce n'est pas seulement qu'elle mérite d'y adhérer, mais nous en profiterons également, tout comme la Russie lorsqu'elle sera en mesure de rétablir à nouveau des relations normales avec l'Occident."

Volonté politique

Selon lui, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'"une question de volonté politique" une fois la guerre terminée.

"En termes d'accord sur les valeurs, d'intérêts stratégiques à long terme, d'interopérabilité technologique entre l'OTAN et l'armée ukrainienne, je pense que l'Ukraine a déjà rempli les conditions."

En outre, "en ce qui concerne le conflit qui s'éternise et la dernière phase de cette guerre vraiment chaude, l'Ukraine et son armée seront l'armée la plus expérimentée, la mieux préparée en Europe", a ajouté M. Pavel.

Selon lui, la guerre doit prendre fin avec le retrait de la Russie, des pourparlers de paix, la reconstruction de l'Ukraine et des enquêtes sur les crimes de guerre.

"Nous devrons amener la Russie à cela, non seulement en poursuivant le soutien à l'Ukraine, mais aussi en étant très strict dans la mise en oeuvre des sanctions contre la Russie", a-t-il indiqué.

"C'est le seul moyen de faire comprendre à la Russie qu'elle a agi à l'encontre des normes, et que dans le monde civilisé du 21e siècle, même un grand pays comme la Russie ne peut ignorer les normes de la communauté mondiale."