Le fonds capital-risque 500 Global cherche sa prochaine licorne en Arabie saoudite

Au sein du Royaume, 500 Global a soutenu de jeunes entreprises comme le fournisseur de solutions d’expédition Nitros, la société de gestion sportive TeamUp et le réseau professionnel féminin Playbook. (Shutterstock)
Au sein du Royaume, 500 Global a soutenu de jeunes entreprises comme le fournisseur de solutions d’expédition Nitros, la société de gestion sportive TeamUp et le réseau professionnel féminin Playbook. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Dimanche 13 février 2022

Le fonds capital-risque 500 Global cherche sa prochaine licorne en Arabie saoudite

  • Global 500 mise sur un large éventail d’entreprises dans le but de trouver la start-up qui fera les choses en grand
  • La cofondatrice de Global 500 déclare qu'elle se concentre avec son équipe, non seulement sur la qualité des fondateurs et de leurs produits, mais aussi sur le potentiel du service offert

RIYAD: Le fonds de capital-risque 500 Global a augmenté ses financements en Arabie saoudite et est actuellement à la recherche de sa prochaine licorne – une startup évaluée à plus d’un milliard de dollars –.

L’entreprise, basée à San Francisco et cofondée par le PDG Christine Tsai, a étendu son réseau, finançant plus de 2 600 start-up dans 75 pays au moins, depuis sa création en 2010.

Elle a 2,3 milliards de dollars d’actifs sous gestion et son portefeuille comprend des participations dans 41 entreprises évaluées à plus d’un milliard de dollars, ainsi que 125 entreprises d’une valeur supérieure à cent millions de dollars.

On compte parmi ses licornes le courtier en crédit américain Credit Karma, la plate-forme de conception en ligne australienne Canva et l’application singapourienne de covoiturage et de livraison de nourriture Grab.

Au sein du Royaume, 500 Global a soutenu de jeunes entreprises comme le fournisseur de solutions d’expédition Nitros, la société de gestion sportive TeamUp et le réseau professionnel féminin Playbook. Christine Tsai a fondé l’entreprise il y a douze ans avec son partenaire Dave McClure. Elle portait alors le nom de 500 Startups, avant de se transformer en 500 Global l’année dernière. Tous deux avaient travaillé comme responsables du marketing chez des géants de la technologie comme Google, YouTube et Microsoft. M. McClure a quitté l’entreprise en 2017.

Dans un entretien accordé à Arab News, la cofondatrice Tsai affirme que leur expérience était un avantage lorsqu’ils ont commencé à lever des capitaux pour l’entreprise, puisqu’ils partageaient «un vaste réseau de personnes disposant d’une trésorerie importante, dont beaucoup travaillaient chez Google et YouTube par le passé».

« En 2010, notre premier fonds mondial s’élevait à trente millions de dollars environ. Ce n’était pas énorme, mais c’était un bon début ».

Global 500 mise sur un large éventail d’entreprises dans le but de trouver la start-up qui fera les choses en grand.

Les investissements du fonds varient généralement entre 100 000 et 200 000 dollars américains – une simple goutte d’eau dans l’océan par rapport à ce que de nombreuses entreprises de capital-risque investissent –.

Cependant, la cofondatrice souligne que pour une petite entreprise, souvent avec deux ou trois employés seulement, « même un chèque de 100 000 dollars représente parfois une grosse somme » pour développer un produit ou embaucher du personnel supplémentaire.

« La méthode traditionnelle de financement par capital-risque, qui concentre le capital dans un petit nombre d’entreprises, est une classe d’actifs risqués, note-t-elle. Et, au début, c’est certainement encore plus risqué ».

« Nous voulions donc en faire un jeu de nombres, en investissant beaucoup moins dans un plus grand nombre d’entreprises, en utilisant notre expérience et nos relations pour aider ces entreprises à se développer, puis en doublant la mise sur les gagnants ».

« Dès le départ, c’était vraiment un projet de longue haleine. Dix ans peuvent s’écouler entre le moment où nous finançons une start-up et sa stratégie de sortie potentielle ou son introduction en bourse. Maintenant que notre fonds est sur le marché depuis douze ans, nous pouvons constater quelle incidence cette stratégie a ».

« Dans certains cas où nous avons rapidement pris position, les chiffres sont très importants».

L’entreprise a reçu des paiements de ses premières participations dans des acquisitions comme la vente à 403 millions de dollars de la société d’impression 3D MakerBot en 2013 par son rival Stratasys, l’achat par Google de la société de logiciels de marketing Wildfire à 350 millions de dollars en 2012 et le rachat à 200 millions de dollars du service de streaming vidéo Viki par l’entreprise japonaise de commerce électronique Rakuten en 2013.

La cofondatrice déclare que son équipe et elle se concentrent, non seulement sur la qualité des fondateurs et de leurs produits, mais aussi sur la portée potentielle du service offert. L’entreprise avait des ambitions internationales dès le départ, ciblant initialement les start-up au Mexique, avant de se tourner rapidement vers l’Extrême-Orient, l’Asie du Sud et la région Mena.

Elle est basée dans plus de quinze pays, avec des bureaux à New York, à Lisbonne, à Shanghai et à Mumbai (Bombay). Elle possède un bureau à Riyad depuis 2020. Ce dernier est dirigé par Amal Dokhan, également membre du conseil consultatif féminin de l’Université du roi Abdelaziz.

Pour diffuser le savoir-faire au sein de son réseau d’entreprises, ses entreprises les plus performantes agissent en tant que mentors pour les jeunes entreprises dans le cadre des « programmes d’incubateurs de start-up » sur douze semaines de 500 Global.

On peut citer, à titre d’exemple, son incubateur de start-up Sanabil 500 MENA de décembre, organisé en partenariat avec Sanabil Investments, propriété du fonds public d’investissement de Riyad, où les fondateurs de start-up perfectionnent leurs compétences en gestion, en finances et marketing au cours de programmes intensifs.

« Riyad est notre centre dans la région Mena, poursuit la cofondatrice, et c’est désormais un grand pôle technologique. Nous avons plus de trente investissements dans le Royaume. Nous avons vu comment l’écosystème des start-up du Royaume s’est véritablement épanoui au cours des six dernières années. Il s’est glissé au deuxième rang derrière les Émirats arabes unis dans la région Mena ».

Awsim Asmi, PDG du fournisseur de solutions d’expédition Nitros, qui a attiré en décembre 2021 un investissement conjoint de 300 000 dollars américains de Global 500 et d’OMQ Investments, un fonds basé en Arabie saoudite, déclare à Arab News : « Leur réseau et leur expérience sont presque inégalés.»

« Nous avons vu des licornes comme Shippo prospérer après avoir été intégrées dans l’incubateur de start-up de Global 500. Nous sommes dans le même espace, nous avons vécu la même expérience et nous sommes sur la bonne voie».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La santé mentale des jeunes travailleurs s'est dégradée, selon une étude

En 2022, 56% des moins de 30 ans se déclarent fatigués ou épuisés, contre 49% en 2019, 22% disent consommer des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (contre 11% en 2019). (Photo d'illustration, AFP)
En 2022, 56% des moins de 30 ans se déclarent fatigués ou épuisés, contre 49% en 2019, 22% disent consommer des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (contre 11% en 2019). (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • En cause souvent, le travail lui-même: 44% des jeunes qui jugent négativement leur santé mentale l'imputent au seul contexte professionnel, intensité et temps de travail  (pour 67% d'entre eux)
  • La santé mentale des jeunes travailleurs s'est dégradée depuis 2019, après deux années marquées par la pandémie de Covid et des mesures de restriction

PARIS : Les salariés de moins de 30 ans ont une santé mentale plus fragile que l'ensemble des salariés, et celle-ci s'est dégradée depuis 2019, selon une étude et des données du groupe de protection sociale Malakoff Humanis publiées mercredi.

Selon cette étude, 23% des salariés de moins de 30 ans jugent négativement leur santé mentale (contre 16% pour l'ensemble des salariés), 48% déclarent mal dormir (contre 32%), 42% se disent stressés (contre 28%) et 34% sont émotionnellement épuisés (contre 22%) voire à bout de force (29% contre 19% de l'ensemble).

En cause souvent, le travail lui-même: 44% des jeunes qui jugent négativement leur santé mentale l'imputent au seul contexte professionnel (contre 35% pour l'ensemble des salariés): intensité et temps de travail  (pour 67% d'entre eux), rapports sociaux au travail dégradés (47%).

La santé mentale des jeunes travailleurs s'est dégradée depuis 2019, après deux années marquées par la pandémie de Covid et des mesures de restriction.

Ainsi en 2022, 56% des moins de 30 ans se déclarent fatigués ou épuisés, contre 49% en 2019, 22% disent consommer des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (contre 11% en 2019).

Sur le plan physique, 18% des salariés de moins de 30 ans jugent leur santé mauvaise, contre 14% pour l'ensemble des salariés.

Le renoncement ou le report de soins concerne près d'un quart des salariés au premier trimestre 2022. Ce taux atteint 37% chez les moins de 30 ans et 33% chez les managers. Parmi les raisons évoquées pour l'expliquer, le manque de temps (35%), les difficultés à obtenir un rendez-vous (29%) et les raisons financières (23%).


Ukraine: TotalEnergies annonce renoncer à sa participation dans un champ pétrolier russe

Le géant énergétique TotalEnergies a annoncé mercredi avoir cédé sa participation de 20% dans le gisement de Khariaga, dans l'Arctique russe, à la société russe Zaroubejneft. (Photo, AFP)
Le géant énergétique TotalEnergies a annoncé mercredi avoir cédé sa participation de 20% dans le gisement de Khariaga, dans l'Arctique russe, à la société russe Zaroubejneft. (Photo, AFP)
Short Url
  • TotalEnergies avait déjà pris quelques distances avec la Russie, pays stratégique pour lui, en annonçant en mars renoncer à tout achat de pétrole, gazole et produits pétroliers russes au plus tard à la fin de l'année
  • En 2016, TotalEnergies avait déjà cédé une partie de sa participation dans le gisement de Khariaga à Zaroubejneft, de 40% à 20%

PARIS: Le géant énergétique TotalEnergies a annoncé mercredi avoir cédé sa participation de 20% dans le gisement de Khariaga, dans l'Arctique russe, à la société russe Zaroubejneft, qui avait déjà hérité du rôle d'opérateur du site depuis 2016. 

« En ligne avec nos principes d'actions énoncés le 22 mars dernier concernant notre désengagement du pétrole russe (...), TotalEnergies a convenu du transfert à Zaroubejneft des 20% d'intérêts résiduels » qu'il détenait dans le gisement, a indiqué le groupe français dans un communiqué, précisant que « cette transaction est soumise à l'accord des autorités russes ». 

Aucun montant n'a été dévoilé pour cette opération. 

Le groupe français se désengage ainsi complètement de ce projet, qui a produit « plus de 20 millions de tonnes » de pétrole depuis son démarrage en 1999 et qui »a généré plus de 4 milliards de dollars de recettes pour la Russie », selon le site internet de Zaroubejneft. 

En 2016, TotalEnergies avait déjà cédé une partie de sa participation dans le gisement de Khariaga à Zaroubejneft, de 40% à 20%. 

Fin avril, sur fond de conflit entre l'Ukraine et la Russie, le géant français de l'énergie avait annoncé un « début de repli » de la Russie et déprécié 4,1 milliards d'actifs concernant notamment le projet gazier Arctic LNG 2 après avoir cessé d'apporter des fonds au projet. 

TotalEnergies avait déjà pris quelques distances avec la Russie, pays stratégique pour lui, en annonçant en mars renoncer à tout achat de pétrole, gazole et produits pétroliers russes au plus tard à la fin de l'année. Il avait aussi annoncé qu'il n'apporterait plus de capital à de nouveaux projets là-bas. 

Il ne s'est pour autant pas retiré de ce pays dans lequel il est implanté depuis le début des années 1990, et où il produit 16,6% de ses hydrocarbures, et même 30% pour le gaz seul, s'attirant les critiques des partisans d'un retrait total de Russie après l'invasion des forces de Moscou en Ukraine. 


L'euro passe sous 1,02 dollar, une première depuis 2002

Vers 11H15 GMT (13H15 à Paris), l'euro cédait 0,77% à 1,0188 dollar, après avoir reculé jusqu'à 1,0187 dollar, un plus bas depuis décembre 2002. (Photo, AFP)
Vers 11H15 GMT (13H15 à Paris), l'euro cédait 0,77% à 1,0188 dollar, après avoir reculé jusqu'à 1,0187 dollar, un plus bas depuis décembre 2002. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'euro recule depuis mardi « sous l'effet cumulé de craintes de récession en Europe et de turbulences financières alimentées par une nouvelle flambée des prix de l'énergie dans la région»
  • La Réserve fédérale américaine pourrait relancer l'économie en assouplissant sa politique monétaire alors que les Européens peineraient à compenser leur manque de gaz

LONDRES : L'euro poursuivait son recul face au dollar mercredi, atteignant un nouveau plus bas depuis deux décennies en raison des inquiétudes qui pèsent sur l'économie du Vieux continent.

Vers 11H15 GMT (13H15 à Paris), l'euro cédait 0,77% à 1,0188 dollar, après avoir reculé jusqu'à 1,0187 dollar, un plus bas depuis décembre 2002.

L'euro recule depuis mardi "sous l'effet cumulé de craintes de récession en Europe et de turbulences financières alimentées par une nouvelle flambée des prix de l'énergie dans la région (notamment les prix du gaz et de l'électricité)", explique Guillaume Dejean, analyste chez Western Union.

La fin forcée d'une grève en Norvège pour relancer coûte que coûte la production dans trois gisements de pétrole et de gaz n'a pas suffi à rassurer les investisseurs, qui restent focalisés sur la situation en Ukraine et en Russie.

"Si la Russie ne relance pas ses exportations, il est probable que l'UE soit en manque de gaz à la fin de l'hiver", prévient Holger Schmieding, analyste chez Berenberg, et la situation pourrait empirer avec une diminution de l'offre russe.

"Le pic des prix du gaz et l'incertitude sur le marché de l'énergie sont les principales raisons pour lesquelles nous nous attendons à une récession en zone euro à partir de l'automne 2022 et jusqu'à mi-2023, et pas une simple stagflation", estime-t-il.

Le spectre d'une croissance stagnante et d'une inflation forte (stagflation) était pourtant le scénario du pire il y a encore quelques mois, et reste l'inquiétude principale aux Etats-Unis.

«Impossible d'acheter» l'euro

La Réserve fédérale américaine pourrait relancer l'économie en assouplissant sa politique monétaire alors que les Européens peineraient à compenser leur manque de gaz, estime Ulrich Leuchtmann, analyste chez Commerzbank.

"Il est logique que le dollar américain soit le grand vainqueur de cette situation", conclut-il.

Par ailleurs, "la crédibilité de la Banque centrale européenne (BCE) a été érodée" par sa "réaction excessive" à une augmentation de l'écart dans les taux d'emprunts de pays membres de la zone euro, estime Kit Juckes, analyste chez Société Générale, qui juge donc l'euro "impossible à acheter" cet été.

La devise "est tellement peu attractive que même une crise politique majeure ne permet pas à l'euro de remonter face à la livre !", souligne-t-il.

La livre prenait en effet 0,44% à 85,57 pence pour un euro, alors que les incertitudes s'amoncèlent sur le futur du Premier ministre britannique Boris Johnson après les démissions spectaculaires de deux de ses ministres.

"Les déboires de Westminster ajoutent une couche d'incertitude aux perspectives peu réjouissantes de l'économie britannique et mondiale", commente Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Selon elle, la réaction mesurée de la livre britannique (-0,34% à 1,1906 dollar, frôlant le plus bas depuis 2020 atteint la veille à 1,1899 dollar) est due au fait qu'"un gouvernement sans Boris Johnson à sa tête n'est pas vu comme un gros danger pour l'économie britannique".