Le CCG salue les efforts de la Coalition au Yémen

Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Nayef Falah al-Hajraf. (Reuters).
Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Nayef Falah al-Hajraf. (Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 08 février 2022

Le CCG salue les efforts de la Coalition au Yémen

  • M. Al-Hajraf s’est exprimé lors d’une réunion avec l'ambassadeur d’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed ben Saïd al-Jaber, directeur général du Programme saoudien de développement et de reconstruction du Yémen
  • Au cours de la réunion, les deux parties ont discuté des efforts qui devraient être déployés pour reconstruire le Yémen en remettant en état les infrastructures touchées par la guerre

RIYAD: Le Dr Nayef Falah al-Hajraf, secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), a salué les efforts de la Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen. La Coalition œuvre à garantir un soutien politique, une aide au développement et des secours au Yémen, conformément à l’Initiative du CCG et à la résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies.                                                                                       

M. Al-Hajraf s’est exprimé lors d’une réunion avec l'ambassadeur d’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed ben Saïd al-Jaber, directeur général du Programme saoudien de développement et de reconstruction du Yémen, au siège du secrétariat général à Riyad.

Au cours de la réunion, les deux parties ont discuté des efforts qui devraient être déployés pour reconstruire le Yémen en remettant en état les infrastructures touchées par la guerre et en réhabilitant l’industrie, l’agriculture, les télécommunications, les transports, la santé et l’éducation, en plus de créer des emplois grâce à des projets de développement d’urgence et des programmes à long terme dans divers gouvernorats.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les États-Unis, «préoccupés» par l’échec de la trêve au Yémen, ne savent pas si l'Iran en est responsable

L'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen a déclaré que les Houthis avaient «imposé des exigences maximalistes et impossibles» au sujet d’un mécanisme proposé pour payer les salaires du secteur public. (Archives/AFP)
L'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen a déclaré que les Houthis avaient «imposé des exigences maximalistes et impossibles» au sujet d’un mécanisme proposé pour payer les salaires du secteur public. (Archives/AFP)
Short Url
  • Tim Lenderking, l'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, a qualifié de «préoccupant» l'échec de la prolongation de la trêve avec les Houthis
  • «Le discours des Houthis, qui ont menacé la navigation commerciale et les compagnies pétrolières, est totalement inacceptable», a-t-il affirmé

CHICAGO: Tim Lenderking, l'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, a qualifié de «préoccupant» l'échec de la prolongation de la trêve avec les Houthis, qui a expiré le 2 octobre, mais il a refusé de spéculer sur le rôle éventuel de l'Iran sur ce point.
Lors d'une réunion d'information à laquelle Arab News a assisté mercredi, Lenderking a déclaré que les Houthis avaient formulé des demandes «de dernière minute» qui sous-entendent qu'ils «revenaient sur l’essentiel des engagements qu'ils avaient pris plus tôt dans le processus».
Lorsqu’on lui a demandé si le régime iranien, qui soutient les Houthis, pourrait être responsable de cette situation, Lenderking a répondu: «Nous ne savons pas.» Téhéran a soutenu la trêve de deux mois menée par l'ONU lorsqu'elle a été conclue le 2 avril, a-t-il ajouté, ainsi que lorsqu'elle a été renouvelée, sans difficulté, le 2 juin et le 2 août.
Il a attribué l'impossibilité de convenir d'une troisième prolongation au cours du présent mois aux «demandes maximalistes et impossibles» formulées par les négociateurs houthis au sujet du paiement des salaires de leur «personnel militaire et de sécurité».
Tant que la trêve ne sera pas renouvelée, la menace d'une reprise de la violence majeure demeurera, a déclaré Lenderking, et sans un retour à une «approche plus positive», l'implication de l'Iran dans le processus continuera d'être perçue comme «assez négative».
«Il reste dans notre intérêt national d'aider nos partenaires du Golfe à se défendre contre toute agression extérieure et nous le ferons dans le cas d'une agression qui vient du Yémen», a déclaré Lenderking.
«Le président et le secrétaire d'État ont été clairs sur le fait que les États-Unis continueront à soutenir nos partenaires du Golfe et leurs besoins légitimes en matière de défense afin de répondre aux menaces existantes et émergentes. Et cela inclut les attaques transfrontalières, en provenance du Yémen ou d'ailleurs, contre des cibles en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis (EAU).
«Après tout, il y a plus de cent vingt mille citoyens américains qui vivent et travaillent dans les pays de la région du Golfe. Je sais que le président et le secrétaire n'ont pas d'autre objectif que celui d'assurer la sécurité des Américains, où qu'ils vivent à l'étranger.»
Lenderking a réaffirmé que la porte restait ouverte à la reprise des pourparlers de paix, qui, selon lui, apporterait des avantages aux Houthis et à l’ensemble du peuple du Yémen, mais il a condamné les récentes menaces de la milice.
«Le discours des Houthis, qui ont menacé la navigation commerciale et les compagnies pétrolières, est totalement inacceptable», a-t-il affirmé.
L'émissaire a déclaré que l'administration Biden avait approuvé, avec le soutien du Congrès, le «transfert futur» d'armements défensifs à l'Arabie saoudite et aux EAU, notamment «des missiles Patriot supplémentaires au royaume d'Arabie saoudite et le système Terminal High Altitude Area Defense, ou Thaad, aux Émirats arabes unis».
«Ces munitions ont joué un rôle essentiel dans la défense des deux pays contre les attaques transfrontalières de drones et de missiles qui proviennent du Yémen», a-t-il ajouté.
«Permettez-moi d'insister sur le point qui est ici essentiel: nous, ainsi que la communauté internationale, appelons toutes les parties à la retenue. En ce moment particulièrement sensible, alors qu'aucune trêve n'est officiellement en vigueur et qu'elle a été convenue, accueillie favorablement et respectée par les parties, nous devons insister pour que toutes les parties fassent preuve d'un maximum de retenue.»
Selon Lenderking, la trêve décidée au mois d’avril a eu de nombreux effets bénéfiques pour le peuple yéménite: une réduction spectaculaire – d'environ 60% – des pertes civiles; plus de vingt-cinq mille citoyens yéménites ont pu se rendre à l'étranger grâce à des vols commerciaux pour la première fois depuis 2016; enfin, une multiplication par cinq de la quantité d'expéditions de carburant qui passe par le port de Hodeïdah par rapport à l'année précédente, ce qui a contribué à réduire les prix du carburant.
Le cessez-le-feu a également permis aux organisations humanitaires de travailler plus facilement dans le pays.
«Nous sommes extrêmement préoccupés par la situation humanitaire au Yémen», a déclaré Lenderking, tout en prévenant que les besoins des civils «sont importants» et que «les financements ne sont pas suffisants».
«Les États-Unis ont versé 5 milliards de dollars [1 dollar = 1,01 euro] au cours du conflit, dont 1 milliard à l'aide humanitaire au cours de cette année», a-t-il précisé.
Les États-Unis continueront à désigner les Houthis comme une organisation terroriste étrangère jusqu'à ce qu'un accord de paix définitif soit conclu, a précisé Lenderking.
«Nous nous appuyons également sur les engagements que les Saoudiens et le gouvernement yéménite ont pris pour maintenir les termes de la trêve», a-t-il indiqué.
«Alors, effectivement, voyons quels engagements les Houthis sont prêts à prendre. Réduisons les exigences maximalistes. Reprenons la conversation productive qui a eu lieu au cours des six derniers mois sur la concrétisation d'une trêve élargie, d’un cessez-le-feu durable et du processus politique interyéménite que nous souhaitons tous.»
S’efforçant de considérer les derniers développements de manière aussi optimiste que possible au vu des circonstances, Lenderking a indiqué: «Nous constatons que les éléments clés de la trêve continuent de tenir et que les négociations intensives menées par l'ONU et la diplomatie américaine se poursuivent sans relâche.»
«Quand je parle des éléments clés de la trêve qui tiennent, laissez-moi être clair sur ce que je veux dire. J’entends qu'il y a toujours des niveaux de violence relativement bas dans le pays. Les bateaux de carburant continuent à décharger dans le port de Hodeïdah. Il y aura davantage de vols civils et commerciaux de l'aéroport de Sanaa. Ces éléments particuliers de la trêve ont été extrêmement efficaces et ont donné des résultats tangibles au peuple yéménite au cours des six derniers mois.»
«Nous pensons être confrontés à un choix difficile: d'une part, il y a un retour à la guerre, qui n'apportera rien d'autre que des victimes et des destructions au Yémen, et encore plus de confusion quant à l'orientation de ce conflit», a-t-il soutenu. Si, cependant, un renouvellement du cessez-le-feu venait à être décidé, «il y a la possibilité non seulement d'étendre, mais d'élargir la trêve, c'est-à-dire d'y apporter des éléments plus positifs, dont les vols, comme je l'ai mentionné. Des discussions très dynamiques sont en cours avec de nombreux pays sur des destinations supplémentaires pour les vols».
«Nous pensons que le traitement du carburant à Hodeïdah sera encore plus rationalisé. Nous espérons parvenir à un accord sur le paiement des salaires. Il s'agit d'une demande essentielle des deux parties: avoir la possibilité de payer les fonctionnaires yéménites qui ne l'ont pas été depuis de nombreuses années – enseignants, infirmières, fonctionnaires –, leur verser des salaires.»
«C'est le genre d'avantages qui sont en jeu si les parties, en particulier les Houthis, choisissent la voie de la paix. C'est un choix très clair, du point de vue de la communauté internationale et de celui des États-Unis.»
Lenderking a de nouveau souligné que «tous les canaux restent ouverts» pour des pourparlers qui visent à prolonger la trêve et à reprendre les négociations afin d'éviter une escalade de la violence.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël: Netanyahu quitte l'hôpital après un malaise

Les derniers sondages créditent le Likoud (droite) de M. Netanyahu, inculpé pour corruption dans une série d'affaires, de la première place dans les intentions de vote avec un peu plus d'une trentaine de sièges sur les 120 de la Knesset (Parlement). (AFP)
Les derniers sondages créditent le Likoud (droite) de M. Netanyahu, inculpé pour corruption dans une série d'affaires, de la première place dans les intentions de vote avec un peu plus d'une trentaine de sièges sur les 120 de la Knesset (Parlement). (AFP)
Short Url
  • M. Netanyahu, qui aura 73 ans dans deux semaines, s'était «senti mal» alors qu'il assistait mercredi en début de soirée dans une synagogue à la prière «Neïlah»
  • Les services de M. Netanyahu n'ont pas détaillé la nature de son malaise, mais des médias israéliens ont évoqué une «douleur à la poitrine»

JERUSALEM: L'ex-Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en lice pour les législatives du 1er novembre, a quitté jeudi matin un hôpital de Jérusalem où il a passé des examens après avoir subi un malaise la veille lors d'une cérémonie religieuse, ont indiqué ses services.

M. Netanyahu, qui aura 73 ans dans deux semaines, s'était "senti mal" alors qu'il assistait mercredi en début de soirée dans une synagogue à la prière "Neïlah", célébrée dans le cadre du Yom Kippour, jour phare du calendrier juif.

Les services de M. Netanyahu n'ont pas détaillé la nature de son malaise, mais des médias israéliens ont évoqué une "douleur à la poitrine". L'ex-Premier ministre s'est rendu à l'hôpital Shaare Zedek pour des examens complets.

"Les résultats des tests sont totalement normaux (...) Netanyahu est de retour à ses activités complètes, il se prépare d'ailleurs à sa marche matinale", ont indiqué ses services.

Le Premier ministre Yaïr Lapid avait souhaité un "rétablissement prompt et complet" à M. Netanyahu, son rival pour les législatives.

Les Israéliens sont conviés aux urnes le 1er novembre, pour une cinquième fois en trois ans et demi, pour des législatives qui pourraient consacrer le retour aux affaires de M. Netanyahu, plus pérenne des chefs de gouvernement de l'histoire du pays qui avait quitté le pouvoir au printemps 2021 à la faveur d'une coalition hétéroclite actuellement menée par M. Lapid.

Les derniers sondages créditent le Likoud (droite) de M. Netanyahu, inculpé pour corruption dans une série d'affaires, de la première place dans les intentions de vote avec un peu plus d'une trentaine de sièges sur les 120 de la Knesset (Parlement).

Son "bloc de droite", qui comprend aussi ses alliés des partis ultra-orthodoxes et de l'extrême-droite, flirte avec le seuil de la majorité (61 députés) sans garantie toutefois de l'atteindre, selon les sondages.


L'Association italienne des magistrats condamne l'Iran pour la répression des manifestants

Le siège principal de la Cour des comptes à Rome, en Italie (Photo, Wikimedia Commons).
Le siège principal de la Cour des comptes à Rome, en Italie (Photo, Wikimedia Commons).
Short Url
  • L'Association des magistrats de la Cour des comptes prend rarement position sur les questions politiques
  • Amini, 22 ans, est morte aux mains de la police des mœurs iranienne, la Gasht-e Ershad, après avoir été détenue pour avoir prétendument enfreint les codes vestimentaires

ROME: Une importante association de juges italienne a condamné l'Iran pour la répression des manifestations liées à la mort en détention de Mahsa Amini.

L'Association des magistrats de la Cour des comptes prend rarement position sur les questions politiques, mais dans un communiqué, elle a critiqué la réaction sévère du régime iranien aux manifestations qui ont secoué tout le pays.

Amini, 22 ans, est morte aux mains de la police des mœurs iranienne, la Gasht-e Ershad, après avoir été détenue pour avoir prétendument enfreint les codes vestimentaires stricts imposés aux femmes.

Sa mort a depuis déclenché des protestations dans presque toutes les provinces d'Iran contre la répression des libertés individuelles.

Dans sa déclaration, l'association a exprimé sa «profonde solidarité et sa proximité avec les femmes iraniennes, qui manifestent de multiples façons pour revendiquer leur liberté et contre une oppression qui dure depuis quarante ans, mettant leur propre vie en danger».

La présidente de l'association, Paola Briguori, a qualifié les actions de Téhéran d'«horribles et inacceptables», ajoutant que «lorsque les droits fondamentaux sont mis à mal, on ne peut rester silencieux en attendant que tout se calme».

Briguori a indiqué que la répression des manifestants reflétait «l'héritage d'un régime qui viole constamment les droits de l'homme et la liberté d'expression, réprimant et annulant les droits des femmes. Il est temps de donner une voix à la désapprobation et de dire assez.»

Le président de la Fédération nationale de la presse italienne, Beppe Giulietti, a participé à une manifestation devant l'ambassade d'Iran à Rome. Il a déclaré que les médias avaient un rôle important à jouer pour mettre en lumière la situation en Iran et a exhorté les organisation médiatique à «donner de l'espace à ceux qui n'ont pas de voix aujourd'hui».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com