La colère tonitruante des Tunisiens

Comme lors des années précédentes, on observe une sorte d’axe de la colère qui, de Tunis, passe par le centre du pays et aboutit à Gafsa. En 2021, ce gouvernorat du sud-ouest détient le record avec 2 216 mouvements sociaux, suivi par la capitale (2 144), et trois gouvernorats du centre – Kairouan (1 112), Kasserine (987) et Sidi Bouzid (641), selon le rapport du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. (AFP).
Comme lors des années précédentes, on observe une sorte d’axe de la colère qui, de Tunis, passe par le centre du pays et aboutit à Gafsa. En 2021, ce gouvernorat du sud-ouest détient le record avec 2 216 mouvements sociaux, suivi par la capitale (2 144), et trois gouvernorats du centre – Kairouan (1 112), Kasserine (987) et Sidi Bouzid (641), selon le rapport du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 01 février 2022

La colère tonitruante des Tunisiens

  • D’après le rapport du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, le record des mouvements sociaux a été battu au cours de l’année 2021
  • «Les promesses de changements sociaux et économiques sont restées lettre morte»

TUNIS: En Tunisie, les clignotants sociaux sont au rouge. D’après le rapport du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, le record des mouvements sociaux a été battu au cours de l’année 2021. Idem pour les suicides et les tentatives de suicide.

L’année 2022 commence comme 2021 s’est achevée, sur le spectacle des incessantes escarmouches entre le président, Kaïs Saïed, et ses partisans d’un côté, et le mouvement Ennahdha et ses alliés – qu’il a dessaisi du pouvoir un certain 25 juillet 2021 en suspendant les travaux de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et en limogeant le gouvernement dirigé par M. Hichem Mechichi – de l’autre. Mais ce tumulte dont les Tunisiens se sont lassés depuis longtemps coûte très cher au pays et l’empêche de se consacrer à la résolution de ses vrais problèmes, économiques et sociaux, et l’exaspération des Tunisiens culmine.

C’est ce que vient de démontrer le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), dans son rapport pour 2021. D’après ce think tank créé après le 14 janvier 2011, 12 025 mouvements sociaux ont été enregistrés en 2021, soit le nombre le plus élevé depuis 2015. Un fait quelque peu surprenant, car les mouvements de protestation suivaient une courbe régulièrement descendante depuis quatre ans.

Comme lors des années précédentes, on observe une sorte d’axe de la colère qui, de Tunis, passe par le centre du pays et aboutit à Gafsa. En 2021, ce gouvernorat du sud-ouest détient le record avec 2 216 mouvements sociaux, suivi par la capitale (2 144), et trois gouvernorats du centre – Kairouan (1 112), Kasserine (987) et Sidi Bouzid (641).

Deux tiers de ces protestations sont à caractère social (58%) et économique (18%). Les principaux acteurs de ces mouvements sont les chômeurs (42%) et les détenteurs de diplômes universitaires en quête de travail (25%), très loin devant les ouvriers (8%) et les fonctionnaires (5%). Comme toujours, les raisons de la colère des Tunisiens sont diverses et variées.

Mounir Saïdani est convaincu que ces «mouvements sociaux constituent le prélude à une nouvelle révolution» en Tunisie.

Dernier paramètre inquiétant, les tentatives de suicide et les suicides sont plus courants ou plus visibles après le 14 janvier 2011 (révolution tunisienne). Alors qu’il était en baisse depuis trois ans, cet indicateur de la santé mentale des Tunisiens est de nouveau à la hausse. Après être passé de 467 cas en 2018, à 268 en 2019 et à 200 en 2020, il a de nouveau franchi la barre des 200 en 2021 – 232 cas jusqu’en novembre.

Ces clignotants rouges signifient-ils que la Tunisie est sous la menace d’une importante déflagration sociale, comme en 1978 et en 1984? Habib Guiza, le fondateur de la Confédération générale du travail de Tunisie (CGTT, deuxième syndicat du pays, créé le 1er février 2011) exclut une telle éventualité. Il est convaincu que l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), le syndicat historique qui a été par le passé le catalyseur des grands mouvements de protestation sociale (et dont M. Guiza a été l’un des cadres dirigeants jusque dans les années 1980), n’a désormais plus les moyens de jouer ce rôle.

 

La révolution dont il parle n’est toutefois pas ce grand déferlement violent qui emporterait tout sur son chemin. Il s’agit plutôt d’un «changement profond» rendu possible par «la révolution de 2010-2011».

Mounir Saïdani est convaincu que ces «mouvements sociaux constituent le prélude à une nouvelle révolution» en Tunisie. Ce professeur de sociologie à l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis développait cette idée il y a exactement un an dans un article portant ce titre publié par l’édition arabe d’Orient XXI. La révolution dont il parle n’est toutefois pas ce grand déferlement violent qui emporterait tout sur son chemin.

Il s’agit plutôt d’un «changement profond» rendu possible par «la révolution de 2010-2011» grâce à laquelle «les mouvements sociaux ont connu depuis une décennie une intensification et un développement qui leur permettent de contribuer d’une manière importante au changement de la relation entre les acteurs sociaux et l’État central».

Ce changement concerne l’organisation de la protestation sociale et les forces qui y sont impliquées. Si l’UGTT en fait toujours partie, elle a désormais à ses côtés d’autres organisations telles que la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme, le FTDES et «les coordinations nationales des mouvements sociaux».

Après avoir mis sur pied en 2016 une «université d’été des mouvements sociaux» – dont la troisième et dernière édition en date a eu lieu en 2018 –, ces acteurs ont organisé le 14 décembre 2021 le premier congrès national. Sa déclaration finale a fait le constat que «les promesses de changements sociaux et économiques sont restées lettre morte», car «les politiques héritées d’avant 2011 sont demeurées intactes et les revendications en matière d’emploi, de développement équitable et de lutte contre les disparités régionales et sociales sont toujours aussi pressantes».

Déterminés à ancrer leur mouvement «socialement et territorialement», les congressistes ont aussi appelé de leurs vœux «un esprit résistant, collectif et solidaire à même de nous rendre plus forts et de faire en sorte que notre voix porte et que notre image s’impose auprès de l’opinion publique nationale».


Le Premier ministre espagnol se réunit à Madrid avec le Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza. (agence de presse saoudienne)
Short Url
  • Les membres du comité ont salué la décision de l’Espagne de reconnaître l’État de Palestine
  • Ils se sont engagés à continuer de faire pression pour garantir les droits des Palestiniens et promouvoir la paix dans la région et dans le monde à une époque d’extrémisme et de violence

RIYAD: Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est entretenu, mercredi, à Madrid, avec les membres du Comité ministériel conjoint arabo-islamique sur Gaza, dirigé par le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rapporte l’agence de presse saoudienne.

Les ministres des Affaires étrangères du Qatar, de la Palestine, de la Jordanie et de la Turquie ainsi que le secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) ont participé à la réunion, destinée à discuter de l’évolution de la situation dans la bande de Gaza assiégée.

Les membres du comité ont salué la décision de l’Espagne de reconnaître l’État de Palestine et se sont engagés à continuer de faire pression pour garantir les droits des Palestiniens et promouvoir la paix dans la région et dans le monde à une époque d’extrémisme, de violence et de violations du droit international, indique le rapport.

Plus de cent quarante pays reconnaissent désormais l’État palestinien, après que l’Espagne, la Norvège et l’Irlande ont entrepris cette démarche diplomatique mardi.

La réunion a porté sur les efforts visant à mettre fin à l’agression israélienne dans la bande de Gaza et la ville de Rafah, de l’importance d’un cessez-le-feu immédiat et de l’acheminement d’une aide humanitaire durable.

Elle a également appelé à mettre fin aux actions israéliennes illégitimes en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, afin de parvenir à une paix globale, de protéger les droits des Palestiniens et de garantir la sécurité à l’échelle régionale.

La réunion a passé en revue les efforts du comité pour soutenir la création d’un État palestinien et prendre les mesures nécessaires en vue de mettre en œuvre la solution à deux États, conformément à l’Initiative de paix arabe et à d’autres propositions internationales.

Le comité a insisté sur l’importance pour la communauté internationale de prendre des mesures urgentes pour reconnaître la Palestine afin de préserver les droits de son peuple et d’assurer la sécurité dans la région.

Le prince Faisal a remercié l’Espagne et il a déclaré que sa décision avait donné «de l’espoir dans une période très sombre».

«Nous sommes ici pour remercier l’Espagne, la Norvège, l’Irlande et la Slovénie d’avoir pris la bonne décision au bon moment, d’être du bon côté de l’Histoire et du côté de la justice en ces moments si obscurs au regard de la catastrophe humaine continue à Gaza», déclare-t-il.

«C’est le bon moment pour redonner une lueur d’espoir à la solution à deux États, à la paix et à la coexistence. Pour cela, nous vous remercions en espérant que d’autres pays suivront, car la seule voie à suivre est celle de la paix. Or le chemin vers la paix passe par une solution à deux États, par un État de Palestine qui vit en paix et en harmonie avec tous ses voisins, y compris Israël.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’armée libanaise attaquée par les mitrailleuses israéliennes

Mercredi, un site de l’armée libanaise, situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab, a été la cible de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n'a été blessé lors de l’incident. (Reuters)
Mercredi, un site de l’armée libanaise, situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab, a été la cible de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n'a été blessé lors de l’incident. (Reuters)
Short Url
  • L’artillerie israélienne a également visé la périphérie de Mays el-Jabal, Wazzani, Jebbayn, Chihine et Kfar Kila
  • Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que les défenses aériennes avaient intercepté un «objet aérien suspect» dans la région de Ras Naqoura sans activer aucune sirène

BEYROUTH: Un site de l’armée libanaise situé à la périphérie de la ville frontalière d’Alma el-Chaab a été la cible, mercredi, de tirs de mitrailleuses de l’armée israélienne. Personne n’a été blessé lors de l'incident.

L’artillerie israélienne a également visé la périphérie de Mays el-Jabal, Wazzani, Jebbayn, Chihine et Kfar Kila.

Dans un communiqué publié par le Hezbollah, ce dernier aurait à son tour pris pour cible «le matériel d’espionnage nouvellement installé sur le site d’Al-Raheb, le frappant de plein fouet et le détruisant».

Le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a déclaré que les défenses aériennes avaient intercepté un «objet aérien suspect» dans la région de Ras Naqoura sans activer aucune sirène.

«Des avions de chasse ont attaqué un bâtiment militaire abritant des membres du Hezbollah dans la région de Naqoura. Les avions ont également attaqué des bâtiments du Hezbollah à Ramyah et Al-Tiri, dans le sud du Liban», ajoute-t-il. Un raid sur la ville de Naqoura a occasionné plusieurs blessures légères.

Le chef de la Force intérimaire des nations unies au Liban-Sud (Finul), le général Aroldo Lazaro, a exhorté toutes les parties à cesser le feu, à réaffirmer leur engagement envers la résolution 1 701 et à commencer à travailler en vue d’une solution politique et diplomatique, qui, selon lui, est le seul moyen de résoudre la situation.

La situation sécuritaire dans la région a empêché la Finul d’organiser des célébrations pour marquer la Journée internationale des soldats de la paix des nations unies.

Dans un communiqué, le général Lazaro déclare: «Les morts et les destructions que nous avons vues des deux côtés de la Ligne bleue sont déchirantes. Trop de vies ont été perdues et perturbées. Des milliers de personnes sont toujours déplacées et ont perdu leur maison et leurs moyens de subsistance. En tant que soldats de la paix, nous réaffirmons chaque jour notre engagement à œuvrer pour restaurer la stabilité.»

Des soldats de la paix en provenance de quarante-neuf pays sont actuellement dans le sud et ils rendent régulièrement des comptes au Conseil de sécurité.

Hier, Jean-Yves Le Drian, envoyé spécial du président français au Liban, a rencontré le chef du bloc parlementaire de la Loyauté à la résistance du Hezbollah, le député Mohammad Raad, dans son bureau à Beyrouth.

Il est arrivé mardi soir pour sa sixième mission, en vue de discuter de l’évolution de la situation dans le pays avec des responsables libanais.

M. Le Drian a rencontré plusieurs dirigeants, dont le Premier ministre par intérim, Najib Mikati, et le président du Parlement, Nabih Berri, ainsi que d’autres chefs de partis chrétiens d’opposition et du bloc de la Modération nationale composé en majorité de députés sunnites.

Selon les informations divulguées, le responsable français a insisté sur la nécessité d’une concertation entre les puissances libanaises pour nommer un président.

Jean-Yves Le Drian prévient: «La particularité politique du Liban disparaîtra si la crise et le vide présidentiel persistent. Le Liban ne pourra conserver que sa particularité géographique.»

M. Berri a assuré à M. Le Drian qu’il «répondrait à l’appel à des consultations inconditionnelles centrées sur l’élection présidentielle et s’adresserait au Parlement pour procéder à des tours de scrutin successifs avec une liste de candidats jusqu’à ce qu’un nouveau président de la république soit élu».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


En Cisjordanie occupée, un chemin vers l'école truffé d'embûches et de peurs

Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • «Parfois l'armée nous harcèle, nous envoie des bombes lacrymogènes et des bombes assourdissantes et nous empêche d'aller à l'école», abonde Omar, 12 ans
  • «On est en permanence en train de circuler parmi les élèves pour leur donner des instructions», leur dire «de venir à l'école groupés et pas tout seul parce que les attaques des colons ont lieu parfois à l'aube», dit le directeur du lycée

OURIF: Aller au lycée d'Ourif en Cisjordanie, c'est comme "entrer en prison", assure son directeur adjoint. Au-dessus du mur d'enceinte et sa peinture de Schtroumpf au bleu fané, des grillages rouillés, et, avec en arrière-plan la colonie israélienne de Yitzhar, la "peur d'être attaqué".

"On est en permanence en train de circuler parmi les élèves pour leur donner des instructions", leur dire "de venir à l'école groupés et pas tout seul parce que les attaques des colons ont lieu parfois à l'aube, parfois vers 18H00", décrit Mazin Chéhadeh, directeur adjoint du lycée public de cette localité palestinienne à quelques kilomètres au sud de la grande ville de Naplouse.

"Tous les jours, nous inspectons les abords de l'école par peur qu'il y ait des engins explosifs", ajoute-t-il, comme ce jour où il y avait "une bombe attachée à un fil entre les arbres".

Alors que les yeux sont rivés sur la bande de Gaza, dévastée par la guerre déclenchée par l'attaque du Hamas le 7 octobre contre Israël, la situation se détériore en Cisjordanie.

Dans ce territoire occupé par Israël depuis 1967, quelque 490 000 Israéliens vivent dans des colonies que l'ONU juge illégales au regard du droit international, au milieu de trois millions de Palestiniens.

Ces derniers composent depuis longtemps avec les restrictions de mouvement. Mais la multiplication des barrages et points de sécurité les ont exacerbées depuis la guerre à Gaza, compliquant davantage le trajet vers l'école.

Depuis le 7 octobre, 519 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie par des soldats ou colons israéliens, selon l'Autorité palestinienne. Dans le même temps, au moins 12 Israéliens ont été tués dans des attaques ou attentats perpétrés par des Palestiniens, selon les autorités israéliennes.

«Cauchemar»

Dans le bureau de M. Chéhadeh, du carrelage noirci par les flammes, stigmate selon lui d'un incendie d'origine criminelle. Sur le toit, des panneaux solaires brisés.

Seul un chemin serpentant à travers la colline sépare Yitzhar du village d'Ourif, projeté sur le devant de l'actualité en juin 2023 lorsque deux de ses habitants, membres de la branche armée du Hamas, ont tué quatre Israéliens dans une attaque contre une station-service d'une colonie plus au sud.

Dans la cour du lycée, Qaïs, élève de 15 ans, raconte qu'"au moindre bruit, au moindre coup de feu ou à la moindre explosion près de la ville, on se dit que l'armée (israélienne) ou les colons ont attaqué l'école".

"Parfois l'armée nous harcèle, nous envoie des bombes lacrymogènes et des bombes assourdissantes et nous empêche d'aller à l'école", abonde Omar, 12 ans.

L'année scolaire, qui s'est achevée mercredi, a viré "au cauchemar", selon l'Unicef, avec 27,5% des élèves en élémentaire qui ne se sentent pas en sécurité à l'école, selon une étude de l'Unrwa, l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens.

Entre le 7 octobre et le 7 mai, 60 élèves mineurs ont été tués, 345 blessés, et 68 écoles visées par des actes de vandalisme, selon le ministère de l'Education palestinien, qui recense 125 élèves détenus. Interrogée sur ces arrestations, l'armée israélienne précise qu'elles s'inscrivent dans ses "activités antiterroristes".

Ce bilan s'est alourdi avec la mort d'un collégien de 15 ans qui évacuait son école à vélo quand une balle l'a fauché le 21 mai lors d'un raid militaire israélien ayant entraîné d'intenses combats avec des groupes armés palestiniens à Jénine (nord de la Cisjordanie).

Décrochage 

A Ourif, en raison d'attaques répétées de colons, les responsables du lycée expliquent avoir rajouté des barbelés sur les clôtures, et une toile à l'entrée contre les jets de pierres qui a coûté l'équivalent de 62.500 euros.

Dans les classes, les lourds rideaux pourpres sont tirés sur les fenêtres barrées d'un double grillage, et des simulations d'évacuation régulièrement menées.

Les élèves ont l'impression d'être "piégés", d'"entrer dans une prison", ce qui "affecte leur état psychologique et leurs résultats scolaires", dit M. Chéhadeh selon qui "la plupart des élèves travailleurs et brillants" sont partis.

D'autres ont abandonné pour aider les parents privés de revenus depuis que la frontière avec Israël leur est fermée.

Ceux qui restent n'ont eu que trois jours par semaine à l'école, le reste se passant à distance sous l'effet combiné de l'insécurité et des finances de l'Autorité palestinienne qui ne permettent pas le versement de salaires complets aux enseignants.

Or, tous les élèves n'ont pas d'appareil ni de connexion internet suffisants pour étudier correctement, relève Refat Sabbah, fondateur de l'ONG Teacher Creativity Center, inquiet que dans les béances d'une éducation entravée ne s'immiscent "les voix de la radicalisation".

Alors que les vacances d'été débutent jeudi, pour trois mois, "la vraie question est de savoir quelle alternative est offerte à ces enfants qui restent dans la rue et continuent à être témoins de ce type de violence", s'interrogeait fin mai le patron de l'Unrwa, Philippe Lazzarini.