Des réfugiés iraniens risquent l'expulsion après leur participation à une manifestation en Turquie

Des manifestants protestant contre la violence sexiste à Istanbul. (Fichier/AFP)
Des manifestants protestant contre la violence sexiste à Istanbul. (Fichier/AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 09 février 2022

Des réfugiés iraniens risquent l'expulsion après leur participation à une manifestation en Turquie

  • Lily Faraji, Zeinab Sahafi et Ismaïl Fattahi ont été arrêtés après avoir participé à une manifestation à Denizli en mars 2021
  • Les dissidents iraniens en Turquie ont de plus en plus indiqué qu'ils ne se sentaient plus en sécurité dans ce pays

LONDRES: Trois réfugiés iraniens risquent d'être expulsés de Turquie après avoir été arrêtés pour avoir participé à une manifestation contre le retrait d'Ankara de la convention d'Istanbul sur la violence à l'égard des femmes.

Lily Faraji, Zeinab Sahafi et Ismaïl Fattahi ont été arrêtés après avoir participé à une manifestation dans la ville de Denizli, au sud de la Turquie, en mars 2021, a rapporté le journal britannique The Guardian.

Un autre Iranien, Mohammad Pourakbari, a été également détenu avec les autres, bien qu'il n'ait pas participé aux manifestations, a déclaré leur avocate Buse Bergamali, ajoutant que les autorités étaient venues les appréhender à leurs domiciles. Ils avaient été photographiés par la police lors des manifestations, et avaient par la suite été identifiés.

Le groupe a été accusé de «troubles à l'ordre public» et de «participation à des manifestations illégales».

Les autorités turques avaient affirmé que ces Iraniens pouvaient être expulsés après avoir perdu en appel contre un ordre d'expulsion émis en avril 2021.

Trois d'entre eux avaient obtenu le statut de réfugié conditionnel, rendant illégale leur déportation vers l’Iran, a précisé Bergamali. «Cependant, rien dans la décision de la justice n'indique que ces personnes ne peuvent pas être renvoyées en Iran», a-t-elle ajouté.

La police turque a réagi brutalement à l’égard les personnes qui manifestaient contre le retrait de la Turquie de cette convention, qui vise à prévenir la violence à l'égard des femmes, et à protéger les victimes.

L'ordre d'expulsion intervient dans un contexte d'inquiétudes croissantes concernant le traitement réservé par la Turquie aux dissidents et demandeurs d'asile iraniens.

Il y a au moins 24 300 dissidents et demandeurs d'asile iraniens en Turquie, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

On estime que 67 000 Iraniens vivent en Turquie. Leur nombre a augmenté ces dernières années, certains fuyant la persécution, tandis que d'autres tentent d'éviter les sanctions américaines contre l'Iran en achetant une propriété et en revendiquant la citoyenneté turque.

Bergamali a affirmé que les quatre Iraniens qui risquent l'expulsion se sont battus pour rester en Turquie, malgré la détérioration des conditions dans le pays. «Ils se battent pour leurs vies. Ils sont venus en Turquie pour survivre. Ils essaient de rester ici pour ne pas mourir», a-t-elle affirmé.

Les dissidents iraniens en Turquie ont de plus en plus indiqué qu'ils ne se sentaient plus en sécurité dans ce pays. En 2020, la militante féministe Maryam Shariatmadari, qui avait fui l’Iran deux ans plus tôt, a été brièvement détenue par la police à Denizli après avoir protesté contre le port forcé du hijab.

Les autorités turques avaient initialement déclaré que Shariatmadari avait été arrêtée parce que son visa avait expiré, et qu'elle pourrait être expulsée vers l'Iran, où elle aurait été torturée ou même condamnée à mort, selon des groupes de défense des droits humains. Elle a été autorisée à renouveler son visa turc, et a été libérée à la suite d’un tollé général.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Washington sanctionne des colons israéliens extrémistes en Cisjordanie

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adresse aux médias avant son départ de l'aéroport international Al Maktoum de Dubaï, le 1er décembre 2023 (Photo, AFP).
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adresse aux médias avant son départ de l'aéroport international Al Maktoum de Dubaï, le 1er décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Il n'a pas été précisé combien de personnes seraient concernées par ces restrictions de visa qui s'imposeront également aux proches des personnes visées
  • La Cisjordanie est en proie à une intensification des violences depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, le 7 octobre

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont annoncé mardi des sanctions contre les colons israéliens extrémistes accusés d'attaques envers des Palestiniens, pour tenter d'enrayer les violences en Cisjordanie occupée, et ont appelé Israël à "en faire plus" pour protéger les civils dans la bande de Gaza.

"Aujourd'hui, le département d'Etat met en oeuvre une nouvelle politique de restriction des visas à l'encontre des personnes soupçonnées d'avoir contribué à saper la paix, la sécurité ou la stabilité en Cisjordanie, notamment en commettant des actes de violence" envers des Palestiniens, a affirmé le secrétaire d'Etat Antony Blinken dans un communiqué, jugeant ces violences "inacceptables".

Cela concerne "des dizaines" de personnes qui se verront interdire l'entrée aux Etats-Unis, a précisé le porte-parole du département d'Etat Matthew Miller, lors d'un point presse, en ajoutant que leurs proches seraient, le cas échéant, également sanctionnés.

La désignation effective de ces personnes dont l'identité n'a pas été dévoilée se fera au fur et à mesure, a-t-il dit.

La Cisjordanie est en proie à une intensification des violences depuis le début de la guerre, le 7 octobre, entre Israël et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

En Israël jeudi dernier, le chef de la diplomatie américaine avait prévenu le Premier ministre Benjamin Netanyahu de son intention d'imposer de telles restrictions de visas à des colons extrémistes.

Les Etats-Unis ont condamné à plusieurs reprises les violences de colons juifs contre des Palestiniens en Cisjordanie occupée et exhorté les autorités israéliennes à les faire cesser et à en traduire les auteurs devant la justice.

"Nous continuons à discuter avec les dirigeants israéliens pour leur faire comprendre qu'Israël doit prendre des mesures supplémentaires pour protéger les civils palestiniens contre les attaques des extrémistes", a ajouté Antony Blinken dans le communiqué.

Il souligne aussi qu'il revient à l'Autorité palestinienne d'en faire "davantage pour empêcher les attaques palestiniennes contre les Israéliens".

Depuis le 7 octobre, au moins 255 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie par l'armée ou des colons israéliens, selon un bilan de l'Autorité palestinienne, au moins 244 d'après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

«Minimiser les dommages»

M. Miller a par ailleurs appelé Israël à "en faire plus" pour protéger les civils et permettre l'entrée d'aide humanitaire dans la bande de Gaza assiégée.

"Nous continuerons à surveiller ce qui se passe et à faire pression pour qu'ils fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour minimiser les dommages causés aux civils", a-t-il dit.

"Ils ont besoin de plus d'assistance humanitaire. Ils ont besoin de plus d'eau, plus de nourriture et, à cet égard, nous ne pensons pas qu'Israël en fasse assez", a-t-il ajouté.

L'armée israélienne a dit mardi être aux prises avec le Hamas dans Khan Younès, grande ville du sud de la bande de Gaza, où l'ONU redoute un "scénario infernal" pour les civils, confinés dans un périmètre de plus en plus réduit.

Les Etats-Unis, allié indéfectible d'Israël et qui soutient sa riposte face au Hamas, ont dit vouloir ne pas voir se "répéter" dans le sud de la bande de Gaza ce qui s'est passé dans le nord au début de la guerre.

La guerre a été déclenchée par l'attaque sans précédent du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, qui a fait 1.200 morts, majoritairement des civils, selon les autorités.

Les bombardements de représailles israéliens à Gaza ont fait plus de 16.200 morts, selon le ministère de la santé du Hamas.


Les dirigeants du CCG et le président turc condamnent les violations israéliennes du droit international à Gaza

La photo de famille de la 44ème réunion du Conseil Suprême du CCG. (SPA)
La photo de famille de la 44ème réunion du Conseil Suprême du CCG. (SPA)
Les dirigeants des six nations ont condamné les actions militaires israéliennes en cours à Gaza. (SPA)
Les dirigeants des six nations ont condamné les actions militaires israéliennes en cours à Gaza. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avec l'émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al-Thani. (X : @spagov)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avec l'émir du Qatar, Tamim ben Hamad Al-Thani. (X : @spagov)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. (SPA)
Short Url
  • Les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont demandé à Israël de mettre fin à l'occupation israélienne des Territoires palestiniens
  • Le CCG a également décider d’aider à reconstruire «ce que la machine de guerre israélienne a détruit lors de ses attaques sur la bande de Gaza ces dernières années»

RIYAD: Les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont condamné Israël pour ses «violations flagrantes» du droit international et ont réitéré leur demande de mettre fin à l'occupation israélienne des Territoires palestiniens. Dans une déclaration publiée à la fin de la 44e session du CCG, les dirigeants des six nations ont dénoncé les actions militaires continues d'Israël à Gaza, «qui ont entraîné le déplacement forcé de la population civile et la destruction d'installations civiles et d'infrastructures, y compris des bâtiments résidentiels, des écoles, des établissements de santé et des lieux de culte».

Dans leur déclaration, ces derniers ont souligné que ces actions constituaient «une violation manifeste du droit international et du droit humanitaire international», exprimant leur désapprobation de «l'agression israélienne manifeste contre le peuple palestinien».

Le sommet, auquel a assisté le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, en tant que chef de la délégation saoudienne, s'est tenu au Qatar. Les représentants des six nations du Golfe ont été rejoints par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a évoqué un volume commercial de 23 milliards de dollars (un dollar = 0,92 euro) entre la Turquie et les pays du CCG. Erdogan a par ailleurs vivement condamné les bombardements incessants d'Israël sur la bande de Gaza, accusant Netanyahou d’être coupable de «crimes de guerre à Gaza», et mettant en évidence les dangers potentiels de ses motivations politiques pour toute la région.

Parallèlement à la réunion des dirigeants du CCG qui se tenait au Qatar, les forces israéliennes ont lancé leur assaut très attendu sur la principale ville du sud de la bande de Gaza, où les hôpitaux étaient débordés par l’afflux de Palestiniens morts et blessés.

Dans le cadre de cette offensive, la plus importante depuis la rupture du cessez-le-feu la semaine dernière, des chars israéliens ont pénétré pour la première fois les parties orientales de Khan Younès, traversant la clôture frontalière israélienne et avançant vers l'ouest. Certains chars se sont positionnés à l'intérieur de la ville de Bani Souhaila, à la périphérie est de Khan Younès, tandis que d'autres se sont installés plus loin, se déployant aux abords d'un complexe immobilier financé par le Qatar appelé «Hamad City», selon les habitants.

Après avoir ordonné aux habitants de fuir la zone depuis plusieurs jours, les forces israéliennes ont largué de nouveaux tracts mardi sommant les habitants de rester dans leurs abris pendant l'assaut.

«Dans les prochaines heures, l’armée israélienne lancera une attaque intensive sur votre zone de résidence pour détruire l'organisation terroriste du Hamas», indiquaient les tracts. «Ne sortez pas encore. Pour votre sécurité, restez dans les abris et les hôpitaux où vous êtes. Ne sortez pas. Sortir est dangereux. Vous avez été avertis.»

Cependant, les bombardements israéliens ont contraint 80 % des 2,3 millions d'habitants de Gaza à quitter leurs foyers, la plupart fuyant vers le sud, une zone plus densément peuplée que Londres.

Selon les responsables de la santé de Gaza, considérés comme fiables par les Nations unies, plus de 15 800 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la guerre, sans compter les milliers de disparus et les personnes susceptibles d'être ensevelies sous les décombres.

Dans leur déclaration, les dirigeant du CCG ont ensuite appelé à la reprise immédiate d'une trêve humanitaire dans la bande de Gaza afin d'atteindre un cessez-le-feu durable et de garantir que toute l'aide humanitaire parvienne aux destinations prévues.

Le sommet a renouvelé son engagement à soutenir le peuple palestinien et à atténuer la souffrance des habitants de la bande de Gaza.

La déclaration du CCG a également convenu d'aider à reconstruire «ce que la machine de guerre israélienne a détruit lors de ses attaques sur la bande de Gaza au cours des années précédentes».

Les dirigeants du CCG ont prévenu qu’une poursuite de la guerre risquerait de s’étendre vers d'autres régions du Moyen-Orient, mettant en garde contre les «conséquences graves pour les peuples de la région et pour la paix et la sécurité internationales».

Ils ont appelé la communauté internationale à intervenir pour instaurer un cessez-le-feu et protéger les civils.

Le Conseil a réitéré son appel à mettre fin à l'occupation de la Palestine et a exprimé son soutien à la souveraineté du peuple palestinien sur tous les Territoires occupés.

La déclaration a salué les efforts constants de l'Arabie saoudite et son initiative conjointe avec la Ligue arabe, l'Union européenne, l’Égypte et la Jordanie pour relancer le processus de paix, conformément au droit international, aux résolutions de l’ONU et à l'Initiative de paix arabe de 2002.

Dans son discours d'ouverture, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à contraindre Israël à reprendre les négociations sur la guerre à Gaza.

Il a qualifié de «honteux» que la communauté internationale tolère ce crime odieux depuis près de deux mois, au cours desquels des civils innocents, y compris des femmes et des enfants, sont victimes de meurtres systématiques et délibérés.

L’émir du Qatar a déclaré que son pays s’efforçait constamment de renouveler la trêve, précisant qu'elle n'était «pas une alternative à un cessez-le-feu permanent».

Il a plaidé en faveur «d’une enquête internationale sur les massacres commis par Israël» et a condamné le ciblage délibéré de civils toutes nationalités et religions confondues.

À la fin du sommet, le CCG a publié une déclaration où le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohammed ben Abdelrahmane ben Jassim al-Thani, a affirmé que l’objectif principal était  d'arrêter la guerre à Gaza, soulignant que les pourparlers dans le cadre de la médiation sur Gaza se poursuivaient. Le ministre a réitéré qu'il était inacceptable d'entraver l’acheminement de l'aide humanitaire vers la bande assiégée.

(Avec Reuters)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Impossible «d'être une fille» sous les talibans afghans, dit la prix Nobel Malala Yousafzai

Malala Yousafzai, lauréate du prix Nobel de la paix (Photo, AFP).
Malala Yousafzai, lauréate du prix Nobel de la paix (Photo, AFP).
Short Url
  • Malala Yousafzai avait reçu le Nobel en 2014 pour son combat pour le droit des filles à l'éducation
  • «Les talibans ont rendu illégal le fait d'être une fille et cela a un coût»

JOHANNESBURG: La prix Nobel de la paix, la Pakistanaise Malala Yousafzai, a déclaré mardi lors d'une allocution en Afrique du Sud que le régime taliban a rendu impossible d'"être une fille" en Afghanistan et a appelé à qualifier "l'apartheid fondé sur le genre" de "crime contre l'humanité".

"Les talibans ont rendu illégal le fait d'être une fille et cela a un coût", a-t-elle déclaré lors d'une conférence organisée à Johannesburg par la fondation Mandela, à l'occasion des dix ans de la mort du premier président noir sud-africain, soulignant que les filles afghanes "se tournent vers la drogue" et "tentent de se suicider" à cause de l'"oppression".

Depuis son retour au pouvoir en août 2021, le gouvernement taliban, à l'interprétation austère de l'islam, n'a eu de cesse de réduire les droits des Afghanes. En deux ans, les écoles secondaires puis les universités ont fermé leurs portes aux femmes, tout comme les parcs, salles de sport et hammams.

Malala Yousafzai avait reçu le Nobel en 2014 pour son combat pour le droit des filles à l'éducation.

"Il est impératif d'appeler le régime afghan pour ce qu'il est: c'est un régime d'apartheid fondé sur le genre", a-t-elle martelé mardi à Johannesburg.

Apartheid 

"Les Sud-Africains se sont battus pour que l'apartheid fondé sur la race soit appelé comme tel et criminalisé au niveau international. Ils ont ainsi attiré l'attention du monde sur les horreurs de l'apartheid", a déclaré Malala Yousafzai.

"L'apartheid basé sur le genre n'a pas encore été explicitement codifié. Nous avons l'occasion de le faire. Dès maintenant", a-t-elle engagé.

Le mois dernier, des personnalités dont la prix Nobel, Hillary Clinton et d'éminentes militantes féministes, ont appelé dans une lettre les Nations unies à criminaliser la ségrégation fondée sur le genre et réviser le texte d'un traité en discussion sur les crimes contre l'humanité.

Cette appel est intervenu alors que la communauté internationale semble impuissante à dissuader les autorités talibanes de durcir leurs restrictions imposées aux femmes, qui ne cessent de s'allonger.