Présidentielle: les jeunes à distance du vote mais pas dépolitisés

Le président des Jeunes avec Macron, Ambroise Méjean, prononce un discours lors de la présentation des propositions de l'organisation pour le programme du président sortant s'il devait se présenter comme candidat à la présidentielle à Paris, le 31 janvier 2022. Ludovic MARIN / AFP
Le président des Jeunes avec Macron, Ambroise Méjean, prononce un discours lors de la présentation des propositions de l'organisation pour le programme du président sortant s'il devait se présenter comme candidat à la présidentielle à Paris, le 31 janvier 2022. Ludovic MARIN / AFP
Short Url
Publié le Mercredi 02 février 2022

Présidentielle: les jeunes à distance du vote mais pas dépolitisés

  • Pour les spécialistes des élections, il y a incontestablement dans les nouvelles générations une proportion croissante d'électeurs intermittents
  • Attention cependant aux généralisations hâtives, avertit Vincent Tiberj car "il faut penser les jeunesses au pluriel"

PARIS: La montée de l'abstention chez les jeunes, qui risque de se confirmer à la présidentielle en avril, est révélatrice d'un nouveau rapport au vote et à la politique qui ne concerne pas que les moins de 35 ans.
Pour les spécialistes des élections, il y a incontestablement dans les nouvelles générations une proportion croissante d'électeurs intermittents, qui alternent participation ou abstention selon les scrutins.
Ainsi, si l'abstention a atteint des records lors des dernières élections locales, elle a encore été plus élevée chez les jeunes, pas seulement les 18-24 ans, mais aussi les 25-34 ans.
Selon l'Ifop par exemple, à peine 16% des 18-24 ans et 19% des 25-34 ans se sont déplacés lors du premier tour des régionales le 20 juin, à comparer aux 47% des plus de 65 ans (et aux 33% des Français en moyenne).
Mais, à rebours d'une antienne "déplorative", déjà fort ancienne, sur les "jeunes qui se détournent du vote", le politiste Vincent Tiberj préfère mettre l'accent sur une nouvelle "culture politique" qu'il appelle la "citoyenneté distante".

Virtuoses de la participation
Pour ce professeur de Sciences Po Bordeaux, "les générations post-Baby boom et surtout les millenials (qui ont atteint leur majorité en 2000 ou après)", de plus en plus diplômés, de mieux en mieux informés, sont aussi "de plus en plus distants à l'endroit du système représentatif et du vote".
Mais ce sont aussi "des virtuoses de la participation parce que certes ils ne vont pas forcément toujours voter, mais ils vont participer de plein d'autres manières, par la manif, la pétition, les réseaux sociaux, par l'action locale", comme on a pu le voir avec les mobilisations de jeunes pour le climat, explique-t-il à l'AFP.
Il conteste donc l'idée que l'abstention soit le symptôme d'une "crise de la citoyenneté".
Selon lui, "la citoyenneté, beaucoup parmi ces jeunes générations la pratiquent mais autrement qu'en tant qu'électeurs, qu'en tant que citoyens qui s'en remettent à des élus en leur laissant le soin de diriger pour eux", comme c'était bien davantage le cas pour les générations nées avant la Seconde guerre mondiale.
"Il n'est pas vrai de dire que les jeunes ne portent pas d’intérêt à la vie politique, à la vie de la collectivité, à l'intérêt général", abonde sa collègue Anne Muxel, qui repère elle aussi une "citoyenneté plus réflexive et plus critique, non dénuée d’une tentation protestataire lancinante".
"Malgré le contexte de crises successives, leurs pratiques d’engagement et de bénévolat se sont plutôt renforcées. Mais lorsqu'ils s'engagent, les jeunes le font en dehors des organisations politiques traditionnelles. Ils se mobilisent sur les réseaux sociaux, dans la rue, se montrent créatifs et inventifs", précise à Ouest France cette directrice de recherche du Cevipof.
"L'attitude de défiance à l'égard de la sphère politique, accélérée par la crise du coronavirus, conduit la jeunesse, dans sa majorité, à ne plus compter sur le personnel politique pour préparer son avenir", analyse aussi le sondeur Frédéric Dabi (Ifop) dans son livre La Fracture.

A moins de 25 ans, ils défendent leurs convictions à la présidentielle

Ils sont deux, parmi des dizaines de candidats putatifs à la présidentielle. La jeunesse de Martin Rocca, 22 ans, et d'Anna Agueb-Porterie, arrivée dernière de la Primaire populaire, les distingue alors que nombre de jeunes se désinvestissent du vote.
Martin Rocca a mis ses études entre parenthèses, après une licence d'histoire,  parce qu'"aujourd'hui on va un peu dans le mur, aucun gouvernement successif n'a réussi à répondre à la crise climatique", explique-t-il.
Depuis le 10 janvier, il s'est lancé dans un tour de France en caravane pour collecter ses parrainages. "Quand je dors dans un fourgon et que je me lève à 6h du mat', qu’il gèle et que je dois sortir en sac de couchage avant d’aller voir un maire, je me dis que c’est épuisant mais ponctué de bonnes nouvelles", raconte-t-il.
Il défend une unique proposition : la création d'une assemblée constituante pour "rénover la démocratie". Son idée de participer à la présidentielle est née après une discussion avec des militants écologistes d'Extinction Rebellion. "Je voulais prendre le contrepied face aux jeunes qui prônent la désobéissance civile." Pour lui, une telle démarche est vouée à l'échec car elle place "la morale individuelle au-dessus de l'intérêt collectif". "C'est un problème en démocratie alors qu'on a des outils légaux", estime-t-il.
Martin Rocca veut défendre ses idées et gagner en visibilité, et juge que la période électorale y est favorable. "Pour porter l'idée d'une assemblée constituante, il existe des associations depuis longtemps, mais on n'en entend pas parler alors que la candidature d'un jeune de 22 ans ça fait du bruit", veut-il croire.
Anna Agueb-Porterie, engagée dans plusieurs associations, était candidate à la Primaire populaire, qui a vu triompher Christiane Taubira. Elle s'est depuis ralliée à Jean-Luc Mélenchon.
"Je soutiens depuis le début la convergence entre le programme l'Avenir en commun et le socle commun de la Primaire populaire", se justifie-t-elle.
Originaire des Pyrénées-Atlantiques, celle qui défend un "discours d'écologie populaire" indique maintenant vouloir "prendre ses distances" avec le monde politique "institutionnel" dont le fonctionnement l'a, dit-elle, laissée amère.  
"Cela a été une sacrée expérience, j'ai pu rencontrer du monde. Je continuerai à promouvoir le programme de l'Avenir en commun mais à mon échelle" dans la politique sociale, déclare la militante de l'association Alliance citoyenne. Elle n'exclut pas de réinvestir la politique mais n'a pas "d'objectifs carriéristes".
L'abstention des 18-24 ans a atteint 29% au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, soit sept points de plus que la moyenne tous âges confondus.

En dehors des radars
Attention cependant aux généralisations hâtives, avertit Vincent Tiberj car "il faut penser les jeunesses au pluriel".
A un bout du spectre, on a "ceux qu'on met en avant dans les partis politiques, qui se mobilisent dans les meetings", mais ils "sont une infime minorité, pas forcément représentatifs de leur génération", analyse-t-il.
Mais à l'autre bout, il y a ceux qu'il appelle les "ni en études ni en emploi ni en politique" qui se tiennent encore plus à distance de la politique et "sont en dehors des radars à la fois de l'offre politique et du système médiatique".
Car là réside le principal risque politique d'un vote moins régulier, notamment pour la prochaine présidentielle. "Dans la sphère électorale, si tu ne te déplaces pas parce que tu n'es pas content, il y en a d'autres qui le font à ta place et ça aboutit à des déformations en termes d'équilibre politique", résume-t-il.
"Les plus de 65 ans ont pesé dans les urnes 1,4 fois leur poids dans la population tandis que les moins de 35 ans ont pesé moins de 50% de leur poids démographique réel", a ainsi calculé Vincent Tiberj pour les régionales, pointant un "biais générationnel" qui n'est pas sans conséquence sur les politiques publiques.

Voter à 16 ans ? Pas la priorité des jeunes selon des sondages

Abaisser l'âge du droit de vote à 16 ans serait-il un bon moyen d'intéresser la jeunesse à la vie politique ? Le sujet divise les candidats à la présidentielle, mais suscite aussi d'importantes réserves chez les jeunes, de plus en plus éloignés de la politique traditionnelle, selon des sondages.
Pourquoi proposer le vote à 16 ans ?
A gauche, Anne Hidalgo (PS), l'écologiste Yannick Jadot et l'insoumis Jean-Luc Mélenchon soutiennent le droit de vote à 16 ans.
Elargir le corps électoral permettrait une sensibilisation plus précoce des jeunes aux enjeux politiques. "Un certain nombre d'études ont montré - notamment aux Etats-Unis - que l'abaissement de l'âge électoral rendrait possible un accompagnement des premières expériences électorales", indique Céline Braconnier, directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye.
Les défenseurs de la mesure en font un des outils pour répondre à l'abstention massive de la jeunesse (82% des moins de 35 ans inscrits n'ont pas voté aux dernières régionales et départementales).
Ils soulignent que 16 ans est un âge d'émancipation à partir duquel on peut déjà travailler, payer des impôts, s'immatriculer à la Sécurité sociale, être pompier volontaire, obtenir un permis de chasse...
En France, 1,5 million de jeunes de 16 et 17 ans seraient concernés.
Quelles sont les critiques ?
Droite et extrême droite sont défavorables à la mesure, débattue et rejetée au mois de décembre au Sénat.
Contre cette proposition de loi socialiste, la sénatrice LR Nadine Bellurot avait évoqué l'importance du "recul" et d'une "certaine maturité" pour voter. Elle considère aussi sur le plan juridique qu'il n'est pas possible de dissocier majorité électorale et majorité civile (18 ans).
Se poserait aussi la question de pouvoir voter à 16 ans, sans avoir le droit de se présenter aux élections (18 ans).
Au gouvernement, des nuances sont apparues. Le secrétaire d'Etat Clément Beaune s'était dit "plutôt favorable" au vote à 16 ans.
Devant les sénateurs, la secrétaire d'Etat Sarah El Haïry chargée de la jeunesse et de l'engagement, estimait pour sa part en décembre que "les conditions ne semblent pas réunies".
A ses yeux, "le cœur de la bataille, c'est l'abstention" et la crainte "qu'une partie des jeunes n'aient perdu confiance dans la capacité transformatrice du vote". Elle plaide plutôt pour "un parcours de citoyenneté" avec la "généralisation du service national universel".
Qu'en pensent les jeunes ?
Des organisations étudiantes et lycéennes comme l'Unef et l'Union nationale lycéenne sont pour le vote à 16 ans.
Dans les enquêtes d'opinion, les jeunes interrogés sont toutefois largement défavorables à la mesure.
L'ouverture du droit de vote à 16 est la proposition qui recueillait le plus d'avis défavorables – plus de 72 % - en 2017 lors d'une enquête de l'Institut national de la jeunesse et l'éducation populaire (Injep) et du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc).
En octobre 2021, les députés écologistes Paula Forteza et Matthieu Orphelin, qui plaident pour le vote dès 16 ans, avaient été surpris en présentant une série d'entretiens et de questions auprès de 500 jeunes. Seuls 8% faisaient du vote à 16 ans un levier pour inciter au vote.
Selon Paula Forteza, ces résultats illustrent une "forme d'auto-censure" et l'importance de "l'accompagnement", mais "plus on vote tôt, plus on s'habitue à voter".
Le sondeur Frédéric Dabi (Ifop), qui vient de consacrer un ouvrage à la jeunesse ("La Fracture", éd. Les Arènes), estime que "le vote à 16 ans est une proposition +totem+ pour les candidats. Mais l'abstention n'est pas une question d'âge mais de questionnement sur l'utilité du vote et l'inadéquation de l'offre électorale".
"Les jeunes pensent que les politiques ne transforment plus la vie sur les questions qui les préoccupent comme le climat ou les discriminations", ajoute-t-il.
Qu'en est-il ailleurs en Europe ?
Une poignée d'Etats européens ont déjà franchi le pas de l'abaissement de l'âge du vote, suivant des modalités différentes. C'est le cas en Autriche depuis 2007, à Malte depuis 2018 mais aussi pour certains scrutins locaux en Allemagne, avec des différences selon les régions. En Grèce, il est possible de voter dès l'âge de 17 ans.


Législatives: fin du dépôt des candidatures, Mbappé «  contre les extrêmes  »

Short Url
  • Les candidats avaient jusqu'à 18 heures pour se rendre en préfecture et s'inscrire en vue du premier tour du 30 juin
  • Les listes définitives n'ont pas encore été toutes rendues publiques par les partis

PARIS: La course contre la montre pour déposer sa candidature s'est achevée dimanche après-midi pour les postulants aux législatives dans les 577 circonscriptions, au terme d'une folle semaine de tractations, d'alliances et de dissidences qui ont bouleversé le paysage politique.

Preuve de leur importance, ces élections, qui pourraient porter le RN au pouvoir, secouent jusqu'à l'Euro de football en Allemagne. Le capitaine de l'équipe de France Kylian Mbappé s'est dit "contre les extrêmes, les idées qui divisent". La veille, son coéquipier Marcus Thuram avait estimé qu'il fallait "se battre pour que le RN ne passe pas".

Les candidats avaient jusqu'à 18 heures pour se rendre en préfecture et s'inscrire en vue du premier tour du 30 juin. Le deuxième se tiendra le 7 juillet.

Les listes définitives n'ont pas encore été toutes rendues publiques par les partis. Mais, une semaine après le séisme de la dissolution, tout est désormais scellé après plusieurs journées de grande confusion avec le ralliement du patron des Républicains Eric Ciotti au Rassemblement national, des alliances locales entre la droite et la majorité ainsi que des candidatures dissidentes à gauche.

A gauche, l'offre est en grande partie connue depuis la formation du Nouveau Front populaire qui a réussi à se mettre d'accord en quelques jours sur un programme et des candidats.

Mais, nouveau coup de théâtre, Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales en 2022, a préféré jeter l'éponge. Sous pression après son investiture LFI qui avait heurté notamment socialistes et écologistes, il ne souhaite pas que sa candidature "soit utilisée" contre la nouvelle union de la gauche.

Saluant cette décision, LFI a annoncé investir un autre candidat, Aurélien Le Coq. Mais la militante féministe Amy Bah, soutenue par la maire socialiste de Lille Martine Aubry a maintenu sa candidature.

« Je ne serai jamais le problème »

Autre sujet de tension, LFI a refusé d'investir plusieurs figures historiques critiques de la ligne de Jean-Luc Mélenchon, comme Danielle Simonnet, Raquel Garrido et Alexis Corbière, déclenchant une nouvelle réprobation des socialistes et écologistes.

Le Nouveau Front populaire, qui rassemble de l'anticapitaliste Philippe Poutou à l'ex-président François Hollande, sera t-il capable de résister à l'hétérogénéité de ses composantes ?

Jean-Luc Mélenchon a joué l’apaisement dimanche, notamment sur une candidature à Matignon dont beaucoup ne veulent pas.

"Si vous pensez que je ne dois pas être Premier ministre, je ne le serai pas. Je ne serai jamais le problème", a-t-il déclaré sur France 3.

Au lendemain de la candidature surprise de l'ex-président François Hollande en Corrèze sous la bannière du Nouveau Front populaire, l'ancien Premier ministre Lionel Jospin (1997 à 2002) a, lui, aussi défendu la nouvelle union, seule "digue", selon lui, capable de contenir le parti d’extrême droite.

Il a dénoncé dans Le Monde "l’arrogance" et la "légèreté" d'Emmanuel Macron dans son choix de dissoudre l'Assemblée, l'ex-président Nicolas Sarkozy estimant que le chef de l'Etat a pris "un risque majeur pour le pays (qui) peut le plonger dans un chaos".

Pouvoir d'achat

Au centre, après la déroute des européennes et "la sidération" de la dissolution, la majorité tente de se remobiliser sous la houlette de Gabriel Attal.

Sur le pouvoir d'achat, premier thème mis en avant par les Français, le Premier ministre a promis samedi plusieurs mesures en cas de victoire de son camp notamment une baisse des factures d'électricité de 15% "dès l'hiver prochain" et une hausse du montant de la prime dite "Macron", versée par les entreprises à leurs salariés.

"Je ne crois pas que l'annonce de dépenses supplémentaires soit la réponse", a prévenu dimanche sur LCI le président du MoDem François Bayrou, allié de la majorité.

Cette dernière, qui accuse un grand retard dans les sondages, tente d'élargir son socle.

En cas de victoire, "il va falloir envisager de réunir dans un gouvernement des personnalités (...) éloignées les unes des autres", a commenté M. Bayrou.

Alliances locales

Des "pactes de non-agression" entre la majorité et la droite semblent se mettre en place, et des députés LR sortants seront assurés de pouvoir candidater sans macroniste contre eux.

Des tenants de l'aile gauche de la Macronie tendent eux la main, dans La Tribune, à l"ami social-démocrate" pour qu'il rejette le Nouveau Front Populaire et son programme, un mélange de "démagogie" et d'"inconséquence".

Du côté de LR, le parti joue sa survie après la rocambolesque semaine consécutive au choix solitaire de son président Eric Ciotti de s'allier avec le Rassemblement national.

A Nice le LR a d'ailleurs investi un autre candidat Virgile Vanier contre Eric Ciotti, a indiqué dimanche à l'AFP un membre de la commission d'investiture.

Nicolas Sarkozy a dénoncé cette alliance, une erreur stratégique selon lui, car le parti risque de devenir un simple "supplétif" du RN.

A l'extrême droite, la clôture des candidatures permettra de juger des ralliements entraînés par le député des Alpes-Maritimes.

Si le patron du RN Jordan Bardella a annoncé qu'il y aurait "un candidat commun" "dans 70 circonscriptions", le Niçois semble n'avoir aucune figure nationale avec lui.

Selon un sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune dimanche, un Français sur trois souhaite une victoire du RN, un sur quatre de l'alliance de gauche et un sur cinq de Renaissance.

Si le parti d'extrême droite arrive au pouvoir, Marine Le Pen, dont la soeur Marie-Caroline a fait acte de candidature dans la Sarthe, a déclaré qu'elle ne demanderait pas la démission du président Macron.


Macron sur l'île de Sein mardi pour commémorer l'Appel du 18 Juin

Des personnes participent à une cérémonie commémorant l'"Appel du 18 juin" du général de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale, à l'Ile-de-Sein, le 18 juin 2020. (Photo Damien Meyer AFP)
Des personnes participent à une cérémonie commémorant l'"Appel du 18 juin" du général de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale, à l'Ile-de-Sein, le 18 juin 2020. (Photo Damien Meyer AFP)
Short Url
  • Après une traditionnelle cérémonie de ravivage de la flamme au Mont-Valérien, le chef de l’État se rendra dans l'après-midi sur l'île de Sein, une des cinq villes Compagnon de la Libération avec Nantes, Grenoble, Paris et Vassieux-en-Vercors
  • Emmanuel Macron présidera en fin d’après-midi sur l’île de Sein une cérémonie devant le monument aux morts élevé dans le centre de l’île, où les habitants célèbrent chaque année l'appel du 18 Juin 1940

PARIS : Le président Emmanuel Macron se rendra mardi sur l'île de Sein (Finistère) pour commémorer l'Appel du 18 Juin lancé en 1940 depuis Londres par le général de Gaulle, «appel à la résistance et au refus de l'esprit de défaite», en pleine campagne des législatives où l'extrême-droite est en position de force, a annoncé lundi l’Élysée.

Après une traditionnelle cérémonie de ravivage de la flamme au Mont-Valérien, le chef de l’État se rendra dans l'après-midi sur l'île de Sein, une des cinq villes Compagnon de la Libération avec Nantes, Grenoble, Paris et Vassieux-en-Vercors, l'occasion de célébrer «ce qui caractérise l'esprit français de résistance face à l'esprit français de défaite», selon l’Élysée.

Dans l'esprit du général de Gaulle, «au-dessus de tout il y a la France et le désir profond d’être libre qui doit permettre de surmonter toutes les peurs et toutes les défaites», justifie-t-on à l’Élysée.

Le président a déjà utilisé l'expression «non à l'esprit de défaite» lors de sa conférence de presse du 13 juin, pendant laquelle il s'est employé à justifier sa décision de dissoudre l'Assemblée, qui a plongé le pays dans l'incertitude.

Emmanuel Macron présidera en fin d’après-midi sur l’île de Sein une cérémonie devant le monument aux morts élevé dans le centre de l’île, où les habitants célèbrent chaque année l'appel du 18 Juin 1940.

Le général De Gaulle reconnaissait aux pêcheurs sénans un rôle particulier en raison de leur engagement. Sur 1.400 habitants en 1940, 128 marins de Sein ont rallié les forces françaises libres. Le plus jeune avait 14 ans, et le plus âgé, 54.

Cet engagement rapide et massif dans la Résistance surprend le général qui, réunissant les 450 Français l'ayant rallié, lâche cette phrase célèbre: «Mais l’île de Sein c’est donc le quart de la France!».

Occupée durant toute la guerre, l’île sera libérée le 4 août 1944.

Le général De Gaulle s'y rendra deux fois, en 1946 pour élever l’île dans l’Ordre de la Libération et en 1960 pour inaugurer le monument.

Après une semaine de confusion pour nouer dans l'urgence des alliances et désigner des candidats, la campagne pour les législatives anticipées convoquées par le Emmanuel Macron après son échec aux européennes a démarré lundi en France sous haute tension.


Plus de deux tonnes de drogue saisies en mer lors d'une opération franco-espagnole

Cette photo prise le 15 juin 2024 et diffusée le 17 juin 2024 par les « Services garde-côtes des douanes Méditerranée » montre quelques-unes des balles de drogue saisies lors d'une opération conjointe franco-méditerranéenne. Opération espagnole dans les eaux internationales, au nord des îles Baléares (Photo, AFP).
Cette photo prise le 15 juin 2024 et diffusée le 17 juin 2024 par les « Services garde-côtes des douanes Méditerranée » montre quelques-unes des balles de drogue saisies lors d'une opération conjointe franco-méditerranéenne. Opération espagnole dans les eaux internationales, au nord des îles Baléares (Photo, AFP).
Short Url
  • «Il s'agit d'une des plus importantes saisies par les autorités françaises en Méditerranée ces dernières années»
  • Après avoir relayé l'information, une opération conjointe franco-espagnole s'est mise en place

MARSEILLE: Plus de deux tonnes de pollen de cannabis ont été saisies samedi en mer Méditerranée, au large des côtes de la Catalogne, lors d'une opération conjointe franco-espagnole, a annoncé lundi la préfecture de Méditerranée, autorité maritime française.

"Il s'agit d'une des plus importantes saisies par les autorités françaises en Méditerranée ces dernières années", a indiqué la préfecture à l'AFP. Le record précédent était de 4,2 tonnes de résine de cannabis, mais dans une zone bien plus au sud de cette mer.

"Le 15 juin, en début d'après-midi, c'est d'abord l'hélicoptère de la douane française, déployé en Espagne, qui a identifié un go fast +chargé+ (de drogue)", a relaté la préfecture maritime dans un communiqué.

L'embarcation rapide était stoppée, visiblement "en attente d'ordre de déchargement", a-t-elle ajouté.

Operation conjointe 

Après avoir relayé l'information, une opération conjointe franco-espagnole s'est mise en place, avec entre autres un patrouilleur de la douane française en Méditerranée, qui s'est "rapproché discrètement", ainsi que trois vedettes espagnoles rapides et un hélicoptère espagnol.

"En début de soirée, l'ordre d'intervenir a été donné. Les trafiquants ont immédiatement pris la fuite, en jetant les colis de stupéfiants en mer", ont indiqué les autorités françaises.

Mais "l'ensemble des moyens déployés sur zone a permis de récupérer 61 ballots jetés à la mer pour un total de 2,44 tonnes de pollen de cannabis", selon la même source, qui a souligné "l'excellente coordination de ce dispositif franco-espagnol d'ampleur". La drogue saisie a été remise aux autorités espagnoles.