Réouverture des discothèques et reprise des concerts debout en France

Des membres du personnel de sécurité vérifient le pass sanitaire d'un client, à l'entrée de la discothèque «La Dune» de La Grande Motte, dans le sud de la France, le 9 juillet 2021, lors de la réouverture des discothèques en France après près de 16 mois. (Sylvain Thomas/AFP
Des membres du personnel de sécurité vérifient le pass sanitaire d'un client, à l'entrée de la discothèque «La Dune» de La Grande Motte, dans le sud de la France, le 9 juillet 2021, lors de la réouverture des discothèques en France après près de 16 mois. (Sylvain Thomas/AFP
Short Url
Publié le Mardi 15 février 2022

Réouverture des discothèques et reprise des concerts debout en France

  • À partir de mercredi, danser en discothèque, boire un verre au bar ou assister à un concert est à nouveau permis en France
  • Le ministre français délégué au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne salue «le professionnalisme et le sérieux du monde de la nuit, parmi les plus pénalisés avec 18 mois de fermeture

PARIS : «Certains clients sont si heureux qu'ils ont pris des jours de congé pour pouvoir faire la fête quatre nuits d'affilée», dit un gérant de discothèque: à partir de mercredi, danser en discothèque, boire un verre au bar ou assister à un concert est à nouveau permis en France.

Alors que la Belgique attendra vendredi et l'Allemagne jusqu'au 4 mars pour rouvrir clubs et discothèques, la France, qui espère approcher de la fin de la cinquième vague après la déferlante liée au variant Omicron, permettra à ces établissements fermés depuis le 10 décembre d'accueillir à nouveau la fête.

«On va bien travailler ce weekend», affirme Mathieu Lebrun, gérant de la discothèque Le Milton à Baudre (ouest), «on veut pouvoir vivre de notre métier, on aime la nuit, divertir les gens». «Nous sommes soulagés de voir que l'épidémie recule de façon sévère, heureux de revenir presque à la vie normale», poursuit-il. Certains clients sont «si heureux qu'ils ont pris des congés pour festoyer «quatre nuits d'affilée».

Près de deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, alors que le gouvernement envisage la levée du pass vaccinal pour fin mars ou début avril - dans le sillage d'Israël, de l'Angleterre ou du Danemark -, grâce à une «très nette amélioration» de la situation sanitaire, nombre de restrictions anti-Covid disparaîtront mercredi. 

Manger du pop corn dans une salle de cinéma, un sandwich dans un stade ou un train, ou boire un verre debout au comptoir d'un bar sera à nouveau possible.

Le ministre français délégué au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne salue «le professionnalisme et le sérieux du monde de la nuit, parmi les plus pénalisés avec 18 mois de fermeture sur deux ans de crise, qui a été pionnier dans le contrôle du pass sanitaire et le rapprochement avec la pièce d'identité du porteur du pass». «Pour citer Stromae: Alors on danse !», dit-il.

Quant à la reprise des concerts debout, elle est teintée de «beaucoup d'incertitudes», nuance Daniel Colling, président des sociétés d'exploitation des Zénith de Paris, Nantes (ouest) et Toulouse (sud-ouest).

«Il y a eu tellement de reports qu'on se retrouve avec 20% de spectacles en plus en 2022. Mais je pondère tout de suite: on risque de faire moins de recettes car les spectacles ne sont pas fréquentés comme ils le devraient. On observe une chute de 20-25%, et jusqu'à 30%, de la fréquentation pour certains spectacles», précise-t-il.

Aussi «il y a davantage de +no-show+, c'est-à-dire qu'un spectateur qui a acheté son billet ne vient pas» par «peur du virus», dit M. Colling.

Le gouvernement français a par ailleurs lancé mardi une campagne de sensibilisation contre le GHB, surnommé la «drogue du violeur», à travers des affiches et des dépliants diffusés dans les boîtes de nuit à destination des professionnels et des victimes.

«Drogué(e) malgré toi», dit l'une de ces affiches, lettres blanches sur fond orange, qui seront distribuées dans les discothèques et bars de nuit partenaires de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie (UMIH).

Les posters mentionnent la possibilité pour les victimes d'échanges «individualisés» et anonymisés «avec un gendarme ou un policier spécialement formé».


Coup d'envoi de la COP15, le sommet de la décennie pour sauver la nature

Le sommet de l'ONU sur la biodiversité s'est ouvert mercredi à Montréal avec un défi colossal (Photo, AFP).
Le sommet de l'ONU sur la biodiversité s'est ouvert mercredi à Montréal avec un défi colossal (Photo, AFP).
Short Url
  • Les délégués de 190 pays ont jusqu'au 19 décembre pour adopter un «cadre mondial décennal» assez ambitieux pour mettre un terme d'ici 2030 à la destruction de la nature
  • Et le temps presse: un million d'espèces sont menacées d'extinction, un tiers des terres sont gravement dégradées et les sols fertiles disparaissent

MONTREAL: Le sommet de l'ONU sur la biodiversité s'est ouvert mercredi à Montréal avec un défi colossal: tenter en moins de deux semaines de sceller un accord historique, la "dernière chance" de sauver les espèces et les milieux naturels d'une destruction irréversible.

"Cette réunion est notre chance de passer de la discorde à l'harmonie, d'arrêter cette orgie de destruction et de conclure un pacte de paix avec la nature", a déclaré le président de la COP15, Huang Runqiu, ministre chinois de l'Ecologie et de l'Environnement.

"Le monde a les yeux tournés vers nous, attend nos travaux et nous devons avancer ensemble", a-t-il ajouté, alors que les négociations patinent depuis trois ans et font craindre un échec retentissant.

Les délégués de 190 pays ont jusqu'au 19 décembre pour adopter un "cadre mondial décennal" assez ambitieux pour mettre un terme d'ici 2030 à la destruction de la nature et de ses ressources, indispensable à la survie de l'humanité et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Et le temps presse: un million d'espèces sont menacées d'extinction, un tiers des terres sont gravement dégradées et les sols fertiles disparaissent, tandis que la pollution et le changement climatique accélèrent la dégradation des océans.

"L'humanité est devenue une arme d'extinction massive", a tonné le secrétaire général de l'ONU, à cause de "notre appétit sans limite pour une croissance économique incontrôlée et inégale".

Cette COP15, sœur jumelle, dans l'ombre, des COP sur le climat, est une des dernières chances de "stopper notre guerre contre la nature", a-t-il déclaré.

Il s'agit de concrétiser un accord sur une vingtaine d'objectifs, dont le principal vise à protéger 30% des terres et des mers. D'autres prévoient la restauration des milieux naturels, la réduction des pesticides, la lutte contre les espèces invasives ou les conditions d'une pêche et d'une agriculture durables.

«Ultime ligne droite»

Trois jours de discussions préalables ont eu lieu du 3 au 5 décembre mais elles se sont conclues sans avancée significative - seulement cinq objectifs approuvés - alimentant une inquiétude de plus en plus vive chez les observateurs.

Les travaux ont repris lentement mardi. Freinés immédiatement par une passe d'armes entre les Occidentaux et la Russie, accusée d'"écocide" après la découverte de milliers de dauphins morts échoués en mer Noire, théâtre de la guerre.

"Il n'y a pas le niveau d'urgence, le niveau d'implication, le niveau d'ambition dont nous avons réellement besoin", a déploré Patricia Zurita, présidente de BirdLife International en marge d'une manifestation dans les couloirs de la Conférence. "L'argent est là, il nous manque seulement la volonté politique", a-t-elle ajouté.

"Arrêtez l'effondrement", "Bilan positif pour la nature = bilan positif pour les humains", proclamaient les pancartes de cette coalition de 350 ONG.

Dans le centre-ville de Montréal, quelques dizaines de militants habillés tout en noir ont manifesté pour dénoncer l'hypocrisie du sommet, très encadrés par de gros contingents policiers qui barricadent les accès au Palais des congrès où se tiennent les discussions.

100 milliards

Le sommet se déroule sans l'appui des leaders mondiaux, pourtant venus en nombre à la COP climat de Charm-el-Cheikh en novembre. Ce sont donc les ministres de l'Environnement qui seront chargés, à partir du 15 décembre, de faire aboutir les négociations.

L'ambition affichée reste de sceller un accord aussi historique que celui de Paris pour le climat en 2015. Mais certains craignent "des stratégies éventuellement délibérées pour provoquer un scénario semblable à Copenhague", où la COP Climat avait connu un échec retentissant en 2009, note l'ONG Avaaz.

Pour éviter cela, les pays doivent s'accorder sur des objectifs mesurables et contrôlés, afin de ne pas répéter l'échec du cadre précédent, adopté en 2010 à Aichi, au Japon.

Les financements des pays riches vers les pays en développement seront aussi un point décisif. Une coalition de nations du Sud a réclamé au moins 100 milliards de dollars par an pour la biodiversité, autant que pour le climat, et d'augmenter progressivement ce montant jusqu'à atteindre 700 milliards de dollars par an d'ici 2030.

Certains pays souhaitent mettre en place un fonds dédié à la biodiversité, une proposition à laquelle résistent les pays riches.

La question épineuse de la biopiraterie est également source de blocages: de nombreux pays exigent que les pays riches partagent enfin les bénéfices des cosmétiques et des médicaments dérivés des ressources conservées au Sud.

Enfin, la reconnaissance, politique et financière, du rôle des peuples autochtones, dont les territoires conservent 80% de la biodiversité de la terre, promet aussi d'être cruciale dans les négociations finales.


L'Ile-de-France coupe les vivres à la «Villa Médicis» de banlieue

L’ex ministre de français de la Culture Fréderic Mitterrand lors d’une visite du lieu où sera installé la «Villa Médicis», en 2012 (Photo, AFP).
L’ex ministre de français de la Culture Fréderic Mitterrand lors d’une visite du lieu où sera installé la «Villa Médicis», en 2012 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Ces choix de programmation vont à l'encontre totale des valeurs de la République», estime la région, qui a indiqué suspendre sa subvention annuelle de 150.000 euros pour 2023
  • Ouverte en 2018, la «Villa Médicis» de banlieue se veut la préfiguration d'un grand laboratoire de création artistique avec l'emménagement dans un futur lieu qui doit être construit à l'horizon 2025.

PARIS: La région Ile-de-France, présidée par Valérie Pécresse, suspend ses financements pour 2023 aux Ateliers Médicis, un espace culturel situé en Seine-Saint-Denis qui accueille en résidence l'auteur Mehdi Meklat, dont les tweets controversés avaient suscité la polémique en 2017.

 

Lors de son conseil d'administration mardi, la direction de l'établissement a proposé "pour la troisième année consécutive de soutenir un projet porté par Mehdi Meklat, qui pour rappel a tenu par le passé des propos antisémites, misogynes et homophobes sur Twitter", a déploré la région mercredi dans un communiqué.

 

La région dirigée par la droite, qui "a fait part à plusieurs reprises (...) de sa réprobation", "regrette" que la direction de l'établissement "s'obstine" depuis 2021 "à soutenir une personne ayant tenu de tels propos inacceptables".

 

"Ces choix de programmation vont à l'encontre totale des valeurs de la République", estime encore la région, qui a indiqué à l'AFP suspendre sa subvention annuelle de 150.000 euros pour 2023.

 

La région souligne aussi avoir versé 900.000 euros pour la construction du bâtiment provisoire, à Clichy-Montfermeil, et avoir prévu 5 millions pour la construction du bâtiment définitif, dans le cadre du contrat de plan Etat-région (CPER).

"Tout est suspendu", a assuré l'entourage de Valérie Pécresse à l'AFP.

"Les Chicas de la Pensée", le festival de Mehdi Meklat, "porte haut les valeurs de citoyenneté et d'altérité", ont réagi les Ateliers Médicis dans une réponse écrite à l'AFP, soulignant que le projet avait "déjà séduit nombre d'établissements culturels et réuni plus de 7.000 personnes".

L'établissement se dit "à la disposition de la Région", dont il partage "fondamentalement les valeurs républicaines", pour "échanger et partager les raisons" qui l'ont conduit à soutenir le projet.

Ouverte en 2018, la "Villa Médicis" de banlieue se veut la préfiguration d'un grand laboratoire de création artistique avec l'emménagement dans un futur lieu qui doit être construit à l'horizon 2025.

Foyer en 2005 de graves violences urbaines, les communes déshéritées et enclavées de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, situées à une vingtaine de kilomètres de Paris, avaient été choisies en 2008 par l'Etat pour y implanter cette résidence d'artistes, sur le modèle de la chic Académie de France à Rome dont elle tire son nom.

Contacté par l'AFP, Mehdi Meklat n'a pas souhaité réagir.

En 2017, alors jeune chroniqueur de France Inter, il avait dû se mettre en retrait après qu'étaient remontés ses milliers de messages antisémites, homophobes, racistes et misogynes, publiés sous pseudo entre 2010 et 2017.

Mehdi Meklat avait alors présenté ses excuses, renouvelées dans un livre, "Autopsie". Son histoire a inspiré le film "Arthur Rambo" de Laurent Cantet, sorti en 2021.


Grève à la SNCF: pas de mobilisation massive, la direction fait une offre pour revaloriser les salaires

La direction de la SNCF a proposé aux cheminots une revalorisation salariale de 5,9% en moyenne en 2023 à l'issue de négociations annuelles obligatoires capitales pour le groupe, touché par une grève assez peu suivie mercredi. (Photo d'illustration, AFP)
La direction de la SNCF a proposé aux cheminots une revalorisation salariale de 5,9% en moyenne en 2023 à l'issue de négociations annuelles obligatoires capitales pour le groupe, touché par une grève assez peu suivie mercredi. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • D'après la direction de la SNCF, l'ensemble des mesures mises sur la table représentent un effort d'environ 600 millions d'euros
  • Le climat est particulièrement tendu en cette fin d'année à la SNCF, puisque les contrôleurs, rassemblés dans un collectif hors de tout cadre syndical, menacent de faire grève les week-ends de Noël et du Nouvel An

PARIS: La direction de la SNCF a proposé aux cheminots une revalorisation salariale de 5,9% en moyenne en 2023 à l'issue de négociations annuelles obligatoires capitales pour le groupe, touché par une grève assez peu suivie mercredi.

Le groupe ferroviaire a proposé une augmentation générale de 2% pour tous assortie d'une "revalorisation forfaitaire" de 600 euros bruts annuels, a détaillé le DRH du groupe François Nogué lors d'un point presse. Avec la majoration de diverses primes (travail de nuit, dimanche, jours fériés), le paiement de 75% de l'abonnement transport au lieu de 50% actuellement, ou le versement d'un forfait mobilité, la direction estime que la revalorisation salariale dépasse les 6% en moyenne.

Mercredi, les syndicats n'avaient pas encore communiqué leur position, préférant consulter leurs adhérents auparavant.

"On a fait tout ce qu'on pouvait pour lever au maximum le contentieux salarial", a assuré M. Nogué, précisant que si les organisations syndicales refusaient de signer, les revalorisations seraient malgré tout appliquées avec la dégradation de certaines mesures annexes.

D'après la direction de la SNCF, l'ensemble des mesures mises sur la table représentent un effort d'environ 600 millions d'euros.

Dans ce contexte,la CGT-Cheminots, SUD-Rail et la CFDT-Cheminots appelaient à la grève mercredi pour demander des mesures au moins à la hauteur de l'inflation --6,2% en novembre sur un an.

La mobilisation a été plutôt faible avec 7% de grévistes selon une source proche de la direction, et des perturbations localisées, comme à Lyon où un mouvement social des aiguilleurs perturbait le trafic vers Paris et les liaisons régionales.

"Dans un sens, ils ont raison de râler", estimait en gare de Lyon Part-Dieu Céline Déchaux, 22 ans, obligée de prendre un train beaucoup plus tôt que prévu pour aller travailler. Mais "ça met beaucoup de gens en difficulté" de façon récurrente, déplorait-elle.

Dialogue social

Des perturbations ont aussi touché les TER de Bourgogne-Franche-Comté, du Grand Est, d'Occitanie et de PACA ainsi que certaines lignes d'Ile-de-France (C,D,E et N).

"Je le dis pour la suite, pour les deux week-ends de fin d'année en particulier -- sur lesquels pèsent un préavis de grève --, il faut qu'on évite cela", a déclaré le ministre des Transports Clément Beaune, lors de la présentation du RER de Strasbourg organisée à Paris.

L'ambiance des négociations a été qualifiée de "studieuse" par M. Nogué. "J'ai le sentiment qu'on est arrivés à un équilibre de qualité", a-t-il souligné.

"Il y a un dialogue social à la SNCF qui (...) fonctionne bien", avait indiqué le matin même M.  Beaune, appelant chacun à un compromis. "Les Français ne comprendraient pas dans une période qui n'est pas facile, qui succède à deux Noël qui ont déjà été compliqués par la Covid, qu'on leur rajoute des complications", a-t-il dit.

Une première augmentation avait déjà été accordée après une grève le 6 juillet.

Jeudi dernier, le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou avait alerté sur le risque de voir le prix des billets augmenter si on relevait trop les salaires.

Les retraites en toile de fond 

Le climat est particulièrement tendu en cette fin d'année à la SNCF, puisque les contrôleurs, rassemblés dans un collectif hors de tout cadre syndical, menacent de faire grève les week-ends de Noël et du Nouvel An. Ils seront reçus jeudi.

"Les organisations syndicales font un travail d'intermédiation et seront en mesure de faire la pédagogie nécessaire et suffisante pour sortir de cette situation", a rassuré le DRH de la SNCF.

Les aiguilleurs doivent eux rencontrer la direction, vendredi. Ils réclament des recrutements et un salaire plus en adéquation avec leurs responsabilités.

Après une première menace de grève non mise à exécution le 25 mai, ils avaient obtenu le recrutement de 200 agents de circulation supplémentaires, une prime de 600 euros et une majoration temporaire de 20% de leur prime de travail pendant sept mois.

L'entreprise "n'a pas tenu ses engagements", estime cependant Erik Meyer de SUD-Rail. Un nouveau préavis de grève a donc été déposé, du 15 au 19 décembre, incluant le premier week-end des vacances de fin d'année.

La perspective de la réforme des retraites, qui devrait être présentée autour du 15 décembre par le gouvernement, chauffe en outre les syndicats à blanc.

"On sera vent debout contre cette réforme, comme nous l'avions été lors de la dernière séquence de 2019-2020", a prévenu Cédric Robert (CGT), rappelant les 58 jours de grève qui avaient alors touché la SNCF.