Des réfugiés iraniens risquent l'expulsion après leur participation à une manifestation en Turquie

Des manifestants protestant contre la violence sexiste à Istanbul. (Fichier/AFP)
Des manifestants protestant contre la violence sexiste à Istanbul. (Fichier/AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 09 février 2022

Des réfugiés iraniens risquent l'expulsion après leur participation à une manifestation en Turquie

  • Lily Faraji, Zeinab Sahafi et Ismaïl Fattahi ont été arrêtés après avoir participé à une manifestation à Denizli en mars 2021
  • Les dissidents iraniens en Turquie ont de plus en plus indiqué qu'ils ne se sentaient plus en sécurité dans ce pays

LONDRES: Trois réfugiés iraniens risquent d'être expulsés de Turquie après avoir été arrêtés pour avoir participé à une manifestation contre le retrait d'Ankara de la convention d'Istanbul sur la violence à l'égard des femmes.

Lily Faraji, Zeinab Sahafi et Ismaïl Fattahi ont été arrêtés après avoir participé à une manifestation dans la ville de Denizli, au sud de la Turquie, en mars 2021, a rapporté le journal britannique The Guardian.

Un autre Iranien, Mohammad Pourakbari, a été également détenu avec les autres, bien qu'il n'ait pas participé aux manifestations, a déclaré leur avocate Buse Bergamali, ajoutant que les autorités étaient venues les appréhender à leurs domiciles. Ils avaient été photographiés par la police lors des manifestations, et avaient par la suite été identifiés.

Le groupe a été accusé de «troubles à l'ordre public» et de «participation à des manifestations illégales».

Les autorités turques avaient affirmé que ces Iraniens pouvaient être expulsés après avoir perdu en appel contre un ordre d'expulsion émis en avril 2021.

Trois d'entre eux avaient obtenu le statut de réfugié conditionnel, rendant illégale leur déportation vers l’Iran, a précisé Bergamali. «Cependant, rien dans la décision de la justice n'indique que ces personnes ne peuvent pas être renvoyées en Iran», a-t-elle ajouté.

La police turque a réagi brutalement à l’égard les personnes qui manifestaient contre le retrait de la Turquie de cette convention, qui vise à prévenir la violence à l'égard des femmes, et à protéger les victimes.

L'ordre d'expulsion intervient dans un contexte d'inquiétudes croissantes concernant le traitement réservé par la Turquie aux dissidents et demandeurs d'asile iraniens.

Il y a au moins 24 300 dissidents et demandeurs d'asile iraniens en Turquie, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

On estime que 67 000 Iraniens vivent en Turquie. Leur nombre a augmenté ces dernières années, certains fuyant la persécution, tandis que d'autres tentent d'éviter les sanctions américaines contre l'Iran en achetant une propriété et en revendiquant la citoyenneté turque.

Bergamali a affirmé que les quatre Iraniens qui risquent l'expulsion se sont battus pour rester en Turquie, malgré la détérioration des conditions dans le pays. «Ils se battent pour leurs vies. Ils sont venus en Turquie pour survivre. Ils essaient de rester ici pour ne pas mourir», a-t-elle affirmé.

Les dissidents iraniens en Turquie ont de plus en plus indiqué qu'ils ne se sentaient plus en sécurité dans ce pays. En 2020, la militante féministe Maryam Shariatmadari, qui avait fui l’Iran deux ans plus tôt, a été brièvement détenue par la police à Denizli après avoir protesté contre le port forcé du hijab.

Les autorités turques avaient initialement déclaré que Shariatmadari avait été arrêtée parce que son visa avait expiré, et qu'elle pourrait être expulsée vers l'Iran, où elle aurait été torturée ou même condamnée à mort, selon des groupes de défense des droits humains. Elle a été autorisée à renouveler son visa turc, et a été libérée à la suite d’un tollé général.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.